Efficacité, effets secondaires... Ce qu’il faut savoir sur le vaccin Moderna, attendu ce lundi en France

Efficacité, effets secondaires... Ce qu’il faut savoir sur le vaccin Moderna, attendu ce lundi en France

VACCINATION - Après Pfizer/BioNTech, le vaccin de Moderna vient d'être autorisé par les autorités sanitaires françaises. Une livraison de 50.000 premières doses est attendue ce lundi. Quelle est son efficacité ? Quelles sont ses conditions de conservation ? LCI fait le point.

Le vaccin Pfizer/BioNTech n’est plus seul. L'Agence européenne du médicament (EMA) a autorisé mercredi 6 janvier l'utilisation du vaccin développé par la société américaine Moderna au sein des pays de l'Union européenne. La Commission européenne a délivré son feu vert dans la foulée. Vendredi 8 janvier, la Haute autorité de santé (HAS) a également donné son accord pour que le vaccin soit utilisé en France "dans le cadre de la stratégie vaccinale, y compris chez les personnes très âgées et présentant potentiellement des comorbidités". La France recevra ainsi ce lundi 11 janvier une première livraison de ce sérum, amené à êtres dispatché dans les zones où le virus circule le plus.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Comme pour celui de Pfizer, il s'agit d'un vaccin utilisant la technique de l'ARN messager, une "technologie nouvelle", indiquait en juillet à LCI le Pr Daniel Floret, vice-président de la commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé. "L'ARN messager est injecté, et la protéine S", à savoir la protéine par laquelle le virus s'accroche aux cellules humaines, "est sécrétée dans l'organisme", au sein duquel elle va être produite. Cela engendre "une réaction du système immunitaire pour lutter et fabriquer les anticorps", indispensables pour protéger le patient face à la maladie.

Quelle est son efficacité ?

Le vaccin développé par Moderna présente un taux d’efficacité similaire à celui de Pfizer. Selon les dernières données disponibles, il serait efficace à 94,1% (contre 95% pour Pfizer). Au cours des essais cliniques, près de 30.000 participants ont reçu une injection du vaccin Moderna ou un placebo. Parmi cet échantillon, 196 personnes ont contracté le virus avec des symptômes : 185 qui s’étaient vu administrer un placebo (sur 14.073), et 11 les doses du vaccin (sur 14.134). En outre, une trentaine de cas graves ont été enregistrés parmi les 30.000 participants. Tous figuraient parmi le groupe placebo.

"L'essai a également montré une efficacité de 90,9% chez les participants à risque de Covid-19 sévère, y compris ceux souffrant de maladie pulmonaire chronique, de maladie cardiaque" ou "d'obésité", précise l'EMA dans un communiqué. L'Agence ajoute que les deux injections doivent être séparées de 28 jours. La HAS juge également que "l'efficacité reste élevée chez les plus de 65 ans, environ 86%, sur les formes symptomatiques".

Quels sont ses effets secondaires ?

Aspect particulièrement scruté, les effets secondaires recensés à ce jour pour le vaccin Moderna demeurent similaires à ceux de Pfizer et BioNTech. Ce sont principalement des douleurs au point d’injection, de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires ou articulaires ainsi que des frissons.

Comment se conserve-t-il ?

Si le vaccin Moderna se conserve à des températures négatives, ses conditions "sont beaucoup moins drastiques" que celui de Pfizer/BioNTech, indiquait ces derniers jours à LCI Bruno Pitard, directeur de recherche au CNRS au Centre de cancérologie et d'immunologie Nantes-Angers. Le chercheur rappelle que les doses doivent être conservées "à -20°C", loin des -70°C nécessaires pour Pfizer. "Dans son logement, tout le monde a une partie de son frigo-congélateur" qui atteint ces températures, explique-t-il. Pas besoin de "super-congélateurs" et de conditions de stockage aussi complexes, donc. La HAS ajoute que ce vaccin se conserve également pendant 30 jours "entre 2 et 8°C".

Combien la France a-t-elle commandé de doses ?

Si le vaccin Moderna arrivera dans les prochaines semaines en France, il sera toutefois beaucoup moins distribué que celui de Pfizer/BioNTech. La France reçoit en effet "500.000 doses de Pfizer par semaine", indiquait mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur RTL. Pour celui de Moderna, les livraisons seront de "500.000 doses par mois", a-t-il poursuivi, avec une première livraison de 50.000 doses donc ce lundi.

Lire aussi

Selon des informations du cabinet d'Olivier Véran diffusées fin décembre, la France a contractualisé 6,9 millions de doses de ce vaccin d’ici au 1er juillet, et les livraisons arriveront au fil de l’eau. Il s'agit du vaccin bénéficiant du moins de commandes, derrière AstraZeneca (27,9 millions), Pfizer/BioNTech (16,4), Janssen (8,4) et CureVac (8,3).

Où est-il déjà autorisé ?

Aux États-Unis, ce vaccin a reçu une autorisation d’urgence par l’Agence nationale des médicaments dès le 18 décembre, une semaine après celui de Pfizer/BioNTech. Plusieurs personnalités se sont vu administrer ce vaccin. C'est notamment le cas de la future vice-présidente, Kamala Harris, mais également du Dr Anthony Fauci, l'épidémiologiste qui conseille le gouvernement américain dans sa lutte contre l’épidémie. Les autorités canadiennes ont également donné leur feu vert, fin 2020, au déploiement du vaccin Moderna.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

"On peut passer à autre chose" : greffe des bras et des épaules réussie pour Felix Gretarsson, une première mondiale

Lire et commenter