Covid-19 : le variant anglais retrouvé dans 1% des tests positifs en France

Chaque jour ou presque, de nouvelles questions apparaissent liées à cette épidémie. Peut-on déjà mesurer les conséquences de la Saint-Sylvestre en matière de contamination ? À quelle vitesse le variant Anglais se propage-t-il ?

MUTATION - Le ministre de la Santé a fait savoir ce mardi que le variant anglais du virus représente aujourd'hui "à peu près 1%" des tests positifs analysés en France.

Le variant anglais, vraisemblablement plus contagieux, représente environ 1% des tests positifs au Covid-19 en France, selon les résultats préliminaires d'une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué mardi Olivier Véran. 

Le virologue Bruno Lina, qui coordonne cette enquête, "me disait hier qu'il trouvait à peu près 1% de variant d'origine anglaise parmi les PCR positives en France", a ainsi déclaré le ministre de la Santé lors d'une audition devant la commission des affaires sociales du Sénat. On observe "une dispersion territoriale qui fait qu'il n'y a pas de région qui concentrerait de nombreux cas", a-t-il poursuivi.

Toute l'info sur

Emmanuel Macron positif au Covid-19

"Une première cartographie"

Cette enquête, dont les résultats détaillés n'ont pas encore été rendus publics, porte sur tous les tests PCR positifs au Covid-19 pour les journées de jeudi et vendredi derniers. Elle a pour but d'établir "une première cartographie" de la diffusion du variant anglais en France, avait expliqué l'agence sanitaire Santé publique France vendredi.

"Ce qui arrive à l'Angleterre risque de nous arriver. Le problème, c'est pas si ça va nous arriver, mais quand", a commenté mardi matin sur RTL Anne-Claude Crémieux, professeure en maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris. "Soit nous sommes encore avec 1 à 2% de virus variant sur le territoire, on a un peu plus de temps (...) soit on est déjà à 10 à 20% et il faut se préparer à vivre la situation anglaise dans les jours qui viennent", a-t-elle ajouté, alors que le Royaume-Uni mais aussi l'Irlande font face à une explosion de l'épidémie attribuée à ce variant.

Lire aussi

Dans le cadre de l'enquête, tous les prélèvements positifs de jeudi et vendredi derniers ont été réanalysés en utilisant une technique de PCR particulière, celle de l'entreprise Thermo Fischer. Contrairement à d'autres PCR, cette analyse réagit différemment si on est en présence du variant. Après ce premier filtre, les prélèvements suspects doivent être soumis à un séquençage génétique qui détermine catégoriquement s'il s'agit ou non du variant.

"C'est une opération qui sera renouvelée très régulièrement, tous les sept à dix jours environ", a fait savoir Olivier Véran, selon qui "c'est très intéressant, très utile", car "ça permet de surveiller s'il y a une croissance de ce variant".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation à son plus haut niveau depuis fin novembre

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter