Covid-19 : le variant indien détecté en Belgique chez un groupe d'étudiants passés par Paris

Covid-19 : le variant indien détecté en Belgique chez un groupe d'étudiants passés par Paris

VARIANT - Le variant double mutant "indien", qui suscite l'inquiétude à l'international, a été détecté au sein d'un groupe d'une quarantaine d'étudiants arrivés en Belgique, via l'aéroport de Roissy. Au total, vingt d'entre eux se sont révélés positifs au variant.

Le variant "indien" du coronavirus a été détecté pour la première fois en Belgique au sein d'un groupe d'étudiants arrivé ce mois-ci d'Inde via l'aéroport parisien de Roissy, a appris l'AFP jeudi 22 avril de source officielle à Bruxelles.

Au total, 20 étudiants indiens d'un groupe de 43 ont été testés positifs à ce nouveau variant et placés en quarantaine dans les villes flamandes d'Alost  et Louvain, où ils étaient arrivés à la mi-avril pour suivre une formation en soins infirmiers.

Toute l'info sur

Covid, et après ?

Selon plusieurs experts, ils auraient été victimes d'un "super contaminateur", peut-être au sein même de leur groupe, lors du trajet en bus qui les a amenés de la région parisienne en Belgique.

"Un 'super-spreading event' a eu lieu durant le voyage vers la Belgique d’un groupe d’étudiants infirmiers en provenance d’Inde. Ces étudiants respectent un isolement strict depuis leur arrivée", a tweeté le microbiologiste Emmanuel André, de l'université catholique de Louvain.

Le virologue Marc Van Ranst, autre expert belge très en vue dans la crise, a expliqué à une radio flamande que le groupe avait atterri à Roissy le 12 avril, et que cinq jours plus tard plusieurs étudiants étaient tombés malades, avec des symptômes du virus.

Le bourgmestre d'Alost, le nationaliste flamand Christoph D'Haese, a jugé "inacceptable" qu'un porteur de ce variant ait pu entrer sur le territoire belge sans avoir été détecté et isolé au préalable. Selon l'élu, il a fallu "un troisième test" pour aboutir à un résultat positif. Les étudiants avaient dû subir un test PCR dans leur pays avant de prendre l'avion, puis de nouveau un test rapide à leur arrivée à Roissy, d'après les médias belges.

Lire aussi

Une mutation qui pourrait être plus résistante aux anti-corps

Ce sont des analyses menées dans le laboratoire de référence de l'université de Louvain qui ont permis de diagnostiquer la présence du variant indien, déjà identifié au Royaume-Uni et qui suscite l'inquiétude à l'international.

Ce variant, désigné par les virologues sous l’appellation B.1.617, a été détecté dans l'ouest de l'Inde début octobre. Il a rapidement été est qualifié de "double mutant" parce qu'il est notamment porteur de deux mutations préoccupantes (E484Q et L452R) au niveau de la protéine de pointe ("spike") du virus Sars-CoV-2, qui permet au virus de se fixer aux cellules qu'il infecte. Si les spécialistes ne sont pas catégoriques sur la dangerosité de ce nouveau variant, l'une de ces mutations, E484Q, semble être plus résistante aux anticorps. 

Selon un point de Santé publique France sur les variants émergents du Covid-19 publié le 8 avril, cette mutation pourrait ainsi être associée "à un impact significatif en termes d’échappement immunitaire (post-infection et post-vaccinal), bien que cela ne soit pas encore formellement démontré à ce stade"

"Aucun lien n’est établi entre l’émergence de ce variant et la dégradation récente de la situation épidémiologique" en Inde- Santé publique France

L'autre inquiétude est qu'il s'agisse d'un variant plus contagieux, qui facilite donc une augmentation du nombre de contaminations, à l'heure où de nombreux pays tentent de juguler une deuxième ou une troisième vague de l'épidémie, dont l'Inde. Le pays enregistre près de 3000 décès quotidiens et le nombre de nouveaux cas enregistrés par jour explose. Près de 315.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures ont ainsi été recensés ce jeudi, soit un record mondial. 

Cependant, à ce stade, "bien que ce variant soit [...] suivi de près par les autorités sanitaires indiennes, aucun lien n’est établi entre l’émergence de ce variant et la dégradation récente de la situation épidémiologique" dans le pays, précise Santé publique France dans son point du 8 avril. 

"Il est vraisemblable que cette dégradation de la situation sanitaire soit au moins en grande partie due aux nombreux grands rassemblements qui ont eu lieu récemment partout dans le pays et à une faible adoption des mesures de prévention par la population générale", ajoute l'instance. 

En vidéo

L'Inde rejoint la liste des pays à quarantaine obligatoire pour les voyageurs qui en proviennent

Face à la propagation de ce nouveau variant, plusieurs pays ont suspendu les vols en provenance d'Inde, dont le Canada, ou déconseillent de s'y rendre. En France, dès ce samedi, "un sas sanitaire" sera mis en place "avec une quarantaine de dix jours pour les voyageurs venant du Brésil, du Chili, de l'Inde, de l'Argentine et de l'Afrique du Sud", a confirmé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin jeudi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

"S'il reste quelques bracelets anti-rapprochement..." : l'ironie de Le Pen sur Dupond-Moretti suscite l'indignation

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Covid-19 : 5005 patients en réanimation, la situation sanitaire s'améliore

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.