Covid-19 : le variant indien pourrait multiplier les risques d'hospitalisation

Covid-19 : le variant indien pourrait multiplier les risques d'hospitalisation

COVID - Selon une étude du Public Health England, qui a analysé plus de 38.000 séquences du virus, le variant indien (Delta) entraînerait un risque d'hospitalisation deux fois plus important que le variant anglais (Alpha).

Une nouvelle vague de la pandémie est crainte au Royaume-Uni. Les contaminations, en baisse depuis des semaines, ont de nouveau bondi. Près de 75% des nouveaux cas sont issus du variant indien. Un rapport du Public Health England a confirmé que le nombre de cas de ce variant, dit Delta, est passé de 12.431 cette semaine au Royaume-Uni, alors qu’il était de 6.959 la semaine dernière, rapporte The Guardian

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Variant indien : un risque d’hospitalisation 2,61 plus élevé que le variant anglais

Ce même rapport conclu également que le variant indien semble être lié à un risque accru d'hospitalisations en comparaison au variant anglais qui avait fait jusqu’à 1 296 morts quotidiens au Royaume-Uni. En effet, une analyse de 38.805 séquences du virus ont révélé que le variant indien était associé à un risque d’hospitalisation 2,61 plus élevé dans les 14 jours après la date de l’échantillon, que son homologue anglais. Ces chiffres tiendraient compte de facteurs tels que l'âge, le sexe, l'origine ethnique, la zone de résidence et le statut vaccinal.

Lire aussi

"Bien que seul un petit nombre de cas finissent à l'hôpital, la proportion est environ deux fois plus élevée pour les cas Delta que pour les cas Alpha en Angleterre et Écosse", a déclaré le professeur Adam Finn, de l'Université de Bristol et membre du comité mixte sur la vaccination et l’immunisation. "Le nombre de cas est encore faible, mais si cette tendance se poursuit et que le nombre de cas continue d'augmenter rapidement, cela indiquerait qu'un plus grand nombre de personnes sont sérieusement affectées, car ce variant continuera de remplacer la variante alpha au cours des prochaines semaines", a-t-il ajouté. 

Les personnes infectées pourraient avoir une chance accrue de progresser vers une hospitalisation- Professeur Danny Altmann de l'Imperial College de Londres

 Avec ces nouvelles données, les préoccupations restent réelles du côté des scientifiques britanniques. "Nous savions que le variant indien était plus transmissible que le variant anglais, et qu'il a rapidement remplacée en tant que souche dominante", a réagi le professeur Danny Altmann de l'Imperial College de Londres. "Nous savons également qu'il a une évasion immunitaire plus profonde et constitue une menace accrue, en particulier pour tous ceux qui n'ont jusqu'à présent reçu aucun vaccin ou une seule dose. À cela, nous ajoutons maintenant une autre inquiétude selon laquelle les personnes infectées pourraient avoir une chance accrue de progresser vers une hospitalisation", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

VIDÉO - Les terribles images de l'effondrement d'un immeuble en Floride

"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.