Covid-19 : les enfants sont-ils plus touchés par les variants ?

Covid-19 : les enfants sont-ils plus touchés par les variants ?

ÉPIDÉMIE - Alors que le nombre de classes fermées a augmenté cette semaine dans le pays, les variants, qui progressent petit à petit sur le territoire, contaminent-ils vraiment plus les enfants que la souche initiale ? On fait le point.

Jusqu’ici plutôt épargnés par l’épidémie de Covid-19, les enfants sont-ils plus susceptibles de contracter le virus depuis que les variants, notamment celui initialement détecté au Royaume-Uni, ont fait leur apparition dans le pays ? Selon des chercheurs britanniques, "la pénétration de ce nouveau variant est plus importante chez les moins de 20 ans", expliquait début janvier sur France 5 Anne-Claude Crémieux, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Louis (Paris). "Les Anglais avaient d’ailleurs remarqué dès fin novembre une augmentation de la circulation du virus chez les 13-17 ans, c’est-à-dire la tranche d’âge scolaire."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

En France, plusieurs alertes ont déjà été lancées. D’abord en Moselle, où des élus locaux ont demandé au gouvernement, sans succès, d’avancer les vacances scolaires d’une semaine à la suite d’une diffusion plus importante des variants sud-africain et brésilien dans le département.

En début de semaine, des professionnels de santé issus du premier syndicat des médecins de l’Éducation nationale ont également réclamé la "fermeture de tous les établissements scolaires" pendant un mois. Ils mettaient en avant "la constante augmentation des fermetures de classes". Selon les données du ministère de l’Éducation nationale, 1599 classes sont actuellement fermées, malgré les vacances de la zone A, contre 934 une semaine plus tôt, lorsqu'aucune zone n'était encore en congés. Une hausse significative, alors même que le nombre de cas au niveau national semble en légère baisse.

"Les enfants pourraient rester peu contaminés et rarement contaminants"

Les enfants seraient-ils donc plus facilement ciblés par les variants ? Pas forcément. "Ces variants sont plus contagieux à tout âge, y compris chez l’enfant, mais pas plus", écrivent dans un communiqué la Société française de pédiatrie et l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). "Il n’existe pas de certitude au sujet de l’impact de ces variants sur l’enfant car le gradient de transmissibilité des adultes vers les enfants persiste et que les enfants pourraient rester peu contaminés et rarement contaminants."

Lire aussi

La hausse de la fermeture des classes pourrait plutôt être provoquée par le renforcement des mesures en milieu scolaire. Pour contrer la progression des variants, l’exécutif a imposé début février la fermeture de toute classe de maternelle dès lors qu'un élève est testé positif. Il en est de même pour les autres niveaux en cas de détection d’un variant. "Les mesures sont plus strictes avec les variants, donc cela explique que plus de classes soient fermées", indique à LCI Fabienne Kochert, pédiatre et présidente de l’AFPA. Le gouvernement doit également lancer dans les jours prochains des tests salivaires dans les écoles, une technique qui permet de détecter le virus sans désagrément pour les enfants.

"Les enfants ne prennent pas une place démesurée dans la propagation du virus"

Toutefois, le nombre d’enfants testés positifs a de quoi interroger. Toujours selon le ministère de l’Éducation nationale, 10.390 élèves ont été contaminés ces sept derniers jours, contre 12.520 une semaine plus tôt. Une baisse à relativiser, puisque, vacances obligent, le nombre d'élèves en classes était inférieur ces derniers jours. Santé publique France rapporte toutefois que le taux de positivité chez les 0-14 ans est en baisse de 2% sur une semaine, alors même que le taux de dépistage a augmenté de 12% sur cette tranche d’âge.

"La propagation du virus et du variant est partout, pas spécifiquement dans les écoles", rappelle le Dr Muriel Alvarez, infectiologue au CHU de Toulouse, sur France Bleu. Le variant britannique "n’est pas plus contagieux chez les enfants, qui ne sont que le reflet de sa propagation", insiste-t-elle. "Si le virus se propage beaucoup, nous avons alors des enfants atteints. S’il se propage moins, peu d’enfants seront atteints."

"Les enfants restent peu touchés par cette pandémie", abonde Fabienne Kochert. Même en cas de plus forte circulation du virus, "les enfants ne sont pas plus malades et ne prennent pas une place démesurée dans sa propagation". Un avis partagé par l’immunologue Eric Billy. "Les enfants développent des formes moins graves que les adultes et nous ne constatons pas une hausse significative de la mortalité infantile", assure-t-il à France 24. "Mais puisque la charge virale de ces variants est plus élevée, les enfants porteurs du virus vont mettre un peu plus de temps à se remettre de la maladie, comme les adultes."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : un nouveau joueur du XV de France testé positif, l'entraînement suspendu

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter