Covid-19 : les hôpitaux de Nouvelle-Calédonie débordés, l'armée envoie des renforts

Covid-19 : les hôpitaux de Nouvelle-Calédonie débordés, l'armée envoie des renforts

AIDE D'URGENCE - L'armée a annoncé ce vendredi dans un communiqué qu'elle allait envoyer des renforts pour venir en aide aux hôpitaux calédoniens, débordés par une violence vague de Covid-19.

Les renforts promis par l'armée suffiront-ils à éviter que les hôpitaux calédoniens ne boivent la tasse ? Alors que la Nouvelle-Calédonie décompte 245 morts depuis début septembre, le ministère des Armées et le ministère des Outre-mer a annoncé ce vendredi qu'une quarantaine de soignants et logisticiens allaient être envoyés sur place. 

Toute l'info sur

Référendum historique sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

L’armée française déploiera à partir du 25 octobre une équipe de 39 soignants et logisticiens du Service de santé des armées (SSA) et du régiment médical de l'armée de Terre (RMED), détaille le communiqué. Ces militaires permettront de faire fonctionner cinq lits de réanimation à la fin du mois, comme évoqué mercredi par le Premier ministre Jean Castex.

La vague, qui gonfle depuis le 6 septembre, inquiète les autorités de l'archipel du Pacifique. Bien que le taux d'incidence soit en net recul (223 cas pour 100.000 habitants), il est encore jugé "trop élevé", tandis que le taux de vaccination "en nette progression" (53,59% de la population totale) est considéré "encore éloigné des objectifs fixés".  

La tenue du référendum remise en question

Pour tenter d'endiguer la progression du Covid-19, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie et l'État ont annoncé mercredi une poursuite du confinement strict le week-end jusqu'à la fin du mois d'octobre, pour tenter d'éviter un rebond de l'épidémie. Ces mesures, qui impliquent une attestation pour tout déplacement ainsi que la fermeture de tous les commerces non essentiels, entrera en vigueur le samedi à 14 heures jusqu'au lundi à 5 heures du matin.

Cette flambée du virus jette aussi le trouble sur l'organisation du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, prévu le 12 décembre. Les indépendantistes demandent son report à 2022 en raison de l'épidémie, tandis que les loyalistes prônent son maintien.

Dans le cadre du processus de décolonisation par étapes de l'accord de Nouméa (1998), 185.004 électeurs calédoniens sont appelés à répondre pour la troisième fois le 12 décembre à la question : "Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?" 

Lire aussi

Lors des deux précédents votes, les 4 novembre 2018 et 4 octobre 2020, ils avaient choisi le maintien dans la France à 56,7% puis à 53,3%. Pour assurer la sécurité de ce scrutin, près de 2000 renforts humains vont être acheminés jusqu'à début décembre sur le "Caillou", dont 1400 gendarmes, une centaine de policiers et de 250 militaires. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.