Covid-19 : les organisateurs de la fête sauvage à Lyon se sont rendus à la police

Une fête improvisée a eu lieu mardi sur les bords de la Saône. Une enquête a été ouverte pour trouver les organisateurs.

RESPONSABILITÉ - Le parquet de Lyon a annoncé ce vendredi que deux individus, se présentant comme les organisateurs de la fête ayant réuni 300 personnes mardi 30 mars sur les quais de Saône, se sont rendus à la police. Ils ont été placés en garde à vue.

L'épilogue d'un événement qui a beaucoup fait parler. Le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet, a révélé ce vendredi que deux jeunes hommes s'étaient rendus aux forces de l'ordre. Se présentant comme les instigateurs de la fête sauvage des quais de Saône, dont les images ont choqué en pleine période de restrictions sanitaires, ils ont été mis en garde à vue. "Deux frères de 26 et 22 ans sont actuellement entendus par la police pour mise en danger de la vie d'autrui et non-respect des mesures édictées dans le cadre de l'état d’urgence sanitaire", a indiqué le parquet. Les investigations se poursuivent pour identifier d'éventuels autres participants.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

"Assumer nos actes et leurs conséquences"

Les organisateurs auto-revendiqués ont expliqué leur décision de se rendre au commissariat. "Nous avons décidé de nous rendre à l’hôtel de police de Lyon ce vendredi 2 avril suite à l’enquête qui a été ouverte par le procureur de la République. Il est important pour nous d’assumer nos actes et leurs conséquences", affirme-t-il dans un enregistrement audio diffusé par le site d'info culturelle Le Petit Bulletin. Dans ce même extrait, son frère dénonce "un acharnement médiatique". Les deux individus concluent : "Notre démarche aujourd’hui est de stopper toute spéculation à notre encontre et nous nous laissons (sic) entre les mains de la Justice. À la suite de cette enquête, nous communiquerons de manière plus précise sur le pourquoi du comment"

Mardi 30 mars, des images montrant des participants jeunes, le plus souvent non masqués, en train de boire et danser sur les quais de Saône ensoleillés avaient suscité de nombreuses réactions enflammées. Dans la foulée, le préfet du Rhône avait saisi le parquet après avoir qualifié dans un tweet le rassemblement d'"irresponsable et inacceptable". Il avait également ajouté que les forces de l'ordre s'étaient abstenues d'intervenir "compte-tenu de la proximité de la Saône et du danger" que cela aurait pu créer. 

Lire aussi

Jeudi soir, la préfecture du Rhône a pris un arrêté interdisant la consommation d'alcool dans les parcs et les jardins de la Métropole de Lyon jusqu'au dimanche 2 mai. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter