Covid-19 : les parents d'élèves scolarisés auraient un "sur-risque" de contracter le virus

A l'école le port du masque est obligatoire à partir de l'âge de 6 ans.

ÉTUDE - Les parents d'enfants scolarisés ont plus de risque d'attraper le Covid-19 et ce risque varie selon la classe des enfants. C'est ce que dévoile l'étude ComCor menée par l'Institut Pasteur, publiée le 9 mars.

Les parents dont les enfants vont à l'école ou sont gardés par l'assistance maternelle s'exposent à un risque plus élevé de contracter le virus. D'après l'étude ComCor menée par l'Institut Pasteur, réalisée ces trois derniers mois et publiée le 9 mars, ce risque est de 39% pour les parents qui ont placé un enfant chez une nourrice. Un chiffre qui descend à 27% pour les parents de collégiens et à 29% pour ceux dont le ou les enfants sont scolarisés au lycée, précise l'enquête chargée d'identifier les lieux et les modalités de contamination au Sars Cov-2. 

Seule exception ? L'école primaire. Selon l'étude de l'Institut Pasteur, "avoir un enfant scolarisé en primaire n'a pas été jusqu'à maintenant associé à un sur-risque d'infection pour les adultes", bien qu'il note "depuis janvier une augmentation des infections intra-domiciliaires vers les adultes dues à des enfants de moins de 11 ans". Ces chiffres doivent toutefois être relativisés, l'institut rappelant que l'étude ne pouvait prétendre prendre en compte l'effet variant, dont la circulation en France a beaucoup évolué entre le début et la fin des observations.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Lire aussi

Cette étude arrive quelques jours après le début d'une campagne de dépistage massive dans les écoles, que le gouvernement tient à maintenir le plus possible ouvertes, quitte à les fermer ponctuellement au-delà d'un seuil de contaminations. Le mardi 2 mars, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avait annoncé le recrutement de 1700 médiateurs pour atteindre un objectif de 300.000 tests par semaine pour l'ensemble de la France. 

Réalisée sur 77.208 personnes atteintes du Covid, du 1er octobre 2020 au 31 janvier 2021, cette étude en partenariat avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, l’institut Ipsos et Santé Publique France a pour objectif de décrire les lieux et circonstances de contamination du Covid-19. 

Ses résultats sont toutefois susceptibles d'évoluer en fonction de l'arrivée des variants anglais, sud-africains et brésiliens sur le territoire français. 

Sur le même sujet

Lire et commenter