Non, le port du masque ne conduit pas à inhaler des quantités dangereuses de CO2

Si le port du masque peut s'avérer gênant, il n'est pas dangereux pour la santé.
Santé

MISE AU POINT – Contrairement à ce que suggère une vidéo virale, porter un masque ne multiplie pas les quantités de dioxyde de carbone inhalées au point de les rendre dangereuses.

Relayée par des internautes français, une vidéo initialement partagée outre-Rhin tente d'alerter sur les dangers supposément liés au port du masque. Une femme, équipée d'un appareil de mesure, se filme tout d'abord en analysant la quantité de dioxyde de carbone dans l'air ambiant. Puis insère le capteur sous son masque, afin de prouver que nous respirons d'importantes quantités de CO2. La machine s'emballe et affiche des taux dix fois supérieurs.

"Valeur du CO2 mesurée sous le masque. Cette valeur est plus de dix fois supérieure à la valeur autorisée sur le lieu de travail. La valeur augmenterait encore plus pendant le test, mais l'appareil ne peut pas mesurer plus de 10.000", indique le message en allemand accompagnant la vidéo. De quoi attirer l'attention des anti-masques en France, qui ont l'ont utilisée pour appuyer leur argumentaire et dénoncer un dispositif médical qu'ils jugent dangereux. Des craintes infondées aux yeux des spécialistes.

"C'est une ânerie"

Pour analyser les arguments ici avancés, LCI a sollicité Gilles Dixsaut, représentant de la Fondation du souffle et spécialiste notamment des questions relatives à la pollution atmosphérique. "C'est une ânerie !", réagit-il d'emblée, pas surpris que les valeurs de CO2 grimpent en flèche dans la vidéo. En effet, "lorsque nous respirons, nous émettons naturellement du dioxyde de carbone, c'est donc normal d'en mesurer". De telles mesures n'ont pas de sens à ses yeux, puisque cela reviendrait à "mesurer la concentration de CO2 dans les bronches".

Le seul danger potentiel, assure le spécialiste, se présenterait "si vous ne respiriez que l'air qui est dans le masque". Dès lors, "cela conduirait à mourir très rapidement". Ce n'est évidemment pas le cas avec des masques, qui ne "sont pas du tout étanches". Gilles Dixsaut prend d'ailleurs l'exemple de travailleurs du bâtiments habitués à travailler de longues heures avec des masques beaucoup plus couvrants, notamment pour les opérations de désamiantage. "Ils ne présentent aucun problème respiratoire", fait-il remarquer. Tout au plus une gêne, qui peut être logique.

Lire aussi

Il y a quelques semaines, une vidéo similaire mais tournée cette fois aux Etats-Unis avait déjà été largement partagée. À l'époque, le média lituanien LRT avait sollicité la réaction de la pneumologue Vaiva Kumpauskaitė, qui jugeait elle-aussi sans fondements les craintes des internautes. "Les expériences mesurant le niveau de dioxyde de carbone ne peuvent pas être prises au sérieux car les appareils qui sont utilisés pour les réaliser sont destinés à mesurer la concentration de gaz dans une pièce et non dans l'air expiré", tranchait-elle.

Une analyse complétée par celle d'un de ses confrères, selon lequel "pour mesurer les effets du port du masque, ce sont les concentrations de gaz dans le sang qu'il convient de mesurer". Sur ce point, le médecin hygiéniste Pierre Parneix, évoluant au CHU de Bordeaux, a apporté des précisions. Auprès de France Inter, il a partagé les résultats d'une récente étude "faite sur les masques les plus étanches, les FFP2". Dans ce cadre, "on faisait faire à des gens de l'exercice d'intensité moyenne à soutenue pendant plus d'une heure", un protocole expérimental à l'issue duquel "les chercheurs ont mesuré les niveaux d'oxygène et de CO2 dans le sang". Résultat ? "Il n'y avait eu aucune modification".

En conclusion, il est donc faux d'affirmer que respirer dans un masque durant de longues fait courir un risque pour la santé en raison des quantités de CO2 qui seraient inhalées. Un consensus scientifique émerge sur ce point, qui ne fait aujourd'hui plus débat. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent