Covid-19 : "Nous sommes sur le fil du rasoir", prévient le président de la Fédération hospitalière de France

Covid-19 : "Nous sommes sur le fil du rasoir", prévient le président de la Fédération hospitalière de France

INTERVIEW - Invité politique ce vendredi 5 février, Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau et président de la Fédération hospitalière de France (FHF), estime que la France demeure sur le "fil du rasoir" sur le plan sanitaire. Il appelle à une prise de conscience pour l'après-crise.

Invité politique ce vendredi 5 février, Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau et président de la Fédération hospitalière de France (FHF), est revenu sur la situation de l'hôpital en pleine crise sanitaire : "L’hôpital vit une situation totalement historique, inédite" admet-il sur LCI. "La situation reste supportable parce qu’il a montré qu’il savait s’adapter. Il l’a montré au printemps, lors du premier pic. Néanmoins, cela se fait à un prix qui est douloureux : un prix sur l’organisation, sur les femmes et les hommes qui servent l’hôpital, au prix de renoncement de vacances reportées depuis longtemps" rappelle-t-il.  

Toute l'info sur

L'interview Politique

Passé "l'effet de sidération" au printemps ayant nécessité la mise en place d'un confinement sévère pour bloquer cette montée, "on a mieux appréhendé le virus sur le plan médical, on a davantage anticipé dans les organisations" note-t-il. "L’hôpital s’est adapté mais à un prix douloureux. Nous avons beaucoup déprogrammé depuis le printemps dernier. Des millions de Français n’ont pas pu être pris en charge ou plus tardivement. C’est un sujet en matière de santé public. Aujourd’hui, nous avons des organisations qui sont fatiguées, clairement." 

"Emmanuel Macron a fait un pari"

Reste que le reconfinement, longtemps redoutée, n'est pas pour maintenant. "La situation ne justifie pas à ce jour" un nouveau confinement, qui "ne peut s’envisager qu’en tout dernier recours", a souligné le Premier ministre Jean Castex, jeudi soir. Pour Frédéric Valletoux, "Emmanuel Macron a fait un pari" : "Nous sommes sur le fil du rasoir. Une tendance à la baisse semble se dessiner mais (...) comme depuis début décembre, nous restons sur un plateau très élevé (...) Comme tous les paris, il peut être réussi et je le souhaite." 

Jean Castex et Olivier Véran ont indiqué que les variants dans leur ensemble représentaient environ 14% de l'ensemble des tests positifs au Covid-19 en France, selon une enquête menée sur la journée du 27 janvier, contre 3,3% les 7 et 8 janvier.  Une nouvelle source d'inquiétude pour les Français : "Le variant anglais progresse, notamment dans certaines régions, notamment en Ile-de-France et dans l’Est de la France" constate-t-il. "Nous sommes dans une situation intermédiaire. Je pense que l’on est vraiment sur le fil du rasoir. Du côté des hospitaliers, nous restons très vigilants, dit-il, rappelant à quel point la situation dans les hôpitaux reste précaire. "La France a trop diminué son investissement dans l’appareil hospitalier depuis une dizaine d’années", déplore-t-il. "L’hôpital était en crise avant l’épidémie. Après celle-ci, il faudra s’attaquer aux vrais maux du système de santé français (...) Je pense que la santé sera un rendez-vous incontournable du débat politique en 2022" ajoute-t-il. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter