"Si on ne fait rien dans les lycées et les collèges, on va dans le mur", selon l'épidémiologiste Dominique Costagliola

"Si on ne fait rien dans les lycées et les collèges, on va dans le mur", selon l'épidémiologiste Dominique Costagliola

PROPAGATION - Si le ministre de l'Education répète que l'"on se contamine moins à l'école que dans le reste de la société", les chiffres commencent à le contredire. Le nombre de cas rapportés dans les établissements scolaires a fortement augmenté ces derniers jours. Sur LCI, l'épidémiologiste Dominique Costagliola s'inquiète.

Dans les établissements scolaires, la situation est sous tension. Les cas de Covid-19 s'y multiplient ces derniers jours de façon exponentielle chez les élèves comme chez les enseignants. En une semaine, le nombre de contaminations chez les élèves est passé de 9.000 à 15.000, entrainant la fermeture de 2018 classes. Invitée de l'interview politique de LCI ce jeudi matin, l'épidémiologiste Dominique Costagliola ne cache pas son inquiétude et appelle le gouvernement à agir.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

"Ce que l’on voit, c’est que les taux sont très élevés dans la tranche d’âge 10 à 19 ans et ont presque doublé en deux semaines, en région Île-de-France notamment. Cela signifie que si on ne fait pas quelque chose dans les lycées, voire dans les collèges, on va dans le mur", assure celle qui est aussi membre de l'Académie des sciences et directrice de recherche à l'Inserm. La situation dans les écoles élémentaires ne lui semble pas plus rassurantes, avec des taux de contamination qui ont "plus que doublé en deux semaines" dans la tranche 0-9 ans.

Pour ne rien arranger, explique Dominique Costagliola,"dans beaucoup des écoles, les personnels sont eux-mêmes cas contact et/ou positifs et ne peuvent pas venir. Et comme il n’y a pas toujours de remplaçants, on est obligés de brasser les classes". "C’est une situation vraiment absolument incompatible avec le variant anglais", estime-t-elle.

Au niveau de la circulation actuelle du virus, je ne crois pas que les mesures prises vont être suffisantes.- Dominique Costagliola, épidémiologiste et directrice de recherche à l'Inserm

"On a déjà une situation à la limite dans les hôpitaux. Si on ne fait rien, ça va exploser", insiste la professeure qui rappelle que le variant anglais, actuellement majoritaire, est plus contagieux et donc nécessite des mesures plus importantes pour arriver au même niveau de contrôle qu'auparavant. "Au niveau de la circulation actuelle du virus, je ne crois pas que les mesures prises vont être suffisantes", affirme-t-elle.

Lire aussi

Réunis par le ministère pour un point sanitaire mardi dernier, les syndicats ont demandé "des mesures fortes et protectrices pour permettre le maintien des écoles ouvertes". Ils ont aussi pointé la situation sanitaire "très compliquée" dans les collèges. Ils demandent l'application de la demi-classe dans les établissements des 16 départements concernés par le reconfinement régional, comme cela a été fait pour les lycées.

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a de son côté proposé mercredi d'avancer de deux semaines les vacances de printemps, fixées cette année du 17 avril au 3 mai dans la région. Anne Hidalgo, elle, préfèrerait privilégier l'accélération de la vaccination des enseignants. "Ils doivent être prioritaires maintenant et pas fin avril", comme l'avait proposé mardi le président Emmanuel Macron, insiste-t-elle sur RTL.

Découvrez la version podcast de "L'interview Politique"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

En célébrant Youri Gagarine, Poutine dit vouloir que la Russie reste une grande puissance "nucléaire et spatiale"

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

Lire et commenter