Pour ou contre le passeport vaccinal ? Les Français appelés à répondre en ligne

Pour ou contre le passeport vaccinal ? Les Français appelés à répondre en ligne

CRISE SANITAIRE - Le Conseil économique, social et environnemental a lancé un sondage en ligne sur le "passeport vaccinal". L'objectif ? Recueillir l'avis des Français sur cette question délicate.

Faudra-t-il montrer patte blanche - ou vaccinée - pour retrouver une vie normale ? C'est la question que pose le Conseil économique, social et environnemental (Cese). L'instance a lancé mercredi une consultation en ligne sur le "passeport vaccinal"

De quoi parle-t-on ? Un laissez-passer qui attesterait qu'une personne a été vaccinée "pour accéder aux lieux aujourd'hui fermés"- restaurants, bars, cinémas, stades ou encore musées. Il pourrait prendre la forme d'un document ou d'un QR code sur votre téléphone. L'idée : recueillir l'opinion des Français sur cette initiative." Que pensez-vous du passeport vaccinal" ? Voici la question posée sur le site participez.lecese.fr jusqu'au 7 mars. Cinq choix sont proposés, allant de "très défavorable" à "très favorable"

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Dans la rue, les Français interrogés par TF1 sont partagés. Certains passants pensent qu'il s'agit d'une  bonne idée" quand d'autres craignent que ce dispositif ne restreigne les libertés. Du côté des restaurateurs, le dispositif ne convainc pas. "Essayer de savoir si telle ou telle personne est vaccinée, ça ne devrait pas être notre métier. On a déjà assez de chose à faire", déplore David Zenouda, gérant de bar s'exprime au micro de TF1.

Si l'exécutif réfléchit au passeport vaccinal, il estime qu'il est encore trop tôt pour le lancer. "L'idée de restreindre les flux aux personnes qui sont seulement vaccinées est un débat qui nous parait encore prématuré", expliquait le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, le 16 février dernier. À noter que la proportion de personnes ayant reçu la première dose du vaccin contre le Covid-19 en France s'élève à un peu plus de 3,3% de la population totale. 

Le passeport vaccinal, responsable d'inégalités ?

Au-delà de la faible proportion de personnes ayant reçu le précieux sérum, une autre variable freine le gouvernement : ces vaccins empêcheront-ils la transmission du virus ? Pour l'instant, des doutes subsistent sur leur capacité à réduire la transmission du Covid-19. "Il y a de bonnes raisons d'espérer", avait déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran mi-janvier. 

Par ailleurs, l'exécutif estime que le passeport vaccinal pourrait créer une "discrimination" entre ceux qui ont le droit de se déplacer et les autres. Du côté de l'opposition, le ton est différent. Jean-Christophe Lagarde président de l'UDI s'est montré favorable à l'instauration d'un sésame sanitaire. Déjà en décembre dernier, l'ex-maire de Drancy déclarait dans Ouest-France :  "Il faut bien que les gens vaccinés puissent progressivement reprendre une vie normale".

L'Europe divisée

Si la France tergiverse sur cette question, de plus en plus de pays ont fait le choix de se doter d'un passeport vaccinal. En Israël, la mise en place du précieux sésame devrait débuter le 23 février. En parallèle, l'État hébreu prévoit de se déconfiner et de retrouver une vie normale dans les prochains jours. Pour endiguer l'épidémie sur son territoire, Tel-Aviv a misé sur une campagne de vaccination agressive qui a porté ses fruits. À noter que 80% de la population vaccinable a reçu au moins une dose du vaccin.

Plus proche de nous, l'Islande fait figure de pionnière concernant le passeport vaccinal. En effet, le pays nordique l'a mis en place dès le 21 janvier 2021. Au total, 4800 Islandais ayant reçu les deux doses de vaccins contre le Covid-19 peuvent réclamer un certificat de vaccination pour voyager sans entraves en Europe. Petit bémol : puisqu'aucun pays ne l'exige, il ne sert pas à grand-chose pour l'instant. Mais certains pays nordiques sont prêts à sauter le pas comme le Danemark et la Suède. 

Lire aussi

Plus largement en Europe, les pays restent très divisés sur la question du passeport vaccinal. Lundi 8 février, la Grèce a relancé le débat en signant un accord avec Israël. Il prévoit la libre circulation de leurs ressortissants dans les deux pays sur présentation du précieux sésame. Un accord similaire entre Chypre et l'État hébreu a été passé sur la même thématique. 

Sur la question des passeports sanitaires, deux camps s'opposent : il y a la Suède, le Danemark, l'Espagne ou encore l'Italie qui sont favorables à la mise en place d'un tel mécanisme. En face, il y a le couple franco-allemand et les Pays-Bas qui se montrent réticents. Certains pays souhaiteraient que les États dont le tourisme est un secteur économique vital puissent exiger un tel document. Un nouveau sujet de discorde à Bruxelles. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter