Covid-19 : pourquoi 50% des contaminations pourraient bientôt concerner des personnes vaccinées

Covid-19 : pourquoi 50% des contaminations pourraient bientôt concerner des personnes vaccinées

INTERVIEW - Des chercheurs de l'Institut Pasteur estiment que la moitié des contaminations au Covid-19 concerneront à terme des personnes vaccinées. Simon Cauchemez, responsable de l'unité Modélisations mathématiques des maladies infectieuses à l'Institut Pasteur, répond à LCI.

Le nombre de personnes vaccinées testées positives au Covid-19 va-t-il bientôt atteindre celui des non-vaccinés ? Une hypothèse envisageable, selon l'Institut Pasteur. Dans la mise à jour d'une modélisation publiée lundi 6 septembre, les chercheurs indiquent qu'en raison du variant Delta et de l'avancée de la campagne vaccinale, "dans un scénario de référence, nous nous attendons à ce que la moitié des infections, à peu près, aient lieu chez des personnes vaccinées".

Comment expliquer un tel chiffre ? Qu'en est-il pour les formes graves et les hospitalisations ? Simon Cauchemez, responsable de l'unité Modélisations mathématiques des maladies infectieuses à l'Institut Pasteur, nous éclaire.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Selon vos travaux, à terme, la moitié des contaminés seront des personnes vaccinées. Comment l'expliquer ?

En juin dernier, après différentes études, nous émettions l'hypothèse que les vaccins protégeaient à 80% du risque d'infection. Avec l'apparition du variant Delta, cette protection contre l'infection est moindre, de l'ordre de 60%. Dès lors, les vaccinés ont plus de risques d'être infectés. Cela augmente donc leur contribution aux contaminations globales.

Les futurs contaminés vaccinés seront très largement protégés contre les hospitalisations- Simon Cauchemez

Est-ce également dû à la hausse de la couverture vaccinale ?

Oui, c'est mathématique. Le niveau de la couverture vaccinale est plus élevé que ce que nous avions estimé avant l'été, c'est une bonne nouvelle. Automatiquement, lorsque le nombre de vaccinés est plus important au sein de la population, leur part dans les contaminations augmente : si 100% des Français étaient vaccinés, toutes les infections, par définition, auraient lieu chez des vaccinés.

Cela ne signifie pas pour autant qu'un vacciné a autant de risques d'être contaminé qu'un non-vacciné.

Tout à fait. Rappelons que la majorité des Français est vaccinée (73% de primo-vaccinés au 6 septembre, ndlr). Grâce à cette protection, et malgré l'émergence du variant Delta, ces personnes voient leur risque de contracter le virus diminuer de 60% par rapport aux personnes non-vaccinées. Chaque personne ayant terminé son schéma vaccinal bénéficie d'une réduction significative du risque d'infection par rapport à un non-vacciné.

Lire aussi

Qu'en est-il des formes graves ?

La protection des vaccins contre les hospitalisations reste très élevée, les futurs contaminés vaccinés seront très largement protégés contre le risque de se rendre à l'hôpital. Seule une petite proportion de vaccinés testés positifs sera sans doute hospitalisée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.