Covid-19 : pourquoi plus d'un senior sur cinq n'est toujours pas vacciné

Covid-19 : pourquoi plus d'un senior sur cinq n'est toujours pas vacciné

LENTEUR - Si l'Assurance Maladie a lancé une campagne d'appels à destination des plus de 75 ans, nombre d'entre eux n'ont toujours pas reçu le précieux sérum.

Alors que les autorités sanitaires envisagent déjà d'avancer la date d'ouverture - prévue le 15 juin - de la vaccination à tous les adultes le souhaitant, une part non négligeable des plus âgés, prioritaires depuis plus de trois mois, ne s'est toujours pas prêtée à l'exercice. "Aucune dose ne doit être inutilisée" et "nous devons aller chercher les plus vulnérables", a d'ailleurs rappelé Jean Castex, samedi 16 mai.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Sur son site, le ministère des Solidarités et de la Santé souligne que l'Assurance maladie a pourtant mis en place "une campagne d’appels sortants" à destination des Français de cette tranche d'âge, ainsi qu'un "numéro coupe-file dédié", depuis le 31 mars. 

Reste qu'au 16 mai, les plus de 75 ans étaient encore plus de 21%, selon CovidTracker, à n'avoir reçu aucune dose de vaccin.

Les personnes âgées isolées et autonomes sont "difficiles à faire vacciner"

Pour 20Minutes, le chercheur en immuno-oncologie Éric Billy précise qu'une partie des seniors est constituée de personnes autonomes et isolées, parfois dans l'impossibilité de se déplacer facilement. "C’est cette population qui est difficile à faire vacciner. Elle n’est pas à l’aise avec Internet et la prise de rendez-vous médicaux, elle peut difficilement se déplacer à l’hôpital ou au vaccinodrome, et même la communication autour du vaccin ne l’atteint pas."

"Il ne faut pas mettre tout sur le compte de la réticence, il y a aussi un problème d'accessibilité", abonde, pour LCI, le professeur Jean-Paul Stahl, infectiologue au CHU de Grenoble. Il ajoute : "D'après mes informations, il y en a beaucoup qui se situent en zones rurales où les livraisons de vaccins ne sont pas aussi optimales qu'en ville ; et les distances font que c'est plus compliqué" d'aller se faire vacciner.

Les choses pourront être facilitées avec Moderna- Éric Billy

Le médecin pointe également "la difficulté logistique que représentent les vaccins à ARN messager, qui nécessitent une congélation". Pour autant, "les choses pourront être facilitées avec Moderna, plus facilement transportable, et qui sera bientôt administré chez les généralistes", souligne Éric Billy. Les doses du vaccin américain, lui aussi basé sur l'ARN messager, devraient être disponibles à partir du 28 mai.

Lire aussi

Reste qu'une partie des non-vaccinés doivent toujours être convaincus. "Les personnes les plus âgées n’ont pas connu l’aspect pénurie des doses, ni la frustration de ne pas y avoir droit. Il y a également beaucoup de mésinformations, et moins d’avantage social à la vaccination", explique ainsi, pour 20Minutes, Hélène Rossinot, docteure et spécialiste de Santé Publique. Cette dernière mentionne un autre facteur de réticence : "la réflexion", chez certains des plus âgés, consistant à se dire "je ne vais peut-être pas vivre longtemps, donc je veux vivre sans problème".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 9000 patients hospitalisés, une première depuis le 17 septembre

EN DIRECT - Migrants : "Des méthodes pas sérieuses", lance Emmanuel Macron à Boris Johnson... qui assume sa lettre

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Port du masque : voici les lieux où vous allez devoir le remettre

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.