Covid-19 : que nous apprend l'institut Pasteur sur l'ivermectine ?

Ivermectine, illustration

RECHERCHE - Présentée depuis de longs mois par certains comme un nouveau traitement miraculeux contre le coronavirus, l'ivermectine a maintenant fait l'objet d'une étude de l'institut Pasteur. Que nous dit-elle ? On fait le point.

Une sorte de nouvelle hydroxychloroquine. Vieux médicament peu coûteux, l'ivermectine est présentée depuis plusieurs mois par ses défenseurs comme un remède miracle contre le coronavirus. Jusqu'ici, cet anti-parasitaire commercialisé depuis plus de trente ans n'a toutefois jamais fait ses preuves sur l'humain. Mais depuis plusieurs jours, son nom revient sur le devant de la scène. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Le sénateur Les Républicains Alain Houpert s'est ainsi félicité ce mercredi Twitter que l'institut Pasteur mette "en avant les effets bénéfiques" de la molécule "sur les formes graves du Covid-19". À l'instar de Florian Philippot, de Nicolas Dupont-Aignan ou d'internautes lambda, il s'étonne toutefois que la communication de la prestigieuse fondation française sur le sujet soit passée inaperçue. Et soit oubliée au détriment du vaccin. 

"L'institut Pasteur admet que l'ivermectine est efficace contre le Covid. Pourquoi le même jour Macron impose le pass sanitaire et vaccin obligatoire pour les soignants ?", s'interroge ainsi une internaute. La réponse est simple : cette étude, publiée le 12 juillet, n'apporte aucunement la preuve de l'efficacité de la molécule sur le corps humain.

Efficace sur certains symptômes chez... le hamster

Tout d'abord, il est important de noter que les conclusions de cette étude portent uniquement sur 18 hamsters. Il ne s'agit donc aucunement d'un essai clinique sur l'humain. Or, les chercheurs ont observé sur ces animaux que la prise de la molécule était associée "à une limitation de l'inflammation des voies respiratoires et des symptômes qui en découlent", résume l'institut Pasteur dans un communiqué, relevant également une protection contre la perte de l'odorat. Effectivement, sur ces animaux, les chercheurs ont enregistré des signaux positifs sur quelques marqueurs qui pourraient suggérer un effet immunomodulateur.

  

Toutefois, les résultats ne montrent pas d'effet de la molécule sur la réplication virale du virus. Ce qui veut dire que son intérêt chez l'animal réside uniquement dans l'impact de la symptomatologie, après avoir déjà été infecté. Elle ne réduit en rien la transmission ni la réplication. Comme l'écrivent les chercheurs, l'ivermectine pourraient, si ces résultats sont confirmés par d'autres essais cliniques sur l'humain, être considérée uniquement "comme un agent thérapeutique prometteur contre le Covid-19 sans impact sur la réplication" du virus "mais soulageant l'inflammation et les symptômes qui en découlent".

Aucune preuve clinique sur l'humain

Attention cependant, comme vous pouvez le lire ci-dessus, tout est écrit au conditionnel. L'efficacité de ce traitement est, pour l'heure, de l'ordre du spéculatif. Comme le résume Yonathan Freud, urgentiste à l'hôpital parisien de la Pitié-
Salpêtrière, il s'agit pour le moment d'une étude préclinique. On est encore "à des kilomètres d'un potentiel niveau de preuve même correct d'un effet clinique positif chez l'homme", souligne-t-il

Lire aussi

C'est également ce qu'observent les auteurs de l'étude. Selon Guilherme Dias de Melo, chercheur dans l'unité Lyssavirus, épidémiologie et neuropathologie et premier auteur de l'étude, ces travaux viennent simplement apporter "des données précliniques". Celles-ci sont "essentielles" afin de passer à l'étape suivante : les essais chez l'humain. Des essais cliniques de phase 1 doivent effectivement venir confirmer l'existence d'une éventuelle efficacité.

 

Comme nous l'écrivions déjà dans ce précédent article, et tel que montré par la synthèse des études sur le sujet, cette molécule n'a donc - malheureusement - toujours pas fait ses preuves.

En vidéo

Covid-19 : quel est le profil des nouveaux contaminés ?

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : décès de Jacob Desvarieux, figure du groupe Kassav'

Variant Delta : les personnes vaccinées pourraient autant le transmettre que les non-vaccinées

"C'est comme si la vaccination ne servait à rien" : la déception des touristes face aux restrictions en Outre-mer

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.