Covid-19 : l'anxiété des Français atteint un niveau proche de celui du premier confinement

Les essentiels LCI du samedi 23 octobre 2021 à 16h22

PSYCHOLOGIE - Selon l'enquête CoviPrev publiée le 21 octobre et qui suit l'évolution de la santé mentale des Français depuis le début de l'épidémie, les indicateurs de santé mentale se sont dégradés par rapport au mois de juillet.

Si la situation sanitaire en France semble se maintenir à un niveau stable, notamment en métropole, ce n'est pas le cas de la santé mentale des Français. En effet, Santé publique France a observé depuis la rentrée une dégradation de certains indicateurs, qui montrent notamment une augmentation des états anxieux et dépressifs. 

Ainsi, 26% des Français montrent des signes d'un état anxieux et 16% d'entre eux ont présenté des symptômes d'un état dépressif. Parmi les personnes interrogées, 9% déclarent un état à la fois dépressif et anxieux. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les états anxieux en nette hausse

Si la situation n'évolue pas significativement par rapport à la dernière vague étudiée, c'est-à-dire du 31 août au 7 septembre, la santé mentale des Français s'est considérablement dégradée par rapport à ce qui avait été observé au mois de juillet. L'enquête CoviPrev note ainsi depuis la rentrée une augmentation des états dépressifs et des états anxieux avec respectivement une hausse de trois et de sept points. 

À 26%, le niveau des états anxieux atteint presque le niveau qui avait été observé lors du premier confinement, qui été alors situé à 27%. Ce n'est pas le cas des états dépressifs, qui restent inférieur à celui observé à cette période, mais qui suit depuis juillet une tendance "significative", selon le bulletin de Santé publique France après avoir diminué entre avril et juillet. 

L'enquête, qui interroge tous les mois un panel représentatif de 2000 personnes de plus de 18 ans sur internet, observe également que le pourcentage de personnes montrant des problèmes de sommeil a également fortement augmenté et se situe même à un niveau supérieur à celui observé lors du premier confinement, avec 70% des Français qui déclarent des troubles du sommeil, contre 59% en juillet dernier, et 20% en mars 2020. 

Lire aussi

Dernier indicateur étudié, la prévalence des pensées suicidaires. Le niveau est resté stable depuis le 1er point de mesure, en février dernier, mais se maintient à un niveau élevé, puisqu'il est situé à 10%. A contrario, 5% des Français déclaraient avoir eu des pensées suicidaires au cours de l'année en période hors épidémie (Baromètre Santé 2017).

Quel que soit l'indicateur considéré, les profils de la population les plus en difficultés sont les chômeurs, les personnes déclarant des antécédents de trouble psychologique ainsi que celles déclarant une situation financière difficile. Si le bulletin épidémiologique rendu par Santé Publique France n'explique pas les raisons de cette dégradation de la santé mentale dans le pays, il rappelle que "la crise sanitaire a affecté de façon durable et importante la santé mentale de la population"

"En présence de signes de dépression (tristesse, perte d’intérêt, d’énergie) ou d’anxiété (tension, irritabilité), il est important de s’informer et d’en parler afin d’être conseillé sur les aides et les solutions disponibles", rappelle l'agence nationale. Un numéro vert est ouvert au 0 800 130 00 et le site du Psycom permet également de s'informer sur le sujet. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : pas de fêtes du Nouvel An à Rio de Janeiro

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.