Covid-19 : selon une étude anglaise, la vaccination est sans danger pour les femmes enceintes

Covid-19 : selon une étude anglaise, la vaccination est sans danger pour les femmes enceintes

DANGERS - Selon une étude anglaise publiée ce jeudi, les femmes enceintes ont autant de risques de mortinatalité (décès in-utero ou pendant le travail) ou de donner naissance à un prématuré qu'elles soient vaccinées ou non.

Les femmes enceintes face au dilemme de la vaccination. Alors qu'en France, elles sont déjà autorisées à recevoir les deux injections du virus contre le Covid-19, beaucoup hésitent encore avant de franchir le pas. Mais ce jeudi, une nouvelle étude de l'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA), au Royaume-Uni, entend balayer ces craintes : la vaccination serait bien sans danger pour elles.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Peu de données existent concernant les femmes enceintes, ces dernières étant elles-mêmes exclues lors des essais cliniques qui ont finalement conduit à l’approbation des vaccins à ARN messager de Moderna et Pfizer-BioNTech. Pour arriver à ce résultat, les scientifiques anglais ont alors calculé. Au cours de la période de 8 mois entre janvier et août 2021, 355.299 femmes ont donné naissance, dont 24.759 avaient reçu au moins une dose de vaccin Covid-19 avant l'accouchement. Dans le lot, aucune femme enceinte entièrement vaccinée n'a été admise en soins attentifs en raison du coronavirus.

Des risques similaires entre vaccinées et non-vaccinées

Selon l'étude, publiée dans The Guardian, les risques - très faibles - sont les mêmes chez les femmes vaccinées et que chez celles, non vaccinées. Dans le détail, le taux de mortinatalité observé chez les premières était d'environ 3,35 pour 1000, quand il est de 3,60 pour 1000 chez les secondes. Au cours de la même période, la proportion de femmes vaccinées donnant naissance à des bébés de faible poids de naissance (5,28 %) était similaire à la proportion de femmes non vaccinées (5,36 %). Même constat pour les naissances prématurées : le taux était de 6,51 % pour celles doublement "piquées" et de 5,99 % pour non vaccinées.

Néanmoins, pointe l'étude, celles ayant reçu les deux doses restent "beaucoup plus protégées contre les formes graves du Covid-19 que celles qui ne le sont pas", expliquent les scientifiques.

Lire aussi

Ces données en Grande-Bretagne soutiennent d'autres études dans le monde selon lesquelles les vaccins peuvent être administrés en toute sécurité à n'importe quel stade de la grossesse. En France, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) et le Groupe de recherche sur les infections pendant la grossesse (Grig) souhaitent d'ailleurs que ces femmes prêtes à donner naissance fassent partie de la campagne de rappel, ce qui n'est pas encore le cas.

Pour le Dr Mary Ramsay, responsable de la vaccination à l'UKHSA, "chaque femme enceinte qui n'a pas encore été vaccinée doit se sentir en confiance pour aller se faire vacciner, et que cela aidera à prévenir les conséquences graves d'attraper Covid-19 pendant la grossesse."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : pas de fêtes du Nouvel An à Rio de Janeiro

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.