Soignants suspendus : de 3000 à 15.000, pourquoi les chiffres ont-ils évolué ?

Le chiffre de 3.000 initialement communiqué se révélait très parcellaire, sur la base de remontées incomplètes.

REMONTÉES - Olivier Véran est pointé du doigt après avoir évoqué le chiffre de 15.000 soignants suspendus faute de schéma vaccinal complet. Il avait dans un premier temps évoqué 3000 personnes, mais expliquait qu'il s'agissait uniquement de remontées parcellaires.

Depuis le 15 septembre, les personnels soignants et autres professionnels associés sont tenus de présenter un schéma vaccinal complet afin de poursuivre leur activité. Les personnes récalcitrantes font l'objet de suspensions, sans versement de salaire, une situation que les autorités sanitaires suivent avec attention et qui a fait l'objet de plusieurs déclarations d'Olivier Véran.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Le ministre de la Santé, dans un entretien au Figaro, a expliqué le 12 octobre qu'au total, "environ 15.000 salariés sur 2,7 millions de personnels concernés" se voyaient à l'heure actuelle suspendus. Un chiffre qui a suscité de multiples réactions, notamment parce qu'à la mi-septembre, le même Olivier Véran évoquait une situation touchant 3000 personnes. 

Des responsables politiques comme Florian Philippot ont rebondi sur ces données, s'interrogeant sur "combien en réalité" seraient effectivement concernés. Côté ministère, on explique que les remontées sont affinées avec le temps, et que les chiffres fournis quelques jours après la mise en place de cette mesure demeuraient très largement sous-évalués.

Des remontées qui s'effectuent lentement

3000 ? 15.000 ? Pour en savoir plus sur les estimations du ministre, LCI s'est rapproché de son cabinet. Celui-ci précise d'emblée qu'il "ne s'agit pas de sondages, si bien qu'il est nécessaire d'obtenir des remontées de la par des différents établissements". Un travail "un peu fastidieux et compliqué", reconnaît-on, notamment "en raison du travail intense des personnels" dans la période actuelle. 

Mi-septembre, au lendemain de l'obligation, "un peu plus de 3000 cas avaient été remontés", nous rappelle-t-on, "mais on savait bien que c'était sous-évalué, ce que le ministre avait d'ailleurs indiqué sur RTL". Dans l'entourage d'Olivier Véran, une augmentation était ainsi attendue, même si "l'on remarque que nous sommes aujourd'hui loin des prévisions alarmistes faites par certaines et qui évoquaient 10% de personnels suspendus."

Lire aussi

Alors, où en sommes-nous ? Sur la base des établissements qui ont répondu, "on obtient aujourd'hui un taux de 0,6%". Un résultat obtenu par une extrapolation : "7000 suspensions ont été comptabilisées au niveau national", a indiqué Olivier Véran, mais "entre 50% et 60% des établissements ont procédé à des remontées". Un rapide produit en croix permet donc d'aboutir au chiffre de 15.000, qu'il convient d'utiliser avec précaution. 

"Aucun élément permet de penser que c'est représentatif de tous les établissements", concède volontiers le cabinet du ministre. "Vu que plusieurs milliers d'établissements ont répondu, on considère donc simplement qu'il s'agit d'un ordre de grandeur", nous glisse-t-on.

À ces données, il faut en ajouter un autre : celle du nombre de démissions. Réduit, puisque évalué "entre 1500 et 2000". La part des suspension s'avère par ailleurs en baisse avec le temps, ce que mettent en avant les remontées hebdomadaires. En marge des quelques démissions, les établissements ont aussi observé une progression de la vaccination chez des personnels à la base réfractaires. La part des vaccinés se trouve donc en augmentation depuis quelques semaines. 

Conscient du caractère impopulaire de cette mesure auprès de certains soignants, le ministère assume et maintient sa ligne. "On souhaite que l'hôpital ne soit pas un lieu de circulation du virus", souligne-t-on dans l'entourage d'Olivier Véran, tout en mettant en avant le fait qu'une "écrasante majorité des soignants soient vaccinés".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter :  notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

Colombie : Otoniel, le plus grand trafiquant de drogue du pays, capturé dans la jungle

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.