Le président de l'Assemblée de Corse veut rendre obligatoire la présentation d'un test négatif pour entrer sur l'île de Beauté

Le président de l'Assemblée de Corse veut rendre obligatoire la présentation d'un test négatif pour entrer sur l'île de Beauté

PROTECTION - Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a réclamé ce dimanche un contrôle plus strict des tests Covid à l'entrée de l'île de Beauté pour les fêtes de fin d'année. S'ils sont obligatoires, la présentation d'un résultat négatif n'est pas demandée.

Faudra-t-il montrer patte blanche pour passer les fêtes de fin d'années en Corse ? Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a réclamé ce dimanche un contrôle plus strict des tests Covid désormais obligatoires au départ des liaisons aériennes et maritimes pour venir sur l'île de Beauté, entre le 19 décembre et le 8 janvier inclus. Il estime insuffisante la simple déclaration sur l'honneur exigée.

La veille, le préfet de Corse et la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) avaient annoncé l'obligation pour les personnes désirant se rendre sur l'île de Beauté pendant les vacances de fin d'année de passer un test PCR ou antigénique 72 heures avant d'embarquer pour toute personne de plus de 11 ans. La mesure était réclamée depuis le printemps par le conseil exécutif de Corse et la majorité territoriale nationaliste. Elle était jusque-là seulement en vigueur pour les voyageurs maritimes à destination ou en provenance d'Italie et pour les passagers arrivant de pays identifiés comme zones de circulation à risque du Covid-19.

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

La directrice générale de l'ARS et le préfet ont cependant précisé que les résultats de ces tests ne pourraient être demandés aux passagers par les compagnies aériennes ou maritimes et que seule une attestation sur l'honneur certifiant ne pas être positif au Covid-19 et ne pas présenter de symptômes devrait être présentée à l'embarquement. En cas de contrôle par les forces de l'ordre en Corse, "les personnes devront pouvoir présenter un justificatif du laboratoire ou de la pharmacie prouvant qu'ils ont passé le test", avait ajouté le préfet, en indiquant que tout manquement serait verbalisé. Cependant, les policiers ne pourront que consulter le justificatif et en aucun cas le résultat du test lui-même.

Devant cette annonce, nous réitérons notre position consistant à instaurer l'exigence de tests négatifs.- Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse

Ce "dispositif de test 'obligatoire' sans obligation de le présenter à l'embarquement, peu fiable et éphémère (levé au 8 janvier), ne saurait nous convenir", a plaidé le président de l'Assemblée de Corse dans un communiqué publié ce dimanche, regrettant que cette mesure ait été prise "sans concertation avec les élus". "Devant cette annonce, nous réitérons notre position consistant à instaurer l'exigence de tests négatifs (comme dans l'Outre-Mer) au départ des liaisons maritimes et aériennes vers la Corse, et de le faire immédiatement, sans attendre l'autorisation de l'administration", a ajouté le dirigeant indépendantiste.

Lire aussi

Sérieusement touchée lors de la première vague, puis relativement épargnée par la deuxième vague du Covid-19, la Corse craint de subir de plein fouet une troisième vague. 50.000 personnes sont attendues sur l'île de Beauté pour les fêtes de fin d'année. Au total, 138 personnes sont mortes sur cette île de 340.000 habitants depuis le début de l'épidémie, dont 49 depuis septembre, selon l'ARS.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

La mobilisation des généralistes a-t-elle permis de faire décoller les vaccinations AstraZeneca ?

Lire et commenter