4 questions sur la vaccination chez les médecins généralistes

4 questions sur la vaccination chez les médecins généralistes

PRATIQUE - Depuis ce jeudi 25 février, certains médecins libéraux peuvent vacciner dans leur cabinet. Qui est concerné ? Comment prendre rendez-vous ? On fait le point.

Au vu du nombre de praticiens volontaires et du nombre de doses de vaccin fournies, cette nouvelle étape dans la campagne de vaccination devrait s'amorcer en douceur. Elle n'en reste pas moins importante. Depuis ce jeudi, des Français peuvent se faire vacciner contre le SARS-CoV-2 dans le cabinet de médecins libéraux. Officiellement prévenus le 12 février, ces derniers avaient jusqu'à mercredi 23h pour se manifester auprès d'un pharmacien afin de recevoir en temps et en heure les doses de vaccin nécessaires.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

À l’heure de la clôture des inscriptions, 28.844 médecins libéraux, essentiellement des généralistes, s'étaient portés volontaires, selon le ministère de la Santé. "Pour les détails, on a dû attendre un mail arrivé vendredi, ça laisse peu de temps pour s'organiser", regrette toutefois Claude Bronner, médecin à Strasbourg et président du syndicat Union généraliste. Il revient pour LCI sur les principales caractéristiques du protocole prévu.

Quel sera le vaccin injecté ?

Il s'agit du vaccin AstraZeneca. Ses effets secondaires, décrits par l'Agence du médicament (ANSM) comme "syndromes pseudo-grippaux souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, maux de tête)" ont touché des professionnels de santé des établissements de santé et "se confirment". Les 363 cas déclarés au total au 16 février concernaient des personnes "très majoritairement âgées de moins de 50 ans (âge moyen de 31 ans)". 

Face à la réticence affichée par certains patients comme chez les médecins, Alain Fisher, le Monsieur vaccin du gouvernement, a assuré jeudi sur Europe 1 qu'il s'agit d'"un vaccin pour lequel le taux d’efficacité est très bon" et non d'un vaccin "de seconde zone". Ces effets secondaires "ne remettent pas en cause le rapport bénéfice/risque du vaccin", a de son côté clarifié l'ANSM. "Cela fait quinze jours qu'on raconte que c'est un sous vaccin, cela va être difficile de ramer contre ça", appréhende tout de même Claude Bronner qui ne sait pour l'instant à quel engouement s'attendre lors de la prise de rendez-vous.

Lire aussi

Pour rappel, un délai de 4 à 12 semaines est ensuite prévu entre les deux doses. Toutefois, la Haute autorité de santé (HAS) recommande de privilégier un intervalle de 9 à 12 semaines. En cas de retard pour le rappel, la vaccination peut reprendre quel que soit le retard mais une seconde dose doit absolument être administrée, selon la HAS. 

Qui sont les patients concernés ?

La vaccination contre le Covid-19 qui commence jeudi dans les cabinets de médecins généralistes s'adresse aux patients âgés de 50 à 64 ans inclus qui le souhaitent à condition qu'ils soient atteints de comorbidités. "Souvent, les gens veulent se faire vacciner, mais pour respecter les critères, c'est pas si simple", concède le Dr Claude Bronner. Quelles sont donc les pathologies qui entrent dans cette catégorie ? Les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète, les pathologies respiratoires chroniques, l’insuffisance rénale chronique dialysée, l’obésité et le cancer évolutif sous traitement, selon la liste du Haut conseil à la santé publique (HCSP) d’octobre 2020. 

S'agissant de la tranche d'âge visée, la Haute Autorité de santé a eu l'occasion de s'en expliquer : "Les données d’efficacité du vaccin d’AstraZeneca (…) présentent des résultats tout à fait satisfaisants qui vont de 62 à 70 % d’efficacité. En raison du faible effectif de participants âgés de 65 ans et plus dans les essais, il n’est pas possible de conclure sur l’efficacité vaccinale dans cette population." 

Quelle logistique derrière ?

Le médecin ne dispose pas du nombre estimé de doses dont il a besoin, mais d'un seul flacon lors de la première livraison (semaine du 22 février), et de deux ou trois flacons maximum pour la deuxième livraison (semaine du 1er mars). Chaque flacon contient dix doses de vaccin. Les flacons seront livrés aux pharmacies d'officine par les grossistes-répartiteurs au plus tard le 24 février 2021 et devront être retirés par les médecins eux-mêmes, qui choisiront leur officine. Aiguilles et seringues seront fournies. Pour rappel, le vaccin AZ nécessite une conservation entre +2 et +8°C dans un réfrigérateur dédié.

"En tant que médecin, vous réservez vos doses, vous les laissez chez le pharmacien jusqu'aux rendez-vous, c'est tout simple dans l'absolu", résume Claude Bronner, qui ajoute : "encore faut-il avoir suffisamment de patients ensuite pour écouler les doses quand le flacon est entamé". 

"On a 48 heures pour vider le flacon à la condition de remettre au frigo du cabinet entre les doses ce qui permet de démarrer une vaccination dans la journée et de continuer avec tous ceux qui veulent", rappelle-t-il, précisant que "s'il n'est pas ouvert, on peut conserver le flacon dans son frigo six mois".

Comment prendre rendez-vous ?

Les patients désireux de se faire vacciner peuvent prendre rendez-vous, comme pour une consultation classique, sur une plateforme (Doctolib, Maiia, Allodocteur…), ou prendre contact directement avec le généraliste. Le Dr Claude Bronner souligne d'ailleurs qu'il revient à ce dernier de s'assurer que les critères sont bien respectés, tout comme il revient à chacun ensuite de s'organiser en fonction de la prise de rendez-vous.

"Il s'agit aussi pour le médecin de regarder dans la patientèle quels patients entrent dans les critères avec comorbidité avant de prendre contact avec ceux qui n'auraient pas pris rendez-vous", rappelle Claude Bronner, faisant valoir qu'à ce sujet, certains de ses confrères "se posent des questions sur le plan pratique car ne sont pas forcément organisés pour téléphoner". Et de conclure : "si on avait pu anticiper un peu, chacun aurait pu s'organiser, mais là, chacun s'adapte, il y a tout un système à mettre en place petit à petit".

En vidéo

Campagne de vaccination : les contraintes des prises de rendez-vous

Pour rappel, les vaccinations qui nécessitent le consentement éclairé préalable du patient, sont ensuite saisies dans un système d'information national dédié, Vaccin Covid, accessible via l'Assurance maladie et son site AmeliPro aux professionnels de santé.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : au moins 220.000 personnes vaccinées ce samedi en France, annonce Olivier Véran

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

"Le succès attire la rage" : le rappeur The Vivi répond à son éviction de "The Voice" en musique

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter