Variant anglais : l'épidémie s'accélère de manière préoccupante à Dunkerque

Variant anglais : l'épidémie s'accélère de manière préoccupante à Dunkerque

CONTAMINATION - Le variant britannique du Covid-19, qui sévit en France depuis fin décembre, se révèle très actif à Dunkerque. Le maire de la ville appelle "à la plus grande vigilance".

L'épidémie de Covid-19 s'accélère de manière "préoccupante" à Dunkerque et à Gravelines (Nord), avec une forte présence du variant anglais plus contagieux, ont alerté les autorités sanitaires ce jeudi 11 février. 

Le variant anglais s'avère particulièrement présent dans ce département, alors que la France tente de contenir l'épidémie, à l'origine de 25.387 nouveaux cas positifs ces dernières 24h. "Les taux d’incidence sur la communauté urbaine de Dunkerque et la communauté de communes des Hauts-de-Flandre (...) atteignent respectivement 485 et 424 cas pour 100.000 habitants" (contre 208 au niveau national), a alerté l'Agence régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France ce mercredi soir. "Le taux de positivité des tests y atteint 10%". 

Face à cette situation préoccupante, une campagne exceptionnelle de dépistage est en cours d’organisation par l’ARS et ses partenaires dans plusieurs communes du secteur. Elle sera proposée à la population dans le courant de la semaine prochaine. 

Toute l'info sur

Le 13h

Le taux de pénétration du variant anglais six fois supérieur à la moyenne nationale

Cette inquiétude face au virus est montée d'un cran à la mi-janvier avec"une recherche systématique des variants". Sur un total de 1.367 tests réalisés à Dunkerque, 172 étaient positifs dont 117 révélant la présence du variant britannique, indiquent des analyses récentes par un laboratoire privé. À Gravelines, sur 305 tests PCR réalisés, 32 étaient positifs dont 17 au variant anglais.

"Ça va beaucoup plus vite, commente Laure Khadir, pharmacienne à Dunkerque, dans le reportage en tête de l'article. En mars, on avait quasiment pas de cas dans le dunkerquois ou très peu. En septembre, on a eu une petite vague qui touchait plutôt les adultes jeunes. Et là c'est vraiment tout le monde".

Ce bilan sanitaire inquiétant n'a pas échappé au maire de la ville. "A Dunkerque, le taux de pénétration du variant anglais est trois fois supérieur à la moyenne régionale, et six fois supérieur à la moyenne nationale", a réagi Patrice Vergriete dans une vidéo publiée sur Facebook et relayée ci-dessous.

L'édile appelle ainsi "à la plus grande vigilance" avec comme dessein de sensibiliser les habitants de sa commune pour désengorger un hôpital saturé. "L’accueil ici même à l’hôpital atteint la côte d’alerte. Aujourd’hui, 55 patients sont en effet hospitalisés pour Covid, neuf sont en réanimation, dans un service qui se trouve aujourd’hui saturé, ce qui a nécessité le weekend dernier le transfert de dix patients vers d’autres hôpitaux de la région", détaille-t-il, dans la vidéo tournée au centre hospitalier.

En plus de cet objectif de sensibilisation, les autorités sanitaires entendent déployer sur ce territoire le nouveau dispositif des médiateurs de "lutte anti-covid", qui permet en un même lieu et au même moment de réaliser des tests, effectuer le contact tracing et délivrer des messages de prévention. 

Lire aussi

En dépit du contexte sanitaire, et de la crainte qu'il suscite chez les habitants, ces derniers comptent bien célébrer le traditionnel carnaval de Dunkerque. À défaut de grands rassemblements, les petits comités seront à l'honneur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter