Votre foyer peut facilement devenir celui du coronavirus, confirme une étude

Une famille portant des masques chirurgicaux / Photo d'illustration

CONTAMINATION - En dépit des précautions prises pour ne pas s'infecter au SARS-CoV-2 à l'extérieur de chez soi, il apparait que le virus se propage rapidement à la faveur d'interactions entre personnes vivant sous le même toit.

La sphère privée, un nid de contamination ? S'il reste difficile, un an après l'apparition du Covid-19, d’identifier avec précision les lieux de transmission du virus, une méta-analyse parue dans Jama Network vient conforter cette hypothèse à un moment où tout chacun aurait sans doute préféré qu'on la mette à mal. À quelques jours de Noël, les centres de santé américains viennent en effet de dévoiler leurs conclusions issues des résultats de 54 études menées dans plus de 20 pays. Verdict ? La propagation du virus est courante et rapide dans les foyers où les gestes barrières ne sont plus forcément de mise.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

À quel point ? D'après ces travaux, 16,6% des personnes vivant dans le même foyer qu’un cas confirmé de Covid ont elles-mêmes été contaminées. Si le chiffre peut sembler peu éloquent, il dépasse pourtant du double voire du triple ceux rapportés pour d’autres coronavirus comme le Sras (7,5%) ou le Mers (4,7%). Dans le détail, plus de la moitié des personnes (53%) qui vivaient avec une personne infectée par le Covid-19 ont été infectées en une semaine, selon les chercheurs. En outre, environ 75% de ces infections par répercussion sont survenues dans les cinq jours suivant les premiers symptômes chez le patient initial. Enfin, moins de la moitié des membres du foyer infectés présentaient des symptômes au moment où l'infection a été détectée pour la première fois. 

Risque accru de transmission pour les conjoints

"Beaucoup n'ont signalé aucun symptôme pendant sept jours de suivi, soulignant le potentiel de transmission par des contacts secondaires asymptomatiques et l'importance de la quarantaine", souligne l'équipe des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains.  

Assez logiquement, il apparait que les conjoints courent un risque plus élevé de transmission (37,8%) que les autres membres de la famille du fait, selon toute vraisemblance, de dormir notamment dans la même pièce, mais aussi tout simplement des contacts prolongés selon les conclusions publiées dans la revue JAMA Network Open. "Les schémas de propagation de Covid-19 suggèrent que les groupes de personnes qui vivent près les uns des autres courent le plus grand risque de l'obtenir les uns des autres. Si les enfants font partie de ce ménage, ils peuvent présenter des symptômes minimes mais rester contagieux. Pensez à demander à tout le monde de porter un masque à l'intérieur", recommande la pédiatre Dr. Jenny Radesky, porte-parole de l'American Academy of Pediatrics.

Risque de transmission moindre d'adulte à enfant

Le risque apparait en outre plus élevé lorsque la personne initialement infectée au sein du foyer présentait des symptômes de Covid-19 (toux, rhume, courbatures, frissons, fièvre...) que si elle ne présentait peu ou pas de signes de la maladie. De plus, ces travaux viennent confirmer que le risque de transmission est plus important entre adultes (28,3%) que d'adultes à enfants ou entre enfants (16,8%). "Il s'agit d'une autre étude qui nous rappelle à quel point le virus qui cause le Covid-19 est contagieux et à quel point il est difficile de ne pas infecter les autres si l'on vit dans des logements surpeuplés et multigénérationnels", analyse la consultante médicale pour CNN, Leana Wen, médecin urgentiste et professeure invitée à la George Washington University Milken Institute  School of Public Health. 

Lire aussi

À noter tout de même que cette méta-analyse mérite quelques réserves, la principale concernant l'importante variation entre les résultats des 54 études sur lesquelles se sont basés les CDC. Ces dernières ont en effet été menées selon des protocoles de test distincts, des participants différents, qui plus est dans des foyers aux caractéristiques différentes, comme le fait par exemple d'être équipé d'air conditionné ou non.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccin Janssen : la balance bénéfice/risque "reste positive", selon l'EMA

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

Vers un déconfinement territorialisé en mai ?

Lire et commenter