Hydroxychloroquine : Jean-François Delfraisssy assure ne pas avoir été mis sous pression par le gouvernement

Hydroxychloroquine : Jean-François Delfraisssy assure ne pas avoir été mis sous pression par le gouvernement

MISE AU POINT - Le président du Conseil scientifique Covid-19, Jean-François Delfraissy, a assuré mardi 8 juin que la pression quant à l'hydroxychloroquine, évoquée dans des mails avec son confrère américain Anthony Fauci, ne provenait en aucun cas du gouvernement.

"Je n'avais aucune pression du gouvernement." Invité ce mardi matin sur RTL, le président du Conseil scientifique Covid-19, Jean-François Delfraissy, a tenu à clarifier la situation à la suite de la publication d'une série de mails que l'immunologue a échangés depuis le début de la crise sanitaire avec son confrère américain, par ailleurs conseiller à la Maison Blanche, Anthony Fauci. En mars 2020, il affirmait dans l'un de ces messages subir "une pression politique énorme" pour "autoriser l'hydroxychloroquine et en donner à tout le monde".

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Interrogé par le journaliste Benjamin Sportouch, le professeur l'invite à remettre cette phrase dans son contexte. Dans ce courriel, "je dis qu'il y a ce buzz autour de l'hydroxychloroquine, que je ne sais pas, qu'il y a peut-être un signal et qu'on va rentrer dans les essais randomisés", explique-t-il.

"À la fin je dis : 'j'ai une pression politique'", se souvient Jean-François Delfraissy avant de retourner la question à son interlocuteur. "Qui faisait la pression politique au mois de mars ? Il y avait une pression sociétale et politique très difficile : il y avait des politiques médecins, des politiques du Sud, du Nord, de droite, de gauche... qui disaient 'Comment se fait-il qu'on ne donne pas  l'hydroxychloroquine à tout le monde ?'. C'est tout". Et d'assurer : "Je n'avais aucune pression du gouvernement."

Des milliers de mails publiés en toute légalité par les médias américains

Pour avoir accès à ces e-mails, envoyé entre janvier et juin 2020, les médias américains, parmi lesquels BuzzFeed News, le Washington Post ou encore CNN, ont saisi la justice en s'appuyant sur la loi d'accès à l'information (Freedom of Information Act), datant de 1996. Celle-ci permet à n'importe quel citoyen d'obtenir des documents administratifs au nom du droit à l'information.

Dans cet échange avec Anthony Fauci, Jean-François Delfraissy évoque entre autres  "le buzz médiatique depuis l'annonce faite par le Docteur Didier Raoult à propos de l'efficacité de l'hydroxychloroquine". "Ses données ne sont pas particulièrement convaincantes", juge -t-il. Et d'ajouter : "Nous pouvons observer un signal légèrement positif, mais il doit être confirmé par un essai randomisé bien mené".

L'hydroxychloroquine déconseillée par l'OMS dans le traitement du Covid-19

Début mars, un comité d'experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déconseillé le recours à l'hydroxychloroquine comme traitement préventif au coronavirus. Ceux-ci se sont appuyés sur les résultats de six essais contrôlés et randomisés réunissant près de 6000 participants rapportant, ou non, être un cas contact d'une personne testée positive au Covid-19. "Des recherches ont permis de démontrer avec certitude que l'hydroxychloroquine n'a aucun effet significatif sur le risque de décès ou d'admission à l'hôpital, d'autres recherches montrent par ailleurs qu'elle n'a pas d'effet sur le nombre de cas Covid-19 rapportés positifs par les laboratoires et qu'elle augmente probablement le risque d'effets indésirables", est-il indiqué dans la note émise par le comité d'experts.

Lire aussi

Dans une lettre publiée six mois plus tard, le 4 janvier, l'équipe de Didier Raoult a effectivement semblé reconnaître que le "protocole" testé au sein de IHU Méditerranée Infection pour traiter le coronavirus, n'a pas réduit la mortalité des patients. Elle affirme néanmoins que "la durée du séjour à l'hôpital et la persistance virale étaient sensiblement plus courtes dans le groupe de patients traités" lors d'une étude.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

VIDÉO - Les terribles images de l'effondrement d'un immeuble en Floride

"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.