Forfait psy pour les 3/17 ans : le remboursement de 10 séances enfin possible

Image d'illustration d'enfants en train de jouer

COVID-19 - Le "forfait psy", qui permet le remboursement de dix séances chez un psychologue pour les enfants et adolescents affectés par la crise sanitaire, est "opérationnel", a indiqué mercredi le ministère de la Santé.

Son parcours aura été semé d'embûches. Ce mercredi, le "forfait psy", qui permet le remboursement de dix séances chez un psychologue pour les enfants affectés par la crise sanitaire, est "opérationnel", a indiqué mercredi le ministère de la Santé. Mi-avril, le dispositif avait été annoncé par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans un hôpital psychiatrique de Reims. Lors de sa visite, le chef de l'État avait évoqué une hausse moyenne de 40% des recours aux urgences pédiatriques pour des troubles psychologiques depuis le début de la crise sanitaire. Destiné aux 3 à 17 ans, ce forfait psy s'adresse aux plus jeunes "souffrant de troubles psychiques légers à modérés", précise la direction de la sécurité sociale dans un communiqué.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Concrètement, le dispositif vise à apporter une "réponse d'urgence à la souffrance psychique des jeunes dans un contexte de crise sanitaire, où l'état de santé mental et psychologique des Français se dégrade". Ces séances de psy seront aussi l'occasion de repérer les enfants qui présentent des troubles plus sévères. Ceux qui présentent par exemple des troubles graves du comportement ou des risques suicidaires pourront eux être orientés "vers une prise en charge plus adéquate (psychiatre ou service spécialisé)", ajoute-t-elle.

En effet, la crise sanitaire agit de plusieurs façons sur les enfants. Alors que l'angoisse est plus présente dans les foyers (les parents ont peur de perdre leur travail, difficultés financières...), les enfants "sont de véritables éponges qui vont absorber tout ce qui va être vécu par l'entourage (...) Toutes les sources de tensions se répercutent sur eux", expliquait Catherine Zitoun, pédopsychiatre et cheffe de pôle au Groupe Hospitalier Universitaire Paris psychiatrie & neurosciences, au micro de LCI

Des milliers de psychologues vent debout

Mais qui peut prétendre à ce forfait ? Pour être inclus dans le dispositif "Psy Enfant Ado", les jeunes doivent disposer d'une ordonnance (de leur généraliste, d'un pédiatre, d'un médecin scolaire, d'un médecin de PMI ou encore d'un médecin hospitalier). Les parents peuvent ensuite choisir un psychologue participant sur le site "PsyEnfantAdo.sante.gouv.fr". L'ordonnance devra avoir été délivrée avant le 31 octobre 2021 et les séances devront être réalisées avant le 31 janvier 2022.

"Déployées sur l'ensemble du territoire, ces prises en charge psychologiques sont sans avance de frais pour les familles et intégralement financées par l'Assurance maladie", détaille la DSS. Ces séances, comme celles de plusieurs autres dispositifs mis en place par le gouvernement, sont rémunérées 32 euros pour l'entretien initial de 45 minutes environ et 22 euros pour les autres séances de prise en charge de 30 minutes environ. Un tarif et des temps de séances jugés insuffisants par certains psychologues "en colère" descendus dans la rue la semaine dernière pour le spécifier. 

Lire aussi

Plusieurs milliers de professionnels s'étaient rassemblés le 10 juin en France pour dire non au "travail à la chaîne" et à de récentes mesures qui "ne leur permettent plus d'écouter, d'entendre comme il faut". Ils dénoncent aussi le manque de communication à ce sujet. Gladys Mondière, co-présidente de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP) fustige une mesure "en total décalage avec ce qui se négociait jusqu'à présent". 

Initialement prévu fin mai, la mise en place du forfait psy pour les mineurs a pris du retard à cause du manque de psychologues volontaires. Dans les colonnes de L'Express, le cabinet du secrétaire d'État en charge de l'enfance et des familles Adrien Taquet, avait déclaré le 10 juin que seulement  "300 psychologues environ" étaient inscrits sur la plateforme. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés a plus que triplé en une semaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : que signifie concrètement le plan blanc, activé en Corse, Paca et Occitanie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.