Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

CAUSE À EFFET - Contrairement à l'hiver 2020 où, en pleine épidémie de Covid, les maladies saisonnières habituelles étaient aux abonnées absentes, gastros, angines et rhumes font leur retour ces jours-ci. Il y a une explication à cela et, en un sens, c'est plutôt une bonne chose.

Pas de trêve hivernale cette année pour les maladies saisonnières ? Contrairement à l'année dernière, où de nombreuses pathologies habituellement présentes en période de froid ont été très affaiblies, voire éteintes, les cas des grippes, rhumes ou encore de gastro-entérites commencent déjà à refaire surface en ce début d'automne. 

Toute l'info sur

Covid, et après ?

Entre le 13 et 19 septembre, pour 100.000 habitants, 65 cas d'infections respiratoires aiguës ont ainsi été recensées en France et 82 cas de diarrhées aiguës, l'une des manifestations de la gastro, détaille le dernier bulletin hebdomadaire du Réseau Sentinelles chargé d'études médicales. Dans les deux cas, le chiffre est en augmentation. Si ce retour, qui reste néanmoins timide, n'a pour l'heure rien d'alarmant, les raisons qui permettent de l'expliquer invitent à la prudence pour les semaines et mois à venir. Tout en étant, malgré tout, synonymes de "bonne nouvelle" pour certains. On fait le point.

La faute aux gestes barrières ?

Notons que ces maladies hivernales classiques commencent à gagner du terrain à un moment où, l'épidémie de Covid, elle, recule rapidement dans l'Hexagone. Or, de l'avis de certains observateurs, les deux tendances sont inévitablement liées. En d'autres termes, ce retour soudain des pathologies saisonnières est justement dû à l'accalmie observée sur le front du Covid. "On a une reprise de l'activité festive, de l'activité conviviale, les regroupements dans des petits lieux sans port de masque, sans aucune mesure barrière (...) tout ça fait que finalement on a une augmentation de ces pathologies", résume ainsi Dr Jean-Philippe Dancoine médecin généraliste auprès de BFMTV. Un sentiment général conforté par les conclusions de l'étude Datacovid-Ipsos selon lesquelles les Français "relâchent l'application des gestes barrières à mesure que l'épidémie ralentit". 

Les chiffres de l'hiver 2020-2021 sont là pour attester de ce lien de cause à effet : la généralisation des gestes barrières et notamment le port du masque et le lavage des mains, mais aussi la fermeture de certains lieux où le brassage est important ont freiné la circulation de ces épidémies hivernales habituelles qui se transmettent majoritairement par les gouttelettes respiratoires et les aérosols.

Lire aussi

Ces derniers mois, un autre facteur a suscité l'inquiétude des médecins et peut aujourd'hui encore entrer dans l'équation concernant les maladies saisonnières : le syndrome du vacciné. L'expression fait en effet référence aux patients qui, une fois partiellement ou complètement vaccinés, se sentent envahis par un sentiment de "soulagement" et se libèrent des gestes barrières au risque d'attraper et de transmettre le  virus. Pour rappel, 80% des microbes se transmettent par le toucher, selon l'Institut national de Prévention et d'Éducation pour la Santé, d'où la recommandation qui consiste à se laver les mains régulièrement pour éviter toute contagion. 

"L'écosystème est en train de se remettre en place"

Si certains observateurs attribuent naturellement ce retour des rhumes et des gastro-entérites à un relâchement des gestes barrières couplé au "syndrome du vacciné", d'autres y voient au contraire "une bonne nouvelle". C'est notamment le cas du Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu (AP-HP) à Paris et consultant TF1-LCI. "Actuellement est en train de réapparaitre les épidémies de gastro de grippe etc, et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle parce qu'on voit qu'il y a une espèce de compétition dans l'écosystème viral", a-t-il eu l'occasion d'expliquer en février dernier sur notre antenne. "Ça s'appelle la vie, c'est ce qu'on vit toutes les années et là on en fait un drame : vous n'aviez plus de grippe, vous n'aviez plus de gastro parce que le Covid était très fort, la grippe est en train de revenir", a-t-il poursuivi, expliquant que "ça veut dire que le Covid est en train de s'affaiblir et c'est cet écosystème qui est en train de se remettre en place" et insistant sur le fait que "oui, c'est une bonne nouvelle" que les gastro-entérites soient de retour.

"Les gens s'autorisent à vivre normalement, donc les maladies virales reviennent", abonde le Dr Castadère pour La Dépêche.

"Moindre stimulation immunitaire"

Après une saison hivernale sur "pause" entre confinements, couvre-feux, et renforcement des gestes barrières, notre système immunitaire est-il prêt à affronter celui-ci et le retour des maladies saisonnières ? S'il est indéniable que les Français ont manqué d’occasion de booster leur système immunitaire depuis le début de la pandémie, les médecins ne se semblent pas inquiets pour les adultes. Pour les enfants en revanche, Santé Publique France anticipe déjà cet hiver l'émergence d'une épidémie de bronchiolites "de plus grande ampleur que celle observée chaque année" à cause d’une "moindre stimulation immunitaire induite par la faible circulation du virus" Covid-19. A titre de repère, entre 2018 et 2019, jusqu'à 6 000 passages aux urgences avaient été enregistrés hebdomadairement. Un chiffre qui n'a pas dépassé les 2 000 passages en 2020.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 cas à nouveau franchi ce mercredi

"Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

Tempête Aurore : 9 départements en vigilance orange, des rafales jusqu'à 130 km/h attendues

Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.