"30% d’annulations supplémentaires" : les médecins appellent les patients à maintenir leurs consultations

"30% d’annulations supplémentaires" : les médecins appellent les patients à maintenir leurs consultations

CRAINTES - Lors du premier confinement, de mars à mai, les consultations chez les médecins généralistes ont chuté de 44%. Alors que le second confinement a débuté la semaine dernière, les professionnels de santé redoutent qu'un tel scénario se reproduise.

Depuis une semaine, la France métropolitaine est de nouveau confinée, jusqu’au 1er décembre au minimum, afin de tenter de stopper la progression du Covid-19, qui a fait près de 40.000 morts depuis le début de l’épidémie. Lors du premier confinement qui a eu lieu du 17 mars au 11 mai dernier, les professionnels de santé avaient vu leur activité s’effondrer avec environ 66% de rendez-vous en moins en ville. De nombreux cabinets de dentiste ou de kinésithérapeute avaient même fermé leurs portes.

Entre janvier et avril, la fréquentation des cabinets médicaux avait ainsi chuté de 44% chez les médecins généralistes et de 71% chez les spécialistes. Plus d’un Français sur trois a ainsi affirmé avoir renoncé à se faire soigner pendant le premier confinement, non seulement par peur de contaminer mais aussi de déranger les professionnels de santé.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires
Depuis l’annonce du second confinement, on a constaté 30% d’annulations supplémentaires par rapport à une période normale.- Stanislas Niox-Chateau, cofondateur de Doctolib

Avec ce second confinement, les médecins redoutent un scénario identique. Pour lutter contre cette désertification des cabinets, les professionnels de santé ont publié une tribune sur le site de Doctolib, avec le hashtag #SoignezVous, afin d’inciter les Français à consulter leurs médecins. Près de 5 millions d’emails ont également été envoyés ces derniers jours pour indiquer que les cabinets restaient ouverts.

"Depuis l’annonce du second confinement, on a constaté 30% d’annulations supplémentaires par rapport à une période normale. L’activité se maintient pour l’instant chez les professionnels de santé mais il y a une forte instabilité", alerte Stanislas Niox-Château, cofondateur de Doctolib, lors d’un entretien par Skype avec les équipes de TF1.

Lire aussi

"On ne veut surtout pas que cela se reproduise (ndlr : la baisse de consultations du premier confinement) durant ce second confinement, car les patients ont besoin d’être soignés. Cela entraîne un retard de diagnostic et des complications. Les cabinets sont ouverts et équipés pour recevoir dans des conditions sanitaires optimales, les rendez-vous sont maintenus et la vidéo-consultation est également une solution", ajoute le président de la plateforme de consultations en ligne.

Lors de sa conférence de presse jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran a également insisté sur la nécessité de consulter son médecin généraliste : "Il faut impérativement maintenir les consultations pour les Français qui ont besoin de consulter leur médecin."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccins : "Il n'y a pas de stocks cachés" assure Jean Castex

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans

Lire et commenter