Covid-19 : les tests salivaires sont-ils fiables ? La Haute autorité de santé se prononce vendredi

Les tests salivaires pourraient soulager les laboratoires débordés. En plus d'être simple et rapide, ce type de dépistage présente de nombreux avantages. Mais sont-ils suffisamment fiables ?

DÉPISTAGE - Alors que la tension s’accroît sur les laboratoires avec la massification des campagnes de tests, le prélèvement salivaire est l’une des alternatives envisagées par le gouvernement. La Haute autorité de santé doit encore se prononcer sur son efficacité.

Ce pourrait être une arme de plus dans la vaste campagne de dépistage mise en place par le gouvernement pour contrer la reprise épidémique. Ce vendredi 18 septembre, la Haute autorité de santé (HAS) doit rendre son avis sur "la pertinence" de l’emploi des prélèvements salivaires dans la détection du Sras-CoV-2. Une analyse très attendue, alors que la France a accentué son effort pour atteindre actuellement un million de tests PCR réalisés chaque semaine. 

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Des tests fiables ?

Au cours de sa conférence de presse jeudi, le ministre de la Santé a rappelé la perspective d’un déploiement rapide de la méthode. Celle-ci présente l’avantage d’être plus simple à réaliser et moins désagréable que le prélèvement par écouvillon dans les narines, actuellement employé. Mais des interrogations subsistent sur la fiabilité de détection du virus dans la salive. 

Lire aussi

Des études sont menées depuis cet été pour permettre de déterminer si la quantité de virus retrouvée par ce biais est suffisante. La HAS a annoncé jeudi que son avis s’appuie sur "l’analyse des premières données" de l’une d’elles, Covisal, qui se déroule en Guyane. La semaine dernière, Olivier Véran assurait pouvoir "dans les tout prochains jours" disposer "des éléments qui permettront de répondre déjà par 'oui' ou 'non' à la question de la fiabilité de ces tests".

Commande de tests antigéniques

Les prélèvements salivaires sont l’une des deux alternatives, avec les tests antigéniques, avancées par le gouvernement pour pallier l’engorgement du circuit d'analyse des tests. Le ministre a annoncé ce jeudi la commande de cinq millions de ces derniers, "arrivés d’ici à début octobre", avant même le résultat des expérimentations entamées dernièrement.

Contrairement aux tests RT-PCR, qu’ils soient naso-pharyngés ou salivaires, ce processus ne détecte pas le matériel génétique du virus mais ses protéines. Il permet d’obtenir un résultat "généralement en moins de 30 minutes" qui doit ensuite être confirmé. L’Agence régionale de santé d’Ile-de-France doit mener 300 opérations de tests ciblées pour en "vérifier la robustesse". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alec Baldwin tire et tue un membre de l'équipe sur un tournage : des photos de l'acteur juste après l'accident mortel publiées

Meurtre de Gabby Petito : les restes humains retrouvés en Floride correspondent au petit ami Brian Laundrie

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : le syndicat Solidaires dépose une requête contre la fin de la gratuité des tests

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.