Œufs contaminés : "pas lieu de s'alarmer", à moins d'en manger "dix par jour pendant des années"

ÉCLAIRAGE - Alors que la crise des œufs contaminés au fipronil s’invite en France, des lots ayant été livrés dans cinq entreprises tricolores, l'éventuelle toxicité de l'insecticide interroge. Bernard Salles, professeur de toxicologie, fait le point sur les effets, a priori relatifs sur la santé humaine en cas d'ingestion ou de manipulation.

Depuis les révélations du ministère de l'Agriculture, ce lundi soir, la France est à son tour touchée par la crise des œufs contaminés au fipronil. Au total, treize lots en provenance des Pays-Bas ont été livrés en juillet à cinq établissements de fabrication d’ovoproduits (blanc, jaune ou mélange des deux obtenus après élimination de la coquille et de la membrane), situés dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan. 


Dans l'Union européenne, l'utilisation de ce pesticide est interdite pour les animaux destinés à la chaîne alimentaire, mais reste courante dans de nombreux produits antiparasitaires pour les animaux de compagnie (anti-puces et anti-tiques) et dans des produits à usage domestique contre les infestations (anti-termites, anti-fourmis, anti-blattes...).

Alors que l'insecticide est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ses éventuels risques pour la santé humaine posent question. Quelles conséquences en cas d'ingestion ? En cas de manipulation ? Dans quelle proportion ? C'est Bernard Salles, pharmacien, vétérinaire et Directeur du pôle de recherche en toxicologie alimentaire "Toxalim", qui fournit des éléments de réponse.   

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter