Déconfinement : la réouverture des commerces a-t-elle favorisé la circulation du virus ?

Déconfinement : la réouverture des commerces a-t-elle favorisé la circulation du virus ?

RESPONSABILITÉ - Deux semaines après leur réouverture, les commerces dits "non-essentiels" sont-ils vraiment responsables de la fin de la baisse des contaminations dans le pays ? Décryptage.

Il y a deux semaines, la France rouvrait ses commerces dits "non-essentiels", après un mois de novembre marqué par une baisse constante des contaminations de Covid-19. Une première phase qui devait initialement mener au déconfinement (avec mise en place du couvre-feu), dès le 15 décembre, si le nombre de contaminations ne dépassait plus les 5000 par jour. Finalement, la France semble s'être installée sur un plateau épidémique, avec environ 10.000 cas diagnostiqués quotidiennement, et le couvre-feu qui entrera en vigueur ce mardi demeurera plus strict que prévu.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Pour le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, trois facteurs peuvent expliquer la fin de la baisse des contaminations. "Le relâchement, sans doute", estimait-il la semaine dernière au cours de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement. "Le facteur climatique, aussi." Et un troisième : "Un brassage plus important dans la population, lié d'ailleurs en partie à l'allègement des règles du confinement". Les commerces, dont le premier week-end d'ouverture avait suscité l'engouement des Français (voir vidéo en tête de cet article), sont-ils donc en partie responsables de l'évolution de l'épidémie ?

En vidéo

La ruée dans les magasins à dix jours de Noël

L'imputabilité de l'ouverture des commerces va être très difficile à établir- Philippe Amouyel, épidémiologiste

Pour Philippe Amouyel, épidémiologiste et professeur de santé publique au CHU de Lille, il est encore trop tôt pour le dire. "Nous n'avons pas encore assez de recul pour faire le lien", explique-t-il auprès de LCI. "Deux semaines, cela ne suffit pas. Il faudra voir comment va évoluer la tendance à partir de cette semaine", précise-t-il. Selon l'épidémiologiste, il faut surtout distinguer "la réouverture des commerces et le comportement de la population au sein des commerces". "C'est comme pour les écoles : le problème ce n'est pas l'école en elle-même, mais tout ce qui se passe autour, quand on accompagne son enfant..."

Lire aussi

Toutefois, la réouverture des commerces, après un mois de fermeture marqué par la colère d'une partie du secteur, ne peut pas, à elle seule, expliquer le plateau épidémique. Philippe Amouyel note surtout qu'"un autre événement est arrivé : le retour du froid". "Ce virus a l'air d'être sensible à la température, et avec la fin du confinement, ces événements intercurrents peuvent expliquer l'origine de ce plateau", indique le professeur de santé publique. "Face à la vague de froid et avec la fin du confinement, l'imputabilité de l'ouverture des commerces va être très difficile à établir d'un point de vue scientifique."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 72.000 contaminations en 24 heures, un pic jamais atteint, selon O. Véran

Macron présente ses priorités pour la présidence française de l'UE ce jeudi lors d'une conférence de presse

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.