Déconfinement et des idées : des coques de protection pour brancard inventées dans le Calvados

Déconfinement et des idées : des coques de protection pour brancard inventées dans le Calvados
Santé

INVENTION - Des coques de protection pour les brancards, afin de limiter les contacts et donc les contaminations entre patients et ambulanciers, sont produits depuis quelques semaines dans une entreprise de chaudronnerie à Moult, dans le Calvados.

Pour faire face au ralentissement de son activité, une entreprise de chaudronnerie du Calvados s'est lancée dans la production de coques de protection pour les brancards des ambulances et pompiers. Une invention née d'un coup de crayon gribouillé sur une table de l'atelier il y a tout juste un mois. "Ce sont les ambulanciers d'Argences qui m'ont demandé de leur faire une sorte de caisson pour leur brancard. J'ai dessiné, et on a fabriqué", explique Jean-Philippe Capelli, le directeur de la société CJP. Pas plus de 48 heures plus tard, deux prototypes étaient livrés.

Une protection pour les patients comme pour les ambulanciers

Parois coulissantes, trappes pour passer les mains, des creux pour faire courir les fils des perfusions, tout est pensé pour faciliter le travail des ambulanciers, avec les problématiques de la pandémie de covid-19 en toile de fond. "C'est facile de nettoyage et d'entretien. Il n'y a aucun angle, donc ils peuvent désinfecter en quelques minutes", assure M. Capelli.

Ces tunnels de protection sont depuis indispensables pour les ambulanciers normands, pour protéger patients et salariés du coronavirus évidemment, mais pas seulement. Elise François, qui travaille pour le groupe privé Normandy Ambulances, explique que sur leurs trajets quotidiens, elle et ses coéquipiers sont confrontés toute l'année à des patients atteints de la tuberculose, maladie très contagieuse. "C'est vrai qu'on s'en sert plus en temps de pandémie, mais c'est une utilisation qui va se faire sur le long terme", explique-t-elle, satisfaite de l'outil.

Lire aussi

Chômage partiel évité pour tous les employés de l'entreprise

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

De l'atelier normand sortent actuellement des cuves, des tubes, des pares-brises de bateaux. C'est aujourd'hui la fabrication de ces tunnels de protection qui permet à l'entreprise de continuer à tourner. "Pendant la période de confinement, ça aurait été difficile, personne n'aurait pu travailler", assure un salarié de l'entreprise. Tous ses collègues confirment ses propos : sans cette adaptation à la crise, ils n'auraient pas pu échapper au chômage partiel. 

Dix tunnels de protection ont déjà été fabriqués et envoyés partout en France, et la Belgique serait intéressée. Seul frein à l'expansion de ce nouveau marché : la matière première qui commence à manquer dans l'atelier. Jean-Philippe Capelli, qui a breveté son invention, espère quant à lui équiper un jour les brancards des pompiers de Paris.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent