Dépistage du VIH : les autotests en vente dès ce mardi en pharmacie

Dépistage du VIH : les autotests en vente dès ce mardi en pharmacie

SIDA - À partir de ce mardi, il sera possible de tester soi-même son éventuelle séropositivité grâce à un auto-test de dépistage disponible sans ordonnance dans les pharmacies.

La gamme d'outils pour traquer la séropositivité s'élargit avec l'arrivée à partir de ce mardi dans les pharmacies des premiers autotests de dépistage du VIH. Les associations de lutte contre le Sida et les médecins le réclamaient depuis plusieurs mois. En décembre dernier, la ministre de la Santé leur avait promis une commercialisation pour cet été. C'est finalement à quelques jours seulement de l'automne qu'on pourra se procurer de quoi tester sa séropositivité, sans passer préalablement par la case médecin ou par un centre de dépistage.

En France, près de 30.000 personnes ignorent être séropositives, d'après les associations. Pour aider les personnes qui vont parfois découvrir, seules, le résultat tant redouté, une ligne d'écoute est assurée 24 heures sur 24 par Sida Info Service (0 800 840 800) et des structures associatives sont présentes partout en France pour accompagner les patients dans leurs démarches.

EN SAVOIR + >> Le premier test de dépistage rapide au VIH sera en vente le 15 septembre

► Pour quoi faire ? Depuis 2010, des tests d'orientation au diagnostic rapide (TROD) sont disponibles auprès des associations de lutte contre le sida. Cet autotest dépistage au VIH va permettre de renforcer un peu plus l'accès aux personnes les plus exposées et de toucher de nouveaux publics, éloignés des associations ou des centres de dépistage classiques. "Se tester sera plus facile, moins contraignant et plus rapide qu'un test dans un centre", estime Patrick Nesme, pharmacien chez IllicoPharma.com.

Les centres de dépistage utilisent une autre technique de détection, plus fiable mais aussi plus longue, avec un délai de 24 heures. En outre, on trouve aujourd'hui sur internet de nombreux tests importés sans autorisation ni contrôle. "La mise sur le marché d'un produit homologué va permettre d'offrir une alternative sécurisée face à ces tests illégaux, car sans marquage CE", souligne le pharmacien.

► Comment ça marche ? Fabriqué par la société française AAZ, ces auto-tests de dépistage du Sida vont être vendus entre 25 et 28 euros (prix de vente conseillé par le laboratoire). "Ce test n'est pas remboursé, il s'achète sans ordonnance, souligne le pharmacien. Pour en élargir l'accès, nous avons décidé de baisser son prix sur notre site à 19,99 euros."

EN SAVOIR + >> J'ai essayé le test de dépistage en 30 minutes

Le kit est composé d'une lingette, d'un pansement, d'une aiguille et du test, qui ressemble grosso modo à un test de grossesse. Une piqûre sur le bout du doigt et 15 minutes plus tard, le résultat s'affiche : une barre si c'est positif, deux barres si négatif. Plutôt qu'un test complémentaire, c'est un moyen de lutte supplémentaire pour permettre aux 30.000 porteurs du VIH qui l'ignorent d'être diagnostiqués. Il peut être utilisé en première intention.

► Une fiabilité proche de 100 % Le fabriquant promet une fiabilité proche des 100%, à condition que l'infection date d'au moins trois mois. Mais il ne constitue qu'une étape et doit être suivi par un diagnostic complet, rappelle le pharmacien. "Correctement utilisé, la fiabilité du test est la suivante : 99,8% des personnes non infectées ont été correctement détectées et 100% des personnes infectées ont été correctement détectées (données du laboratoire, ndlr), estime Patrick Nesmé. Dans le cas d'un test positif, il faudra ensuite effectuer un test Elisa dans un laboratoire afin de confirmer le diagnostic."

► Avec quel accompagnement ? Il est recommandé aux pharmaciens d'officine de recevoir les patients souhaitant acheter ce produit au sein d'un espace de confidentialité. Ils pourront alors leur donner des conseils concernant son utilisation et leur dispenser des informations sur les maladies sexuellement transmissibles. Avec les nouvelles missions confiées aux pharmaciens, comme les entretiens pharmaceutiques, les officines doivent désormais avoir cet espace de confidentialité, confirme le pharmacien.

"Malheureusement toutes ne l'ont pas encore, relève Patrick Nesmé Par contre, nous concernant, nous croyons en effet plus à la vente par Internet avec du conseil par mail ou téléphone. La confidentialité est ainsi totale. Car avant d'en arriver à discuter dans l'espace de confidentialité, il faudra d'abord trouver les pharmacies où le test est disponible. D'après nos informations, seules 1200 pharmacies sur 23.000 ont à ce jour commandé des tests."

À LIRE AUSSI
>>
Un accessoire pour smartphone qui dépiste le VIH : gadget ou pas ?
>> Le Truvada diminue le risque d'infection de 86%
>>
5 idées-reçues sur le VIH
>> Une jeune femme remise du sida : "Le combat est encore loin d'être gagné"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

Laëtitia éliminée de Koh-Lanta : "Le plus surprenant, c'est que ça vienne de Lucie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.