Des hôpitaux d'Israël vont tester l'Avigan, un possible traitement contre le coronavirus

Des hôpitaux d'Israël vont tester l'Avigan, un possible traitement contre le coronavirus
Santé

TRAITEMENT - Alors que les pistes pour venir à bout du Covid-19 se multiplient, Israël vient d'annoncer le démarrage d'une expérimentation du médicament anti-grippal Avigan (favipiravir) pour traiter des patients atteints du coronavirus.

La chloroquine, le vaccin BCG, la sérothérapie... Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les pistes de traitements ne manquent pas. Ces derniers jours, c'est au tour de l'Avigan, aussi appelé favipiravir, de faire naître l'espoir d'un remède contre le Covid-19. Le ministre des Affaires étrangères israélien a d'ailleurs annoncé s'être fait livrer une première cargaison de ce "médicament révolutionnaire", selon ses termes.

Selon The Times of Israël, leurs hôpitaux vont désormais procéder à des traitements expérimentaux. Le Dr Esti Sayyag, de l'hôpital Ichilov, estime que l'Avigan se distingue des autres médicaments "pour sa sécurité et son possible potentiel, et peut contribuer à aplatir la courbe et à améliorer notre capacité à faire face à l'ampleur de la maladie", selon la même source.

Un traitement testé sur des cas légers

Israël n'est pas le premier pays à faire confiance à l'Avigan pour venir à bout du coronavirus. Le groupe japonais Fujifilm a démarré début avril un essai clinique pour tester l'efficacité de ce médicament anti grippal, après des résultats encourageants d'autres études menées en Chine sur ce produit. "L'essai sera conduit sur 100 patients d'ici fin juin" à Tokyo, a précisé la semaine dernière à l'AFP un porte-parole de Fujifilm, connu du grand public pour ses produits de bureautique et de photographie, mais qui est aussi présent dans le secteur médical.

Avigan sera administré pendant 14 jours maximum à des patients âgés de 20 à 74 ans, tous à un stade léger de la pneumonie virale. En raison des risques d'effets secondaires, les femmes enceintes seront exclues de l'étude. Cette initiative intervient après que le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré il y a quelques jours que son gouvernement allait engager les procédures réglementaires pour faire approuver Avigan.

Lire aussi

La Chine et l'Italie mènent des essais cliniques

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

#Perriscope n° 23 - "Faire payer les riches", est-ce raisonnable ? Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

Les autorités chinoises ont de leur côté déjà mené des essais cliniques sur favipiravir, le principe actif de ce médicament, et les résultats ont été encourageants. Selon elles, le favipiravir a permis de réduire le délai de guérison des patients atteints du coronavirus. Plus proche de la France, l'Italie, gravement touchée par la pandémie, veut elle aussi faire confiance à l'Avigan. Selon la RTBF, l'agence italienne du médicament a annoncé que des tests allaient être menés, même si elle rappelait le 22 mars dernier qu'"aucune étude clinique n'a été publiée sur l'efficacité et l'innocuité du médicament dans le traitement du Covid-19".

Faisant partie de la famille des médicaments antiviraux, Avigan a été autorisé à la vente et à la production depuis 2014 au Japon contre la grippe. Son usage est toutefois restreint, intervenant en dernier recours si d'autres traitements antiviraux ne sont pas suffisamment efficaces face à des virus grippaux nouveaux ou résurgents. Ce médicament n'est ainsi pas disponible en pharmacie ou dans les hôpitaux, au Japon comme à l'étranger, a précisé Fujifilm.

Du fait de son mécanisme d'action, consistant à inhiber spécifiquement un élément du génome d'un virus grippal (de l'ARN polymérase) en vue de bloquer sa réplication, Avigan "devrait avoir potentiellement un effet antiviral sur le coronavirus", étant lui aussi un virus à ARN, a expliqué Fujifilm dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent