Des internes organisent une fête à l'hôpital de Tarbes en plein confinement

Des internes organisent une fête à l'hôpital de Tarbes en plein confinement

INDISCIPLINE - En plein confinement et alors que la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 n'a pas encore atteint son pic, des internes de l'hôpital de Tarbes ont organisé une fête dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 novembre. Ils ont été recadrés par le directeur de l'établissement et risquent des sanctions.

Ils ont fait fi de toutes les recommandations et restrictions sanitaires du moment. Dans la nuit de mardi à mercredi, une vingtaine de médecins internes de l'hôpital de Tarbes (Hautes-Pyrénées) ont participé à une fête. Elle s'est tenue dans la résidence des internes du centre hospitalier de Bigorre. "À l'intérieur, pas de masques, ou de distanciation, mais de l'alcool en quantité", rapporte ce vendredi France Bleu Béarn. Ils ont été dès jeudi matin convoqués par le directeur, Christophe Bouriat, qui leur a fait part de son "très vif mécontentement" et de sa "colère face à une attitude complètement irresponsable".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Lire aussi

De possibles suites disciplinaires

La police a été alertée de cet événement aux alentours de 4h du matin mercredi, alors qu'elle contrôlait et verbalisait quatre personnes pour non-respect du confinement. Celles-ci leur ont avoué sortir d'une fête, dont la musique était audible depuis la rue. Se rendant sur les lieux, les agents ont alors découvert une vingtaine de personnes alcoolisées et ne respectant aucunement les gestes barrières.

Prétendant tout d'abord qu'ils avaient l'accord de la direction de l'hôpital, les étudiants ont finalement reconnu les faits. Le directeur Christophe Bouriat, qui leur a fait la morale jeudi, estime "qu'ils ont compris" et assure qu'ils "réalisent la gravité de leur acte". Il fait toutefois savoir à France Bleu Béarn qu'il va rapidement prendre contact avec le doyen du CHU de Toulouse, dont dépendent ces médecins internes, pour juger des suites disciplinaires à donner. "On se doit d'être exemplaire quand on travaille dans un hôpital, surtout un hôpital lourdement touché par les patients Covid". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter