Des matières fécales plus efficaces que les antibiotiques ?

Des matières fécales plus efficaces que les antibiotiques ?
Santé

MEDICAMENTS – Des extraits d'excréments humains pour soigner certaines pathologies ? Cela a de quoi faire sourire, voire froncer le nez mais c'est aujourd'hui une piste sérieuse envisagée par les médecins pour faire office d'alternative aux antibiotiques. Explications.

L'idée a certainement de quoi rebuter mais il semblerait qu'elle ait fait ses preuves. Une procédure médicale dénommée greffe fécale pourrait ainsi être plus efficace que de nombreux antibiotiques. Mais de quoi s'agit-il ? C'est tout simplement le fait d'implanter un peu de matière fécale d'un individu en bonne santé dans le corps d'un patient malade. En effet, les multiples bactéries présentes dans les excréments humains pourraient ainsi lutter contre de nombreuses pathologies.

EN SAVOIR + >> Des matières fécales contre les super bactéries

Dans les faits, l'échantillon prélevé est dans un premier temps congelé puis réduit à l'état de liquide pour être ensuite transféré dans les intestins du patient via une sonde le plus souvent passée par le nez ou le rectum. Ce traitement est préconisé par certains chercheurs dans la lutte contre certaines pathologies digestives, surtout celles qui se montrent résistantes aux antibiotiques.

85% d'efficacité contre 20% pour les antibiotiques

L'implant produit des bactéries tueuses qui s'avéreraient très efficaces, notamment contre une inflammation du côlon dénommée Clostridium difficile, très difficile à soigner car résistantes aux antibiotiques . Ainsi, selon des chercheurs du King's college de Londres et de l'université de San Diego, interrogé par le site ScienceAlert, l'implant de matière fécale serait efficace dans 85% des cas pour lutter contre bactérie, contre 20% pour les antibiotiques traditionnels.

Toutefois cette procédure qui a l'avantage d'être peu onéreuse en plus d'être performante ne fait pas l'unanimité et ne doit pas être vue uniquement comme un remède miracle. En effet, les risques d'infection à la suite de la greffe sont bien réels. Il est aussi possible que certaines pathologies soient transplantées en même temps que la greffe. En effet de nombreux scientifiques suggèrent que des affections comme l'obésité ou certaines maladies mentales seraient à mettre en relation avec les bactéries présentes dans la flore intestinale et, suivant cette théorie, l'implant pourrait favoriser la transmission de certaines prédispositions.  

À LIRE AUSSI
>> La surconsommation d'antibiotiques fait 13 000 morts par an >> Tuberculose : il faut trouver de nouveaux antibiotiques

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter