Des substances "potentiellement cancérogènes" dans les Kinder Chocolat et Kinder Maxi

Des substances "potentiellement cancérogènes" dans les Kinder Chocolat et Kinder Maxi
Santé

ALIMENTATION – L’ONG allemande Foodwatch alerte sur des substances cancérogènes contenues dans des produits Kinder Chocolat et Kinder Maxi. Ferrero déclare travailler sur de nouvelles solutions pour limiter les risques.

C’est une petite surprise Kinder que révèle l’association indépendante allemande Foodwatch. L’ONG, qui défend les droits des consommateurs, a fait analyser 20 produits alimentaires "snacks" en laboratoire, des chips aux barres chocolatées.

Verdict : trois d’entre eux contiennent des niveaux inquiétants d’hydrocarbure d’huiles minérales (MOH). Une substance chimique qui peut être  cancérogène  si elle est ingérée en trop grande quantité, selon l’Autorité de sécurité alimentaire européenne (EFSA).

Kinder Chocolat et Kinder Maxi en ligne de mire

Parmi  les produits incriminés  : les barres chocolatées Kinder Chocolat et Kinder Maxi de la marque italienne Ferrero. Foodwatch Allemagne a demandé des analyses sur des produits achetés dans les supermarchés allemands mais  Foodwatch France  nous a confirmé que les Kinder Chocolat et Kinder Maxi visés sont bien susceptibles d'êtres vendus chez nous. 

Contacté par metronews, Ferrero assure que "les emballages sont bien les mêmes"... mais qu'ils "répondent aux normes CE." 

Le MOH : une substance potentiellement cancérogène et mutagène

Car ce sont bien les emballages qui posent problème. La substance chimique dénoncée par Foodwatch, les MOH, est utilisée par l’industrie agroalimentaire pour les confectionner et lubrifier les machines des chaînes de production. Quels sont les dangers pour notre santé ? L’ONG allemande se réfère à un avis de l’autorité compétente, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Depuis 2012,  elle classe les MOH  comme potentiellement "cancérogène et mutagène".

A LIRE AUSSI >>  Des dérivés d'hydrocarbure dans des produits de consommation courante

Mais "l’impact potentiel des MOH sur la santé humaine varie largement ; les MOH dits "aromatiques" peuvent agir comme des cancérogènes génotoxiques (c’est-à-dire qu’ils peuvent endommager l’ADN, le matériel génétique des cellules, et également provoquer le cancer), tandis que certains MOH "saturés" peuvent s’accumuler dans les tissus humains et induire des effets indésirables pour le foie."

A LIRE AUSSI >>  Nanoparticules et aliments : est-ce dangereux pour la santé ?

C’est pourquoi l’EFSA ne détermine aucun taux à partir duquel la substance peut être toxique pour l’organisme. Et c’est bien là ce que dénonce l’ONG : "les industriels agissent de façon négligente, explique Johannes Heeg de Foodwatch Allemagne. Mais au lieu d’avertir les consommateurs et de retirer les produits dangereux, ils se rassurent en se disant que tout est légal. C’est absurde parce que ce sont eux qui empêchent qu’une limite maximum soit fixée depuis des années." Pour protéger les plus petits, friands de ce type d’en-cas, Foodwatch invite à arrêter d’en acheter.

Ferrero travaille sur de nouvelles solutions

Dans un communiqué transmis à metronews, Ferrero reconnaît avoir connaissance des traces de MOH mais se dédouane : "les traces d’huile minérale existent presque partout dans l’environnement et ils peuvent être transférés de nombreuses façons différentes dans la nourriture", encre d’imprimerie issu du recyclage comprise. 

Cependant, la marque italienne reconnaît travailler sur des solutions afin de minimiser la présence de ses substances dans ses produits alimentaires. "Par exemple, nous utilisons déjà exclusivement des fibres vierges venant de chaînes d’approvisionnement durables certifiées et aucune matière recyclée pour notre emballage principal." Mais cela suffira-t-il à rassurer les consommateurs ?

A LIRE AUSSI
>> 
Ces aliments qui ne contiennent pas vraiment ce qu'on imagine
>> 
Perturbateurs endocriniens : 3 conseils pour limiter votre exposition

A noter  D'autres friandises sont ciblées par Foodwatch mais ne sont pas commercialisée en France : le chocolat-nougat de la marque Lindt et d’autres friandises de la marque Sun Rice. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent