Deux nouvelles études pointent leurs dangers : c'est quoi, au juste, les aliments "ultra-transformés" ?

Santé
MALBOUFFE - Consommer régulièrement des aliments "ultra-transformés" augmenterait le risque de maladies cardio-vasculaires et de mortalité, d’après deux études européennes publiées ce jeudi. Mais quels sont exactement les plats qui figurent sur cette liste noire ?

Les "aliments ultra-transformés" constituent plus de 50 % des aliments consommés dans de nombreux pays occidentaux et, surtout, ils sont mauvais, pour ne pas dire dangereux pour la santé. C'est la conclusion de deux études édifiantes relayées dans le British Medical Journal (BMJ)*, soit une française menée sur plus de 100.000 participants et une espagnole réalisée auprès de 19.899 diplômés universitaires. Leur point commun : prévenir du pouvoir addictif et délétère de ces "aliments ultra-transformés. Selon les conclusions de l'étude française, ils provoquent un risque accru de maladies cardiovasculaires, à la fois coronarienne comme l’infarctus du myocarde et les maladies cérébrovasculaires comme l’AVC. D'après l'étude espagnole, en manger plus de quatre portions par jour est associé à un risque accru de mortalité, toutes causes confondues, de 62% comparativement à une consommation de moins de deux portions quotidiennes. 


Mais à quoi correspondent-ils exactement, ces aliments ? Ce sont tout simplement des aliments transformés industriellement, contenant de fait des additifs. Soit des produits alimentaires et des boissons dont la fabrication comporte plusieurs étapes et techniques de transformation, et qui font appel à une variété d’ingrédients dont beaucoup sont utilisés exclusivement par l'industrie. Figurent dans cette catégorie la plupart des plats prêts à réchauffer, les sodas sucrés, les steaks végétaux, les saucisses, les soupes en poudre, les confiseries, les biscuits, les gâteaux, les crèmes glacées, les jus sucrés et produits laitiers sucrés, les nuggets de poulet, les poissons panés et autres plats congelés prêts à consommer, les céréales du petit déjeuner, les pizzas surgelées... On en passe.

"C'est la consommation régulière qui importe"

Souvent riches en acides gras saturés, sel, sucre et faibles en minéraux, ces aliments "ultra-transformés" provoquent ainsi des dégâts : risque accru de surpoids, d’obésité, de cancer, de symptômes dépressifs ou encore de troubles fonctionnels digestifs, mais aussi un risque élevé de maladies cardiovasculaires, en particulier de maladies coronariennes et cérébro-vasculaires. Plus un aliment est transformé (industriel), plus il est susceptible d’avoir un effet néfaste sur la santé, surtout s'il est consommé fréquemment.


Que faire alors pour s'en protéger ? Est-ce bien raisonnable de dire aussi brutalement adieu à sa bière ou à ses chips ? "Il ne faut pas être alarmiste et dire que si on consomme de temps en temps un plat ultra-transformé ou un soda, on augmente son risque de faire un accident cardiaque de 12%. C'est la consommation régulière qui importe" a souligné le Dr Mathilde Touvier, en charge de l’étude de l’Inserm.


*Etudes parues dans le British Medical Journal (BMJ)

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter