Diabète, VIH, hépatite... Ne jetez plus vos seringues n'importe où !

Santé
POUBELLE – Ce vendredi 14 novembre, c'est la journée mondiale du diabète. Une maladie où les piqûres d'insuline sont quotidiennes. Reste à savoir où jeter ces déchets spécifiques. Suivez le guide.

Une mini-poubelle jaune avec un couvercle vert ? Non, ce n’est pas pour le verre et le plastique mais pour que vous y jetiez les déchets d’activités de soins à risques infectieux (appelés DASRI) piquants, coupants et tranchants. En effet, en France, 1,4 million de patients , au premier rang desquels les diabétiques (qui se font des piqûres d'insuline quotidiennes ), s’auto-administrent leurs traitements via des aiguilles, cathéters et seringues. Ce qui correspond à 360 tonnes par an de déchets.

Ne pas mélanger avec les déchets ménagers

Une récente enquête Ifop réalisée pour l'éco-organisme DASTRI montre que 15% des patients jettent encore ces déchets perforants dans leur poubelle. Or ceux-ci ne doivent pas être mélangés avec les déchets ménagers, puisqu’ils sont susceptibles de causer des "effractions cutanées", c'est-à-dire des coupures, et de provoquer une contamination si le patient souffre d'une maladie infectieuse, précise à metronews Laurence Bouret, déléguée générale de DASTRI.

Si les contaminations sont rares, les accidents sont fréquents, générant une forte anxiété pour les agents concernés. Ainsi, en l’absence d’information sur la pathologie pour laquelle ce DASTRI a été utilisé, lorsqu’un agent d’une collectivité est piqué par une seringue pendant la collecte des déchets ménagers, il doit suivre une trithérapie préventive. Un seul déchet à risque infectieux et c’est toute la chaîne de tri qui s’arrête parce que ce DASTRI doit être isolé.

Récupérer sa boîte à aiguilles à la pharmacie

D’où l’importance de la mise en place depuis décembre 2012 d’une filière dédiée à ces déchets particuliers. En 18 mois d’existence, plus de 30% du "gisement" estimé a été collecté. L’objectif pour 2016 : atteindre les 60%. La collecte est non seulement simple mais elle est aussi gratuite, pour les pharmaciens, qui y jouent un rôle-clef, et pour les patients concernés. Des boîtes à aiguilles jaunes à couvercle vert sont ainsi mises gratuitement à disposition de toutes les pharmacies d’officine par l’éco-organisme pour que les patients puissent les y récupérer en même temps que leurs traitements. "Pas de déplacement supplémentaire pour les patients, aller à la pharmacie fait partie du parcours naturel de soin", explique Laurence Bouret.

Toutefois, toutes les pharmacies ne font pas partie du réseau de collecte. Pour savoir où déposer votre boîte à aiguilles pleine, demandez d’abord à votre pharmacien quelle est la pharmacie-point de collecte la plus proche. Autre possibilité : faites un tour sur internet et utilisez l’outil de géolocalisation listant les 11.000 pharmacies membres et les 1000 autres points de collecte, de la déchèterie au camion itinérant. Si votre wifi a rendu l’âme, pas d’inquiétude non plus. Il vous suffira d’appeler le numéro vert indiqué sur la boîte à aiguilles : le 0 800 664 664. Prêt à adopter ce nouveau geste de tri ?

EN SAVOIR +
>> 3 conseils cuisine pour les personnes diabétiques
>> 3 conseils santé pour prévenir le diabète avec votre alimentation

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter