Méningite : appel à la vigilance après la mort d'un second étudiant à Dijon

Santé
DirectLCI
SANTÉ - L'Agence régionale de santé de Bourgogne-Franche-Comté a appelé les médecins à une "vigilance particulière" après trois cas de méningite depuis octobre, dont deux mortels, dans la communauté étudiante de Dijon.

C'est une maladie assez rare, mais très contagieuse et potentiellement mortelle. Trois étudiants de l'Université de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon ont été touchés par une méningite à méningocoque en deux mois. Deux d'entre eux n'ont pas survécu, dont une jeune étudiante en droit, décédée en octobre comme cela avait déjà été annoncé par Le Bien Public. L'état de santé du troisième patient "évolue favorablement", précise l'Agence régionale de santé (ARS) ce 24 décembre. 


L'instance a appelé les professionnels de santé de la région à adopter "une vigilance particulière vis-à-vis de patients présentant des signes évocateurs de la maladie". "La survenue sur une période de deux mois de trois cas de méningite W135 au sein du milieu étudiant, chez des jeunes adultes de la même classe d'âge, retient l'attention des autorités sanitaires", s'alarme l'agence. 

Vaccination

L'ARS indique avoir recommandé aux personnes ayant eu des contacts "proches et répétés" avec les patients "une prophylaxie antibiotique et une vaccination". 


La méningite invasive à méningocoque (IMM) se transmet par la salive. L'infection se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque avec des vomissements et une gêne à la lumière. Elle est relativement rare en France, avec 469 cas notifiés en 2015, ayant entraîné 53 décès.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter