Donner trop d’antibiotiques aux jeunes enfants favorise les allergies alimentaires

Donner trop d’antibiotiques aux jeunes enfants favorise les allergies alimentaires

DirectLCI
CAUSE A EFFET – Pour soigner un rhume, une angine ou une otite, les parents ont tendance à recourir aux antibiotiques. Mais voilà, en plus d’être inutiles lorsque l’infection est virale, ils favorisent le risque de contracter une allergie alimentaire. Explications.

Pour soigner son enfant malade, le recours aux antibiotiques est devenu systématique. Pourtant, la prise de ces médicaments ne doit pas être automatique car ils se révèlent inutiles pour traiter un rhume ou une angine due à un virus. Mais en plus d’être inefficaces, en abuser peut faire plus de mal que de bien à votre bambin.


Ainsi, une nouvelle étude, publiée dans la revue Allergy, Asthma & Clinical Immunology, a remarqué que les enfants à qui on a prescrit beaucoup d’antibiotiques au cours de leur première année sont plus à risques de développer une allergie alimentaire que les autres. Ces médicaments modifiant la flore intestinale et favorisant une réaction auto-immune au contact de certains aliments.  


Les données de 7 499 enfants comparées

Pour arriver à ce constat, les chercheurs de l’université de Caroline du Sud (Etats-Unis) ont passé au crible les données de 7 499 jeunes enfants. Parmi eux, 1 504 souffraient d’une allergie alimentaire. Les scientifiques ont notamment pris en compte leur sexe, leur origine et d’autres facteurs comme l’âge de la mère, le lieu de résidence ou l’allaitement à la naissance. 

5 prescriptions avant l'âge de 2 ans = 64% plus de risque d’allergie alimentaire

Résultats : les enfants qui se sont vu prescrire plus de cinq antibiotiques pendant leur première année de naissance ont 64% plus de risques de développer une allergie alimentaire que ceux qui n'en ont pas pris. Le risque descend à 43% lorsque l’enfant a reçu 4 prescriptions, à 31%  pour 3 prescriptions et 21% pour une seule.


Et parmi les antibiotiques prescrits, certains semblent avoir une influence plus néfaste que d’autres. C’est le cas des céphalosporines ou des sulfamides (prescrits contre de nombreuses infections comme les infections respiratoires ou les otites), comparés aux pénicillines et aux macrolides. 


Les antibiotiques ne sont pas automatiques !

Les conclusions de ces travaux suggèrent donc un lien entre la prescription d’antibiotiques et la hausse des allergies alimentaires. De précédentes études ont déjà montré que ces médicaments altérent la composition de la flore intestinale. Or, les scientifiques pensent que cette modification empêche les plus jeunes  de développer une tolérance à certaines protéines comme celles contenues dans les aliments. 


Les auteurs de ces travaux recommandent donc aux médecins d’être vigilants au moment de prescrire des antibiotiques aux jeunes enfants. Si la cause d’un rhume ou d’une angine est une bactérie, les antibiotiques sont de rigueur mais pas si l’infection est due à un virus.


Plus d'articles

Sur le même sujet