Ecoles fermées, chômage partiel, report de la trêve hivernale... ce qu'il faut retenir du discours de Macron

Ecoles fermées, chômage partiel, report de la trêve hivernale... ce qu'il faut retenir du discours de Macron
Santé

SANTÉ - Fermeture des établissements scolaires, mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel ... : le président de la République a présenté, ce jeudi 12 mars, de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus en France. Voici ce qu'il faut retenir de son intervention.

"La plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis un siècle". Voilà comment Emmanuel Macron a désigné l'épidémie de coronavirus qui sévit actuellement, et qui continue de s'intensifier en France. Pour essayer de la contenir et de la contrer, le chef de l'Etat a annoncé lors d'une allocution d'une vingtaine de minutes diffusée à 20h, toute une série de mesures. Voici lesquelles :

Lire aussi

• Fermeture des crèches, écoles, collègues, lycées et universités jusqu'à nouvel ordre

C'est sûrement la mesure la plus radicale annoncée par le président de la République : la fermeture, dès lundi, des crèches, écoles, collègues, lycées et universités. Et ce jusqu'à nouvel ordre. Le chef de l'Etat a déclaré que le virus se propageait certainement plus rapidement via les enfants, souvent porteurs sains du virus. Il a ajouté que des services de garde seraient organisés "région par région", notamment pour les personnels de santé qui devront rester mobilisés sur le terrain coûte que coûte.

• La fin de la trêve hivernale reportée de deux mois

Le chef de l'Etat a annoncé le report de deux mois de la trêve hivernale, qui devait prendre fin à la fin du mois. Une mesure qui vient répondre aux demandes des associations de protection des sans-abris, un public particulièrement exposé aux virus.

• Les élections municipales auront bien lieu

Emmanuel Macron a assuré que le premier tour des élections municipales prévu ce dimanche 15 mars aura bien lieu. Il a expliqué que selon l'avis des scientifiques qu'il a consulté, "rien ne s'oppose à ce que les Français se rendent aux urnes". "Il est important en ce moment, en suivant l'avis des scientifiques comme nous venons de le faire, d'assurer la continuité de notre vie démocratique et de nos institutions", a-t-il déclaré.

• Des mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel

"Dès les jours à venir, un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en oeuvre" qui ira "beaucoup plus loin" que les annonces déjà faites par le gouvernement pour "préserver les emplois et les compétences", a affirmé le Président, le plafond de remboursement étant d'ordinaire fixé à 8 euros par heure. Le but est de "protéger les salariés et les entreprises" face au coronavirus. "L'Etat prendra en charge l'indemnisation des salariés contraints à rester chez eux." En revanche, rien n'a été dit au sujet des actifs prochainement touchés par la réforme de l'assurance-chômage.

Lire aussi

Report d'impôts et cotisations pour les entreprises

• Report des cotisations et des impôts dus en mars pour les entreprises

Toujours pour aider les entreprises, le Président a annoncé que "toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dus en mars". "Je veux pour nos forces économiques des mesures simples : les échéances qui sont dues dans les prochains jours et les prochaines semaines seront suspendues pour toutes celles et ceux qui en ont besoin", a-t-il ajouté. 

• Un "plan de relance national et européen"

Le chef de l'Etat a assuré qu'il ne laisserait pas survenir une catastrophe économique. C'est pourquoi il a demandé au gouvernement de préparer un "plan de relance national et européen". "J'ai demandé au gouvernement de préparer d'ores et déjà un plan de relance national et européen cohérent avec nos priorités et nos engagements pour la France", a déclaré Emmanuel Macron. "Nous devons aussi porter une réponse européenne. La banque centrale a déjà aujourd'hui fait part de ses premières décisions. Seront-elle suffisantes ? Je ne le crois pas", a-t-il ajouté, alors que, plus tôt dans la journée, Christine Lagarde avait renvoyé la balle aux Etats. "Le choc sera temporaire", expliquait-elle, si "les bonnes mesures sont prises par l'ensemble des acteurs". 

Rappel de la nécessité des gestes barrières

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Emmanuel Macron a également conseillé à toutes les personnes âgées de "plus de 70 ans" et toutes les personnes fragiles de "rester autant que possible à leur domicile". Il appelle l'ensemble des Français à limiter "au strict nécessaire" leurs déplacements. Pour compléter ces mesures, il a incité tout le monde à respecter les mesures barrières, notamment en veillant à bien se laver les mains et à ne plus se serrer la main ou se faire la bise.

Selon le dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé juste avant l'allocution présidentielle, 61 personnes sont décédées et 2876 ont été contaminées - soit près de 600 de plus en 24 heures - dont 129 cas graves ont été placés en réanimation.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent