"Emprise mentale, quand la thérapie dérape" : comment on manipule vos souvenirs

"Emprise mentale, quand la thérapie dérape" : comment on manipule vos souvenirs

DERAPAGE - Alors que France 5 diffuse ce soir un documentaire sur les dérives des thérapies, metronews fait le point sur la technique des "faux souvenirs induits". Brigitte Axelrad, spécialiste du sujet, nous explique comment fonctionne cette méthode.

Ils promettent d’aider à guérir. Ceux qui en ont besoin leur font confiance. Mais certains thérapeutes abusent des confidences de leurs patients au point de manipuler leurs souvenirs. Ainsi, 2500 personnes portent plainte chaque année en France contre ces professionnels pour le moins déviants.

Dans un documentaire diffusé ce mardi 19 avril à 20h50 sur France 5, Stéphanie Trastour, la réalisatrice, donne la parole aux victimes et à ceux qui luttent contre ces gourous. Metronews s’est intéressé à l’une de leur technique: "les faux souvenirs induits". Comment est-il possible de les créer ? Comment y échapper ? Comment s’en prémunir ? Brigitte Axelrad, professeur honoraire de Philosophie et de Psychologie et auteure de l’ouvrage Ravage des faux souvenirs, ou la mémoire manipulée (Book-e-book, 2010) a répondu à nos questions.

Qu’est-ce qu’un faux souvenir ?
"C’est un événement qui ne correspond pas à un fait réel. Il ne peut pas être prouvé car il ne s’est jamais produit", explique la spécialiste. Par une méthode de suggestion, le patient va être convaincu d’avoir vécu un fait imaginaire. Elle précise : "le plus souvent, il s’agit d’un traumatisme vécu dans l’enfance comme un viol ou un inceste". Ces affaires ont notamment défrayé la chronique dans les années 1990-2000 aux Etats-Unis.

► Comment le thérapeute le créé ?
Le scénario le plus fréquent est qu’un patient vienne consulter pour un problème plus ou moins grave.  "Il (ou elle) est alors amené à se confier sur ces problèmes personnels. C’est alors que le thérapeute déviant va suggérer un souvenir avec une phrase du type : "Est-ce que vous pensez que vos problèmes actuels peuvent-être liés à vos problèmes d’enfance ?", décrit Brigitte Axelrad. Le patient peut envisager cette idée ou la réfuter. Mais à force d’une suggestion répétée, le gourou peut avoir gain de cause rapidement. Le patient peut s’entendre dire au bout de 2/3 séances: "Oui peut-être que c’est lié mais je ne m’en souviens pas" ou "c’est sûrement parce que je ne m’en souviens pas que c’est aussi traumatisant."

► Quel est leur intérêt ?

"Cela peut être pour avoir plus d’argent en fidélisant sa clientèle, explique la spécialiste. Mais bien souvent ces thérapeutes ont un crédo." Pour eux, les problèmes existentiels actuels sont causés par des problèmes subis dans l’enfance.

EN SAVOIR + >> Un thérapeute accusé de manipuler les souvenirs au tribunal

► L’exigence d’un diplôme protège-t-il les patients ?
"Non, malheureusement. C’est une conception freudienne qui peut être la philosophie de psychiatres ou de psychanalystes diplômés, explique notre interlocutrice. Certains sont même des experts qui interviennent auprès des tribunaux." Le diplôme n’est donc pas forcément un gage de fiabilité.

A savoir  Depuis 2010, le titre de psychothérapeute est forcément attribué à une personne diplômée. Ce n’est pas le cas pour les psychanalystes.

Comment ne pas se faire piéger ?
Le problème est qu’un patient qui va consulter de son propre gré accepte une forme d’autorité de celui qui va l’aider. Du coup, la suggestion est plus facile à réaliser. Le gourou se sert des doutes de ses patients et les transforme en certitudes. Et comme bien souvent, "il n’y a pas de preuve matérielle (traces cliniques ou autres), la vérification est difficile", regrette Brigitte Axelrad. Une solution peut être de récolter des témoignages et d’échanger avec son entourage. Et pourquoi pas, se confronter à son présumé violeur ou à la personne qui est supposé avoir fait du mal. La meilleure des parade est finalement le bon sens. "Les gens doivent savoir que cela peut arriver", conclu la spécialiste.

Important  Si vous pensez avoir été victime d’un thérapeute déviant, n’hésitez pas à vous rapprocher de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). 

Pour plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez consulter le site de Brigitte Axelrad.

A LIRE AUSSI
>> 
Des faux souvenirs implantés chez des souris
>>
Manipulée par ses psychiatres, elle accuse ses parents de satanisme

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.