Une femme meurt d'un cancer après avoir reçu les poumons d’une fumeuse

Une femme meurt d'un cancer après avoir reçu les poumons d’une fumeuse

Santé
DirectLCI
ERREUR MÉDICALE - A Montpellier, une femme de 39 ans est décédée d’un cancer après avoir reçu les poumons d’une fumeuse, selon le numéro d'octobre de la revue spécialisée Lung Cancer.

Elle était atteinte d'une maladie génétique touchant les poumons. Mais a fini par succomber à un cancer. Et pour cause, cette Montpelliéraine de 39 ans avait reçu une greffe d'un poumon de fumeuse selon une étude publiée dans le numéro d’octobre de Lung Cancer, une revue scientifique. 

La patiente était suivie depuis l’enfance pour une maladie génétique touchant les poumons : la fibrose kystique. Alors que les médecins observent une dégradation rapide de ses fonctions respiratoires, ils décident, en novembre 2015, de procéder à une transplantation pulmonaire. En juin 2017, la patiente tombe malade et est admise au CHU de Montpellier. Elle décède deux mois plus tard, à 39 ans, d’un cancer du poumon. Aucune thérapie n’avait pu être tentée une fois le cancer décelé. L’agressivité de la tumeur étant potentiellement liée aux traitements suivis par la patiente pour éviter le rejet de l’organe.

Un appel à plus de précaution

Un décès qui aurait peut-être pu être évité. Selon la base des donneurs analysés par des médecins de l’hôpital, les poumons greffés étaient ceux d’une fumeuse. La donneuse, décédée d’une mort cérébrale, était en effet une "femme de 57 ans fumant un paquet par jour depuis 30 ans", selon l’étude. Les examens pratiqués au moment de la mort de cette quinquagénaire n'avaient révélé aucune anomalie.


Les auteurs des travaux notent également que le délai entre la greffe et "l'apparition de la première anomalie radiologique" suggère que le cancer avait commencé à se former au cours de la vie du donneur. Les quatre docteurs ayant dirigé l’étude rappellent donc que le temps de latence du cancer du poumon est "relativement long". Et que, pour eux, il est devenu primordial d’envisager "avec précaution" les greffes provenant "de donneurs fumeurs". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter