Vaccin Covid : Pfizer-BioNTech augmente ses prévisions de production de 25% pour 2021

Vaccin Covid : Pfizer-BioNTech augmente ses prévisions de production de 25% pour 2021

CORONAVIRUS - Alors que la troisième vague s'abat sur l'Europe et que la campagne de vaccination semble la clé d'une sortie de la crise sanitaire, le laboratoire Pfizer-BioNTech a annoncé qu'il allait pouvoir produire davantage de vaccins que prévu.

Une bonne nouvelle, alors que la production de vaccin peine encore à répondre aux besoins mondiaux. Le laboratoire allemand BioNTech a annoncé mardi qu'il comptait fabriquer en 2021 jusqu'à 2,5 milliards de doses de son vaccin développé avec l'américain Pfizer, soit 25% de plus qu'annoncé initialement.

Une hausse que devraient permettre une "optimisation des processus de production", et "l'expansion du réseau de production", ainsi l'autorisation de tirer six doses d'un flacon, explique l'entreprise dans un communiqué. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

L'homologation la semaine passée d'un nouveau site de production en Allemagne, à Marbourg (sud), doit soutenir la hausse de ces capacités avec une production de 250 millions de doses prévue au premier semestre, pour atteindre à terme un milliard de doses par an. Cette usine, située à une centaine de kilomètres de Francfort, est le second centre de production du vaccin BioNTech/Pfizer en Europe, s'ajoutant à l'usine de Puurs en Belgique. L'alliance germano-américaine compte également trois sites de production aux Etats-Unis.

Lire aussi

Au 23 mars, BioNTech avait livré avec son partenaire "plus de 200 millions de doses" dans le monde. Au total, a des commandes pour 1,4 milliard de doses cette année et prévoit une "hausse de la demande".

Le laboratoire planche sur les variants

Le vaccin, qui avait été le premier à être autorisé aux États-Unis et dans l'Union européenne, est désormais administré dans "plus de 65 pays et régions", selon Ugur Sahin, patron et co-fondateur de la PME basée à Mayence (ouest).

"Nous voyons déjà des premiers signes d'une baisse des cas de Covid-19 et de la mortalité dans plusieurs pays", a-t-il expliqué, ajoutant que le laboratoire planchait désormais sur les variants et des essais cliniques supplémentaires.

Suivez les dernières actualités sur la pandémie et ses conséquences dans le fil info ci-dessous. 

Live

LE PIC DE LA 3e VAGUE ATTEINT ? "NOUS DEVONS ENCORE TENIR"


"Nous voyons les premiers signes qui montrent que le comportement des Français, les mesures de freinage et la vaccination ont enrayé la très forte hausse. [...] Gageons qu'après la stabilisation viendra la baisse. Pour cela, nous devons encore tenir", réagit Olivier Véran, le ministre de la Santé ce dimanche dans le JDD. 

LA VACCINATION POUR TOUS LES FRANÇAIS DE PLUS DE 55 ANS

Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les Français de plus de 55 ans à partir de ce lundi

JOHNSON AND JOHNSON

Ce sont 206.000 doses de Johnson and Johnson qui arriveront en France dès ce lundi. Elles seront délivrées prioritairement à la médecine de ville. Infirmiers, pharmaciens et médecins pourront les commander en ligne et les récupérer la semaine suivante à partir du mercredi 21 avril. 

EFFETS SECONDAIRES

D'après CNN, moins d'une personne sur 28.000 qui ont reçu un vaccin ont ressenti des effets secondaires sérieux, aux Etats-Unis, selon les données du département de la Santé en charge de la politique vaccinale. Pour les Américains, qui ont reçu du Pfizer, du Moderna ou du Johnson & Johnson, le risque d'exposition est donc de 0,004%. 

SEPT QUESTIONS SUR LES AUTOTESTS 

Prix, remboursement, efficacité : sept questions sur les autotests en vente libre à partir de ce lundi

AUTOTESTS : ILS ARRIVENT DEMAIN


N'espérez cependant pas en trouver beaucoup dans les pharmacies en ce début de semaine.

AUTOTESTS EN PHARMACIE


Un arrêté du ministre de la Santé publié ce dimanche au Journal officiel autorise la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid-19 sur prélèvement nasal, pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans. Ces autotests "vont se déployer progressivement dans des milliers d'officines tout au long de la semaine", a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans un entretien au Journal du dimanche.


Ils seront aussi "rapidement mis à disposition dans les établissements scolaires", a-t-il ajouté, disant envisager "d'aller jusqu'à deux tests par semaine par élève et par enseignant".

BILAN MONDIAL


La pandémie de Covid-19 a fait au moins 2.929.563 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan de l'AFP à partir de sources officielles réalisé ce dimanche.


Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 561.783 décès pour 31.151.493 cas recensés. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil (351.334 morts), le Mexique (209.212 morts), l'Inde (169.275 morts) et le Royaume-Uni (127.080 morts).

MANQUE DE DOSES


Alors que le gouvernement souhaite accélérer encore la campagne de vaccination en injectant notamment 7 jours sur 7, notre journaliste François-Xavier Ménage fait remarquer que plusieurs vaccinodromes sont actuellement fermés. Un reportage sera consacré à ce sujet dans le 20H de TF1 ce dimanche.

LE COVID-19 DANS LES EAUX USÉES


Le professeur de virologie et co-fondateur d'Obépine (Observatoire Épidémiologique des Eaux Usées), Vincent Maréchal, a indiqué sur franceinfo ce dimanche que les derniers relevés réalisés dans les eaux usées d'Ile-de-France montrent une diminution de la concentration de Covid-19 "depuis la semaine du 22 mars". "Nous avons quelques signaux très positifs qu'on n'avait plus l'habitude de voir", a-t-il expliqué, tout en précisant que les niveaux observés restent malgré tout "très élevés".


 Vendredi, Santé Publique France notait également dans son bulletin journalier, un ralentissement de la circulation du virus en Ile-de-France.

LE PIC DE LA 3e VAGUE ATTEINT ? "NOUS DEVONS ENCORE TENIR"


"Nous voyons les premiers signes qui montrent que le comportement des Français, les mesures de freinage et la vaccination ont enrayé la très forte hausse. [...] Gageons qu'après la stabilisation viendra la baisse. Pour cela, nous devons encore tenir", réagit Olivier Véran, le ministre de la Santé ce dimanche dans le JDD. 

CHINE

VOYAGES


Alors que les frontières du continent européen sont toujours fermées, les Français désirant revenir sur le territoire depuis un pays hors de l'UE doivent fournir un motif impérieux et un test PCR pour embarquer. "Si des compagnies ne respectent pas ces règles, on les sanctionne et on ferme les vols. Utiopa Airlines, on a suspendu les vols pendant plusieurs jours", indique Clément Beaune. 

"On fait tout pour que l’été soit le plus normal possible et que les gens puissent voyager. Aujourd’hui, je ne sais pas vous dire à partir de quand on pourra reprendre les voyages en Europe. J’espère qu’on pourra le faire cet été. Il faut le moment venu pouvoir réaccueillir des gens mais on ne le fera pas si ça met en risque notre situation sanitaire."

VACCINATION


"On ne sait pas combien de temps dure la protection vaccinale", rappelle le secrétaire d'État. Dans cette optique, l'arrivée de 2 milliards de doses de vaccins "2e génération" est attendue en Europe, si jamais une nouvelle vaccination est nécessaire. "Il faut qu'on anticipe au cas-où on ait besoin de rappel vaccinal."

MEA CULPA


"L'Europe est souvent le bouc émissaire un peu facile. Je ne suis pas le porte-parole de l'Europe, elle n'a pas tout fait bien. (...) Sur les vaccins, on n'a pas fait aussi vite que les Américains", reconnait Clément Beaune, expliquant que les investissements ont été moindres dans le domaine de l'innovation. "Le problème des Européens, c'est qu'on ne prend pas assez de risques, on ne va pas assez vite, on ne finance pas assez l'innovation."

SPOUTNIK V 


"Mme Merkel a été très claire, elle veut que ce soit dans le cadre européen", explique le secrétaire d'État, interrogé sur le cas de la Bavière qui a autorisé le vaccin russe tandis que l'Agence européenne des médicaments ne l'a pas encore homologué.

"Je veux être clair sur le vaccin Spoutnik V : on ne l'exclut pas par principe. Un vaccin, il faut qu'il soit validé et qu'il soit produit. Le vaccin russe a déposé son dossier en mars, on ne le saura qu'en juin." Clément Beaune explique encore que les capacités de production de Spountik V sont aujourd'hui nulles en France. "Aujourd'hui, les productions les plus rapides à faire sont celles de Pfizer, Moderna et Johnson&Johnson."

ASTRAZENECA


Quid des régions en France où le vaccin Astrazeneca est proscrit ? Quel message délivrer à la population ? "Il n'y a pas d'inquiétude aujourd’hui car les autorités scientifiques ont clarifié (les choses) en ciblant une population", tente de rassurer Clément Beaune. "C'est un vaccin qui est utile, on va l'utiliser pour les plus de 55 ans, on en a besoin."

ASTRAZENECA


"Astrazeneca s’est moqué des Européens. Ils n’ont pas été transparents", déplore Clément Beaune, mettant en demeure le laboratoire suédo-britannique qui n'a pas livré le nombre attendu de doses à l'Europe, et à la France en particulier. "On met la pression sur le laboratoire", indique encore le secrétaire d'État aux Affaires européennes. "Nous leurs avons dit : si vous ne nous livrez pas, on ne vous livre pas non plus. C'est une idée simple d'une Europe qui n'est pas naïve."

STRATÉGIE VACCINALE


"On ne repose pas sur un seul vaccin, il y a beaucoup de retards d’AstraZeneca depuis le départ. On a une stratégie qui repose sur quatre vaccins aujourd’hui", souligne Clément Beaune, alors que le vaccin de Johnson&Johnson a été autorisé il y a quelques semaines dans l’UE. 200.000 doses de Janssen doivent être livrées en France d’ici la mi-avril.

CLÉMENT BEAUNE, INVITÉ DU GRAND JURY À 12H SUR LCI


Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes est l'invité du Grand Jury. A suivre dans ce live à 12H  et sur le Canal 26. 

VACCIN DE 2e GÉNÉRATION


C'est désormais la priorité du gouvernement français. Mais de quoi s'agit-il ? 

AGNÈS PANNIER-RUNACHER


Invitée d'Europe 1, la ministre déléguée chargée de l'industrie, balaie les critiques sur le vaccin AstraZeneca, citant son propre exemple familial.

LE VACCIN "NE SUFFIRA PAS"


La campagne de vaccination ne suffira pas à elle seule à endiguer l'épidémie de Covid-19, à cause du risque de variants résistants ou des lacunes de cette campagne, a affirmé l'épidémiologiste Antoine Flahault au Journal du dimanche. Il voit trois hypothèses qui pourraient limiter l'efficacité de cette  stratégie: "Si de nouveaux variants émergent et mettent en péril l'efficacité des vaccins; si l'acheminement ne se fait pas au rythme voulu; si les problèmes rencontrés par le vaccin AstraZeneca se posaient avec d'autres vaccins et remettaient en question l'adhésion de la population".

COVIDTRACKER


Le fondateur de CovidTracker est depuis quelques mois encensé pour son travail de vulgarisation des indicateurs de l’épidémie, à partir des données rendues publiques. Pour certains, cela souligne le manque de clarté de la part des autorités. "Je tiens à préciser que l’Etat n’a pas rien fait. L’Etat collecte les données épidémiques, hospitalières, de vaccination", souligne le jeune ingénieur de formation. "Il a mis en place un système d’information qui permet d’agréger et de collecter ces données. L’Etat publie ses données en permanence, en open data et de manière exhaustive."

"VITE MA DOSE !"


"On a près de 500 centres qui ont des disponibilités sur toute la France", indique Guillaume Rozier, annonçant une "nouvelle interface" dès aujourd’hui sur le site. Il permettra alors de visualiser les types de vaccin disponibles dans les lieux ouverts à la réservation (Pfizer/BioNTech, Moderna ou AstraZeneca), ainsi que la disponibilité des doses en temps réel pour chaque centre.

"VITE MA DOSE !"


Guillaume Rozier, fondateur du site de modélisation de l’épidémie CovidTracker, revient sur LCI sur son nouveau projet. "Vite ma dose !" permet aux personnes éligibles à la vaccination de trouver plus rapidement un rendez-vous dans un centre ou une pharmacie de leur département. "J’ai remarqué, en rusant un peu, qu’on pouvait trouver des lieux de vaccination qui avaient des rendez-vous disponibles à très court terme, partout en France. Je me suis dit qu’il fallait faire une plateforme pour mettre en relation ces centres qui veulent remplir leur agenda de vaccination et les patients qui souhaitent obtenir une dose de vaccin proches de chez eux."

LE 4e VACCIN AUTORISÉ

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

LA VACCINATION POUR TOUS LES FRANÇAIS DE PLUS DE 55 ANS

Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les Français de plus de 55 ans à partir de ce lundi

42 JOURS AU LIEU DE 28 : POURQUOI UN TEL REVIREMENT ? 

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

ESPACEMENT DES DOSES

Autre annonce formulée par le ministre dans son interview : l'écart de temps entre la première et la seconde dose des vaccins Pfizer et Moderna va être allongé. De quatre semaines aujourd'hui, "nous proposerons un rappel à 42 jours", et ce à compter du 14 avril. "Ça va nous permettre de vacciner plus vite sans voir se réduire la protection", a indiqué Olivier Véran.

VACCINATION OUVERTE AUX PLUS DE 55 ANS

Dans une interview au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué que la vaccination serait ouverte à partir de lundi à tous les Français âgés de plus de 55 ans, "par cohérence et souci d'efficacité, sans conditions". Une avancée permise grâce, d'une part, à la réservation des vaccins AstraZeneca aux plus de 55 ans, du fait de la suspicion de lien entre le produit et les rares cas de thromboses observés ces dernières semaines, et à l'arrivée du vaccin Johnson and Johnson, autorisé le 12 mars. Une première livraison de 200.000 doses est prévue, "avec une semaine d'avance", a annoncé l'élu d'Isère.

IMMUNITÉ COLLECTIVE


De plus en plus de voix s'élèvent sur la question de la vaccination des moins de 18 ans. Nos reporters ont pu constater qu'à New York, aux États-Unis, les jeunes de plus de 16 ans sont désormais éligibles au vaccin Pfizer. 


En France, les enfants ne sont pour l'instant pas concernés par la campagne de vaccination mais à l'avenir la question se pose, selon des experts. "Il s'agit d'éviter que les enfants constituent un réservoir dans l'avenir pour le virus", pointe le professeur en virologie Vincent Marechal. L'institut Pasteur lui estime qu'avec les nouveaux variants il sera obligatoire d'élargir aux plus jeunes la vaccination si l'on veut pouvoir se passer des masques.


Une étude récente de Pfizer sur les enfants de 12 à 15 ans a démontré une efficacité du vaccin "à 100%" selon l'industriel américain.

ÉQUITÉ VACCINALE

Le dispositif Covax, instauré par l'Organisation mondiale de la santé,  permis de délivrer 38 millions de vaccins à travers le monde, a indiqué l'OMS dans un tweet en fin de journée.

OBLIGATION VACCINALE

En Italie, les soignants sont désormais obligés de se vacciner. Les récalcitrants s'exposeront à des sanctions, qui pourront aller jusqu'au licenciement. 

VACCINATION EN LIBYE

Le chef du gouvernement d'unité nationale Abdelhamid Dbeibah a été le premier Libyen à recevoir une dose de vaccin, samedi 10 vril, à Souq al-Journaa, en banlieue de Tripoli, a annoncé le centre nationale de lutte contre les maladies. Au samedi 10 avril, 166.888 cas ont été recensés, pour 2807 décès, ce qui en fait un des pays les plus touchés d'Afrique, en valeur absolue. 

VACCINO-SCEPTIQUES

Environ 40% des Marines ont refusé de recevoir le vaccin contre le Covid-19, a appris CNN. 

VACCINATION DES ENFANTS ? DOMINIQUE COSTAGLIOLA DEMANDE L'OUVERTURE DU DEBAT


"Il commence à y avoir des essais qui montrent l'efficacité et la sécurité des vaccins, les vaccins à ARN, c'est un débat qu'il va falloir que l'on ait si l'on veut arriver à l'immunité collective", plaide la directrice de recherche à l'Inserm. 


Une condition sine qua non pour réussir la sortie de la pandémie en France, selon elle.

"ENVIRON 20%" DES FRANÇAIS ONT EU LE COVID-19


La directrice de recherche de l'Inserm confirme que la France est encore loin d'une immunité collective avec les seules contaminations. 


Le nouveau variant britannique complique l'action sanitaire ; il obligera, selon Dominique Costagliola, à atteindre une couverture vaccinale d'au minimum "60% de la population", en plus des 20% de Français ayant contracté la maladie. Seul un taux de 80% de personnes protégées permettrait de stopper l'épidémie actuelle, si de nouvelles souches résistantes n'émergent pas d'ici là.

ESPOIR D'UN TRAITEMENT DE PFIZER CONTRE LE COVID-19 ?


"Je crois qu'il faut se méfier des effets d'annonce, ce n'est pas la première fois qu'on en a pour les médicaments", met en garde ce samedi l'épidémiologiste Dominique Costagliola sur LCI. 


L'entreprise américaine a en effet assuré, vendredi dans Le Parisien, que deux médicaments contre le virus étaient en train d'être mis au point. La chercheuse appelle à la prudence et à attendre encore les "essais de phase deux" avant d'émettre tout jugement sur l'efficacité de tel ou tel traitement.

CHIFFRES DU JOUR

Samedi 10 avril, 30.238 personnes sont hospitalisées, soit 88 de moins que la veille. À l'inverse, les réanimations sont à la hausse avec 12 effectifs supplémentaires, à 5769 lits occupés. Enfin, 210 décès sont à signaler ces dernières 24 heures.

43.284 ont été recensés sur la même période, un chiffre qui n'amène aucune comparaison par rapport à la semaine précédente, puisqu'un incident technique avait empêché Santé publique France de publier ses chiffres.


Côté vaccinations, le ministère de la Santé indique qu'au 10 avril, 14.430.022 doses avaient été injectées, dont 3.684788 secondes doses et 10.745.234 premières doses. Sur les dernières 24 heures, 321.465 injections ont été réalisées, portant le cumul sur les 10 premiers jours d'avril à 3.027.184 doses administrées.

NOUVELLE VAGUE EN INDE

L'Inde connait une deuxième vague de Covid particulièrement douloureuse, avec un record de morts depuis cinq mois, puisque 794 personnes sont mortes. 145.384 nouveaux cas ont été détectés ce samedi, dans un pays où le nombre de cas est particulièrement élevé, avec plus de 13 millions de cas, mais la létalité reste faible au regard de son nombre d'habitants, avec 168.436 décès.

COMBIEN DE MORTS AUX ÉTATS-UNIS ?

Selon une modélisation conçue par l'Institut d'évaluation et des statistiques sanitaires de l'université de Washington et relayé par CNN, le port du masque aux Etats-Unis pourrait éviter 14.000 morts d'ici le mois d'août.

Selon l'étude, les projections actuelles indiquent que l'épidémie aura fait 618.523 morts, mais que ce chiffre pourrait tomber à 604.413 morts si le port du masque était respecté par 95% de la population. Cette modélisation prévoit toutefois un chiffre bien plus élevé : 697.523, si tous les vaccinés revenaient à leur mobilité et habitudes précédant la pandémie.

BAHREÏN


Des dizaines de détenus bahreïnis, dont des opposants, ont été libérés à la suite de la découverte de cas de Covid-19 dans leur prison qui avait entraîné des manifestations de leurs proches, ont indiqué samedi à l'AFP des militants.


Les autorités avaient promis de libérer 126 détenus et 73 autres après ces protestations. Au total 166 ont été effectivement libérés jusqu'ici, selon ces militants. Les détenus libérés achèveront leur peine dans un cadre non carcéral, sous surveillance électronique, selon les autorités.

BILAN MONDIAL


La pandémie de Covid-19 a fait au moins 2.917.316 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles ce samedi.  Plus de 134.648.510 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. 


Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 3.693 nouveaux morts, les États-Unis (931) et le Mexique (874). 

COUVRE-FEU


Les convives ont été "verbalisés pour non-respect des mesures sanitaires",  indique la préfecture, précisant que "l'organisateur et le gérant ont été interpellés".

Paris : plus de 110 personnes verbalisées lors d’une fête dans un restaurant clandestin

CAMBODGE


Le Premier ministre cambodgien a menacé ce samedi de prison ceux qui ne respectaient pas la quarantaine et a averti les fonctionnaires qu'il pourraient perdre leur emploi s'ils ne se font pas vacciner, alors que le nombre de contaminations augmente dans le royaume.


Plus de mille contaminations ont été enregistrées ces deux derniers jours, beaucoup chez des ouvriers du textile et des vendeurs sur des marchés, portant à 4.081 le nombre de cas dans le pays, qui a enregistré 26 morts du Covid.

MISE AU POINT


Dans une série de tweets publiés ce samedi, la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher a défendu la production de vaccins en tant que tel en France.  "'C’est que de l’embouteillage !', 'C’est juste de la mise en flacon !'... Le début de la production de doses de vaccins a suscité sarcasmes et mépris des oppositions. Ainsi la France ne produirait pas de vaccins ? C’est mal connaître l’industrie", écrit-elle.

LES PREMIERS ENSEIGNANTS VACCINÉS "LA SEMAINE PROCHAINE"


En visite dans un vaccinodrome de Lyon, le Premier ministre Jean Castex a répondu à une question sur le calendrier de la vaccination des enseignants. "Sans doute dès la semaine prochaine" pour les enseignants de plus de 50 ans en contact avec des enfants en situation de handicap, indique le Premier ministre. Et les autres professions ? "L’élargissement aux autres catégories de personnels se fera le moment venu, dans les deux mois a venir, en s’appuyant toujours sur une logique médicale liée aux facteurs de risque", indique Matignon.

PRODUCTION FRANÇAISE DE VACCINS


"Matin, midi et soir, tout notre pays est mobilisé pour vacciner et pour produire les doses de vaccin. C’est un effort de guerre collectif et national." Emmanuel Macron a posté ce samedi matin une vidéo montée de sa visite, vendredi, de l'usine Delpharm en Eure-et-Loir afin de mettre en avant l'implication du pays dans la production de vaccin. Le gouvernement souhaite produire cette année 250 millions de doses sur le territoire français.

SOIRÉE CLANDESTINE


La préfecture de police de Paris a indiqué ce samedi dans un tweet que des agents de la police de proximité parisienne ont mis fin dans la nuit de vendredi à samedi à "un rassemblement de plus de 110 personnes" dans un restaurant, après avoir été appelés pour tapage nocturne. Les convives ont été verbalisés pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur et l'organisateur et le gérant ont été interpellés.

VACCINATION DES 12-15 ANS


L'alliance Pfizer/BioNTech a déposé vendredi aux Etats-Unis une demande d'extension de l'autorisation en urgence de son vaccin contre le Covid-19 aux adolescents âgés de 12 à 15 ans, ce qui pourrait lancer une nouvelle phase cruciale de la vaccination en vue d'une immunité collective.


Cette demande d'extension, déposée auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA), est fondée sur les données des essais cliniques de phase 3 sur cette tranche d'âge, "qui ont démontré une efficacité de 100%" pour prévenir la maladie, ont-elles souligné.


Pfizer/BioNTech prévoit de faire cette demande auprès "d'autres autorités de régulation dans le monde dans les jours qui viennent", ont précisé les deux entreprises dans un communiqué.

THOMBOSES ET VACCIN JANSSEN


Il n'a pas été établi de lien de causalité à ce stade entre la formation de caillots sanguins et l'injection du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, a déclaré vendredi l'Agence américaine des médicaments (FDA), en affirmant enquêter sur des cas aux États-Unis. Un cas est survenu lors d'un test clinique et trois sont survenus dans le cadre de la vaccination aux Etats-Unis. L'un d'entre eux a été mortel.


"La FDA est au courant d'informations aux Etats-Unis sur des événements thrombo-emboliques graves, parfois associés à une thrombopénie (bas niveaux de plaquettes dans le sang), qui se sont produits chez quelques individus après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19 de Janssen", a déclaré le régulateur américain dans un communiqué à l'AFP, citant le nom de la filiale européenne de Johnson & Johnson. "Pour le moment, nous n'avons pas trouvé de lien de causalité avec la vaccination et nous continuons notre enquête et évaluation de ces cas", a ajouté l'agence. 

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter