EN DIRECT - Covid-19 : 31 décès de plus dans les hôpitaux, la baisse continue en réanimation

EN DIRECT - Covid-19 : 31 décès de plus dans les hôpitaux, la baisse continue en réanimation
Santé

CORONAVIRUS - Alors que la phase 2 du déconfinement entre en vigueur en France, l'épidémie continue de décroître. Mais la menace de crise économique et sociale, elle, est bien réelle. Dans le monde, le virus poursuit sa progression, avec au moins 372.000 personnes décédées du Covid-19 à ce jour. Suivez les dernières informations.

Live

BILAN EN FRANCE


À la veille de la deuxième phase du déconfinement, la direction générale de la Santé a publié les chiffres quotidiens de la pandémie. Ces dernières 24 heures, "9 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation". "Le solde y reste négatif, avec 17 malades de Covid-19 en moins par rapport à hier." Au total, 1.302 malades sont actuellement en soins intensifs.


31 patients sont décédés dans les hôpitaux ces dernières 24 heures. Les données des décès en établissements sociaux et médico-sociaux seront, elles, actualisées demain.

VOTRE SALAIRE PEUT-IL BAISSER ?


Du fait de la crise sanitaire, Ryanair propose à son personnel français de baisser son salaire pendant cinq ans pour éviter des licenciements, selon RTL. Les employeurs en ont-ils la possibilité en cas de difficultés économiques ? LCI a posé la question à un avocat en droit du travail. Notre interview ↓

Votre employeur a-t-il le droit de baisser votre salaire à cause de la crise ?

RÉOUVERTURE DES LIEUX DE CULTE AU NIGERIA


Le gouvernement nigérian a annoncé lundi la réouverture des églises et des mosquées dès mardi, dans le cadre de l'allègement des mesures dans le pays le plus peuplé d'Afrique. Les rassemblements religieux seront désormais autorisés à condition de respecter des mesures barrières comme le port du masque et la distanciation sociale, a précisé le patron du comité présidentiel de lutte contre le coronavirus, Boss Mustapha. 


Le Nigeria recensait lundi un peu plus de 10.000 cas confirmés de Covid-19 dont 287 décès - même si ces chiffres pourraient être sous-estimés en raison du faible nombre de tests réalisés - et le gouvernement a prévenu que "le pic d'infections n'avait pas encore été atteint".

REPRISE DES VOLS EN ÉQUATEUR


L'Équateur, durement affecté par le coronavirus, a repris lundi les vols intérieurs de passagers et rétablira les liaisons internationales à partir de jeudi, avec l'arrivée d'avions en provenance de Miami et Houston, aux États-Unis.


Les vols en provenance de pays fortement contaminés, comme le Brésil, restent cependant interdits pour encore deux semaines. Tous les voyageurs arrivant de l'étranger doivent présenter un résultat de test au Covid-19 négatif et observer un isolement obligatoire de 14 jours.

MASQUES


Depuis le début de la pandémie, les masques sont au cœur des polémiques. Désormais disponibles en nombre, peuvent-ils être également utiles pour lutter contre les allergies aux pollens, alors que la quasi-totalité de la France est en alerte rouge ? L'éclairage d'une allergologue pour LCI ↓

Alerte rouge aux pollens : le masque contre le Covid-19 est-il aussi efficace contre les allergies ?

AUCUN MORT EN ESPAGNE


Le coronavirus n'a fait aucun mort en Espagne durant ces dernières 24 heures, une première depuis trois mois, ont annoncé lundi les autorités. "Les données d'hier ne nous indiquent aucun mort à cause du coronavirus. Ceci est une donnée très, très positive", a déclaré Fernando Simon, le directeur du centre d'alertes sanitaires.


Le pays, l'un des plus touchés par la pandémie dans le monde, a comptabilisé en tout 27.127 morts et 239.638 cas avérés, selon le bilan transmis lundi par le ministère de la Santé. Toutefois, M. Simon a appelé à la "prudence", mettant en garde contre les rassemblements de masse qui ne sont toujours pas autorisés, comme la fête qui a rassemblé des milliers de jeunes samedi soir dans la ville de Tomelloso, en Castille-La Manche (centre).

ÉTUDE INQUIÉTANTE


Une étude de l'Inserm montre que le nombre d'arrêts cardiaques a doublé en Île-de-France pendant le confinement. Notre décryptage ↓

Urgent

BILAN EN FRANCE


À la veille de la deuxième phase du déconfinement, la direction générale de la Santé a publié les chiffres quotidiens de la pandémie. Ces dernières 24 heures, "9 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation". "Le solde y reste négatif, avec 17 malades de Covid-19 en moins par rapport à hier." Au total, 1.302 malades sont actuellement en soins intensifs.


31 patients sont décédés dans les hôpitaux ces dernières 24 heures. Les données des décès en établissements sociaux et médico-sociaux seront, elles, actualisées demain.

BILAN EN ITALIE


L'Italie a enregistré lundi une série de chiffres encourageants dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, a indiqué la Protection civile. Le nombre de nouveaux cas a ainsi augmenté de 178 en 24 heures, portant le total à 233.197. À titre de comparaison, le nombre quotidien de nouveaux cas était de 516 vendredi, 416 samedi et 355 dimanche.


Le nombre de décès au cours des dernières 24 heures est également en baisse par rapport à la moyenne des derniers jours avec 60 victimes enregistrées dans toute l'Italie pour un total de 33.475 morts. Le nombre de personnes en soins intensifs est de 424, poursuivant également sa baisse.

BILAN AU ROYAUME-UNI


Le Royaume-Uni a publié lundi son plus faible bilan quotidien depuis le début du confinement décrété le 23 mars, avec 111 décès supplémentaires enregistrés. Le nombre de cas officiellement confirmés a atteint 276.332, en augmentation de 1.570 contaminations, soit la plus faible depuis le 25 mars.


"Les chiffres montent que nous sommes en train de remporter la bataille contre le coronavirus", a assuré le ministre de la Santé Matt Hancock. "Nous sommes donc en mesure aujourd'hui (lundi) de procéder à des changements prudents au confinement." Ce lundi a été marqué par la réouverture de certaines classes de maternelle et primaire et de certains commerces tels que les marchés en plein air.

DÉCRYPTAGE


Où sont situés les 109 foyers de contamination identifiés en France ? Notre éclairage ↓

L'OMS RECADRE UN MÉDECIN ITALIEN


Rien ne permet d'affirmer que le coronavirus soit devenu moins pathogène, a prévenu lundi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) après les propos d'un célèbre médecin italien affirmant que le virus perdait de sa virulence.


"Nous devons être exceptionnellement attentifs à ne pas donner le sentiment que tout à coup le virus, par sa propre volonté, a décidé de devenir moins pathogène. Ce n'est pas du tout le cas", a déclaré Michael Ryan, chef du programme d'intervention d'urgence à l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle.

OMS VS USA


Le chef de l'OMS a dit ce lundi, vouloir continuer à travailler avec les Etats-Unis malgré l'annonce la semaine dernière par le président américain Donald Trump qu'il rompait les liens entre son pays et l'agence sanitaire de l'ONU.


"Les contributions et la générosité du gouvernement et du peuple américains au profit de la santé mondiale pendant de nombreuses décennies ont été massives et ont apporté de grands bienfaits à la santé publique dans le monde", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus. "L'OMS souhaite que cette collaboration se poursuive", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse virtuelle depuis Genève.

UNE APPLI DE TRAÇAGE "VOLONTAIRE" AU MAROC 


Les autorités marocaines ont lancé ce lundi 1er juin, une application mobile de traçage des contacts par smartphone pour lutter contre la propagation de la maladie Covid-19, a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué.


Cette application baptisée "Wiqaytna" (notre protection) utilise une technologie Bluetooth (communication entre appareils électroniques situés à proximité), avec un usage "volontaire", selon la même source.


L'application "envoie une notification à l'utilisateur en cas de proximité physique prolongée avec un autre utilisateur positif au Covid-19 et permet au ministère de la Santé de faire "une évaluation du risque d'exposition", puis le cas échéant, d'entrer en contact avec le cas notifié, selon la même source.

L'application "Wiqaytna" qui s'inspire d'une technologie utilisée à Singapour a été validée par la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), un organisme officiel qui a conditionné son utilisation à plusieurs mesures de protection des données privées.


Le Maroc, qui compte 35 millions d'habitants, a multiplié les dépistages ces derniers jours, avec environ 208.366 tests menés, 7.819 cas officiellement détectés et 205 morts, selon le bilan publié lundi.

ASSOUPLISSEMENT DES CONDITIONS DE VISITES DANS LES EHPADS


Dans un communiqué, le ministère de la Santé a détaillé "les recommandations nationales relatives aux visites dans les établissements hébergeant des personnes âgées sont assouplies à compter du 5 juin 2020".


Il est ainsi recommandé aux directions des établissements dont la situation sanitaire le permet d’assurer une reprise des visites des proches. Sont ainsi désormais autorisées :


- les visites de plus de deux personnes à la fois, lorsque la visite n’est pas faite en chambre ;

- les visites en chambre de deux personnes à la fois maximum, lorsque les conditions de sécurité le permettent ;

- les visites de mineurs, à la condition que ces derniers puissent porter un masque.

 

"Par ailleurs, il est mis fin à la condition de présence continue d’un professionnel aux côtés des proches", indique le communiqué.

 

Il est enfin rappelé que la reprise de davantage de visites médicales et paramédicales et des activités collectives en tout petits groupes peut être décidée, ainsi que l’intervention de bénévoles formés et encadrés. En particulier, lorsque l’établissement est doté d’un jardin ou d’une cour, des activités extérieures peuvent être organisées (promenades, animations en tout petits groupes). Le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque chirurgical restent ainsi obligatoires pour tous les visiteurs.

CONFINEMENT ASSOUPLI EN INDE 


De longues files d'attente se sont formées lundi devant certaines gares d'Inde, où l'assouplissement du confinement national a permis une montée en puissance du trafic ferroviaire et ravivé les espoirs de migrants de rentrer chez eux.


Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi essaye de relancer la vie et l'économie du géant d'Asie du Sud, mis à genoux par plus de deux mois d'un confinement national particulièrement sévère, décrété fin mars pour lutter contre la pandémie de coronavirus.


Si le confinement reste en place en Inde, il est désormais considérablement assoupli malgré l'épidémie de Covid-19 qui fait toujours rage, particulièrement dans les grandes villes.


Avec l'entrée en vigueur de nouveaux allégements, les chemins de fer indiens vont désormais opérer 200 trains de passagers supplémentaires, contre seulement 30 en service depuis trois semaines.

CHÔMAGE PARTIEL 


Si vous êtes concernés par le chômage partiel, voici ce qui change pour vous, à partir d'aujourd'hui.

AIDE FINANCIÈRE POUR LE TENNIS-FAUTEUIL 


La Fédération internationale de tennis (ITF) et les quatre tournois du Grand Chelem annoncent la mise en place d'une aide financière de "plus de 300.000 dollars (270.000 euros)" en faveur du tennis fauteuil, suite à la pandémie de Covid-19.


Selon les dirigeants du tennis mondial, "88 tournois de tennis fauteuil sous l'égide de l'ITF" auront été reportés ou annulés entre le 12 mars et le 31 juillet, soit les dates actuelles de suspension des circuits gérés par l'ATP, la WTA et l'ITF, comme celui de tennis fauteuil.


L'ATP, la WTA, l'ITF et les quatre tournois du Grand Chelem (Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open) avaient déjà annoncé la mise en place d'un fonds de solidarité de 6 millions de dollars (5,5 M EUR) pour les joueurs professionnels mis en difficultés financières par l'arrêt des compétitions en raison de la pandémie. Quelque 800 joueurs et joueuses sont concernés.

RÉOUVERTURE DU COLISÉE A ROME 


Un moment symbolique pour l'Italie. Après presque trois mois de fermeture pour cause de coronavirus, le Colisée de Rome, site touristique le plus visité d'Italie, a rouvert ses portes, ce lundi aux visiteurs, qui n'étaient que quelques dizaines dans la matinée à parcourir le monument habituellement saturé.


Près de 300 personnes au total ayant réservé leur visite en ligne étaient attendues ce lundi, loin des 20.000 touristes se pressant habituellement dans l'amphithéâtre Flavien, vieux de presque 2.000 ans et inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. 


"C'est un symbole de Rome et de l'Italie", a souligné l'architecte en chef du site, Alfonsina Russo, jugeant "surréaliste" ces trois mois sans un seul touriste venu admirer les majestueuses arènes. "Mais le sentiment de vide a mis en évidence la grande beauté de cet endroit, et sa fragilité", a déclaré M. Russo à l'AFP. En temps normal, ils sont près de 20.000 touristes, dont 70% viennent de l'étranger, à visiter quotidiennement l'endroit, au bout du Forum impérial, au pied de la colline du Palatin. 

LA SITUATION EN CISJORDANIE 


Le nombre de familles pauvres pourrait doubler cette année en Cisjordanie occupée en raison de la pandémie de Covid-19 qui menace les finances publiques et l'emploi dans les Territoires palestiniens, a alerté lundi la Banque mondiale. Jusqu'à présent, ces Territoires ont été relativement épargnés par la pandémie avec un total de 447 cas et trois morts recensés parmi les quelque cinq millions d'habitants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.


Mais la crise a plombé, comme en nombre d'endroits, l'activité économique au moment où les autorités locales sont sous pression pour accroître à la fois les mesures sanitaires et de relance économique.


"Avant même la pandémie de Covid-19, environ le quart des Palestiniens vivait sous le seuil de pauvreté, soit 53% à Gaza et 14% en Cisjordanie. Selon des estimations préliminaires, le nombre de foyers pauvres devrait passer à 30% en Cisjordanie et 64% à Gaza", note la Banque mondiale dans son rapport publié lundi. 


L'impact devrait être plus important en Cisjordanie car des dizaines de milliers de Palestiniens qui y vivent travaillent en Israël, où les salaires sont plus élevés mais qui est aussi touché par la crise. En raison de la pandémie, le nombre de ces travailleurs a chuté, ce qui contribue à une "réduction significative" de leur apport financier.

IMPACT ECONOMIQUE DANS LE TRAFIC AÉRIEN 


Emirates, la plus grosse compagnie aérienne du Moyen-Orient, pourrait mettre quatre pour retrouver une situation normale, déclare son PDG, au lendemain de l'annonce de suppressions d'emplois en raison de la crise sanitaire du Covid-19. La compagnie de Dubaï, qui emploie 100.000 personnes a une flotte de 270 gros-porteurs. Elle a suspendu ses activités fin mars avec l'arrêt des vols en raison de la pandémie. Dimanche, Emirates a annoncé des suppressions d'emplois sans préciser l'ampleur de ce plan social.


"C'est une mesure que nous nous devions de prendre. Nous ne pouvons pas laisser nos employés sans rien faire pendant si longtemps. Nous devons donc malheureusement en laisser partir certains", a commenté lundi le PDG, Tim Clark, lors de la conférence virtuelle de l'Arabian Travel Market. "Je pense que d'ici 2022-23, 2023-24, nous verrons probablement les choses revenir à un certain degré de normalité et Emirates exploitera son réseau tel qu'il était", a-t-il déclaré.

LA SITUATION AUX PHILIPPINES 


Manille, la capitale, s'éveille après de l'un des plus longs confinement au monde destiné à se protéger du coronavirus, alors que le pays cherche à relancer son économie endommagée, et cela même si le nombre de cas de coronavirus est en augmentation.


Le trafic automobile envahit de nouveau les rues de la capitale et les transport publics ont partiellement repris pour que les usagers puissent retourner travailler dans cette ville de 12 millions d'habitants, qui a connu presque trois mois de strict confinement.


La plupart des entreprises ont été autorisées à rouvrir, mais les écoles, les bars, et les restaurants demeurent fermés. Ces mesures sévères ont causé du tort à des millions de travailleurs à Manille, ville qui représente un tiers de la production économique du pays. 


Les Philippines ont jusqu'ici recensé 18.638 cas de maladie Covid-19 et 960 décès, mais les experts craignent que le nombre de malades soit sous-évalué car les tests ont été limités.  Il y a eu un bond d'environ 30% de nouveaux cas recensés la semaine dernière, mais les autorités de santé l'attribuent aux efforts faits pour mettre à jour les dossiers en attente issus des laboratoires, car le nombre de personnes testées a augmenté. 

RÉOUVERTURE DU GRAND BAZAR D'ISTANBUL 


L'emblématique Grand Bazar d'Istanbul, fermé depuis le 23 mars dernier, a rouvert ce lundi 1er juin, alors que la Turquie levait la plupart des restrictions imposées pour endiguer la propagation du coronavirus, indique l'AFP. Cette réouverture du marché couvert s'est faite dans le cadre de règles strictes édictées par le ministère de la Santé : le port du masque sera obligatoire et un nombre limité de clients sera accepté dans les boutiques. Celle-ci intervient dans le cadre d'un allègement de la plupart des restrictions imposées en Turquie pour lutter contre le nouveau coronavirus, qui a fait plus de 4.500 morts sur près de 164.000 cas officiellement recensés dans le pays.


Le Bazar, qui accueille quelque 3.000 boutiques et 30.000 commerçants émerge ainsi de sa plus longue fermeture en près de six siècles d'existence, en dehors des catastrophes naturelles et des incendies. Chaque mercredi dans les semaines précédant cette réouverture, des nettoyeurs ont aspergé les sols, les colonnes et les murs du Bazar de désinfectant pour répondre aux règles d'hygiène imposées par les autorités. Ce marché couvert, un des plus grands du monde, accueillait avant sa fermeture quelque 150.000 personnes par jour, essentiellement des touristes.

BAISSE DES SALAIRES ET CRISE SANITAIRE 


Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, estime ce lundi, qu'"il y a tout lieu de craindre" des baisses des salaires dans les entreprises avec la crise sanitaire, qui risque de servir de "prétexte" à des employeurs. "Il y a tout lieu de craindre" des baisses des salaires ou du nombre de jours de RTT, la suppression du 13e mois ou des indemnités de transports, a déclaré Yves Veyrier sur RTL.


"Les situations sont souvent des prétextes, des effets d'aubaine. Donc celle que nous connaissons aujourd'hui, la crise sanitaire" du coronavirus, "avec ses conséquences économiques évidemment, risque de conduire beaucoup d'entreprises à utiliser cette situation pour faire valoir la nécessité de réduire encore le coût du travail", s'est-il inquiété.


"Évidemment, la situation à venir risque d'être compliquée" et "il y a des difficultés réelles, mais toutes les entreprises ont bénéficié massivement de l'indemnisation par l'État" du chômage partiel, a-t-il souligné. "Il y aura besoin d'aider dans tel ou tel secteur", mais "il faut absolument qu'on conditionne les aides publiques, qu'on les évalue, qu'on les contrôle et qu'on les soumette à sanction lorsque les conditions ne sont pas respectées", a-t-il insisté.

PHASE 2 DU DECONFINEMENT 


Les déplacements aériens en Corse seront soumis à des restrictions jusqu'au 23 juin prochain. Nos explications.

Déconfinement : les déplacements aériens entre le continent et la Corse restreints jusqu'au 23 juin

RÉOUVERTURE DU MUSÉE GUGGENHEIM DE BILBAO


Le musée Guggenheim de Bilbao est devenu, ce lundi le premier grand musée à rouvrir ses portes en Espagne, où le déconfinement permet désormais à 70% de la population de profiter des plages et des restaurants. Célèbre pour les courbes sinueuses de son bâtiment dessiné par l'architecte Frank Gehry, le Guggenheim, situé au Pays basque (nord), a rouvert lundi avec des horaires réduits, a indiqué le musée sur son site.


Tous les musées d'Espagne avaient fermé mi-mars après l'instauration d'un confinement des plus stricts, dans un des pays les plus endeuillés au monde par la pandémie de Covid-19 avec plus de 27.000 morts.

RÉOUVERTURE DU PARC NATIONAL DE CALANQUES 


Fermé par arrêté préfectoral en raison de la crise sanitaire, le parc national des Calanques qui borde Marseille rouvrira ce mardi 2 juin, indiquent ses gestionnaires, dans un communiqué.


Les gestionnaires de ce parc national qui s'étend de Marseille à La Ciotat en passant par Cassis, rappellent toutefois qu'il s'agira d'une réouverture "en mode quiétude". En effet, des puffins, qui avaient pris l'habitude de nicher sur des archipels dans des zones de haute protection, s'étaient regroupés pendant le confinement sur l'eau, avait observé fin mars le président du parc Didier Réault. Deux rorquals avaient également été filmés par la direction départementale des territoires et de la mer dans les eaux du parc protégé.


Le parc appelle donc les randonneurs à rester sur les sentiers autorisés, à être attentifs au bruit et à se tenir à distance de la faune sauvage pour ne pas stresser les animaux. Le parc souligne en outre que le respect des gestes barrières et de l’accès dynamique aux plages doivent être scrupuleusement observés. S’asseoir, s’allonger et les chiens sont interdits, tout comme les regroupements de plus de dix personnes. Le non-respect de ces dispositions pourra entraîner des verbalisations, prévient-il.

DECONFINEMENT ET CHÔMAGE PARTIEL 


Les entreprises qui recourent au chômage partiel sont désormais moins aidées par l'Etat qui ne rembourse plus que 60% du salaire brut. Mais cela ne change rien en fin de compte pour les salariés qui continuent de percevoir 70% de leur rémunération brute, voire plus selon les accords en vigueur dans l'entreprise et même 100% pour ceux qui sont au Smic. 

Gaz, voiture, chômage partiel... Ce qui change lundi 1er juin

PROPOS POLÉMIQUES EN ITALIE 


Un célèbre médecin et urgentiste italien, Alberto Zangrillo, connu pour être le médecin de Berlusconi, a assuré que le Covid-19 avait disparu en Italie et qu'il était temps d'arrêter de "terroriser" inutilement les Italiens, provoquant une levée de boucliers des autorités et d'autres spécialistes.


"En réalité, le virus n'existe plus cliniquement en Italie", a affirmé dimanche à la télévision RAI le Dr Alberto Zangrillo, directeur de l'hôpital San Raffaele de Milan. "Les prélèvements effectués au cours des dix derniers jours ont montré une charge virale absolument infinitésimale en termes quantitatifs par rapport à ceux effectués il y a un mois ou deux mois", a-t-il déclaré. "Il serait temps d'arrêter de terroriser ce pays", a même lancé ce médecin.


Alors que le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes, oscille entre 300 à 500, ce dimanche, 355 nouveaux cas ont été recensés, la plupart en Lombardie.


"En attendant des preuves scientifiques pour soutenir la thèse de la disparition du virus, j'invite ceux qui se disent convaincus de cette thèse à ne pas semer la confusion parmi les Italiens", a commenté dans un communiqué la sous-secrétaire du ministère de la Santé, Sandra Zampa. Le patron du Conseil national de la santé, Franco Locatelli, s'est dit "déconcerté" par les propos de Zangrillo. "Il suffit de regarder le nombre de nouveaux cas positifs confirmés chaque jour pour constater la circulation persistante en Italie du nouveau coronavirus", a-t-il déclaré. Le directeur du prestigieux institut des maladies infectieuses Spallazani à Rome, Giuseppe Ippolito, a a estimé de son côté qu'il n'y avait aucune preuve scientifique que le virus avait muté ou baissé en puissance.

DÉPLACEMENTS EN CORSE


Les départs en Corse sont interdits par avion sauf motif impérieux, d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé, au moins jusqu’au 23 Juin. "Une mesure de mise en quarantaine ou de placement et maintien en isolement peut être prescrite à l'entrée sur le territoire national ou à l'arrivée en Corse ou dans l'une des collectivités mentionnées à l'article 72-3 de la Constitution, pour toute personne ayant séjourné, au cours du mois précédant cette entrée ou cette arrivée, dans une zone de circulation de l'infection définie par arrêté du ministre chargé de la santé", indique le décret. 

LA SITUATION EN IRAN 


Au cours des dernières 24h, 3.000 nouveaux cas ont été détectés. Il s'agit d'un pic inédit depuis deux mois. "Les gens semblent penser que le coronavirus est terminé" mais il est "loin de l'être" et "nous pourrions assister à tout moment à un (autre) pic dangereux", a mis en garde le ministre de la Santé Saïd Namaki, dans une interview télévisée. 

CONSÉQUENCES ECONOMIQUES EN OUTRE-MER 


Selon une étude de l'Association des CCI d'Outre-mer, les conséquences économiques du confinement en Outre-mer "se feront probablement sentir pendant les dix prochaines années". Elle évalue à "60.000" le nombre d'emplois menacés dans ces territoires.


Dans cette étude portant sur l’impact de la crise du Covid-19 sur les économies d’Outre-mer, l'association indique que si les entreprises ultramarines "ne retrouvent une activité normale qu'au 1er septembre", l’impact économique, déjà très lourd en Outre-mer, "doublera". Selon cette étude, les Outre-mer ont connu en moyenne "une perte de chiffre d’affaires de l’ordre de 12 millions d'euros par jour de confinement". Selon les géographies, ces pertes vont de 5 (Guyane) à 24 millions d’euros (La Réunion). 


"Les entreprises ultramarines devraient être plus affectées par la crise que leurs homologues métropolitaines", analyse l'ACCIOM, en raison de "la contribution relativement plus importante des services de proximité (commerce, services aux entreprises et aux ménages) au PIB marchand". 


Cependant, le confinement devrait globalement entraîner une baisse de 5% en moyenne du PIB des économies ultramarines pour 2020, contre 6% en France hexagonale, en raison "d'une contribution des administrations publiques au PIB plus importante qu’en métropole", et d'une durée du confinement parfois "plus courte" (Calédonie et Polynésie).


Mais "une reprise rapide (d’ici à 2023) et soutenue jusqu’en 2025 (afin d’éponger les pertes) suppose une croissance extrêmement vigoureuse mais qui apparaît hors de portée de la plupart" des territoires, poursuit l'étude.

CONSÉQUENCES ECONOMIQUES POUR LE RUGBY EN AUSTRALIE 


La Fédération australienne de rugby annonce le renvoi d'un tiers de ses salariés pour tenter de surmonter sa grave crise financière, aggravée par la pandémie de coronavirus. Dans les prochains mois, 47 de ses 142 salariés à temps plein vont partir et une baisse de salaire de 5% a été demandée à ceux qui resteront, précise Rugby Australia dans un communiqué. Trente autres contractuels ou intérimaires ont également été remerciés.


La fédération espère ainsi réduire sa masse salariale de 5,5 millions de dollars australiens (3,3 millions d'euros) par an. Elle fonctionne déjà au ralenti, avec un effectif réduit, depuis l'arrêt en mars de toutes les compétitions, à cause de la pandémie de Covid-19.

LA SITUATION AUX USA 


Les Etats-Unis sont de loin le pays le plus touché au monde par la pandémie de Covid-19, avec près d'1,8 million de cas confirmés et plus de 103.000 morts, lundi 1er juin. Retrouvez dans cet article une carte interactive des états et comtés les plus touchés outre-Atlantique.

CARTE - Coronavirus aux Etats-Unis : l'ampleur de l'épidémie, comté par comté

LE DÉCRET SUR LA PHASE 2 DU DECONFINEMENT PUBLIE AU JO


Le décret d'Edouard Philippe, a été publié, ce lundi 1er juin, au Journal officiel. Il rappelle le classement en vert d'une majeure partie du territoire, seuls les départements de l'Ile-de-France, Mayotte et La Réunion étant en orange du fait de leur situation sanitaire.


Les déplacements seront à nouveau autorisés sans limite à partir du 2 juin dans l'ensemble du territoire,mais le décret stipule que les préfets pourront si nécessaire à nouveau les restreindre afin de lutter contre la propagation du virus, à l'échelle des départements voire de manière plus localisée. De même, les commerces, écoles ou établissements de culte pourraient alors être fermés à nouveau. A noter que les départs en Corse sont interdits par avion sauf motif impérieux, d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé, au moins jusqu’au 23 Juin.


Ce décret rappelle également que "les mesures d'hygiène" et de "distanciation sociale" doivent "être observées en tout lieu et en toute circonstance". Le port du masque de protection est imposé à "toute personne de onze ans ou plus" à bord des trains, avions, bateaux, dans les transports en commun et aussi dans les gares et aéroports. Il détaille aussi les conditions de réouverture des cafés et restaurants en zone verte, avec une séparation d'un mètre entre les tables et une limite à 10 personnes par table. En zone orange, l'accueil du public dans ces établissements n'est possible qu'en terrasse.


Les mariages pourront à nouveau être célébrés : le décret autorise l'accueil du public pour la "célébration de mariages par un officier d'état-civil". Enfin, le décret plafonne les prix des gels ou solutions hydro-alcooliques, ainsi que des masques à "95 centimes d'euros toutes taxes comprises par unité, quel que soit le mode de distribution".


Toutes les restrictions prises dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire doivent être réévaluées le 22 juin.


Pour en savoir plus : 


>> Faudra-t-il porter un masque au restaurant ou au café ?


>> Train, avion : nouvelle phase, nouvelles règles


>> Les prestataires peuvent-ils changer les conditions après une réservation pour un mariage ?

RÉOUVERTURE DES ECOLES EN GRANDE BRETAGNE 


Ce lundi 1er juin, les écoles britanniques rouvrent en partie, étape essentielle mais délicate du déconfinement voulu par les autorités, jugée prématurée par bien des parents, des syndicats enseignants et des collectivités locales.


Le Royaume-Uni, avec plus de 38.000 morts testés positifs, est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie après les Etats-Unis et même, selon plusieurs études comparatives, le premier en terme de surmortalité rapportée à la population.


Critiqué pour avoir tardé à agir, le gouvernement conservateur de Boris Johnson tente désormais de redémarrer une économie en berne. Mais les premiers légers assouplissements du confinement décrété le 23 mars ont eu lieu dans la confusion mi-mai, ce que n'a pas arrangé la vive controverse provoquée par les déplacements de Dominic Cummings, l'influent conseiller de Boris Johnson.

LES EXCUSES DE GAETAN LABORDE (MHSC) 


L'attaquant Gaëtan Laborde, joueur de Montpellier en Ligue 1, a été contraint de présenter ses excuses pour avoir participé avec Loïs Diony (Saint-Etienne) à un match de football improvisé à Mont-de-Marsan, dans les Landes, malgré l'interdiction de rassemblement toujours en vigueur en France.

TRANSPORTS EN COMMUN 


A nouvelle phase de déconfinement, nouvelles règles. On fait le point. 

LA SITUATION EN ARMENIE 


Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian annonce avoir été contaminé par le covid, avec sa famille, tandis que l'épidémie s'aggrave dans ce petit pays du Caucase dont les hôpitaux sont surchargés.


"Mon test de coronavirus s'est révélé positif hier. Tous les membres de ma famille sont aussi positifs", a déclaré M. Pachinian dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, ajoutant qu'il n'a pour autant aucun "symptôme notable" de la maladie et qu'il continuera à travailler depuis chez lui "tant que ce sera possible". Nikol Pachinian et sa femme Anna Hakobian, une journaliste, ont quatre enfants.


L'Arménie compte 9.402 cas de coronavirus et 139 morts, selon les chiffres officiels. L'épidémie a surchargé les hôpitaux et les autorités médicales ont annoncé la semaine dernière qu'elles envisageaient de restreindre l'accès aux soins intensifs aux patients "avec les meilleures chances de survie".

RÉOUVERTURE DES TERRASSES DES RESTAURATEURS ET CAFETIERS 

GUERRE FROIDE USA/CHINE


La Chine promet, ce lundi matin, de répliquer aux Etats-Unis après les annonces du président américain Donald Trump, qui veut limiter l'entrée des ressortissants chinois sur son territoire et imposer des sanctions commerciales à Hong Kong.


"Tout propos ou action qui nuit aux intérêts de la Chine se heurtera à une ferme contre-attaque", a déclaré devant la presse Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

ANNULATION DU GRAND PRIX GP DU JAPON 


Le Grand prix moto du Japon qui devait se tenir en octobre prochain, a été annulé en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé lundi la Fédération internationale de motocyclisme.


"La pandémie actuelle de Covid-19 contraint à l'annulation de l'évènement qui devait se tenir du 16 au 18 octobre sur le circuit du Twin Ring à Motegi", indique la FIM dans un communiqué.


C'est la première fois depuis 1986 qu'un Grand Prix du Japon ne figurera pas au calendrier du championnat du monde alors que trois constructeurs nippons, Honda, Yamaha et Suzuki, le disputent actuellement, précise Carmelo Ezpeleta, le PDG de Dorna Sports qui est le promoteur du championnat MotoGP.

MASQUE OU PAS MASQUE DANS LES RESTAURANTS ?


La deuxième phase du déconfinement élaborée par l'exécutif prévoit la réouverture de tous les bars et restaurants situés en zone verte et uniquement des terrasses en zone orange à partir de ce mardi 2 juin. Mais faudra-t-il porter un masque ?

Faudra-t-il un masque pour aller au restaurant ou au café à partir de demain ?

RÉACTION POLITIQUE 


Invitée d'Europe 1, ce lundi matin, Rachida Dati, candidate LR à la mairie de Paris a fustigé Anne Hidalgo dans la gestion de la réouverture des terrasses et Agnès Buzyn estimant qu'elle cherchait "une tribune pour se justifier" de sa mauvaise gestion de la crise du coronavirus. 


Au sujet de la réouverture des terrasses, Rachida Dati a expliqué que, selon elle, la Mairie de Paris avait manqué d'anticipation et d'organisation dans la gestion de ce dossier. ""Si j'avais été maire de Paris, j'aurais anticipé dès le premier jour cette organisation. J'aurais accueilli l'ensemble des restaurateurs, des hôteliers et commerçants, en leur donnant des mesures de compensation, et j'aurais tout fait pour qu'ils puissent rouvrir le plus tôt possible", a-t-elle déclaré. 


Quant à Agnès Buzyn, l'ancienne ministre de la Santé et actuelle candidate LREM à la Mairie de Pairs, elle a aussi été la "cible" de critiques. "Agnès Buzyn ne revient pas pour Paris. Elle ne souhaitait pas revenir, elle revient pour pouvoir se justifier sur sa mauvaise gestion de la crise du Covid, notamment quand elle était au gouvernement, et même quand elle était candidate", a expliqué Rachida Dati. "Si elle a sa conscience pour elle, c'est bien", estime la candidate LR. "Mais elle devra rendre des comptes, aux victimes, aux familles des victimes", dit-elle. Et de prédire : "son échec à Paris sera à la hauteur de son échec dans la gestion de cette crise sanitaire." 

INDUSTRIE

Produits en masse pendant la pandémie, les masques en textile sont-ils une filière d'avenir ?

Y a-t-il un avenir pour le masque textile en France ?

CHANGEMENT

Les règles du chômage partiel changent à partir du 1er juin. On fait le point.

RESTAURANTS

Dans 24 heures, les Français pourront enfin retrouver leurs cafés. A Paris, il faudra se contenter des terrasses. Une limite à laquelle les cafetiers et autres tentent tant bien que mal de s'adapter.

ETATS-UNIS 


Ces dernières 24 heures, 598 nouveaux décès dus au coronavirus on été recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins

BRÉSIL 


Plus de six millions de personnes ont été contaminées par le nouveau coronavirus à travers le monde, avec une forte expansion au Brésil où le président Jair Bolsonaro a pris un bain de foule malgré les règles sanitaires préconisant la distanciation physique.


Avec plus d'un million de cas recensés dimanche, selon un bilan établi par l'AFP à partir de données officielles, l'Amérique latine est le principal terrain de progression de la maladie. Plus de la moitié de ces cas ont été déclarés au Brésil, quatrième pays au monde en termes de décès liés au Covid-19.


Selon le ministère brésilien de la Santé, 29.314 personnes y sont mortes de la maladie apparue en Chine en décembre, un bilan qui le place derrière les Etats-Unis (103.781 morts), le Royaume-Uni (38.376) et l'Italie (33.340), et devant la France (28.771) et l'Espagne (27.125).

AMÉRIQUE LATINE 


Plus d'un million de cas de Coronavirus ont été recensés en Amérique latine et aux Caraïbes, selon un dernier bilan de l'AFP. 

CISJORDANIE 


Le nombre de familles pauvres pourrait doubler cette année en Cisjordanie en raison de la pandémie de Covid-19 qui menace les finances publiques et l'emploi dans les Territoires palestiniens, souligne la Banque mondiale dans une étude rendue publique lundi.


Jusqu'à présent, les Territoires palestiniens ont été relativement épargnés par la pandémie avec un total de 447 cas et trois morts recensés parmi les quelque cinq millions d'habitants de la Cisjordanie occupée et de la bande de Gaza. 


Mais la crise a plombé, comme en nombre d'endroits, l'activité économique au moment où les autorités locales sont sous pression pour accroître les mesures sanitaires et de relance économique.

Infos précédentes

Plus de 5 millions de cas à travers le monde, bientôt 345.000 morts. Alors que les premiers pays européens touchés par l'épidémie poursuivent leur déconfinement, le coronavirus continue de toucher la planète entière, chaque pays s'interrogeant sur les suites à donner à la catastrophe sanitaire. La course aux vaccins, le partage des responsabilités à l'échelle internationale, la peur d'une deuxième vague, les discussions difficiles sur les mécanismes de relance économique. Au-delà de la gestion sanitaire de la crise, le Covid-19 n'en finit pas de bousculer la planète.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementRegardez jusqu'où vous pouvez vous déplacer sans attestation avant le 2 juin

Tous nos articles sur les grands défis du déconfinement

Tous nos articles sur l'impact économique de la pandémie

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent