EN DIRECT - Covid-19 : une large majorité de Français s'inquiète d'un possible reconfinement, selon notre sondage exclusif

EN DIRECT - Covid-19 : une large majorité de Français s'inquiète d'un possible reconfinement, selon notre sondage exclusif
Santé

CORONAVIRUS - Alors que les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 continuent de se dégrader en France, de nouvelles restrictions pourraient être prises ces prochains jours en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. Suivez les dernières informations.

Live

SONDAGE EXCLUSIF 


Selon les résultats de notre sondage exclusif réalisé par Harris Interactive à l’issue du point hebdomadaire d’Olivier Véran, les Français sont très majoritairement inquiets (82%) de l’évolution de la situation sanitaire. 63% des personnes interrogées jugent probable qu’il faille reconfiner le pays, tandis qu’une part semblable (63%) s’en inquiète. Enfin, seuls 44% des sondés déclarent faire confiance au gouvernement pour mettre fin à l’épidémie. 

RESTRICTIONS


L'Assemblée nationale a donné son feu vert dans la nuit de jeudi à vendredi à la prolongation controversée des moyens aux mains du gouvernement, des fermetures de restaurants à la restriction des déplacements, jusque fin mars prochain.


Après sept heures d'échanges émaillés de tensions, les députés ont adopté en première lecture ce projet de loi de prorogation par 26 voix pour, 17 contre et 3 abstentions, sans les suffrages de la gauche et de la droite. Il doit désormais être examiné par le Sénat.

TUNISIE


Un couvre-feu a été réinstauré jeudi soir dans les régions côtières de Sousse et de Monastir, dans l'est tunisien, pour tenter de freiner la flambée de cas de coronavirus, qui menace de saturer les hôpitaux tunisiens.


A partir de jeudi et pour quinze jours, la circulation est interdite dans la région de Sousse de 20h00 jusqu'à 5h00 de matin, a indiqué le gouverneur dans un communiqué publié sur Facebook. Les fêtes et rassemblements dans les espaces publics sont interdits, ainsi que les chichas dans les cafés, précise ce communiqué.


Dans la région voisine de Monastir, le couvre-feu est instauré de 20h00 à 6h00 du matin durant 15 jours également, selon un communiqué du gouverneur de cette région. Les marchés hebdomadaires resteront fermés pendant deux semaines, tout comme les salles de fêtes, salles de sport et boîtes de nuits. Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics.

CROISIÈRES


La compagnie américaine Carnival Cruise Line a annoncé jeudi qu'elle annulait la plupart de ses croisières aux Etats-Unis jusqu'à la fin de l'année, sauf depuis les ports de Miami et Port Carnaveral en Floride. Cette décision intervient au lendemain de l'annonce par les autorités américaines du prolongement de l'interdiction de naviguer pour tout bateau transportant au moins 250 passagers.

SIX VILLES EN SURSIS 


Les seuils d'alerte ont été franchis dans la capitale. Face à la progression de l'épidémie, Paris et sa banlieue pourraient passer en alerte maximale dès lundi.  La situation est inquiétante dans cinq autres grandes villes. Reportage. 

LA MAIRE DE MARSEILLE EN COLÈRE 


Vive réaction de Michèle Rubirola sur Twitter suite à l'annonce du ministre de la santé et aux dernières mesure prises par le gouvernement à Marseille. 

AUCUN DÉLAI DE CARENCE 


Les cas contacts à risques qui solliciteront un maintien à domicile sur le site de l'assurance maladie ne se verront appliquer aucun délai de carence. 

Covid-19 : suppression du délai de carence pour les cas contacts à risque ne pouvant télétravailler

SONDAGE EXCLUSIF 


Selon les résultats de notre sondage exclusif réalisé par Harris Interactive à l’issue du point hebdomadaire d’Olivier Véran, les Français sont très majoritairement inquiets (82%) de l’évolution de la situation sanitaire. 63% des personnes interrogées jugent probable qu’il faille reconfiner le pays, tandis qu’une part semblable (63%) s’en inquiète. Enfin, seuls 44% des sondés déclarent faire confiance au gouvernement pour mettre fin à l’épidémie. 

LE TORCHON BRÛLE TOUJOURS ENTRE PARIS ET MARSEILLE


Malgré "un début d'embellie", selon Olivier Véran, ministre de la santé, concernant la situation sanitaire à Marseille, les bars et les restaurants gardent le rideau baissé. "Je lui demande de changer de position, on est en souffrance économique", lance Samia Ghali, seconde adjointe de la ville, invitée sur LCI. 

Restrictions maintenues à Marseille : le statu quo passe mal pour les élus locaux

CASTEX EN VISITE 


A l'issue de l'annonce hebdomadaire d'Olivier Véran, le premier ministre Jean Castex s'est rendu à l’hôpital Georges Pompidou à la rencontre des soignants. 

LE POINT SUR L'ÉPIDÉMIE


La barre du million de décès à cause du Covid-19 dans le monde a été franchie. Ce sont exactement 1.015.043 de personnes décédées depuis début 2020 dont 190 272 en Europe, selon Santé Publique France. 34.029.923 cas positifs au coronavirus ont été, par ailleurs, confirmés dont 3.346.962 en Europe. 

Et en France, où en sommes-nous ? 577.505 cas positifs ont été confirmés et 32.019 décès dont 21.237 en milieu hospitalier. 3.998 nouvelles hospitalisations ont été comptabilisés ces 7 derniers jours dont 844 en réanimation. 

FERMETURE DES SALLES DE SPORT : L'ARRÊTÉ SUSPENDU


Le Tribunal Administratif de Paris suspend le décret préfectoral ordonnant la fermeture des salles de sport à Paris, suite au recours initié par les clubs de sport L'Usine. Un nouvel arrêté devrait être pris d'ici lundi. Seuls les sports de contacts ou encore les activités sportives ne permettant pas de respecter les mesures barrières pourront être interdits. Francis Teitgen, porte-parole des clubs de sport L'Usine, se félicite de cette décision, pour leur abonnés mais aussi pour l'univers sportif. À noter toutefois que, d'ici là, les salles de sport de la capitale restent fermées. 

LES CONCLUSIONS HEBDOMADAIRES D'OLIVIER VÉRAN 


"La situation va continuer à s'améliorer, dit-il, certaines innovations vont venir compléter notre politique de tests notamment antigéniques. Ce sera déployé prochainement". "Les tests ne suffisent pas, l'isolement est nécessaire", tient tout de même à rappeler le ministre. "C'est la bonne stratégie, en laquelle nous croyons profondément, termine-t-il. Nous voulons protéger les soignants qui ont énormément donné. Nous comptons sur la solidarité et le courage des français." Olivier Véran donne rendez-vous aux citoyens la semaine prochaine. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : LES RESTAURANTS VONT-ILS ÉCHAPPER A LA FERMETURE ? 


Une proposition pour les restaurants va être soumise à la Haute Autorité de Santé (HAS), avec de nouvelles règles"protectrices, robustes, contrôlables", énumère le ministre.  L'objectif serait de renforcer les protocoles sanitaires pour ne pas à avoir à fermer complètement les établissements alimentaires. Dans le cas où cette suggestion serait acceptée, les nouvelles mesures seront appliquées dans toutes les villes placées en alerte maximale "y compris à Marseille, Aix et en Guadeloupe", précise-t-il. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : ALERTE MAXIMALE A PARIS, QU'EST-CE QUE CELA SIGNIFIERAIT ? 


Si la capitale passe en alerte maximale en début de semaine prochaine, les habitants de Paris et de la petite couronne devront réduire temporairement, de manière drastique, leurs interactions sociales. "Plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermetures des bars car la probabilité d’être debout, proche, sans masque, est plus forte, donc la probabilité de contamination l'est aussi", déplore le ministre. 

PARIS EN SURSIS


Les indicateurs seront ré-éxaminés dimanche... 

Covid-19 : Paris et sa petite couronne en "alerte maximale" dès lundi ?

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : CONSENSUS AVEC LES ÉLUS LOCAUX


"Nous recherchons le consensus avec les élus locaux", explique le ministre de la santé. "Mais, si la concertation n'amène pas à une pleine convergence des points de vue, l'Etat assume de prendre les décisions qui s'imposent." Jusqu'alors, les "échanges ont été constructifs, ajoute-t-il. Ils sont conscients de la gravité de la situation et engagés à prendre leurs responsabilités". Autrement dit, ces acteurs sont prêts à prendre des "mesures visant à réduire les risques" mettant en péril la santé des français.  

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : ENCOURAGEMENTS 


"Quoi qu'on fasse la situation ne peut pas s’améliorer dans les quinze jours à venir, le nombre de réanimations va augmenter." Cependant, "toutes les mesure utiles pour protéger la santé des français doivent être prises", dit-il. Et le plus tôt sera le mieux, fait-il comprendre. "Nous surveillons les zones à risques comme le lait sur le feu". "Ne vous découragez pas même si la situation de votre territoire ne s'améliore pas de suite (...), vos efforts vont payer." 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : PERSONNES CONTACTS AU TRAVAIL


Le télétravail est encouragé. Mais, si des arrêts de travail dérogatoires doivent être délivrés pour qu'un employé reste chez lui, ce sera possible à compter du 3 octobre. Il suffira d'appeler son assurance maladie, de faire sa demande en ligne, d'indiquer son statut de cas contact. Ainsi, "aucun jour de carence ne sera appliqué", rassure-t-il.  

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : UN MILLION DE TESTS PAR SEMAINE 


Plus de 13 millions de tests réalisés en France. Depuis août, un million de tests réalisés par semaine .L'effort de diagnostic est "sans précédent", dit-il. "Nous sommes l'un des pays qui teste le plus au monde." Des mesures sont prises pour continuer à inciter les français à aller se faire tester : supprimer les prescriptions médicales obligatoires, ne pas payer les frais médiaux liés aux tests, élargir la liste des professionnels en mesure de les réaliser et mobiliser l'ensemble des laboratoires. "75% des tests sont vendus en moins de 48H", se félicite-t-il. Autre axe d'amélioration : les résultats devraient être donnés dans les 36H qui suivent les tests de dépistage. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : PARIS EN ALERTE MAXIMALE DES LUNDI ? 


"Nous l’observons depuis quelques heures, cela reste à confirmer dans quelques jours mais si la situation sanitaire ne s'améliore pas, il faudra placer Paris et les départements de la petite couronne en alerte maximale dès lundi." "Il faut anticiper cette possibilité", souligne le ministre de la santé. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : PERSPECTIVES OPTIMISTES 


"Un début d'embellie, certes timide, mais ça compte", constate le ministre de la santé. Des indicateurs montrent que les métropoles de Marseille, Nice et Bordeaux sont en bonne voie. En revanche, on remarque une "dégradation" dans 5 autres villes : Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse, Saint-Etienne. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : ACTIONS QUOTIDIENNES  


Toutes les actions responsables et quotidiennes mise en oeuvre par les français, "en réduisant les contacts sociaux" notamment, permettront à la courbe exponentielle de s’aplatir. "Nous sommes en phases d’aggravation", alerte tout de même Olivier Véran. 

ANNONCE OLIVIER VÉRAN : RESTER VIGILANTS 


Le ministre de la santé souligne que peu de territoires français ne sont pas concernés par une circulation rapide du virus. Les grandes métropoles sont en alerte renforcée. Aix-Marseille et Guadeloupe sont en alerte maximale. Deux catégories de personnes sont impactées par ces contaminations : les jeunes, en bonne santé, "qui ne se rendent pas compte qu'ils ont des symptômes" et les personnes vulnérables qui "font des formes graves". Sur 10 malades en réanimation, 3 ont mois de 65 ans.  Il appelle à ce que chacun poursuive ses efforts. Dès lors, "nous serons en mesure de faire reculer le virus." 

LE POINT HEBDOMADAIRE D'OLIVIER VÉRAN


"Le Covid-19 est un virus dangereux pour l'homme, contagieux, qui circule très vite", rappelle le ministre de la santé lors de son discours. "Avant, 10 malades en contaminaient 30 au bout d'une semaine. Depuis, on a appris collectivement à lutter contre le virus. C'est le résultat des : gestes barrières, masques, tests, alertes cas contact, fermetures de certains lieux, mesures dans les entreprises, les écoles. Aujourd'hui, 10 malades n'en contaminent plus que 13", se réjouit-il. 

PLAN D'URGENCE POUR ÉVITER LES CLUSTERS DANS LES UNIVERSITÉS 


Le plan d'urgence, dévoilé aujourd'hui en Région Île-de-France, indique que trois campagnes de test Covid-19 seront réalisées dans les établissements supérieur afin de limiter la propagation du virus : une campagne de tests sérologiques avec 50.000 tests données gratuitement par la Région. Une campagne de tests virologiques financée à hauteur de 20.000 euros par établissement de l'enseignement supérieur. Une campagne de tests antigéniques dans les zones à risques ou suspicion de clusters.

RÉDUCTION DES INÉGALITÉS ENTRE ÉTUDIANTS EN ÎLE-DE-FRANCE


Un plan d'urgence a été présenté aujourd'hui par Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Faten Hidri, vice-présidente de l'enseignement supérieur et de la recherche, dans le but de préserver le pouvoir d'achat des étudiants défavorisés face à la crise sanitaire. La Région va ainsi distribuer un masque par étudiant, soit un don de plus de 600.000 masques lavables. Un chèque numérique de 100 euros va également être octroyé aux bacheliers boursiers et étudiants en grande précarité, dans le but d'acheter un ordinateur. 

LYON : PAS DE NOUVELLES MESURES 


Aucune restriction supplémentaire n'est prise à Lyon, comme l'avait supposé le gouvernement afin de lutter contre l'épidémie de Covid-19. Bruno Bernard, président de la métropole, et Grégory Doucet, maire de la ville, avaient rendez-vous avec le premier ministre, Jean Castex, ce matin pour échanger à ce sujet. Ils appellent néanmoins "à la vigilance et à la responsabilité de chacun." 

MACRON APPELLE LES CHEFS D'ENTREPRISE A NE PAS "DOUTER" FACE A LA CRISE ET A "INVESTIR" 


Lors d'une intervention ce matin, le président de la république a reconnu les nombreuses contraintes que représentent l'épidémie dans les différentes métropoles françaises. "Nous allons devoir prendre des décisions pour freiner le virus quand il réaccélère", admet ce dernier. Néanmoins, "à aucun moment ceux qui ne sont pas touchés ne doivent douter parce qu'on gagnera contre le virus et parce qu'au fond renoncer, c'est au moins aussi grave." "Il faut partout, où on le peut, relancer (...), foncer, avancer, croire, investir, poursuit-il. Mais, il ne faut pas attendre que tout soit simple, clair, sûr, transparent. On va sans doute durablement vivre avec le virus." 

INITIATIVE


Pour inciter un maximum de personnes à se faire vacciner contre la grippe et ainsi désengorger dans les semaines à venir les hôpitaux déjà débordés, la ville de Vienne, en Autriche, a transformé un tramway en centre de vaccination. Les habitants de la ville pourront se faire vacciner dans une rame dédiée après avoir pris rendez-vous. Le tramway sillonnera la capitale autrichienne pendant six semaines. 


"Nous visons un triplement du taux de vaccination cette année et nous espérons motiver de nombreux Viennois à venir se faire vacciner", a déclaré jeudi le maire de la ville, Michael Ludwig, à l'occasion de la présentation à la presse de cette rame parée de couleurs bleu et rouge.

SUCCÈS


Face à l'afflux de demandes, le site officiel pour devenir bénévole et tester le vaccin est saturé. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a lancé ce jeudi un appel à 25.000 volontaires sur le territoire français pour tester d'ici les prochaines semaines un ou plusieurs des 300 candidats vaccins développés dans le monde contre le Covid-19.

CHÔMAGE


En raison de la crise sanitaire, le chômage a progressé en août dans la zone euro pour le cinquième mois consécutif. Il touche désormais 8,1% de la population active, a annoncé l'Office européen des statistiques.


Aux Etats-Unis, les compagnies aériennes fragilisées par la pandémie vont commencer dès ce jeudi à licencier des dizaines de milliers de personnes aux Etats-Unis faute d'un accord de dernière minute au Congrès. Les grandes sociétés du secteur s'étaient engagées au printemps à ne licencier personne jusqu'au 30 septembre, en échange de subventions d'un montant total de 25 milliards de dollars.

BILAN MONDIAL


Nouvelle journée de pandémie Covid-19 et nouveau bilan. Au niveau mondial, la pandémie a fait au moins 1.018.634 morts, selon un bilan quotidien établi par l'AFP à partir de sources officielles ce jeudi. Plus de 34 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.


Les États-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts que de cas, avec 206.959 décès pour 7.233.946 cas recensés. Suivent le Brésil avec 143.952 morts, l'Inde (98.678), le Mexique (77.646) et le Royaume-Uni (42.143).

HÔPITAL 


L'engorgement des urgences, et notamment lors de cette période de crise sanitaire, est un problème de taille dans le système de santé actuel. Pour éviter cet afflux, le gouvernement prévoit, dès janvier, l'instauration d'un ticket modérateur forfaitaire réclamé aux patients non hospitalisés dans la foulée.

Un forfait "payant" exigé à chaque passage aux urgences sans hospitalisation à partir de 2021

LIVERPOOL SERRE LA VIS


Le gouvernement britannique a décrété jeudi de nouvelles restrictions locales à Liverpool, dans le nord-ouest de l'Angleterre, face à l'accélération de la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus. "A Liverpool, le nombre de cas est de 268 pour 100.000 personnes, nous devons donc agir ensemble", a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock devant le Parlement.


Dans cette région de 1,5 million d'habitants, les rencontres entre différents foyers seront interdites en intérieur. Il est désormais recommandé de ne pas assister à des événements sportifs ni de se rendre dans les maisons de retraite ou d'entreprendre des déplacements non essentiels.


Ces mesures s'appliquent aussi aux villes de Warrington, près de Liverpool et celles d'Hartlepool et Middlesbrough, dans le nord-est anglais.

MEA-CULPA


Afin de poursuivre efficacement la "guerre" contre le Covid-19, Matignon recevait ce jeudi matin les maires des grandes métropoles pour s'entretenir avec eux sur la stratégie à adopter. En convalescence après une opération, la maire de Marseille, Michèle Rubirola, a de son côté conversé mercredi après-midi avec le Premier ministre par téléphone.


Alors que la colère était montée dans la citée phocéenne, notamment chez les élus, après l'annonce de nouvelles mesures restrictives la semaine dernière, la maire semble faire son mea-culpa. "On n’a peut-être pas réalisé ce qu’il se passait, parce qu’on observait une diminution de la diffusion virale. Nous avons fait des erreurs lorsqu’on a laissé de grandes fêtes se dérouler, notamment sur les rooftops", concédait-t-elle dans les colonnes du Monde mercredi.

BILAN DES RENCONTRES


Pour réagir efficacement à la montée de l'épidémie de Covid-19, Jean Castex a reçu ce jeudi les maires des grandes métropoles. 


A l'issue de ces entretiens, Matignon a indiqué à TF1/LCI que "les élus ont reconnu l’urgence de la situation et la nécessité de réagir pour éviter que ces situations ne s’aggravent davantage". Des mesures complémentaires qui s’imposeraient sans inflexion nette des courbes épidémiologiques ont été envisagées et les élus "se sont dits prêts à accompagner de telles mesures le cas échéant".


"Des propositions sont et seront mises sur la table. Celles-ci seront soumises à une nouvelle concertation si la situation ne s’améliorait pas et nécessitait de renforcer les mesures déjà en vigueur", nous assure l'exécutif.


Par cette concertation, il souhaite pouvoir "agir efficacement contre la reprise épidémique par des mesures graduées et territorialisées". Le délai entre chaque nouvelle mesure prise et ses effets sera pris en considération avant toute conclusion sur son efficacité.

 COLÈRE 


Épuisé, le personnel soignant alerte et multiplie les signaux de mécontentement. Plusieurs services dans divers hôpitaux de France ont décidé, au cours de ces dernières semaines, de se mettre en grève.

Malgré la crise sanitaire, les personnels de santé ne décolèrent pas

VERS UN PROLONGEMENT DE L'ÉTAT D'URGENCE EN ITALIE


Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé jeudi vouloir proposer la prolongation jusqu'au 31 janvier prochain de l'état d'urgence, actuellement en vigueur jusqu'au 15 octobre. "Vu la situation actuelle, une situation qui continue à être critique même si le nombre de contaminations reste sous contrôle mais qui exige la plus grande attention de la part de l'Etat (...), nous avons décidé d'aller devant le parlement pour proposer la prolongation de l'état d'urgence, vraisemblablement jusqu'à fin janvier 2021", a-t-il déclaré devant la presse.


L'état d'urgence en Italie sert essentiellement à faciliter et accélérer la prise de décisions et de mesures destinées à combattre les effets d'un séisme, d'inondations ou d'autres catastrophes, ici en l’occurrence l'épidémie de Covid-19.


Premier pays touché en Europe, l'Italie a payé un lourd tribut à l'épidémie, avec près de 36.000 morts et plus de 315.000 cas de contamination.

UN DÉLAI DE 10 JOURS DEMANDÉ PAR MARTINE AUBRY


La maire de Lille Martine Aubry et le président de la Métropole lilloise Damien Castelain avaient ce jeudi matin rendez-vous à Matignon. Comme la maire de Paris ou le maire de Lyon, ils devaient échanger au sujet de la stratégie adoptée pour lutter contre le Covid-19 avec Jean Castex et Olivier Véran. "Le Premier ministre nous a donné 10 jours complémentaires sans mesure nouvelle. On va tout faire avec le président de la métropole pour continuer à communiquer, pour dire aux gens 'Attention ça devient très grave, donc respectons les règles'", a-t-elle fait savoir à l'issue de cette rencontre.

DES ASSOUPLISSEMENTS DEMANDÉS PAR LE MAIRE DE LYON


Le maire de Lyon, Grégory Doucet, était ce matin reçu à Matignon par Jean Castex pour affiner la stratégie à mener face au Covid-19. A la sortie de ce rendez-vous, où Olivier Véran, le préfet de Paris ainsi que le directeur de l'ARS étaient aussi présents, il a indiqué avoir demandé l'"aménagement sur un certain nombre de mesures, en particulier concernant les jauges qui sont appliquées pour les grands événements".


"L'horaire de fermeture des bars à 22h ne nous semblait pas être appropriée et c'est une mesure que l'on juge devoir être assouplie en l'échange, bien-sûr, d'une rigueur plus importante dans le respect des protocoles sanitaires", a-t-il ajouté. Le maire évoque par exemple la possibilité de multiplier les contrôles dans ces établissements.

TOUT MADRID PARTIELLEMENT RECONFINÉ D'ICI 48h


Après plusieurs jours de bras de fer avec la région, le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez a publié ce jeudi au Journal officiel un décret imposant le bouclage partiel de tout Madrid et de plusieurs communes environnantes pour freiner la propagation du virus. Le gouvernement affirme que son application est obligatoire d'ici à 48 heures.


Concrètement, le décret du gouvernement permet d'étendre à l'ensemble de la capitale, peuplée de 3,2 millions d'habitants, et à neuf autres communes de la région les restrictions à la liberté de mouvement en vigueur depuis une semaine dans certains quartiers de la capitale et de sa périphérie. Dans ces zones, les résidents ne peuvent sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme aller travailler, aller chez le médecin ou emmener les enfants à l'école par exemple.


Le gouvernement régional de droite, qui a voté contre cet accord avec d'autres régions également dirigées par l'opposition conservatrice, estime qu'il "n'est pas valide juridiquement" et a annoncé étudier un recours en justice.

REVERS


Vendredi dernier, la préfète d’Ille-et-Vilaine Michèle Kirry avait annoncé aux gérants des salles de sport de la métropole rennaise qu'ils devaient fermer leurs établissements pour au moins quinze jours. La justice a finalement suspendu ce jeudi l'arrêté préfectoral les y obligeant.

La justice suspend la fermeture des salles de sport à Rennes mais maintient celle de Lille

JEUNESSE


Lors de son allocution à l'événement BPI France ce jeudi, Emmanuel Macron a fait savoir combien l'Etat serait redevable, à l'avenir, à la jeunesse. "Jamais une période n'a été aussi injuste pour notre jeunesse. On leur demande plus de sacrifices. Leur demander de réduire un peu leur vie sociale, aller moins au café, au restaurant, voir moins leurs amis... Ça les touche beaucoup. Mais on sait ce qu'on leur doit. On sera là. Je m'en porte garant", a soutenu le chef de l'Etat. 

MESURES RESCTRICTIVES


Au salon des entrepreneurs organisé par BPI France, Emmanuel Macron a dit ne pas exclure, à l'avenir, la mise en place de nouvelles mesures restrictives. "On vit une période d'angoisse, de doute. Beaucoup de secteurs restent très frappés, beaucoup souffrent encore à l'image des cafés et des restaurants...

Je sais toutes les contraintes qu'on met, dans les Bouches du Rhône par exemple, et qu'on risque de mettre en fonction de l'évolution de la situation dans d'autres métropoles", a-t-il déclaré.


Emmanuel Macron a cependant partagé son empathie envers les professionnels du secteur hôtelier et de la restauration. "On sera là pour aider ceux qui sont touchés. On le fera jusqu'au bout, jusqu'au dernier centime. Je sais que pour cafés, hôteliers... La deuxième fois est encore plus dure."

ETUDE


Alors que les services de nettoyage se démènent chaque jour dans les hôpitaux pour désinfecter au maximum toutes les surfaces, un nettoyage classique suffirait amplement, assurent des chercheurs italiens.

A l'hôpital, un nettoyage basique suffirait à éliminer le Covid-19, affirment des chercheurs

LES PERSPECTIVES D'UN VACCIN REVUES AU RABAIS ?


Fin août, Emmanuel Macron se montrait particulièrement optimiste quant à l'obtention rapide d'un vaccin contre le nouveau coronavirus. Lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel, qu'il recevait fort de Brégançon, le chef de l'Etat avait mentionné des "perspectives raisonnables" pour les "prochains mois". Présent ce jeudi à l'événement Big2020 organisé par BPIFrance, l'un des plus grands rassemblements européens dédié aux entrepreneurs, il avait l'air bien moins convaincu par l'imminence de l'existence d'un vaccin viable. "Je ne sais pas vous dire quand ce sera fini. Ceux qui disent qu'on aura un vaccin en avril,...? On va sans doute durablement vivre avec le virus", a-t-il déclaré.

LE BILAN DU RENDEZ-VOUS ENTRE ANNE HIDALGO ET JEAN CASTEX


La maire de Paris Anne Hidalgo avait rendez-vous ce jeudi matin, à 8h30, avec le premier ministre Jean Castex au sujet des mesures sanitaires prises pour la capitale. Olivier Véran, ainsi que le préfet de Paris et le directeur de l'ARS étaient aussi présents. Selon les informations du service politique LCI/TF1, ces échanges ont été "bons", "francs" et se sont déroulés dans "un bon climat". "Ils se sont montrés très à l'écoute", nous a fait savoir la mairie de Paris.


Lors de cette rencontre, il a davantage été question de la stratégie et de la méthode à mettre en place sur la gestion de l'épidémie. "Il n'a pas été question de mesures prises ou annoncées ce soir. Nous n'en savons pas plus mais rien ne semblait arrêté ce matin", fait savoir la mairie de Paris.


Anne Hidalgo aurait avant tout fait "part de son souhait d'instaurer un climat de confiance entre l'Etat et les Français" en faisant plus de pédagogie pour expliquer les conséquences positives de mesures restrictives. Elle aurait également demandé davantage de concertation avec les maires. "Anne Hidalgo est prête à prendre sa part de responsabilité dans cette stratégie d'explication, en faisant par exemple des points réguliers aux côtés du préfet", nous indique la Mairie de Paris.

INFO TF1/LCI


Selon les informations de TF1 et LCI, Olivier Véran, qui doit tenir un nouveau point sur l'évolution de la situation sanitaire ce jeudi en fin d'après-midi, ne devrait a priori pas annoncer de nouvelles mesues drastiques à cette occasion.

Covid-19 : Olivier Véran devrait lancer un message d'alerte, sans annoncer de nouvelles restrictions

RACING 92


Dans un tweet publié ce jeudi matin, le Racing 92 a fait savoir que plusieurs cas positif au Covid-19 ont été détectés après que des testes aient été pratiqués sur l'ensemble du groupe. Les noms des joueurs n'ont pour le moment pas été communiqués.


"Nous attendons désormais les recommandations de la LNR (Ligue Nationale de Rugby, ndlr.), que nous appliquerons avec toute la rigueur qui s’impose", fait savoir le club.


Les Franciliens se sont imposés samedi dernier à Nanterre (19-15) contre les tenants du titre anglais, les Saracens, remportant ainsi leur ticket pour la finale de la Coupe d’Europe le 17 octobre. Ils joueront face à d’autres Anglais : les Chiefs d’Exeter.

Infos précédentes

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Retrouvez ici les dernières informations sur la pandémie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent