EN DIRECT - 1.018.634 personnes sont décédées du Covid-19 à travers le monde

EN DIRECT - 1.018.634 personnes sont décédées du Covid-19 à travers le monde
Santé

CORONAVIRUS - Alors que les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 continuent de se dégrader en France, le ministre de la Santé Olivier Véran fera un nouveau point sur l'évolution de la situation sanitaire ce jeudi à 18 heures. Suivez les dernières informations.

Live

BILAN MONDIAL


Nouvelle journée de pandémie Covid-19 et nouveau bilan. Au niveau mondial, la pandémie a fait au moins 1.018.634 morts, selon un bilan quotidien établi par l'AFP à partir de sources officielles ce jeudi. Plus de 34 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.


Les États-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts que de cas, avec 206.959 décès pour 7.233.946 cas recensés. Suivent le Brésil avec 143.952 morts, l'Inde (98.678), le Mexique (77.646) et le Royaume-Uni (42.143).

INITIATIVE


Pour inciter un maximum de personnes à se faire vacciner contre la grippe et ainsi désengorger dans les semaines à venir les hôpitaux déjà débordés, la ville de Vienne, en Autriche, a transformé un tramway en centre de vaccination. Les habitants de la ville pourront se faire vacciner dans une rame dédiée après avoir pris rendez-vous. Le tramway sillonnera la capitale autrichienne pendant six semaines. 


"Nous visons un triplement du taux de vaccination cette année et nous espérons motiver de nombreux Viennois à venir se faire vacciner", a déclaré jeudi le maire de la ville, Michael Ludwig, à l'occasion de la présentation à la presse de cette rame parée de couleurs bleu et rouge.

SUCCÈS


Face à l'afflux de demandes, le site officiel pour devenir bénévole et tester le vaccin est saturé. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a lancé ce jeudi un appel à 25.000 volontaires sur le territoire français pour tester d'ici les prochaines semaines un ou plusieurs des 300 candidats vaccins développés dans le monde contre le Covid-19.

CHÔMAGE


En raison de la crise sanitaire, le chômage a progressé en août dans la zone euro pour le cinquième mois consécutif. Il touche désormais 8,1% de la population active, a annoncé l'Office européen des statistiques.


Aux Etats-Unis, les compagnies aériennes fragilisées par la pandémie vont commencer dès ce jeudi à licencier des dizaines de milliers de personnes aux Etats-Unis faute d'un accord de dernière minute au Congrès. Les grandes sociétés du secteur s'étaient engagées au printemps à ne licencier personne jusqu'au 30 septembre, en échange de subventions d'un montant total de 25 milliards de dollars.

BILAN MONDIAL


Nouvelle journée de pandémie Covid-19 et nouveau bilan. Au niveau mondial, la pandémie a fait au moins 1.018.634 morts, selon un bilan quotidien établi par l'AFP à partir de sources officielles ce jeudi. Plus de 34 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.


Les États-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts que de cas, avec 206.959 décès pour 7.233.946 cas recensés. Suivent le Brésil avec 143.952 morts, l'Inde (98.678), le Mexique (77.646) et le Royaume-Uni (42.143).

HÔPITAL 


L'engorgement des urgences, et notamment lors de cette période de crise sanitaire, est un problème de taille dans le système de santé actuel. Pour éviter cet afflux, le gouvernement prévoit, dès janvier, l'instauration d'un ticket modérateur forfaitaire réclamé aux patients non hospitalisés dans la foulée.

Un forfait "payant" exigé à chaque passage aux urgences sans hospitalisation à partir de 2021

LIVERPOOL SERRE LA VIS


Le gouvernement britannique a décrété jeudi de nouvelles restrictions locales à Liverpool, dans le nord-ouest de l'Angleterre, face à l'accélération de la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus. "A Liverpool, le nombre de cas est de 268 pour 100.000 personnes, nous devons donc agir ensemble", a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock devant le Parlement.


Dans cette région de 1,5 million d'habitants, les rencontres entre différents foyers seront interdites en intérieur. Il est désormais recommandé de ne pas assister à des événements sportifs ni de se rendre dans les maisons de retraite ou d'entreprendre des déplacements non essentiels.


Ces mesures s'appliquent aussi aux villes de Warrington, près de Liverpool et celles d'Hartlepool et Middlesbrough, dans le nord-est anglais.

MEA-CULPA


Afin de poursuivre efficacement la "guerre" contre le Covid-19, Matignon recevait ce jeudi matin les maires des grandes métropoles pour s'entretenir avec eux sur la stratégie à adopter. En convalescence après une opération, la maire de Marseille, Michèle Rubirola, a de son côté conversé mercredi après-midi avec le Premier ministre par téléphone.


Alors que la colère était montée dans la citée phocéenne, notamment chez les élus, après l'annonce de nouvelles mesures restrictives la semaine dernière, la maire semble faire son mea-culpa. "On n’a peut-être pas réalisé ce qu’il se passait, parce qu’on observait une diminution de la diffusion virale. Nous avons fait des erreurs lorsqu’on a laissé de grandes fêtes se dérouler, notamment sur les rooftops", concédait-t-elle dans les colonnes du Monde mercredi.

BILAN DES RENCONTRES


Pour réagir efficacement à la montée de l'épidémie de Covid-19, Jean Castex a reçu ce jeudi les maires des grandes métropoles. 


A l'issue de ces entretiens, Matignon a indiqué à TF1/LCI que "les élus ont reconnu l’urgence de la situation et la nécessité de réagir pour éviter que ces situations ne s’aggravent davantage". Des mesures complémentaires qui s’imposeraient sans inflexion nette des courbes épidémiologiques ont été envisagées et les élus "se sont dits prêts à accompagner de telles mesures le cas échéant".


"Des propositions sont et seront mises sur la table. Celles-ci seront soumises à une nouvelle concertation si la situation ne s’améliorait pas et nécessitait de renforcer les mesures déjà en vigueur", nous assure l'exécutif.


Par cette concertation, il souhaite pouvoir "agir efficacement contre la reprise épidémique par des mesures graduées et territorialisées". Le délai entre chaque nouvelle mesure prise et ses effets sera pris en considération avant toute conclusion sur son efficacité.

 COLÈRE 


Épuisé, le personnel soignant alerte et multiplie les signaux de mécontentement. Plusieurs services dans divers hôpitaux de France ont décidé, au cours de ces dernières semaines, de se mettre en grève.

Malgré la crise sanitaire, les personnels de santé ne décolèrent pas

VERS UN PROLONGEMENT DE L'ÉTAT D'URGENCE EN ITALIE


Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé jeudi vouloir proposer la prolongation jusqu'au 31 janvier prochain de l'état d'urgence, actuellement en vigueur jusqu'au 15 octobre. "Vu la situation actuelle, une situation qui continue à être critique même si le nombre de contaminations reste sous contrôle mais qui exige la plus grande attention de la part de l'Etat (...), nous avons décidé d'aller devant le parlement pour proposer la prolongation de l'état d'urgence, vraisemblablement jusqu'à fin janvier 2021", a-t-il déclaré devant la presse.


L'état d'urgence en Italie sert essentiellement à faciliter et accélérer la prise de décisions et de mesures destinées à combattre les effets d'un séisme, d'inondations ou d'autres catastrophes, ici en l’occurrence l'épidémie de Covid-19.


Premier pays touché en Europe, l'Italie a payé un lourd tribut à l'épidémie, avec près de 36.000 morts et plus de 315.000 cas de contamination.

UN DÉLAI DE 10 JOURS DEMANDÉ PAR MARTINE AUBRY


La maire de Lille Martine Aubry et le président de la Métropole lilloise Damien Castelain avaient ce jeudi matin rendez-vous à Matignon. Comme la maire de Paris ou le maire de Lyon, ils devaient échanger au sujet de la stratégie adoptée pour lutter contre le Covid-19 avec Jean Castex et Olivier Véran. "Le Premier ministre nous a donné 10 jours complémentaires sans mesure nouvelle. On va tout faire avec le président de la métropole pour continuer à communiquer, pour dire aux gens 'Attention ça devient très grave, donc respectons les règles'", a-t-elle fait savoir à l'issue de cette rencontre.

DES ASSOUPLISSEMENTS DEMANDÉS PAR LE MAIRE DE LYON


Le maire de Lyon, Grégory Doucet, était ce matin reçu à Matignon par Jean Castex pour affiner la stratégie à mener face au Covid-19. A la sortie de ce rendez-vous, où Olivier Véran, le préfet de Paris ainsi que le directeur de l'ARS étaient aussi présents, il a indiqué avoir demandé l'"aménagement sur un certain nombre de mesures, en particulier concernant les jauges qui sont appliquées pour les grands événements".


"L'horaire de fermeture des bars à 22h ne nous semblait pas être appropriée et c'est une mesure que l'on juge devoir être assouplie en l'échange, bien-sûr, d'une rigueur plus importante dans le respect des protocoles sanitaires", a-t-il ajouté. Le maire évoque par exemple la possibilité de multiplier les contrôles dans ces établissements.

TOUT MADRID PARTIELLEMENT RECONFINÉ D'ICI 48h


Après plusieurs jours de bras de fer avec la région, le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez a publié ce jeudi au Journal officiel un décret imposant le bouclage partiel de tout Madrid et de plusieurs communes environnantes pour freiner la propagation du virus. Le gouvernement affirme que son application est obligatoire d'ici à 48 heures.


Concrètement, le décret du gouvernement permet d'étendre à l'ensemble de la capitale, peuplée de 3,2 millions d'habitants, et à neuf autres communes de la région les restrictions à la liberté de mouvement en vigueur depuis une semaine dans certains quartiers de la capitale et de sa périphérie. Dans ces zones, les résidents ne peuvent sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme aller travailler, aller chez le médecin ou emmener les enfants à l'école par exemple.


Le gouvernement régional de droite, qui a voté contre cet accord avec d'autres régions également dirigées par l'opposition conservatrice, estime qu'il "n'est pas valide juridiquement" et a annoncé étudier un recours en justice.

REVERS


Vendredi dernier, la préfète d’Ille-et-Vilaine Michèle Kirry avait annoncé aux gérants des salles de sport de la métropole rennaise qu'ils devaient fermer leurs établissements pour au moins quinze jours. La justice a finalement suspendu ce jeudi l'arrêté préfectoral les y obligeant.

La justice suspend la fermeture des salles de sport à Rennes mais maintient celle de Lille

JEUNESSE


Lors de son allocution à l'événement BPI France ce jeudi, Emmanuel Macron a fait savoir combien l'Etat serait redevable, à l'avenir, à la jeunesse. "Jamais une période n'a été aussi injuste pour notre jeunesse. On leur demande plus de sacrifices. Leur demander de réduire un peu leur vie sociale, aller moins au café, au restaurant, voir moins leurs amis... Ça les touche beaucoup. Mais on sait ce qu'on leur doit. On sera là. Je m'en porte garant", a soutenu le chef de l'Etat. 

MESURES RESCTRICTIVES


Au salon des entrepreneurs organisé par BPI France, Emmanuel Macron a dit ne pas exclure, à l'avenir, la mise en place de nouvelles mesures restrictives. "On vit une période d'angoisse, de doute. Beaucoup de secteurs restent très frappés, beaucoup souffrent encore à l'image des cafés et des restaurants...

Je sais toutes les contraintes qu'on met, dans les Bouches du Rhône par exemple, et qu'on risque de mettre en fonction de l'évolution de la situation dans d'autres métropoles", a-t-il déclaré.


Emmanuel Macron a cependant partagé son empathie envers les professionnels du secteur hôtelier et de la restauration. "On sera là pour aider ceux qui sont touchés. On le fera jusqu'au bout, jusqu'au dernier centime. Je sais que pour cafés, hôteliers... La deuxième fois est encore plus dure."

ETUDE


Alors que les services de nettoyage se démènent chaque jour dans les hôpitaux pour désinfecter au maximum toutes les surfaces, un nettoyage classique suffirait amplement, assurent des chercheurs italiens.

A l'hôpital, un nettoyage basique suffirait à éliminer le Covid-19, affirment des chercheurs

LES PERSPECTIVES D'UN VACCIN REVUES AU RABAIS ?


Fin août, Emmanuel Macron se montrait particulièrement optimiste quant à l'obtention rapide d'un vaccin contre le nouveau coronavirus. Lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel, qu'il recevait fort de Brégançon, le chef de l'Etat avait mentionné des "perspectives raisonnables" pour les "prochains mois". Présent ce jeudi à l'événement Big2020 organisé par BPIFrance, l'un des plus grands rassemblements européens dédié aux entrepreneurs, il avait l'air bien moins convaincu par l'imminence de l'existence d'un vaccin viable. "Je ne sais pas vous dire quand ce sera fini. Ceux qui disent qu'on aura un vaccin en avril,...? On va sans doute durablement vivre avec le virus", a-t-il déclaré.

LE BILAN DU RENDEZ-VOUS ENTRE ANNE HIDALGO ET JEAN CASTEX


La maire de Paris Anne Hidalgo avait rendez-vous ce jeudi matin, à 8h30, avec le premier ministre Jean Castex au sujet des mesures sanitaires prises pour la capitale. Olivier Véran, ainsi que le préfet de Paris et le directeur de l'ARS étaient aussi présents. Selon les informations du service politique LCI/TF1, ces échanges ont été "bons", "francs" et se sont déroulés dans "un bon climat". "Ils se sont montrés très à l'écoute", nous a fait savoir la mairie de Paris.


Lors de cette rencontre, il a davantage été question de la stratégie et de la méthode à mettre en place sur la gestion de l'épidémie. "Il n'a pas été question de mesures prises ou annoncées ce soir. Nous n'en savons pas plus mais rien ne semblait arrêté ce matin", fait savoir la mairie de Paris.


Anne Hidalgo aurait avant tout fait "part de son souhait d'instaurer un climat de confiance entre l'Etat et les Français" en faisant plus de pédagogie pour expliquer les conséquences positives de mesures restrictives. Elle aurait également demandé davantage de concertation avec les maires. "Anne Hidalgo est prête à prendre sa part de responsabilité dans cette stratégie d'explication, en faisant par exemple des points réguliers aux côtés du préfet", nous indique la Mairie de Paris.

INFO TF1/LCI


Selon les informations de TF1 et LCI, Olivier Véran, qui doit tenir un nouveau point sur l'évolution de la situation sanitaire ce jeudi en fin d'après-midi, ne devrait a priori pas annoncer de nouvelles mesues drastiques à cette occasion.

Covid-19 : Olivier Véran devrait lancer un message d'alerte, sans annoncer de nouvelles restrictions

RACING 92


Dans un tweet publié ce jeudi matin, le Racing 92 a fait savoir que plusieurs cas positif au Covid-19 ont été détectés après que des testes aient été pratiqués sur l'ensemble du groupe. Les noms des joueurs n'ont pour le moment pas été communiqués.


"Nous attendons désormais les recommandations de la LNR (Ligue Nationale de Rugby, ndlr.), que nous appliquerons avec toute la rigueur qui s’impose", fait savoir le club.


Les Franciliens se sont imposés samedi dernier à Nanterre (19-15) contre les tenants du titre anglais, les Saracens, remportant ainsi leur ticket pour la finale de la Coupe d’Europe le 17 octobre. Ils joueront face à d’autres Anglais : les Chiefs d’Exeter.

LE COVID-19 DANS LES MEDIAS


Jamais une crise sanitaire n'avait autant été médiatisée. Selon une étude publiée jeudi par l'Institut national de l'audiovisuel, l'épidémie a généré, dans les JT du soir des grandes chaînes (TF1, France 2, France 3, Arte et M6), près de 8500 sujets au cours du premier semestre 2020, soit "50 sujets en moyenne par jour". "Cela représente 60% de l'offre d'information globale du 1er semestre 2020" en nombre de sujets, relèvent les auteures, Géraldine Poels et Véronique Lefort.


Ce retentissement médiatique dépasse très largement celui de la grippe A (H1N1) en 2009 (plus de 1.000 sujets), celui du Sras (319 sujets) ou même celui de l'épidémie de Sida, qui a donné lieu à 2.253 sujets mais sur une durée beaucoup plus longue puisqu'elle remonte aux années 1980.

PHASE TEST


25.000 volontaires français sont recherchés à partir de ce jeudi pour tester d'ici les prochaines semaines un ou plusieurs des 300 candidats vaccins développés dans le monde contre la maladie. 

L'inserm recherche 25.000 volontaires pour tester des vaccins contre le Covid

JO-2024


Malgré le contexte du Covid-19, les organisateurs des JO-2024 ont annoncé ce jeudi avoir réussi à boucler la moitié de leur budget partenaires avec 500 millions d'euros engrangés à quatre ans des Jeux olympiques en France. "On est en avance sur Londres par exemple", assure d'ailleurs Paris-2024, qui doit réunir la somme de 1,088 milliards d'euros.

RESTRICTIONS AU QUÉBEC


Le Premier ministre du Québec a annoncé en début de semaine de nouvelles restrictions pour les régions de Montréal et Québec qui passent au plus haut niveau d'alerte pendant 28 jours, alors que les cas de coronavirus ont fortement grimpé dans cette province. "Les chiffres sont sans appel: on doit prendre nos responsabilités, on doit prendre des décisions difficiles", a prévenu le Premier ministre François Legault lors d'une conférence de presse.


Dans trois régions dont la métropole Montréal et la capitale Québec, passées au seuil d'alerte rouge, les Québécois sont appelés à partir de ce jeudi à ne plus recevoir d'invités à leur domicile. Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques sont appelés à fermer. Un maximum de 25 personnes est autorisé dans les lieux de culte et lors de funérailles. Les visites sont d'autre part interdites dans les résidences pour personnes âgées.

ALLEMAGNE


Face à la montée de la pandémie de Covid-19, l'Allemagne a étendu mercredi soir sa liste de régions à risque à la Belgique voisine, l'Islande et des régions en Europe, en couvrant désormais presque toute la France. L'ensemble du pays est désormais visé à l'exception de la région frontalière du Grand Est, particulièrement durement touchée au début de la pandémie. En tout, dix-sept pays de l'UE sont désormais classés en zone à risque, soit partiellement, soit complètement.


Selon l'Institut allemand de veille sanitaire Robert Koch, le pays a enregistré mercredi 2503 nouveaux cas d'infections en 24h, dépassant pour la seconde fois en quelques jours la barre des 2500.

SUSPENS AUTOUR DU DISCOURS D'OLIVIER VÉRAN


Invité ce jeudi d'Elizabeth Martichoux, Frédéric Péchenard, vice-président LR du Conseil régional d'Île-de-France, fait savoir que selon ses informations, Olivier Véran n'annoncera pas de nouveau "tour de vis" ce jeudi lors de son allocution. "D'après ce que je crois savoir, mais les choses sont très évolutives, il ne devrait pas y avoir immédiatement de nouvelles mesures de restrictions, mais probablement à terme", affirme-t-il.

APPEL


Dans une tribune parue ce jeudi, quinze médecins aux spécialités diverses appellent les hôpitaux français  à s'organiser pour prendre en charge les patients "non Covid". Selon eux, il est "impératif de créer des filières Covid et non Covid pour préserver certaines activités".

Des médecins appellent à ne pas sacrifier les patients "non Covid" comme au printemps dernier

ATTENTES


Après avoir rencontré les maires des grandes métropoles ce jeudi, le gouvernement doit ce jeudi faire de nouvelles annonces. Alors que la crainte de nouvelles restrictions est présente, Julien Arnaud, journaliste politique chez TF1/LCI, assure qu'un nouveau "tour de vis" est en réalité peu probable. "Des conseillers expliquent qu'il faut laisser le temps aux mesures déjà prises", indique-t-il.

MOBILISATION


Contacté ce jeudi matin par Europe 1, le chef Philippe Etchebest a appelé ses collègues restaurateurs "à faire du bruit" vendredi en contestation aux restrictions qui leur sont imposées. "Je le dis, je le répète, on n'est pas plus dangereux que d'autres secteurs !", s'indigne-t-il, en citant notamment les conditions de voyage dans les transports en commun. "Pendant le confinement les gens ont applaudi le personnel médical à 20h. Nous on veut faire la même chose tous les vendredis. On va faire du bruit devant nos établissements pour dire qu'on est là."

BRUXELLES TOMBE LE MASQUE


L’obligation du port du masque en extérieur avait été imposée le 12 août sur tout le territoire de la région Bruxelles-Capitale, sans distinction de lieu ni d'horaire. Mais face aux critiques, l'exécutif a fait marche arrière.

Covid-19 : Pourquoi Bruxelles renonce-t-elle au port du masque obligatoire à l’extérieur ?

MOBILISATION


Pour le troisième soir de suite mercredi, les patrons des bars, restaurants et discothèques ont continué de protester contre les fermetures, partielles ou totales selon les cas, qui leur sont imposées.

"Restons ouverts" : troisième soir de mobilisation à Paris contre la fermeture des bars et restaurants

DEPAYSEMENT


Sur décision de la Cour de cassation, le procès intenté au préfet de Martinique à la suite d’une publication polémique sur les réseaux sociaux, représentant cinq ananas pour marquer la distanciation sociale, aura lieu à Paris. L'impartialité de son procès, s'il était fait à Fort-de-France, a été mise en doute par la juridiction suprême en raison de ses liens avec les juridictions martiniquaises.

Affiche anti-Covid accusée de racisme : le préfet de Martinique sera jugé à Paris

INTERROGATIONS


Malgré le "tour de vis" donné la semaine dernière par le gouvernement, les voyants sont au rouge dans plusieurs grandes métropoles, qui risquent d'atteindre le dernier échelon avant l'état d'urgence sanitaire. Un changement de zone est théoriquement possible dès lors que le taux d'incidence du virus est supérieur à 250 cas pour 100.000 habitants, et que plus de 30% des lits en réanimation sont occupés par des patients Covid-19. 

Paris, Lyon et Lille vont-elles basculer en alerte maximale ?

RENDEZ-VOUS A MATIGNON


Pour discuter d'"éventuelles adaptations" des mesures de restriction, les maires de Paris, Lyon, Lille et Grenoble seront reçus ce jeudi matin par le Premier Ministre Jean Castex à Matignon.


Les rendez-vous s'échelonneront sur une partie de la journée. La maire de Paris Anne Hidalgo a rendez-vous à 8h15. Ce sera ensuite au tour du maire de Lyon, Grégory Doucet et du président de la métropole Bruno Bernard à 9h30, avant Martine Aubry et Damien Castelain (mairie et métropole lilloise) à 10h30. Le maire de Grenoble Eric Piolle et le président de la métropole Christophe Ferrari doivent, eux, échanger par visio-conférence à 11h45 avec Jean Castex, comme le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, à 14h. En convalescence après une opération, la maire de Marseille, Michèle Rubirola, s'est de son côté entretenue mercredi après-midi avec le Premier ministre par téléphone.


Ces rendez-vous doivent précéder une nouvelle allocution, à 18h, du ministre de la Santé Olivier Véran, qui pourrait annoncer un nouveau "tour de vis".

GUYANE


Le préfet de Guyane a signé mercredi un arrêté confinant de nouveau Camopi, une commune amérindienne du parc amazonien de Guyane à la frontière fluviale du Brésil, en raison d'une recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a indiqué la préfecture à l'AFP. La mesure est prévue pour 15 jours.


En mai, peu après le déconfinement, cette commune de 1.828 habitants et de 10.030 km2 avait été reconfinée à la suite d'un cluster touchant principalement des légionnaires du 3ème REI et des piroguiers amérindiens de la Légion.

CUBA


Les autorités  ont levé jeudi le couvre-feu nocturne qui était en vigueur depuis un mois à La Havane pour lutter contre le Covid-19 et vont relancer l'activité, sans recevoir pour le moment de touristes étrangers. Le gouverneur de la capitale, Reynaldo Garcia Zapata, a annoncé à la télévision d'Etat que les mesures de restriction adoptées pour freiner la progression du virus avaient eu "un impact positif", citant "une tendance à la décroissance des cas confirmés et des cas actifs".


Les autorités ont aussi décidé de rouvrir les plages et les piscines, ainsi que certains services publics et certains commerces, à 50% de leurs capacités, et les marchés seront ouverts aux heures habituelles.   Mais les entrées de la capitale resteront fermées pour éviter les contagions entre provinces. Si tout se passe comme prévu, les cours reprendont le 2 novembre dans les établissements scolaires de La Havane. Cependant, les bars et les discothèques ne peuvent toujours pas fonctionner, et les événements qui entraîneraient des rassemblements importants dans la capitale restent prohibés.

UNITED AIRLINES


Dans la foulée des annonces d’American Airlines, la compagnie United Airlines a fait savoir qu'elle allait commencer à licencier environ 13.000 de ses salariés, là aussi faute d'un accord au Congrès américain sur une nouvelle aide au secteur aérien. 

TRIBUNE


"N’oublions pas les autres malades" : dans les colonnes du Parisien ce jeudi, une quinzaine de chirurgiens, hépatologues, oncologues ou encore cardiologues lancent un appel à ne pas négliger, malgré le rebond de l’épidémie, les patients non-Covid. Lors de la première vague, le manque de prise en charge de ces derniers a eu de lourdes conséquences sur leur santé. "Si on ne s’organise pas, le bilan sera plus lourd que le Covid", alertent les signataires du texte.

LICENCIEMENTS


La compagnie American Airlines a annoncé mercredi qu'elle allait bien commencer à mettre au chômage technique 19.000 salariés à partir de jeudi, les responsables politiques ne s'étant pas mis d'accord sur une extension de l'aide au secteur aérien, fragilisé par la pandémie.


Le PDG de la société, Doug Parker, a toutefois laissé une porte ouverte : "Nous annulerons" ces licenciements "et rappellerons les membres de l'équipe affectés" si démocrates et républicains parviennent dans les jours à venir à un compromis, a-t-il affirmé dans un message adressé aux salariés.

PÉROU


Après environ trois mois d’interruption liée au coronavirus, le Pérou rouvrira lundi son transport aérien international en reprenant les liaisons avec sept pays latino-américains : Colombie, Equateur, Panama, Paraguay, Uruguay, Bolivie et Chili. Le gouvernement avait déjà avancé le 17 août que la reprise des vols internationaux se ferait quand le nombre de nouvelles infections au coronavirus diminuerait, ce qui se produit depuis la dernière semaine d'août.

CHILI


Le Chili a autorisé mercredi le lancement d'études cliniques concernant deux vaccins contre le coronavirus élaborés par la firme pharmaceutique chinoise Sinovac Biotech et par la belge Janssen Pharmaceutical Companies, a indiqué le ministère de la Santé.


Chacun de ses essais, dont la date de lancement n'a pas été précisée, portera sur quelque 3.000 volontaires, des hommes et des femmes âgés de 18 à 59 ans. D'autres essais cliniques, concernant la firme pharmaceutique britannique AstraZeneca, attendent toujours le feu vert du gouvernement chilien. Un vaccin, avant d'être commercialisé, doit passer au moins trois phases de tests : la première est réalisée sur un échantillon de 20 à 100 personnes, la deuxième permet d'évaluer les effets secondaires et la troisième porte sur plusieurs milliers de personnes. Les deux vaccins dont les essais cliniques viennent d'être autorisés au Chili en sont à la phase trois de ces tests.

GUADELOUPE


La circulation du virus Covid-19 reste "très active" en Guadeloupe, avec plus de 1.000 nouveaux cas positifs enregistrés la semaine dernière et "15 nouveaux décès", ont indiqué mercredi la préfecture et l'ARS dans un communiqué. 


Les indicateurs connaissent pourtant une forme de stabilisation même si "le plateau est très haut", a affirmé Valérie Denux, directrice générale de l'ARS de Guadeloupe, lors d'une conférence de presse retransmise en live sur les réseaux sociaux. La Guadeloupe, placée depuis une semaine en zone d'alerte maximale", reste "très nettement au dessus du seuil d'alerte, avec un taux d'incidence de 278,07 pour 100.000 habitants", même si ce taux est en "légère diminution par rapport à la semaine" précédente. Le taux de positivité reste stable, à 22,71 %.

VACCIN


Les essais cliniques du vaccin expérimental contre le Covid-19 de la société américaine Moderna, l'un des plus avancés, ne produiront pas de résultats avant le 25 novembre au plus tôt, selon son patron mercredi. "Nous aurons assez de données de sécurité le 25 novembre pour pouvoir faire une demande d'autorisation en urgence auprès de la FDA (Agence fédérale des médicaments), à condition que les données de sécurité soient bonnes, c'est-à-dire que le vaccin soit considéré comme sûr", a déclaré Stéphane Bancel, directeur général de Moderna, lors d'une conférence organisée par le Financial Times.


Toute commercialisation avant l’élection présidentielle du 3 novembre est donc exclue. Donald Trump a dit plusieurs fois espérer un vaccin avant cette date, suscitant l'inquiétude des experts de santé publique quant à d'éventuelles pressions politiques sur le processus réglementaire.

 

Moderna en est actuellement à la phase 3 de ses essais cliniques, une phase où le vaccin expérimental ou un placebo est injecté de façon aléatoire à des dizaines de milliers de volontaires, afin de vérifier que le vaccin est sûr et efficace. 

JUSTICE


La cour de cassation a ordonné mercredi le dépaysement à Paris de la procédure judiciaire engagée après une plainte déposée à Fort-de-France contre le préfet de Martinique Stanislas Cazelles suite à la publication au printemps d'une affiche anti-covid jugée raciste, a appris l'AFP de source judiciaire.

GROGNE


Les professionnels de la restauration se mobilisent ce mercredi soir pour le troisième soir de suite, après la mise en place de la fermeture des bars fermés dès 22h.

INTERROGATIONS


Une pratique interdite par le Conseil d'Etat à Paris.

Oui, un drone a bien survolé le port de Marseille pour faire respecter le port du masque

MADRID 


Face à une explosion "inquiétante" des cas de Covid-19, le gouvernement espagnol a décidé mercredi d'imposer un bouclage de Madrid, rejeté en bloc par les autorités locales. Le décret préparé par le ministère de la Santé prévoit en particulier d'étendre à toute la capitale les mesures déjà en vigueur depuis une semaine dans les zones de la région les plus touchées par le virus et donc d'interdire à tous les habitants de Madrid d'entrer ou de sortir de la ville sauf notamment pour aller travailler, chez le médecin ou emmener les enfants à l'école.

PAUVRETÉ


La précarité a atteint des niveaux records ces derniers mois avec la crise sanitaire.

Covid-19 en France : une précarité jamais vue "depuis la Deuxième Guerre mondiale", alerte le Secours Populaire

CRAINTES


A Strasbourg, l'inquiétude est de mise pour les professionnels de la restauration, à la veille des annonces d'Olivier Véran.

Infos précédentes

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Retrouvez ici les dernières informations sur la pandémie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent