EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien
Santé

CORONAVIRUS - Face à la progression du virus, le couvre-feu concerne désormais 54 départements ainsi que la Polynésie française. Au total, 46 millions d'habitants sont concernés par cette mesure. Suivez les dernières infos en direct.

Live

BULLETIN SANTE PUBLIQUE FRANCE

Les effets de la propagation du virus continuent de se faire ressentir. Samedi 24 octobre, c'est un nouveau plafond qui a été dépassé, avec 45.422 contaminations en 24 heures, relève Santé publique France dans son bulletin quotidien. Le taux de positivité grimpe lui aussi, avec 16% de tests positifs parmi ceux pratiqués.


Avec 15.637 personnes, soient 652 effectifs supplémentaires, le nombre de personnes hospitalisées est logiquement en hausse. Parmi ces patients, 2.491 se trouvent en réanimation, soit un solde positif de 59 personnes. Au total, on a compté 138 décès en 24 heures. 

LUCAS POUILLE POSITIF


Le tennisman français Lucas Pouille, 69e au classement ATP, a annoncé qu'il avait été testé positif au Covid-19 et qu'il allait se mettre à l'isolement pour une durée de sept jours. Il n'a pour l'instant "développé que la perte d'odorat comme symptôme".

LES VÉRIFICATEURS


Certains internautes estiment, chiffres à l'appui, qu'il n'y a pas de surmortalité liée au Covid-19 en France ces derniers mois. Qu'en est-il ?

CONFINEMENT AU PAYS-DE-GALLES


Le Pays-de-Galles a démarré ces dernières heures un nouveau confinement. Seuls les commerces alimentaires sont autorisés à ouvrir.

LE MAIRE DE KIEV POSITIF


Le maire de la capitale ukrainienne Kiev, l'ancien champion de boxe dans la catégorie poids lourds Vitali Klitschko, a annoncé samedi qu'il avait à son tour contracté le Covid-19.


"Le coronavirus m'a frappé à un moment très inopportun. Testé positif aujourd'hui", a-t-il écrit sur les réseaux sociaux, à la veille d'élections locales qui devraient lui permettre de conserver ses fonctions, qu'il occupe depuis 2014. "Je me sens bien, mais j'ai besoin de m'auto-isoler" a-t-il ajouté.

TRUMP A "COMPLÈTEMENT FOIRÉ" LA GESTION DE L’ÉPIDÉMIE, ACCUSE OBAMA


L'ancien président américain Barack Obama a accusé samedi son successeur Donald Trump d'avoir "complètement foiré" dans sa gestion du Covid-19, lors d'un meeting de soutien au candidat démocrate Joe Biden à Miami, en Floride. "Huit mois après le début de cette pandémie, les nouveaux cas battent encore des records", a-t-il lancé.


"Cette pandémie aurait été difficile à gérer pour n'importe quel président", "mais l'idée que cette Maison Blanche ait fait autre chose que complètement foirer est absurde", a-t-il ajouté à dix jours de l'élection présidentielle du 3 novembre.

BULLETIN SANTE PUBLIQUE FRANCE

Les effets de la propagation du virus continuent de se faire ressentir. Samedi 24 octobre, c'est un nouveau plafond qui a été dépassé, avec 45.422 contaminations en 24 heures, relève Santé publique France dans son bulletin quotidien. Le taux de positivité grimpe lui aussi, avec 16% de tests positifs parmi ceux pratiqués.


Avec 15.637 personnes, soient 652 effectifs supplémentaires, le nombre de personnes hospitalisées est logiquement en hausse. Parmi ces patients, 2.491 se trouvent en réanimation, soit un solde positif de 59 personnes. Au total, on a compté 138 décès en 24 heures. 

LA FRANCE CHAMPIONNE D'EUROPE DU NOMBRE DE CAS ? 


Avec environ 42.000 cas enregistrés quotidiennement ces deux derniers jours, la France a battu le record du nombre de tests positifs en Europe en 24 heures. Comment l'expliquer ?

Covid-19 : la France est-elle vraiment championne d'Europe du nombre de cas ?

PROLONGEMENT DE L'ETAT D'URGENCE


Les députés viennent de voter pour la prorogation de l'état d'urgence. Les détails dans cet article. 

L'état d'urgence prolongé par les députés, des restrictions possibles jusqu'au printemps

LIGUE 1

La Ligue de football professionnel a annoncé samedi le report du match de la 8e journée de Ligue 1 entre Lens et Nantes, prévu initialement ce dimanche à 13h, après la détection de 11 joueurs testés positifs au Covid-19 dans l'effectif lensois à la veille de la rencontre.


Il s'agit du premier match de Ligue 1 reporté depuis la mise en place en septembre du protocole médical de la Ligue, impliquant la possibilité d'un report lorsque moins de 20 joueurs sur une liste de 30 par équipe sont testés négatifs. La date de la reprogrammation du match n'a pas été actée pour le moment.

CRISE SANITAIRE 


Depuis ce samedi, 54 départements de métropole sont placés sous couvre-feu pour tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19. Mais la façade Atlantique résiste encore aux restrictions. Pourquoi semble-t-elle épargnée ?

Covid-19 : pourquoi la façade ouest de la France semble-t-elle épargnée ?

INFOGRAPHIES 


Les dernières données concernant l'épidémie ainsi que des cartes pour suivre l'évolution de la situation sanitaire en France.

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

EN ALGÉRIE 


Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s'est mis "volontairement" à l'isolement pour cinq jours après que plusieurs hauts responsables de la présidence et du gouvernement ont présenté des symptômes du Covid-19, a annoncé samedi son bureau. Ce confinement survient à une semaine d'un référendum national sur une révision de la Constitution présentée par le président Tebboune lui-même. 


"Après avoir constaté que plusieurs cadres supérieurs de la présidence de la République et du gouvernement présentent des symptômes de contamination au nouveau coronavirus, le staff médical de la présidence a recommandé au président de la République d'observer un confinement volontaire pour une période de 5 jours à compter du samedi 24 octobre", précise le communiqué. Après une lente décrue ces dernières semaines, l'Algérie connaît une recrudescence des contaminations depuis une dizaine de jours.

EN IRAN 


Les autorités sanitaires iraniennes doivent "tout faire" pour réduire le bilan croissant de mortalité liée à l'épidémie de Covid-19, a déclaré samedi le guide suprême Ali Khamenei, lors d'une rare apparition publique. La rencontre s'est tenue à Téhéran avec des membres du Comité national de lutte contre la pandémie, en présence du président Hassan Rohani.


Selon les derniers chiffres officiels publiés samedi, la pandémie a fait 335 décès supplémentaires en une journée, portant le bilan total des morts à 32.320. Les autorités ont recensé 5.814 nouveaux cas de contamination lors des dernières 24h, ce qui porte à 562.705 le total de cas confirmés en Iran, pays le plus touché du Moyen-Orient.

DES ELUS DE LA LOIRE DEMANDENT LE RENFORT DE L’ARMÉE 


Des maires de la vallée du Gier, dans le Sud du département de la Loire, un département particulièrement touché par l'épidémie, demandent à l'État "l'installation de moyens sanitaires militaires pour pallier au manque de personnels soignants" dans la vingtaine de communes de ce territoire très impacté par le coronavirus, a-t-on appris samedi auprès de ces derniers.


"Nous appelons à l'aide pour que nos soignants soient épaulés et nous demandons à l'État et au gouvernement qu'une aide exceptionnelle soit apportée en urgence à notre territoire pour pallier au manque de personnels soignants [...] épuisés et touchés par la covid-19", soulignent-ils dans un courrier adressé jeudi à la préfète de la Loire, Catherine Séguin.


"Nous demandons à bénéficier d'une aide identique à celle qui a été apportée au printemps dernier à la région de Mulhouse au cœur de la crise: l'installation de moyens sanitaires militaires", poursuivent les 21 maires, réunis au sein du Syndicat intercommunal du Pays du Gier.


Régis Cadegros, 1er adjoint au maire de Saint-Chamond (Loire) et président du conseil de surveillance du Centre hospitalier du Gier, a expliqué à l'AFP qu'il fallait "s'inspirer de ce qui s'est passé dans le grand Est, avec la mise en place d'un hôpital militaire de campagne". Vincent Bony, maire de Rive-de-Gier (Loire), affirme pour sa part qu'au "rythme actuel de progression du virus, tous les patients qui le nécessiteront ne pourront plus être admis en réanimation dans l'Hôpital du Gier d'ici 15 jours". "Il faudra faire un tri. C'est dramatique", déplore-t-il.

POLOGNE 


Le président polonais Andrzej Duda a été testé positif au coronavirus, a indiqué samedi le secrétaire d'Etat à la présidence, alors que la Pologne fait face à une recrudescence de la pandémie. "Comme prévu, le président @AndrzejDuda a subi hier un test concernant la présence du coronavirus. Le test s'est révélé positif. Le président va bien", a tweeté Blazej Spychalski.


"Au vu du résultat du test, je sais que je suis maldade du coronavirus", a ensuite tweeté M. Duda, 48 ans, ajoutant qu'il se "sentait bien", n'avait pas de symptômes et qu'il travaillerait à distance.


Le président polonais est le dernier d'une série de dirigeants à avoir été contaminés, parmi lesquels le président américain Donald Trump, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président brésilien Jair Bolsonaro.

DÉCLARATION DE JEAN CASTEX ET OLIVIER VERAN DEPUIS MARSEILLE 


Les deux hommes s'exprimaient après leur visite de l'hôpital Nord.

DÉCLARATION DE JEAN CASTEX DEPUIS MARSEILLE 


En déplacement à l'hôpital Nord de Marseille, Jean Castex et Olivier Véran se sont entretenus avec des personnels de l'hôpital : "nous sommes venus témoigner de notre soutien, notre appui, à la communauté hospitalière, qui se bat. Nous avons une situation extrêmement tendue, avec des personnels admirables. Une coopération entre le public et le privé est remarquable". 


"En réanimation, on voit des malades de 47 à 72 ans, ce ne sont pas que des personnes âgées, cette maladie frappe, et frappe durement tout le monde. Le meilleur moyen de soulager l'hôpital, c'est de ne pas tomber malade. Cela dépend de chacun d'entre nous : tous les gestes barrières, y compris chez vous", a poursuivi Jean Castex. 


"Cette progression de l'épidémie n'est pas terminée et nous allons avoir encore des moments difficiles, mais nous allons faire face autour de nos soignants, pour protéger nos proches. C'est un rendez-vous avec nous-mêmes (...) Nous sommes une nation solidaire. C'est un combat de société qui nous concerne toutes et tous", a-t-il dit.

VERS UN RECONFINEMENT ?


Pour le Pr Megarbane, chef du service réanimation de Lariboisière à Paris, le confinement est efficace, d'un point de vue médical pour faire baisser le taux de contamination mais il s'accompagne de conséquences sociales et économiques graves. 

RÉOUVERTURE DES UNIVERSITÉS EN SEPTEMBRE ? UNE "GROSSIÈRE ERREUR" POUR AXEL KAHN


Pour le Professeur Axel Kahn, la réouverture des universités en septembre avait été "totalement absurde". Le généticien considère que cela a engendré de nombreuses contaminations d'étudiants. Même si ce n'est "pas de là que tout vient, ce fut une erreur importante"

Deuxième vague : rouvrir les universités en septembre fut une "erreur grossière" pour Axel Kahn

INTER MILAN 


Le défenseur Achraf Hakimi annonce, ce samedi, être prêt à reprendre la compétition à la suite de deux tests négatifs au Covid-19, après un test positif qui l'avait privé des débuts de son club en C1.


"Je suis de retour", a écrit le défenseur marocain sur son compte Twitter, trois jours après avoir manqué Inter-Borussia Mönchengladbach (2-2) mercredi en Ligue des champions en raison d'un test positif au Covid-19 quelques heures avant le coup d'envoi.

MESURES ECONOMIQUES POUR LES PERSONNES PRÉCAIRES 


Jean Castex a annoncé, ce samedi de nouvelles mesures en faveur des plus précaires touchés par la crise sanitaire que traverse la France depuis plusieurs mois. En voici le détail.

Logement, offres d'emploi... Jean Castex détaille des mesures "d'urgence sociale" pour les plus précaires

ETAT D'URGENCE 


L'Assemblée nationale a voté ce samedi l'article 1er du projet de loi qui proroge jusqu'au 16 février l'application de l'urgence sanitaire. Le texte, qui a suscité des divisions, pourrait notamment permettre un nouveau confinement de la population et des restrictions possibles jusqu'en avril.

L'état d'urgence prolongé par les députés, des restrictions possibles jusqu'au printemps

BELGIQUE 


Les autorités bruxelloises ont avancé le couvre-feu imposé à 22H00 dans le pays et ont ordonné la fermeture des magasins à 20H00 ainsi que l'interdiction des activités culturelles et sportives à partir de lundi, a annoncé le ministre président de la région Rudi Vervoort.


Ce nouveau tour de vis va au-delà des décisions adoptées vendredi par le gouvernement pour l'ensemble du pays et suit les mesures annoncées par les autorités de la Wallonie, la région francophone du pays, très touchée par la pandémie. "La situation est très grave", a expliqué Rudi Vervoort lors d'une conférence de presse.

Urgent

VISITE DU GOUVERNEMENT A MARSEILLE 


Jean Castex et Olivier Véran sont actuellement en visite à Marseille, à l'hôpital Nord. Il s'entretiennent avec des personnels soignants, dans le cadre de cette crise sanitaire.

LE COVID DANS LE MONDE


La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.145.847 morts dans le monde depuis fin décembre, rapporte un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles ce samedi.


Les États-Unis, qui ont battu vendredi leur record du nombre de nouvelles contaminations enregistrées en 24 heures (près de 80.000 nouveaux cas) restent, comme depuis plusieurs semaines, le pays le plus touché avec 223.998 décès. Viennent ensuite le Brésil avec 156.471 morts, l'Inde avec 117.956 morts, le Mexique avec 88.312 morts et le Royaume-Uni avec 44.571 morts.

COVID A L'UNIVERSITE


Pour le généticien Axel Kahn, rouvrir les universités à la rentrée était "une grossière erreur". Invité ce samedi matin sur France info, le président de la Ligue nationale contre le cancer et ancien président de l'université Paris 5 René Descartes de 2007 à 2011 regrette que le gouvernement ait "rouvert les universités en présentiel comme si de rien n'était". "500 étudiants dans un amphithéâtre au début, c'était totalement absurde", affirme-t-il. "Le nombre de contaminations d'étudiants a été considérable. Alors, c'est pas de là que tout vient, mais c'est un erreur importante, il n'y a pas de doute".

ENCORE UN CAS POSITIF AU PSG


Un joueur du PSG a été testé positif  au Covid-19 et a déclaré forfait pour le match de Ligue 1 samedi contre Dijon. C'est le club qui a annoncé la nouvelle, à quelques heures de la rencontre sans pour autant dévoiler le nom du joueur en question.   

LA VILLE LA PLUS TOUCHEE PAR LE COVID EN FRANCE SOUS LE COUP DE L'ETONNEMENT


Un classement fait à partir des données fournies par Santé Publique France montre que six communes de la Loire font partie des 20 villes françaises de plus de 10.000 habitants les plus touchées par le virus. En première position, on retrouve la petite commune de Chambon-Feugerolles, avec un taux d'incidence à 1400 pour 100.000 habitants. Sur place, notre journaliste Camille Baron recueille le témoignage d'une buraliste étonnée et inquiète.

 ÎLE-DE-FRANCE


Santé Publique France a fait état vendredi soir de 42.032 nouvelles infections au Covid en 24h, nouveau record absolu, contre 25.086 vendredi dernier. Dans le même temps, 14.985 personnes sont hospitalisées, dont 976 depuis la veille. Les personnes en réanimation sont au nombre de 2432. En Île-de-France, la situation est particulièrement tendue dans les hôpitaux. Bruno Megarbane, chef de réanimation à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), affirme que 65% des lits de son service sont occupés par des patients présentant des formes graves de la Covid-19. Il fait état de l'augmentation du nombre de formes graves, nécessitant une ventilation artificielle.

SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL BRITANNIQUE


Le gouvernement britannique a annoncé samedi une enveloppe de 75 millions de livres sterling (82 millions d'euros) pour sauver 35 monuments de la culture mis en péril par le coronavirus. Parmi ces lieux ou organisations figurent le théâtre de l'Old Vic à Londres, fondé en 1818, ou celui du Globe, réplique grandeur nature de celui datant de 1599 où officiait Shakespeare, construit en 1997 sur la rive sud de la Tamise, près de son site d'origine.


Mais 70% des fonds sont destinés à des lieux culturels qui se trouvent hors de la capitale britannique, comme le Crucible de Sheffield ou le Royal Exchange Theatre de Manchester, souligne le ministère de la Culture dans un communiqué. "Ces lieux et organisations sont irremplaçables dans notre patrimoine et ce qui fait de nous la superpuissance culturelle que nous sommes", a fait valoir dans un communiqué le ministre Oliver Dowden.

RECONFINEMENT


Les derniers chiffres publiés par Santé Publique France ce vendredi n'ont pas de quoi rassurer. 42.000 Français ont été diagnostiqués en 24 heures, 2.000 patients ont été hospitalisés et 300 ont été admis en réanimation. Face à cette situation, la possibilité d'un reconfinement est de plus en plus évoquée. Interviewé par LCI, le professeur Frédéric Adnet, chef des urgences de l'hôpital Avicenne à Bobigny, estime que cette solution n'est néanmoins "pas neutre en termes de santé".


"Ça va peut-être améliorer les choses au niveau du Covid, mais ça va dégrader les autres indicateurs de santé", assure-t-il. Pour lui, "attaquer l'économie" du pays revient à "attaquer la santé" des Français. Il rappelle également que le précédent confinement a amené les personnes atteintes de maladies chroniques à moins consulter, ce qui a induit "une augmentation de la mortalité des autres pathologies".


S'il souhaite voir exclut un reconfinement général, il envisage les reconfinements localisés comme "notre dernière cartouche", alors que le manque de lits et de personnel pour accueillir les patients est criant. "C'est vraiment un problème de capacité de l'hôpital à absorber cette vague supplémentaire de patients Covid qui représentent 50% de nos malades en réanimation, 30% de nos malades dans nos services de médecine spécialisée". Il réclame des infrastructures et du personnel supplémentaire.

OLIVIER VERAN DEFEND LA PROROGATION DE L'ETAT D'URGENCE


Le projet de loi pour la prorogation de la période d'état d'urgence jusqu'au 16 février est actuellement examiné par l'Assemblée nationale. Ce samedi matin, le ministre de la Santé Olivier Véran a défendu l'utilité de ce texte devant les députés. "Nous avons besoin de ce texte pour être efficace dans la période", a-t-il insisté. Et d'ajouter : Ce n'est "pas un texte de conviction" mais "un texte de responsabilité pour nous permettre de protéger activement les Français dans cette période qui sera longue et difficile".


Alors que la barre symbolique du million de cas a été franchie vendredi et que tous les indicateurs de la propagation du virus s'emballent, le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions", a-t-il pronostiqué.

ETAT D'URGENCE


Le texte, qui divise, pourrait notamment permettre un nouveau confinement de la population.

L'état d'urgence prolongé par les députés, des restrictions possibles jusqu'au printemps

CHANGEMENT D'HEURE


"Est-il 5h... ou 7h du matin ?" En cette période de couvre-feu, l'étourderie peut coûter cher. LCI vous donne quelques moyens mnémotechniques pour ne pas vous tromper.

Changement d'heure et couvre-feu : trois techniques pour ne pas vous faire piéger

LES JEUNES ET LE COVID-19


Les jeunes se protègent moins du Covid-19 ? Faux, répond à l'AFP Jocelyn Raude, enseignant-chercheur à l'Ecole des hautes études en santé publique (Ehesp) et associé à l'enquête "Coviprev" sur le vécu des Français par rapport au virus.


"Ce qu'on voit dans les enquêtes du mois de septembre, c'est que l'immense majorité des Français, quelle que soit leur catégorie d'âge, tendent à respecter les gestes barrières", indique-t-il. "Là où on observe des différences, c'est dans la fréquence des interactions sociales", complète le chercheur. "Les jeunes ont une vie sociale qui s’est davantage maintenue, même si elle n'est pas aussi intense qu'avant, alors que les personnes âgées font encore très attention, pour une raison très simple, c'est qu'elles ont compris qu'elles ont plus de risques de développer des formes graves de la maladie. Ainsi, dans la vague d'enquête de Santé publique France de fin septembre, 66 % des 18-24 ans déclarent éviter souvent ou systématiquement les rassemblements festifs contre 78 % pour l'ensemble de la population."

VERS UN NOUVEAU CONFINEMENT ?


Ce samedi matin, Olivier Mazerolle nous parle de la possibilité d'un reconfinement. 

Couvre-feu : trop peu, trop tard ?

POLOGNE


Le président polonais Andrzej Duda testé positif au coronavirus, fait savoir ce samedi le gouvernement. "Comme prévu, le président Andrzej Duda a subi hier un test concernant la présence du coronavirus. Le test s'est révélé positif. Le président va bien", a tweeté le porte-parole du chef de l’État Blazej Spychalski.


Cette annonce intervient alors que la totalité du  pays vient de passer en "zone rouge", après que 13.632 nouveaux cas ont été recensés en 24 heures vendredi. Les Polonais qui le peuvent sont désormais encouragés à travailler à distance et les écoles primaires sont partiellement fermées, n'accueillant que les trois premières années. Les élèves plus âgés, ceux du secondaire et les étudiants, pratiquent l'enseignement à distance tandis que les personnes de plus de 70 ans sont appelées à rester chez elles. Les restaurants, cafés et bars ne peuvent servir que de la nourriture à emporter. Les piscines et clubs de sport sont fermés. Les rassemblements sont limités à cinq personnes, les mariages interdits, et le nombre de personnes strictement restreint dans les commerces, les transports et les églises. Le stade national de Pologne est en train d'être transformé en hôpital de campagne à Varsovie et le gouvernement fait construire d'autres installations médicales à travers le pays, car la pandémie a poussé le système de santé au bord de l'effondrement.

PLAN DE RELANCE


L'Assemblée nationale doit examiner lundi soir le plan de relance de 100 milliards d'euros pour tenter de rebondir face à la crise du Covid-19 qui a provoqué la "pire récession économique depuis 1945". Le débat intervient alors que les perspectives économiques s'assombrissent encore pour la fin 2020, en raison du couvre-feu étendu. "Au quatrième trimestre, nous aurons probablement un chiffre de croissance négatif", a prévenu vendredi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.


La droite, malgré des "réserves", compte soutenir ce plan. A gauche, PS et communistes prévoient de s'abstenir et LFI pourrait voter contre.


Sur les 100 milliards annoncés pour la période 2020-2022, la mission "plan de relance" au menu lundi vise à débloquer 22 milliards d'euros de crédits en 2021. D'autres investissements figurent ailleurs, comme la revalorisation des carrières hospitalières, intégrée dans le budget de la Sécu, ou la baisse de 10 milliards des impôts de production des entreprises, votée en première partie de ce PLF 2021.


Pour financer cette relance, le gouvernement insiste sur les 40 milliards de l'Union européenne obtenus grâce à l'accord de juillet. Pour le reste, le pays devra encore s'endetter dans la logique du "quoi qu'il en coûte", défendue par Emmanuel Macron  dès le 12 mars.


Avec ce plan, l'Assemblée entame la deuxième partie du projet de loi de finances (PLF 2021) consacrée aux dépenses de l'Etat. Le vote solennel de l'ensemble du budget est prévu le 17 novembre à l'issue de cette première lecture, pour une adoption définitive au Parlement au plus tard le 18 décembre.

AVIATION


Avec la moitié de sa flotte clouée au sol, Air France perd environ 10 millions d'euros par jour. Pour limiter les pertes, elle mise sur d'autres sources de revenus.

VIDÉO - Faute de passagers, Air France se rabat sur le fret de marchandises

VACCINS


Deux essais de vaccins expérimentaux contre le Covid-19 vont pouvoir reprendre aux Etats-Unis après de fausses alertes apparentes. L'un, développé par l'université britannique d'Oxford et le groupe AstraZeneca, a déjà repris aux Etats-Unis, après plus de six semaines d'interruption dans le pays. Et l'autre, mené par Johnson & Johnson, devrait le faire prochainement, après le feu vert du comité indépendant ayant évalué le cas d'une maladie inexpliquée survenue chez un participant en octobre.


Dix vaccins européen, américains, chinois et russe au total sont testés dans le monde dans des essais à grande échelle, incluant des dizaines de milliers de participants à chaque fois, et destinés à vérifier l'efficacité et, de façon tout aussi cruciale, l'innocuité.

COUVRE-FEU ETENDU


38 nouveaux départements, ainsi que la Polynésie, sont désormais concernés par la mesure du couvre-feu ce samedi. Une semaine après les Franciliens et habitants de grandes métropoles, ce sont donc 46 millions de Français qui doivent se plier à cette mesure, qui coure de 21h à 6h du matin, alors que la barre du million de cas a été franchie vendredi.

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

ALLEMAGNE


En Allemagne, Le nombre de décès du coronavirus a dépassé ce samedi les 10.000. Jusqu'ici relativement épargné par la pandémie, le pays est désormais frappé de plein fouet par le rebond épidémique. Au total, ce sont 418.005 personnes qui y ont infectées par le Covid-19, soit 14.714 de plus en moins de 24 heures, un nouveau record quotidien également, même si ce chiffre intègre des cas qui n'avaient pas été enregistrés la veille en raison d'une défaillance technique dans la transmission des données.


Face au rebond épidémique, les autorités allemandes ont durci les mesures contre la pandémie, adoptant notamment des interdictions de rassemblement. Des restrictions locales ont également été décidées, comme à Berlin, où le port du masque a été imposé dans certaines rues fréquentées. Un canton alpin du sud du pays en Bavière, autour de Berchtesgaden, s'est vu imposé un quasi confinement en début de semaine.


La chancelière Angela Merkel avait solennellement demandé samedi dernier à la population de réduire au maximum les relations sociales, appelant à "rester à la maison" autant que possible. "Ce que sera l'hiver, ce que sera notre Noël, sera décidé dans les jours et les semaines à venir", avait-elle averti.

EUROPE DE L'EST


Plusieurs pays d'Europe de l'Est imposent dès ce samedi de nouvelles restrictions dans la foulée du reste du continent. Devant la flambée des contaminations sur son territoire, l'ensemble de la Pologne passe samedi en "zone rouge", une mesure qui ne concernait jusqu'alors que les grandes villes et leurs alentours. Les restaurants et écoles primaires seront partiellement fermés, et les lycéens et étudiants pratiqueront l'enseignement à distance. Les cérémonies de mariage seront interdites et le nombre de personnes strictement restreint dans les commerces, les transports et les églises.


En Slovaquie voisine, un couvre-feu nocturne entre en vigueur samedi, jusqu'au 1er novembre. Et en République tchèque, autre pays limitrophe où le taux de contaminations et de décès est le pire d'Europe sur les deux dernières semaines, un confinement partiel est déjà instauré jusqu'au 3 novembre.


Un confinement partiel s'applique aussi dès samedi en Slovénie, dont le ministre des Affaires étrangères Anze Logar a été testé positif au coronavirus.


Les deux principales villes de Grèce, Athènes et Thessalonique, seront soumises à un couvre-feu nocturne à partir de samedi, et le masque y devient obligatoire à l'intérieur comme à l'extérieur.

SEUIL SYMBOLIQUE


Le cap du million de personnes contaminées par le virus depuis le début de l'épidémie vient d'être franchi ce vendredi alors que beaucoup redoutent une deuxième vague "pire que la première".

Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

REPORTAGE

VIDÉO - Immersion dans un hôpital saturé à Saint-Étienne

DES TRANSFERTS POUR DÉSENGORGER LES HÔPITAUX SOUS TENSION


Le centre hospitalier de Roubaix a décidé de transférer ses premiers patients Covid-19 vers d'autres cliniques. 25 personnes ont ainsi été transférées depuis hier pour désengorger l'établissement qui était au bord de la saturation.

IMMERSION DANS UN HÔPITAL SATURÉ DE SAINT-ÉTIENNE


À Saint-Étienne, on compte 846 cas liés au coronavirus pour 100.000 habitants. Les hôpitaux sont totalement débordés. Des médecins se battent pour continuer à soigner les malades atteints par d'autres maladies que le Covid.

L'ESSAI DE JOHNSON & JOHNSON EN PHASE DE REPRISE


Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a annoncé ce vendredi qu'il se préparait à reprendre l'essai clinique de son vaccin expérimental contre le Covid-19, qui avait été suspendu la semaine dernière en raison d'une maladie inexpliquée chez un volontaire.


Le groupe "se prépare à reprendre le recrutement" de l'essai dit de phase 3, qui doit in fine inclure 60.000 personnes, et avait commencé fin septembre. "Après une évaluation approfondie d'un événement médical grave chez un participant, aucune cause certaine n'a été identifiée", a indiqué le groupe. "La société n'a trouvé aucune preuve que le candidat-vaccin ait causé l'événement".

REPRISE DE L'ESSAI CLINIQUE DU VACCIN ASTRAZENECA


L'essai clinique du vaccin expérimental contre le Covid-19 développé par AstraZeneca avec l'université britannique d'Oxford a repris aux États-Unis, seul pays où il était encore suspendu à la suite de l'apparition d'une maladie chez un participant il y a plus de six semaines, a annoncé le groupe pharmaceutique vendredi.


"L'Agence des médicaments (FDA) a autorisé aujourd'hui la reprise aux États-Unis, suite à la reprise des essais dans les autres pays ces dernières semaines", a annoncé AstraZeneca dans un communiqué. L'essai avait été suspendu mondialement le 6 septembre, mais avait repris au Royaume-Uni et d'autres pays dans les jours et semaines suivants.

BIDEN PROMET UN VACCIN GRATUIT "POUR TOUS" S'IL GAGNE


Le candidat démocrate Joe Biden a promis ce vendredi que le vaccin contre le coronavirus serait "gratuit pour tout le monde" dans le cadre de son plan national de lutte contre la pandémie, s'il était élu à la présidence des États-Unis. "Une fois que nous aurons un vaccin sûr et efficace, il devra être gratuit pour tout le monde, que vous soyez assuré ou pas", a-t-il affirmé, à 11 jours de l'élection présidentielle.


Le président américain Donald Trump, à la traîne dans les sondages, veut également que le futur vaccin contre le virus, qui pourrait être prêt dans les prochaines semaines, soit gratuit.

Infos précédentes

Face à une situation "particulièrement préoccupante" sur le front du Covid-19, Jean Castex est remonté en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en alerte maximale, avec de nouvelles zones sous couvre-feu à la clé. De l'ensemble de l'Île-de-France et huit métropoles, celui-ci concerne désormais 54 départements, ainsi que la Polynésie française, soit 46 millions d'habitants au total. 

Comme dans d'autres pays voisins, les projections sont mauvaises et les courbes s'accélèrent, la France déplorant désormais plus de 34.000 décès depuis le début de la pandémie. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les pays les plus touchés par le Covid-19

Retrouvez ici les dernières informations sur la pandémie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent