Covid-19 : des masques gratuits seront distribués à la rentrée aux lycéens d’Île-de-France

Covid-19 : des masques gratuits seront distribués à la rentrée aux lycéens d’Île-de-France
Santé

CORONAVIRUS - Alors que le port du masque est obligatoire depuis lundi en France dans les lieux publics clos, la présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a annoncé mercredi que des masques lavables seraient distribués aux lycéens et aux associations caritatives.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

La région Ile-de-France va distribuer à la rentrée deux masques lavables à ses 500.000 lycéens et "assurer la gratuité des masques pour toutes les associations caritatives", a annoncé ce mercredi la présidente de la collectivité Valérie Pécresse.

"Ça fait un gros budget pour les familles de devoir acheter des masques tous les jours (...) c'est pour ça que la région Île-de-France va assurer la gratuité des masques pour toutes les associations caritatives qui sont partenaires de la région", a expliqué l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy sur France 2.

"En plus de ça, à la rentrée, nous allons nous occuper des lycéens et nous donnerons deux masques tissus gratuits" et lavables à "chacun" des "500.000 lycéens d'Île-de-France", a-t-elle ajouté.

Retrouvez toutes les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans le live ci-dessous.

Live

"UN DURCISSEMENT ENVISAGE"


Selon des sources gouvernementales, "des mesures de durcissement nationales sont clairement envisagées" et "cela pourrait s’appliquer dans les jours à venir". En outre, "le couvre-feu semble une mesure courte par rapport à l’ampleur de l’épidémie.

"IL FAUT PASSER À L'ÉTAPE SUPÉRIEURE" 


A Paris et dans sa banlieue, comme ailleurs, le nombre de contaminations au coronavirus continue de flamber. "La situation dans les hôpitaux franciliens se tend d’heure en heure", constate au micro de LCI Aurélien Rousseau, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France. 


"Actuellement, il y a 818 patients infectés par le covid-19 en réanimation. Cela représente 70% de nos capacités d'accueil initiales. Nous avons en parallèle près de 3.800 patients dans les services d’hospitalisation conventionnels. La pression est sur tout l’hôpital", alerte-t-il.


Pour le directeur général de l'ARS d'Île-de-France, il faut maintenant trouver le moyen de casser la dynamique de l'épidémie pour éviter d'être débordés dans les jours et les semaines qui viennent. "Les mesures qui ont été prises n'ont pas permis d'endiguer les contaminations. Il faut maintenant passer à l'étape supérieure", soutient-il.

ALLOCUTION


Selon nos informations, Emmanuel Macron s'exprimera ce mercredi à 20h00.

AUVERGNE-RHONE-ALPES


Huit nouveaux patients d'Auvergne-Rhône-Alpes ont été transférés mardi en avion sanitaire, cette fois vers les Pays de la Loire, pour soulager les services de réanimation de la région, particulièrement touchée par l'épidémie de Covid-19.


"Si tout se passe bien", 25 malades auront été transférés vers d'autres régions d'ici mercredi depuis la reprise de ces vols, a indiqué à la presse une porte-parole de l'Agence régionale de santé (ARS) depuis l'aéroport de Bron, près de Lyon. 


Huit patients avaient été acheminés vers des hôpitaux de régions moins touchées vendredi et sept autres lundi. Deux transferts sont prévus mercredi.

7 FRANÇAIS SUR 10 INQUIETS D'UN RECONFINEMENT

Selon notre sondage Harris Interactive/LCI, 7 Français sur 10 se disent inquiets de devoir être reconfinés. En outre, près de 3 personnes interrogées sur 4 approuvent l'instauration d'un couvre-feu dès 19 heures et d'un confinement le week-end au niveau local. Ils sont 54% à approuver le principe d'un confinement strict, tous les jours de la semaine. 78% plébiscitent l'obligation de télétravailler pour les entreprises qui le peuvent. 

Enfin, 9 Français sur 10 se disent inquiets de la propagation actuelle du Covid-19, selon ce sondage réalisé ce mardi 27 octobre. 

MATIGNON


Le Premier ministre confirme sur Twitter que les nouvelles mesures seront présentées jeudi. "Nous devons mobiliser non seulement la représentation nationale mais l'ensemble de notre pays", a poursuivi le chef du gouvernement, qui reçoit mardi soir les chefs de partis et associations d'élus, et ensuite les partenaires sociaux à Matignon.

Info tf1/lci

LES NOUVELLES MESURES DEVANT LE PARLEMENT


Selon les informations de LCI, Jean Castex a annoncé ce mardi aux forces politiques que les mesures décidées par le gouvernement feront 'l'objet d' un débat et d'un vote jeudi a l'assemblée et au Sénat.

SOINS


L'Agence régionale de santé des Hauts-de-France a indiqué mardi avoir demandé aux hôpitaux de la région d’ouvrir 100 nouveaux lits de réanimation, après les 96 armés la semaine passée, pour porter à 700 lits la capacité régionale en début de semaine prochaine. 


Cette mesure a été décidée alors que "le taux d’occupation des lits de réanimation par des patients Covid dans la région était de 45%" lundi, avec 296 malades en réanimation et soins intensifs sur un total de 1.916 hospitalisations, a précisé l'ARS dans un communiqué. 

SOINS


L'Agence régionale de santé des Hauts-de-France a indiqué mardi avoir demandé aux hôpitaux de la région d’ouvrir 100 nouveaux lits de réanimation, après les 96 armés la semaine passée, pour porter à 700 lits la capacité régionale en début de semaine prochaine. 


Cette mesure a été décidée alors que "le taux d’occupation des lits de réanimation par des patients Covid dans la région était de 45%" lundi, avec 296 malades en réanimation et soins intensifs sur un total de 1.916 hospitalisations, a précisé l'ARS dans un communiqué. 

REPORTAGE


L'ARS du Grand Est a annoncé lundi avoir demandé à tous les établissements de santé de déclencher le "plan blanc" pour "faire face au rebond épidémique significatif". Même en zone rurale, les hôpitaux de la région sont débordés.

Même en zone rurale, les hôpitaux du Grand Est arrivent à saturation

RESTAURATION COLLECTIVE


Sodexo dans le rouge. L'entreprise prévoit de supprimer plus de 2.000 emplois en France en raison de la crise.

REPORTAGE


À deux mois de Noël, les commerçants sont inquiets en Haute-Vienne : leur chiffre d'affaires va-t-il à nouveau souffrir à cause des restrictions sanitaires ?

Davantage d'achats en ligne pour Noël, la grande crainte des petits commerçants

UNIVERSITE


Face à l'aggravation de l'épidémie de Covid-19, la conférence des présidents d'université (CPU) a proposé mardi de suspendre les cours en "amphi" et de renforcer l'enseignement à distance, mais jugé qu'une fermeture des établissements ferait courir un risque de "décrochage" massif.


Dans un communiqué, la CPU a convenu que "de nouvelles mesures s'imposent" pour enrayer la deuxième vague de Covid-19, mais mis en garde contre le risque "humain" et "pédagogique" d'une éventuelle interdiction totale d'accès des campus du pays aux étudiants.

FOOTBALL


Le président de la Fifa Gianni Infantino a appris mardi qu'il était positif au Covid-19 et s'est aussitôt isolé, a annoncé l'instance du football mondial, en pleine résurgence de la pandémie.


L'Italo-Suisse de 50 ans "présente des symptômes légers" et restera en auto-isolement "pour au moins dix jours", précise la Fifa dans un communiqué.

TRANSPORT AERIEN


L'organisation d'aéroports ACI Europe a mis en garde mardi contre le risque d'insolvabilité de certains aéroports régionaux européens dans les prochains mois, voire de fermetures si le nombre de passagers continue à baisser d'ici à la fin de l'année. 


Airports council international (ACI) estime que "193 aéroports seront confrontés à une insolvabilité dans les prochains mois si le trafic passagers ne reprend pas d'ici la fin de l'année. Il s'agit principalement d'aéroports régionaux" qui n'assurent que des vols intérieurs, selon l'organisation.

RUSSIE


La Russie a soumis à l'Organisation mondiale de la santé une demande de préqualification de son premier vaccin contre le nouveau coronavirus, Spoutnik V, a annoncé mardi le fonds souverain russe.


Impliqué dans le développement de ce vaccin, le fonds souverain a indiqué dans un communiqué avoir soumis une demande "pour un enregistrement accéléré et une pré-qualification" de Spoutnik V à l'OMS.


La Russie "est l'un des premiers pays au monde à demander à l'OMS la préqualification de son vaccin contre le nouveau coronavirus", affirment ainsi les autorités. "Dans le contexte de la pandémie, l'enregistrement accéléré du vaccin selon la procédure (de l'OMS) rendra le vaccin russe accessible à tous dans un délai plus court par rapport aux procédures conventionnelles", ajoute ce communiqué.

L'OPPOSITION N'A "AUCUNE IDEE"


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a considéré mardi que l'opposition, notamment de LR, n'avait "aucune idée", alors qu'il était interrogé par un député LR à l'Assemblée nationale quant à la gestion de la crise sanitaire.


"Vous feignez d'ignorer la situation que connaît le monde", a répondu M. Attal lors des questions au gouvernement, en accusant le parlementaire, Julien Ravier, et plus généralement l'opposition de droite, d'être "irresponsable" et "dans l'incapacité la plus absolue de proposer des mesures alternatives".


"Vous n'avez aucune idée: si vous étiez aux affaires qu'est-ce que ce serait? Vous ne feriez rien, vous seriez en train de regarder la situation se dérouler; nous, nous prenons nos responsabilités", a encore fustigé le porte-parole du gouvernement.

Info tf1/lci

"UN DURCISSEMENT ENVISAGE"


Selon des sources gouvernementales, "des mesures de durcissement nationales sont clairement envisagées" et "cela pourrait s’appliquer dans les jours à venir". En outre, "le couvre-feu semble une mesure courte par rapport à l’ampleur de l’épidémie.

RESTRICTIONS


Reconfinement, couvre-feu avancé... voici les différents scénarios sur la table du gouvernement.

DEPISTAGE DANS LE GRAND-EST

L'ARS Grand-Est indique dans un communiqué que 45.000 lots de tests antigéniques sont en cours de livraison dans 620 Ehpad de la région. L’enjeu est de "tester tous les professionnels exerçant au contact des personnes âgées, avant leur reprise de fonction", explique l'autorité sanitaire. Les résultats des tests antigéniques ont l'avantage d'être plus rapides que les tests PCR, soit 15 à 20 minutes, "avec une très bonne fiabilité". 

DANS LA MANCHE, UNE VOITURE DE TÉLÉMÉDECINE 


Pour aller au plus près des habitants des zones reculées, une "unité mobile de télémédecine" est déployée dans la Manche depuis quelques jours. Cette innovation doit notamment permettre de soulager les services d'urgence dans les hôpitaux, en particulier dans le contexte actuel de reprise épidémique.

AIDES EUROPÉENNES CONTRE LE CHÔMAGE


La Commission européenne a annoncé ce mardi avoir versé 17 milliards d'euros de prêts à trois pays - Italie, Espagne, Pologne - pour les aider face à l'augmentation du chômage liée à la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19). Il s'agit des premiers versements effectués dans le cadre du programme temporaire "Sure" qui a pour vocation de soutenir des mesures de chômage partiel en réponse à la crise sanitaire.


Ce plan de soutien, dont le montant global a été plafonné à 100 milliards d'euros, consiste en des prêts garantis à des conditions avantageuses. L'argent est emprunté par la Commission sur les marchés financiers, en profitant des faibles taux d'intérêt dont elle bénéficie, puis prêté à des Etats membres dans le besoin. Au total, l'Italie doit recevoir 27,4 milliards d'euros, l'Espagne 21,3 milliards et la Pologne 11,2 milliards. 

5 NUANCES DE (RE)CONFINEMENT


Un Conseil de Défense consacré à la crise sanitaire s'est réuni mardi matin à l'Elysée afin d'évoquer un possible reconfinement local ou partiel, l'hypothèse calquée sur le modèle du printemps dernier ayant été exclue par l'Elysée, selon nos informations. En attendant les prochaines annonces, LCI fait le point sur les autres options expérimentées ou suggérées à l'étranger.

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

L'EXÉCUTIF POINTÉ DU DOIGT PAR L'OPPOSITION


Avant d’être reçue par le Premier ministre Jean Castex ce mardi en fin de journée, l’opposition critique le manque d’anticipation du gouvernement et sa mauvaise gestion de la crise sanitaire. Sans pour autant formuler de réelles propositions pour lutter contre l’épidémie.

Covid-19 : l’opposition réclame des mesures... mais se garde de faire de vraies propositions

POLÉMIQUE : NICOLAS BEDOS S'EXPLIQUE


Invité de l'émission Quotidien sur TMC, le comédien Nicolas Bedos est revenu lundi soir sur la polémique née de sa tribune publiée dans le magazine Le Point appelant les Français à ne pas respecter les gestes barrières. Le réalisateur a défendu sa liberté d’artiste et "un cri du cœur" dans une période personnelle difficile.

"Un texte de chagrin, un texte de colère" : Nicolas Bedos défend sa tribune anti-masques

DANS LA RÉGION GRAND EST


La préfète du Bas-Rhin, en Alsace, a annoncé ce lundi des horaires plus stricts pour les restaurants afin de limiter la propagation du virus et "d'éviter les abus." Les établissements ne pourront désormais accueillir des clients que de 11h à 15h et de 18h à 20h30.

Covid-19 : face aux abus, le Bas-Rhin limite l'ouverture des restaurants

TESTS ANTIGÉNIQUES EN EHPAD


Tous les Ehpad du territoire vont recevoir "d'ici la fin de la semaine ou le début de la semaine prochaine" des tests antigéniques qui réduisent les délais de dépistage du coronavirus, a promis ce mardi la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, en marge d'un déplacement dans une maison de retraite médicalisée à Bobigny, en région parisienne. Censé

 

Pour rappel, les tests antigéniques permettent d'obtenir un résultat en 15 à 30 minutes contre plusieurs jours pour les tests PCR. Autorisés début octobre par la Haute autorité de santé, ils ont déjà été utilisés à titre expérimental ces dernières semaines pour une campagne de dépistage auprès du personnel de 80 Ehpad d'Île-de-France ou dans la région Grand Est.

LES CHIFFRES DE LA PANDEMIE DANS LE MONDE


La pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) a fait au moins 1.160.768 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon le dernier bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Au total, plus de 43.516.870 cas d'infection au Covid-19 ont été officiellement diagnostiqués. Les États-Unis sont le pays le plus touché de la planète tant en nombre de morts que de cas, avec 225.739 décès, suivi par le Brésil avec 157.397 morts, l'Inde avec 119.502 morts, le Mexique avec 89.171 morts, et le Royaume-Uni avec 44.998 morts.

"IL N'Y A PAS BESOIN DE FAIRE DU STOCK"


Même s'il y a quelques produits pour lesquels il y a eu une forte demande, "les distributeurs se sont préparés à toutes les éventualités puisque différents scénarios sont sur la table", a affirmé à l'AFP ce mardi le patron de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), Jacques Creyssel. 


"Il n'y a pas besoin de faire du stock", a-t-il insisté. Quelles que soient les "décisions difficiles" que prendra le gouvernement, le patron de la FCD assure qu'on y "trouvera tout ce qu'il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent", à condition toutefois que "tout le monde reste raisonnable dans ses achats".

CHUTE HISTORIQUE DU TOURISME DANS LE MONDE


Les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 70% dans le monde sur les huit premiers mois de 2020 par rapport à l'année précédente, sous l'effet de la pandémie de Covid-19, a annoncé ce mardi l'Organisation mondiale du tourisme (ONU). Les mois d'été, habituellement haute saison touristique dans l'hémisphère nord, ont été catastrophiques: -81% de touristes en juillet sur un an, et -79% en août, précise cette agence des Nations Unies basée à Madrid.


Cette chute représente 700 millions d'arrivées de touristes en moins, et une perte de 730 milliards de dollars pour le secteur touristique mondial, "soit plus de huit fois la perte enregistrée après la crise financière mondiale de 2009", précise l'OMT dans son communiqué. L'Asie-Pacifique, atteinte en premier par la pandémie, est la plus durement frappée (-79%), suivie par l'Afrique et le Moyen-Orient (-69%), l'Europe (-68%) et le continent américain (-65%).

"IL FAUT PASSER À L'ÉTAPE SUPÉRIEURE" 


A Paris et dans sa banlieue, comme ailleurs, le nombre de contaminations au coronavirus continue de flamber. "La situation dans les hôpitaux franciliens se tend d’heure en heure", constate au micro de LCI Aurélien Rousseau, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France. 


"Actuellement, il y a 818 patients infectés par le covid-19 en réanimation. Cela représente 70% de nos capacités d'accueil initiales. Nous avons en parallèle près de 3.800 patients dans les services d’hospitalisation conventionnels. La pression est sur tout l’hôpital", alerte-t-il.


Pour le directeur général de l'ARS d'Île-de-France, il faut maintenant trouver le moyen de casser la dynamique de l'épidémie pour éviter d'être débordés dans les jours et les semaines qui viennent. "Les mesures qui ont été prises n'ont pas permis d'endiguer les contaminations. Il faut maintenant passer à l'étape supérieure", soutient-il.

POLÉMIQUE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE


Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a rappelé ce mardi l'obligation de port du masque en séance et en commission couvrant la "bouche et le nez". La députée du Bas-Rhin et ex-LaREM Martine Wonner (Libertés et Territoires), arborant une demi-visière transparente, avait fait polémique samedi en demandant dans l'hémicycle la différence entre l'épidémie de Covid-19 et une "énorme grippe". Plusieurs députés avaient aussi critiqué la demi-visière transparente portée par l'élue du Bas-Rhin.

ÉTUDE : L'IMMUNITÉ "DIMIMUE RAPIDEMENT"


Mauvaise nouvelle. Selon une étude britannique publiée ce mardi, l'immunité acquise par les personnes guéries du nouveau coronavirus ne pourrait durer que quelques mois. Du 20 juin au 28 septembre, l'Imperial College de Londres et l'institut Ipsos Mori ont suivi 350.000 personnes choisies au hasard en Angleterre, qui se sont testées régulièrement chez elles pour voir si elles disposaient d'anticorps au Covid-19. 


Les conclusions de l'étude montrent que "les personnes qui n'ont pas présenté de symptômes liés au Covid-19 sont susceptibles de perdre plus rapidement leurs anticorps détectables que celles qui ont présenté des symptômes". La proportion d'anticorps chez les personnes testées positives au virus a diminué de 22,3% au cours des trois mois, quand cette diminution a atteint 64% chez celles qui n'avaient pas déclaré avoir été atteintes par le Covid-19.


La virologue Wendy Barclay de l'Imperial College de Londres a expliqué que "ce nouveau coronavirus semble se comporter de manière assez similaire aux coronavirus saisonniers qui existent chez l'homme depuis des décennies, voire des centaines de milliers d'années". On peut être "réinfecté tous les ans, ou tous les deux ans" par ces coronavirus saisonniers en raison d'une baisse d'immunité, a-t-elle détaillé auprès du magazine britannique Times.

NOUVEAU TOUR DE VIS EN RUSSIE


Les autorités russes ont annoncé mardi un renforcement des restrictions liées au coronavirus. Selon un document publié par l'autorité sanitaire russe Rospotrebnadzor, les Russes devront désormais porter un masque "dans les endroits bondés, les transports publics, les taxis, les parkings et les ascenseurs". Il est également recommandé qu'entre 23H et 06H du matin, les événements publics soient interdits et les lieux de restauration fermés.


Ces nouvelles mesures, qui entreront en vigueur dès mercredi prochain, interviennent alors que la Russie connaît, comme d'autres pays dans le monde, une forte hausse des nouveaux cas d'infection quotidiens au Covid-19. Mardi, les autorités ont rapporté la mort de 320 personnes atteintes par la maladie ces dernières 24 heures, un record. Le nombre de nouvelles infections s'établit lui à 16.550. 

LA CROISSANCE STOPPÉE PAR LE VIRUS


Le couvre-feu instauré le 17 octobre dernier par les autorités afin d'endiguer la flambée de coronavirus a mis à l'arrêt de nombreux secteurs d’activité, en particulier dans l'hôtellerie-restauration, l'évènementiel ou encore la culture.   


Conséquence directe, le produit intérieur brut (PIB) français va de nouveau baisser au dernier trimestre 2020, comme l'a annoncé lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. 


Malgré un rebond autour de 16% au troisième trimestre, l'exécutif anticipe une récession de 10% sur l'ensemble de l'année 2020.

DEUXIÈME VAGUE : VA-T-ELLE ÊTRE PIRE QUE LA PREMIÈRE ?


A Grenoble, dans l’Isère, la deuxième vague s’annonce d’ores et déjà plus forte que la première, si l’on compare la courbe des hospitalisations. Le 26 octobre, 521 patients ont dû être pris en charge suite à une infection au Covid-19. Le 13 avril dernier, au moment du pic de l'épidémie lors de la première vague, 255 patients étaient hospitalisés, soit deux fois moins.  

L'AVANCEMENT DU COUVRE-FEU A 19H, UNE SOLUTION ?


Invité de la matinale de LCI, le député (LaREM) Damien Adam réclame l'instauration d'un couvre-feu dès 19 heures pour contrer la flambée de coronavirus. "Le couvre-feu à 21h était pertinent mais comme le virus circule activement (...) il faut qu’on accélère", estime-t-il. "Quand on sort du travail, entre 18h et 21h, on a le temps de faire des choses. Les Français n'ont pas intégré qu'il faut que nous limitions au strict minimum nos contacts et que notre bulle sociale soit la plus petite possible", souligne le député de la majorité.

RECONFINEMENT : LES RÉACTION POLITIQUES


Le chef de file des députés Les Républicains (LR) Damien Abad a appelé ce mardi le gouvernement à "éviter un confinement généralisé du pays qui mettrait toute l'économie par terre". "La vérité c'est qu'il n'y a pas de bonne solution, il y a le choix entre le tsunami hospitalier ou l'effondrement économique et social", a averti le député dans un entretien accordé à France-info.


"Un nouveau confinement ne doit être que l'ultime recours, parce qu'il aura des conséquences cataclysmiques sur la vie économique", a également prévenu sur Cnews le vice-président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella.


"Si des mesures supplémentaires sont nécessaires, il faut le faire, à la fois pour protéger nos concitoyens et pour protéger les soignants de cette vague qui monte", a expliqué de son côté sur France 2 le président (PS) du département de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel en appelant le gouvernement à "dire la vérité aux Français".


"Ce qu'il faut, c'est agir maintenant pour freiner cette propagation particulièrement inquiétante", a également réagi sur Public Sénat l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls qui attend "avec impatience et inquiétude les mesures qui seront annoncées".

NON RESPECT DU COUVRE-FEU : 14.620 PV 


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué sur France Inter que "le couvre-feu est très bien respecté" dans tout le pays. "Il n'y a eu que 14.000 PV dressés, 14.620 exactement", pour non-respect du couvre-feu depuis le 17 octobre, a-t-il précisé.


Par ailleurs, quelque 20.000 établissements recevant du public ont également été contrôlés depuis cette date, a précisé son entourage à l'AFP. Ce qui a donné lieu à "438 mesures administratives (mises en demeures, etc.)" dont "11 fermetures".

RECONFINEMENT : LES PATRONS INQUIETS


La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a mis en garde ce mardi contre le risque d'un "effondrement de l'économie française" en cas de "reconfinement total ou partiel" pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19.


Dans un communiqué, l'organisation patronale affirme que "les entreprises sont aujourd'hui beaucoup plus fragiles qu'au mois de mars et beaucoup d'entre elles, notamment les plus petites, seraient dans l'incapacité d'assumer un endettement supplémentaire".


Plus de 123 milliards d'euros de prêts garantis par l'Etat (PGE), qui sont venus soutenir leur trésorerie face à l'arrêt partiel de l'activité durant les huit semaines de confinement, avaient ainsi été accordés le 16 octobre à près de 600.000 entreprises, dont 89% aux plus petites d'entre elles (TPE).

GÉRALD DARMANIN


"Il faut s'attendre à des décisions difficiles" pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, a déclaré ce mardi sur France Inter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, avant l'ouverture du Conseil de Défense consacré à la gestion de la crise sanitaire. "Je ne sais pas quelles seront exactement" ces décisions, a ajouté le ministre, alors que la France va vers un durcissement des mesures "comme tous nos voisins" européens, a-t-il souligné. 

En direct

DERNIERS ARBITRAGES À L'ÉLYSÉE


Le président Emmanuel Macron réunit ce mardi matin puis mercredi matin deux Conseils de Défense consacrés à la deuxième vague de l'épidémie. Son Premier ministre Jean Castex recevra mardi en fin de journée les responsables politiques puis les partenaires sociaux à Matignon.  A l'issue de ces consultations, les décisions seront prises demain matin à l'occasion du second Conseil de Défense. Le président de la République pourrait lui prendre la parole dès mercredi soir. Pour l'heure, rien n'est tranché.


Selon nos informations, plusieurs hypothèses sont sur la table pour tenter de contrer la flambée de coronavirus dans le pays. Celle d’un reconfinement total, comme en mars dernier, demeure la moins probable. Elle est même à exclure, si l’on en croit certains proches du président de la République. Dans son entourage, on souhaiterait en effet que les écoles restent ouvertes. Autre scénario envisagé, un confinement local, par ville ou par région. Enfin, dernière piste évoquée, l’avancement de l’heure du couvre-feu : dès 18 heures, 19 heures ou 20 heures ? 

"A CE STADE, ON NE PEUT RIEN EXCLURE"


"La situation est grave, elle va nous amener rapidement à prendre de nouvelles mesures", a déclaré ce mardi la ministre du Travail Elisabeth Borne, invitée de la matinale de France info. "A ce stade, on ne peut rien exclure", a-t-elle ajouté, alors qu'un Conseil de Défense consacré à la gestion de la crise sanitaire va se réunir ce mardi matin afin de prendre de nouvelles décisions pour contrer la flambée de coronavirus dans le pays.

LE MONDE DU SPORT DANS LA TOURMENTE


"Nous devons vivre avec le virus tant qu'il n'aura pas été vaincu mais nous ne voulons pas disparaître avant lui" : dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et 95 fédérations sportives tirent la sonnette d’alarme, déplorant ne pas compter parmi les "priorités" dans la gestion de crise du coronavirus, et dénonçant "une stigmatisation aussi violente qu'infondée".

Covid-19 : s'estimant "tué à petit feu", le monde du sport crie sa détresse

TRIBUNE


Dans une tribune, deux épidémiologistes lillois prônent la mise en place d'un "confinement éco-compatible", une stratégie à mi-chemin entre le tout-sanitaire et le tout-économique qui pourrait bien mettre tout le monde d'accord. On vous explique leur idée.

Quel est donc ce "confinement éco-compatible" que réclament deux médecins Lillois ?

LA COLERE GRONDE EN ITALIE


Des milliers de personnes ont manifesté lundi soir dans plusieurs villes du pays alors qu'une nouvelle vague de restrictions se profile avec la fermeture des restaurants et des bars à partir de 18 heures et de tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois. 


Des incidents violents se sont notamment produits à Milan et Turin, les deux grandes villes du nord du pays, où la police anti-émeute a été déployée et a riposté à coups de tirs de lacrymogènes. Des tramways ont été vandalisés, des poubelles incendiées, des deux-roues renversés et quelques vitrines caillassées, selon les images diffusées en direct par des médias italiens. 


Le Premier ministre Giuseppe Conte doit présenter ce mardi des mesures de soutien aux secteurs d'activité et professions les plus touchés par les mesures de restriction.

CONSEIL DE DÉFENSE CE MARDI


Alors que le nombre de patients en réanimation continue à grimper, augmentant la pression sur les hôpitaux, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de convoquer un Conseil de Défense ce mardi matin afin de prendre de nouvelles décisions pour contrer la flambée de coronavirus dans le pays. 


Le premier ministre Jean Castex va quant à lui réunir ce mardi les chefs des principaux partis et les partenaires sociaux pour évoquer avec eux la crise sanitaire en France. Un second Conseil de Défense aura lieu mercredi pour établir la nouvelle stratégie pour contre la circulation du virus. De nouvelles annonces pourraient avoir lieu d'ici 48 heures.

AUSTRALIE


Pour la deuxième journée consécutive, et alors qu’elle s’apprête à mettre fin à trois mois de confinement, Melbourne n'a enregistré mardi aucun nouveau cas de coronavirus. Il s'agit de la première fois depuis début mars qu'aucun nouveau cas n'est confirmé en 48 heures dans cette ville de 5 millions d'habitants, la deuxième plus grande ville d’Australie, frappée cet été par une deuxième vague épidémique.


A partir de minuit, dans la nuit de mardi à mercredi, les habitants pourront à nouveau se rendre chez d'autres personnes, dans un rayon de 25 kilomètres autour de chez eux, a annoncé mardi le Premier ministre de l'Etat Daniel Andrews. Les restaurants, salons de beauté et commerces pourront de nouveau accueillir des clients mais les salles de gym devront attendre le 8 novembre pour pouvoir rouvrir. C'est également à cette date que les habitants pourront se déplacer au-delà de 25 kilomètres au sein de l'Etat de Victoria, dont Melbourne est la capitale.

ANTICORPS


Les personnes asymptomatiques sont plus susceptibles de perdre rapidement leurs anticorps que celles ayant montré des symptômes du nouveau coronavirus, selon une étude britannique de l'Imperial College London et d'Ipsos Mori. Du 20 juin au 28 septembre, les deux organismes ont suivi 350.000 personnes choisies au hasard en Angleterre, qui se sont auto-testées régulièrement à la maison pour voir si elles disposaient d'anticorps au Covid-19. 


"Au cours de cette période, la proportion de personnes testées positives pour les anticorps du Covid-19 a diminué de 26,5 %", passant de 6% à 4,4% de la population testée, explique un communiqué, "ce qui suggère une réduction des anticorps dans les semaines ou les mois suivant l'infection". "Les résultats suggèrent aussi que les personnes qui n'ont pas montré de symptômes liés au Covid-19 sont susceptibles de perdre plus rapidement leurs anticorps détectables que celles qui ont présenté des symptômes", ajoute l'étude. La proportion d'anticorps chez les personnes testées positives au virus a en effet diminué de 22,3% au cours des trois mois, quand cette diminution a atteint 64% chez celles qui n'avaient pas déclaré avoir été touchées par le Covid-19. 


L'étude souligne aussi que, si toutes les classes d'âge sont concernées par cette diminution, les personnes âgées sont plus touchées : entre juin et septembre, la proportion de personnes de plus de 75 ans disposant d'anticorps a diminué de 39%, quand elle n'a diminué que de 14,9% pour les 18-24 ans.

POLLUTION   

      

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.


L'étude parue dans la revue spécialisée Cardiovascular Research s'attache à évaluer dans quelle proportion cette pollution, déjà à l'origine de décès prématurés, pourrait également influer sur la mortalité Covid. Cette proportion serait d'environ 19% en Europe, de 17% en Amérique du Nord, d'environ 27% en Asie de l'Est, selon les estimations du professeur Jos Lelievel de l'Institut Max Planck de chimie à Mayence (Allemagne) et de ses collègues.   


Dans le détail, l'exposition à long terme à la pollution de l'air aurait ainsi contribué à 29% des décès dus au Covid en République tchèque, 27% en Chine, 26% en Allemagne, 22% en Suisse, 21% en Belgique, 19% aux Pays-Bas, 18% en France, 15% en Italie, 14% au Royaume-Uni, 12% au Brésil, 11% au Portugal, 9% en Espagne, 6% en Israël, 3% en Australie et seulement 1% en Nouvelle-Zélande.


Les auteurs n'établissent pas de relation de cause à effet direct entre cette pollution et la mortalité Covid. Mais selon eux, les particules polluantes semblent augmenter l'activité d'un récepteur, appelé ACE-2, situé à la surface des cellules, impliqué dans la manière dont le Covid-19 infecte les patients. "Nous avons donc un +coup double+: la pollution de l'air endommage les poumons et augmente l'activité de l'ACE-2, ce qui conduit à une meilleure absorption du virus", selon le Pr Thomas Munzel (Université Johannes Gutenberg, Mayence), co-signataire de l'étude.

RELANCE


L'Assemblée nationale a voté en première lecture dans la nuit de lundi à mardi les milliards d'euros du plan de relance, censés permettre à la France de rebondir face à la récession économique.


Le texte a été adopté à main levée avec le soutien de la droite LR, avant son examen au Sénat. Cette "mission" budgétaire dédiée au "plan de relance" débloque 22 milliards d'euros de crédits en 2021, sur les 100 milliards annoncés par le gouvernement de 2020 à 2022.

QUEBEC


Le Premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé lundi un prolongement des mesures restrictives dans les zones en "alerte rouge", dont les régions de Montréal et Québec, pour quatre semaines supplémentaires afin de réduire la propagation du coronavirus qui ne faiblit pas dans la province.


Depuis le 1er octobre, les Québécois ont été appelés à ne pas recevoir d'invités à leur domicile. Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques notamment devaient être fermés jusqu'au 28 octobre dans plusieurs régions, passées au seuil d'alerte rouge. Les Québécois doivent "s'en tenir à aller au travail et à aller à l'école", a-t-il dit.


 Le Québec est la province canadienne la plus touchée par l'épidémie avec plus de 100.000 cas et de 6.150 morts (pour 217.000 cas et environ 10.000 morts au niveau fédéral).

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent