Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

CORONAVIRUS - Alors que les Etats comptent sur l'accélération des campagnes de vaccination pour contrer l'avancée des variants et éviter de nouveaux confinement, AstraZeneca a fait part de nouvelles difficultés de production.

Le géant pharmaceutique AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l'Union européenne. Le fabricant a indiqué mardi soir qu'il devrait avoir recours à des sites étrangers pour tenir ses promesses de livraison à l'Union européenne au deuxième semestre.

AstraZeneca "travaille à augmenter la productivité dans sa chaîne logistique dans l'UE", et va utiliser "sa capacité mondiale afin d'assurer la livraison de 180 millions de doses à l'UE au second semestre", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe britannico-suédois. "Environ la moitié du volume attendu doit provenir de la chaîne logistique dans l'UE", et le reste proviendra du réseau international de la firme, a précisé le porte-parole.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Cette annonce intervient après une controverse sur les livraisons du vaccin AstraZeneca-Oxford à l'Union européenne au premier trimestre 2021, qui a provoqué des tensions entre l'UE et le groupe pharmaceutique.

AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est voulue malgré tout optimiste dans une interview au quotidien régional allemand Augsburger Allgemeine. "Les fabricants de vaccins sont nos partenaires dans cette pandémie" et, si de nouvelles questions sont toujours à l'ordre du jour, "nous (les) résolvons généralement à l'amiable", a-t-elle déclaré.

Lire aussi

Elle s'est aussi dite convaincue que, malgré les difficultés des dernières semaines, la situation liée à la pandémie allait "s'améliorer sensiblement" en raison du nombre croissant de livraisons de vaccins.

Le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone", a assuré la semaine dernière le Pr Alain Fischer, le "monsieur vaccin" nommé par le gouvernement français, alors que ce vaccin a récemment provoqué des réactions parfois fortes chez les patients jeunes.

Retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans le fil ci-dessus.

Live

CASTEX PROMET DE "METTRE LE PAQUET" SUR LA VACCINATION


Le Premier ministre Jean Castex a promis samedi que le gouvernement allait "mettre le paquet sur la vaccination". "On a un mois, un mois et demi, deux mois très sensibles" en raison des variants du Covid-19, a affirmé le chef de l'exécutif à un restaurateur en marge de la visite d'une exploitation agricole à Saint-Eloi, dans la Creuse.


Or, "ce variant risque de nous reconduire, je n'en sais rien, peut-être à reconfiner". "Donc il faut mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement veut mettre le turbo dès ce week-end grâce à des centaines de milliers de doses du vaccin AstraZeneca restées dans les placards.

CASTEX DÉBLOQUE 60 MILLIONS D'EUROS D'AIDES D'URGENCE AUX ÉLEVEURS


Le Premier ministre Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer. "Pour tous les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020 et qui ont subi des pertes importantes, ce qui représente 18.000 exploitations, (...) nous allons mettre en place un dispositif exceptionnel de soutien financier qui permettra de couvrir jusqu'à 80% des pertes d'exploitation", a affirmé le chef de l'exécutif en conclusion d'une table-ronde dans la Creuse avec les représentants de cette filière agricole.


"Cela signifie une enveloppe de 60 millions (d'euros) qui va s'ajouter à l'enveloppe prévue dans le plan de relance (...) de 50 millions pour la restructuration de la filière, actions que je veux lier", a-t-il ajouté. Dans le plan de relance présenté début septembre, le gouvernement prévoit un total de 1,2 milliard pour le secteur de l'agriculture et de l'alimentation.

NICE VACCINE SES QUINQUAGÉNAIRES SANS COMORBIDITÉS


À Nice, les personnes de 50 à 74 ans, ne présentant pas de comorbidités et ayant pris un rendez-vous, peuvent se faire vacciner avec l'AstraZeneca. La métropole a obtenu une forme de "tolérance" de la part de l'ARS, afin "d'écouler les doses AstraZeneca" en stock. 

LA FINLANDE REPOUSSE SES ÉLECTIONS MUNICIPALES


La Finlande, qui a activé cette semaine l'état d'urgence après un durcissement des restrictions pour combattre la reprise de l'épidémie de Covid-19, va repousser d'avril à juin les élections municipales, a annoncé samedi le gouvernement.


"Huit des neuf partis soutiennent un report des municipales à cause de l'aggravation de l'épidémie de coronavirus. Les élections auront lieu le 13/6/2021", a écrit sur Twitter la ministre de la Justice Anna-Maja Henriksson. Seule la formation d'extrême-droite, les Vrais Finlandais, était opposée au report du scrutin, qui devait initialement avoir lieu le 18 avril.

BILAN MONDIAL


La pandémie a fait au moins 2.581.034 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, samedi à 12h. Plus de 116.031.470 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.


Les États-Unis sont le pays le plus lourdement endeuillé avec 522.879 décès. Ils sont suivis par le Brésil (262.770), le Mexique (189.578), l'Inde (157.656) et le Royaume-Uni (124.261).

LA BONNE MÈRE DE MARSEILLE EN QUÊTE DE DONS


La "Bonne Mère", célèbre basilique qui surplombe Marseille habituellement prisée des visiteurs du monde entier, a vu sa fréquentation divisée par deux en raison de la crise du Covid-19 et lance un appel aux dons pour continuer à fonctionner correctement.


"Durant le confinement, nous avons été fermés et les pèlerins qui viennent du monde entier n'ont pas pu venir prier. C'était également le cas pour les touristes, dont de nombreux croisiéristes. Il y a eu un petit regain cet été, mais depuis novembre tout est retombé", constate samedi auprès de l'AFP le père Olivier Spinoza, recteur de la basilique Notre-Dame de la Garde.


Le site qui avait reçu 2,2 millions de visiteurs en 2019, selon l'office du tourisme, aurait vu sa fréquentation baisser de plus de la moitié depuis le début de la crise sanitaire, selon le prêtre.  

UNE FÊTE CLANDESTINE STOPPÉE DANS LE CALVADOS


Les gendarmes du Calvados sont intervenus vendredi soir pour mettre fin à une fête clandestine à laquelle participaient une centaine de personnes à Ernes. Elle "est intervenue à Ernes pour mettre fin à une fête clandestine. L'organisateur a été interpellé et les participants verbalisés. Une procédure judiciaire est en cours. Face à la covid-19, l'heure n'est pas au relâchement", a indiqué le préfet du département sur Twitter.

L'ÉTAT "NE DÉBRANCHERA PAS LES AIDES" POUR LES RESTAURATEURS


Le Premier ministre Jean Castex a annoncé que le gouvernement "ne débranchera pas tout de suite" les aides au secteur de la restauration lorsqu'il pourra rouvrir. Concernant une réouverture, à un horizon encore indéterminé, il faut qu'"on soit prêt le jour où on peut appuyer sur le bouton", a-t-il souligné.


À cet égard, "on ne pourra pas débrancher tout de suite le dispositif" d'aides, a indiqué le chef de l'exécutif, qui prévoit aussi des "actions symboliques" pour soutenir le secteur, comme la mise en valeur de la gastronomie au deuxième semestre 2021. "Il faut que l'accompagnement de l'Etat soit à la hauteur de cette saignée que vous avez subie", a-t-il insisté  à propos du secteur "le plus lourdement et le plus longuement impacté par la crise".

CASTEX PROMET DE "METTRE LE PAQUET" SUR LA VACCINATION


Le Premier ministre Jean Castex a promis samedi que le gouvernement allait "mettre le paquet sur la vaccination". "On a un mois, un mois et demi, deux mois très sensibles" en raison des variants du Covid-19, a affirmé le chef de l'exécutif à un restaurateur en marge de la visite d'une exploitation agricole à Saint-Eloi, dans la Creuse.


Or, "ce variant risque de nous reconduire, je n'en sais rien, peut-être à reconfiner". "Donc il faut mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement veut mettre le turbo dès ce week-end grâce à des centaines de milliers de doses du vaccin AstraZeneca restées dans les placards.

LE RAPPEL À L'ORDRE DU PREFET LALLEMENT


Le préfet de police de Paris Didier Lallement a insisté samedi sur la nécessité de ne pas se regrouper. Il a prévenu que s'il devait constater lors de manifestations que les organisateurs ne parvenaient pas à faire respecter le port du masque et à fournir le gel hydroalcoolique, il "ferait cesser immédiatement ces manifestations".


Il a interdit dans plusieurs quartiers de la capitale dont les quais de Seine la consommation d'alcool à partir de 11h, pour éviter les regroupements, comme cela avait été constaté le week-end dernier, qui était particulièrement ensoleillé.

WEEK-END DE "VACCINATION DE MASSE" À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE


Une opération de "vaccination de masse" est lancée ce week-end à Paris et en Île-de-France, car "le temps presse" dans la course contre la propagation de la pandémie de Covid, a expliqué samedi le préfet de police de Paris Didier Lallement. "Cette opération, montée dans l'urgence, est une part de la réponse" à la lutte contre la pandémie, a-t-il expliqué, en espérant que "50.000 personnes de plus" seront vaccinées dimanche soir.

   

Dans une caserne de sapeurs-pompiers transformée en centre de vaccination, il a précisé que "12.000 doses" de vaccins avaient été fournies "sur Paris par l'Etat". Il faut vacciner "en masse, car le temps presse", a commenté le préfet.


Le préfet de la région Marc Guillaume a pour sa part précisé que "51.000 doses supplémentaires de vaccin Pfizer" avaient été livrées pour ce week-end. "105 centres sont rouverts ce week-end en Ile-de-France", auxquels s'ajoutent l'ouverture de "13 centres supplémentaires", a-t-il dit, en soulignant qu'il s'agissait d'"un effort exceptionnel sur toute la région".

L'ORDRE DES MÉDECINS APPELLE AU "DEVOIR D'EXEMPLARITÉ" DES SOIGNANTS


La vaccination des soignants contre le Covid-19, jugée encore très insuffisante par le gouvernement, est "une exigence éthique", a estimé samedi l'Ordre des médecins, qui fait appel à leur "devoir d'exemplarité". "La protection des patients est un devoir professionnel fondamental des médecins comme de tous les soignants", a souligné l'Ordre dans un communiqué


"Alors que l'ensemble des soignants est aujourd'hui éligible à la vaccination contre la Covid-19, se faire vacciner est par conséquent une exigence éthique qui s'impose à tous, la vaccination diminuant considérablement les chaînes de transmission du virus", poursuit le texte. "Cette exigence s'impose d'autant plus que les soignants, à qui les Français vouent une confiance importante, ont plus que jamais un devoir d'exemplarité qui leur incombe", écrit encore l'Ordre. 

LA VACCINATION MONTE EN PUISSANCE


Des campagnes massives de vaccination sont organisées tout le week-end dans les 23 départements "sous surveillance renforcée". Comment vont-elles se dérouler ? À qui s'adressent-elles ? On fait le point.

Vaccination massive dans les départements sous surveillance : comment va-t-elle se passer ?

"UN MILLIER DE VACCINÉS" CE WEEK-END DANS LES HÔPITAUX MILITAIRES


"Près d'un millier de personnes seront vaccinées ce week-end dans les quatre hôpitaux militaires", a annoncé Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées, sur franceinfo samedi. Les établissements concernés sont l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), l'HIA Legouest à Metz (Moselle), l'HIA Robert Picqué à Villenave-d'Ornon (Gironde) et l'HIA Sainte-Anne à Toulon (Var). "Chacun a reçu, en moyenne, plusieurs centaines de doses pour ce week-end", a-t-il fait savoir.


Par ailleurs, cette opération "coup de poing" menée ce week-end pourrait être conduite. "Si on nous demande de refaire ce type d'opération, évidemment, nous y sommes disposés et nous le referons", a indiqué le porte-parole du ministère des Armées.

LES SOIGNANTS VEULENT "UN VACCIN PLUS EFFICACE QU'ASTRAZENECA"


Dans une lettre vendredi, le ministre de la Santé Olivier Véran a incité le personnel soignant à se faire vacciner contre le Covid-19. Une méthode "ignoble" selon Thierry Amouroux, le porte-parole du syndicat national des infirmiers, sur Europe 1 samedi. 

 

"Les soignants ne refusent pas de se vacciner ! Les soignants ne veulent pas d'AstraZeneca, car il n'est pas assez efficace pour une population comme les soignants. Comme ils sont très exposés, ils ont besoin d'un vaccin plus efficace qu'AstraZeneca", a-t-il indiqué.

UN SEUL MOT D'ORDRE : VACCINER !


Vacciner le plus rapidement possible et utiliser toutes les doses disponibles. Tel est l'objectif annoncé par le gouvernement pour freiner l'épidémie. De nouveaux centres vont ouvrir ce week-end notamment dans les départements les plus touchés.

Vaccination : la campagne va-t-elle vraiment accélérer ce week-end ?

"FAIRE PLUS EN TERME D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL" POUR LA CFDT


Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a estimé samedi sur Europe 1 que le gouvernement devait faire "beaucoup plus en terme d'accompagnement social" pour aider les personnes les plus touchées économiquement, socialement et psychologiquement par les conséquences de la crise sanitaire.


"C'est très dur économiquement, socialement, psychologiquement, notamment dans les territoires confinés le week-end et donc (...) toutes ces mesures doivent être accompagnées d'un discours empathique, mais aussi d'actions concrètes pour prendre en charge les situations", a-t-il poursuivi.


Si "les aides financières sont indispensables (...) il faut accompagner les personnes qui ne voient pas le bout du tunnel", a insisté le patron de la CFDT, en évoquant "ce qui revient le plus" lors de ses "déplacements" : "l'incertitude" et "comment on l'accompagne". "Ce n'est pas une condamnation, mais il faut regarder les choses en face."

L'INDE APPROCHE LA BARRE DES 20 MILLIONS DE VACCINÉS


L'Inde a recensé 18.327 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, le chiffre le plus haut depuis le 29 janvier. 108 nouveaux décès ont été comptabilisés dans le même temps. Avec 1.492.201 personnes de plus ayant reçu des vaccins contre le Covid-19 vendredi, le nombre total d'individus vaccinés a atteint 19.497.704.

LE GRAND RUSH AVANT LA FERMETURE 


Les commerces les plus de 10 000 m² dans les 23 départements les plus touchés par le Covid-19 sont désormais fermés. Cela concerne de nombreux magasins de bricolage où les clients se sont rués avant que le rideau ne se ferme.

ABIVAX JETTE L'ÉPONGE


La biotech française Abivax a annoncé l'arrêt de l'étude clinique concernant son médicament destiné aux patients Covid-19 à risque élevé.

Par "manque d'efficacité", la biotech française Abivax arrête son essai clinique pour un médicament anti-Covid

DES SINGES DU ZOO DE SAN DIEGO VACCINÉS


Des grands singes pensionnaires du zoo de San Diego sont devenus les premiers primates non humains à recevoir une injection contre le Covid-19, grâce à un vaccin conçu spécifiquement pour les animaux, ont indiqué les responsables du zoo.  Des études ont démontré que certaines espèces de primates - au même titre que les humains qui appartiennent à cette catégorie - pouvaient contracter le virus responsable du Covid-19.


Début janvier, plusieurs gorilles de ce zoo du sud de la Californie, l'un des plus grands au monde, avaient été testés positifs au nouveau coronavirus et placés en quarantaine après avoir manifesté des symptômes. Il s'agissait du premier cas connu de transmission naturelle du virus à des grands singes. Ils se sont rétablis depuis lors. Le mois suivant, quatre orangs-outans et cinq bonobos du zoo de San Diego ont reçu chacun deux doses d'un vaccin expérimental développé par la firme spécialisée Zoetis.

LA CALIFORNIE ASSOUPLIT SES CRITÈRES POUR DISNEYLAND ET LES STADES


La Californie a annoncé vendredi qu'elle assouplissait ses critères sanitaires liées à la pandémie de Covid-19 et que Disneyland et autres parcs de loisirs, ainsi que les stades à ciel ouvert, pourraient commencer à rouvrir à compter du 1er avril si certaines conditions étaient réunies. Cette décision fait suite à d'intenses pressions des opérateurs de parcs d'attraction ainsi qu'à un rapide déclin des cas de coronavirus dans l'État, durement touché par l'épidémie durant l'hiver. 


Grâce à ces améliorations, "la Californie peut commencer progressivement et de manière sûre à rouvrir certaines activités, particulièrement celles qui se déroulent en extérieur et où le port du masque est possible", a déclaré Mark Ghaly, responsable de la Santé de Californie, dans un communiqué.

AVERTISSEMENT DE L'OMS


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les gens à ne pas gâcher l'espoir créé par les vaccins, en relâchant leurs efforts face à la pandémie, qui fait toujours rage dans de nombreux pays. "Je suis vraiment très inquiet qu'on pense que le plus dur est derrière nous. Ce n'est pas le cas", a prévenu le docteur Michael Ryan, responsable du programme de gestion d'urgence de l'OMS. "Les pays vont replonger dans une troisième ou quatrième vague si nous ne faisons pas attention."

Cette mise en garde intervient alors que le système Covax, créé pour distribuer plus équitablement les vaccins contre le Covid, a enfin permis cette semaine de commencer à immuniser dans des pays qui en étaient privés jusque-là. Environ vingt millions de doses ont ainsi pu être envoyées dans vingt pays. La semaine prochaine 31 pays vont s'ajouter à la liste avec 14,4 millions de doses. "C'est un progrès encourageant, mais le volume de doses distribuées à travers Covax reste relativement faible", a souligné le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

ISRAËL


Un concert en plein air a été organisé par la mairie de Tel-Aviv ce vendredi. Seule condition d'accès : avoir été vacciné contre le Covid-19.

Israël : à Tel-Aviv, le retour des concerts pour ceux vaccinés contre le Covid-19

LE CAMEROUN ATTEND DES VACCINS


Le Cameroun va recevoir "à brève échéance" plus d'un million de doses de vaccins, a annoncé le Premier ministre en faisant état d'une "détérioration" de la situation épidémiologique dans le pays, l'un des plus touchés sur le continent. "Plus d'un million de doses de vaccins seront disponibles à très brève échéance", a déclaré à la radio d’État Joseph Dion Ngute, sans donner de date ni quels seront les fournisseurs.

La vaccination se fera "sur la base du volontariat", a-t-il poursuivi, tout en encourageant la population à se faire vacciner, le pays faisant face à une "détérioration de la situation épidémiologique". Depuis le mois de mars 2020, le Cameroun, qui compte environ 26 millions d'habitants, a enregistré 588 décès. Les frontières terrestres, maritimes et aériennes du pays restent fermées, toujours selon le Premier ministre, même si des autorisations sont accordées aux compagnies aériennes notamment pour desservir le pays.  

CENTRES-COMMERCIAUX À PARIS


Alors que l'exécutif a annoncé jeudi la fermeture des centres-commerciaux de plus de 10.000 m² dans les 23 départements placés sous-surveillance (dont la carte est disponible ici), 9 nouveaux magasins vont devoir fermer leurs portes à compter de samedi à Paris. Dans le détail, il s'agit du Carrousel du Louvre, de la galerie commerciale de la Gare Saint-Lazare, de la galerie commerciale Élysées la Boétie, du centre commercial Passage du Havre, du centre commercial Oslo, du centre commercial Masséna, du magasin FNAC avenue des Ternes, de la galerie marchande du Palais des Congrès et du magasin Printemps Nation.

Les centres-commerciaux de plus de 20.000 m² sont quant à eux fermés depuis la fin janvier.

RECONVERSION 


La fermeture forcée des restaurants en raison de la crise du Covid-19 s'éternise. De nombreux restaurateurs, inactifs depuis fin octobre, n'ont d'autres choix que de se reconvertir. Vers quels métiers se tournent-ils ?

Croque-mort, agent immobilier... ces restaurateurs qui changent de job pour survivre

MORTALITÉ

Mortalité en France : les décès en hausse de 14% depuis janvier par rapport à début 2020

Urgent

TRAITEMENT ANTI-COVID


La biotech française Abivax a annoncé l'arrêt de son essai clinique par "manque d'efficacité". L'entreprise qui cherchait à développait un médicament anti-inflammatoire contre le Covid indique dans un communiqué que "le taux de progression vers l’aggravation de la maladie ou le décès s’avère plus faible que prévu (10,1 %), sans différence observée entre les groupes ABX464 et placebo". 

LES INDISPENSABLES


Aujourd'hui, le gouvernement promet d'accélérer la campagne de vaccination en France. Mais comment y parvenir ? LCI a identifié quatre leviers d'action. 

VACCINATION À PARIS 


La répartition des plus de 11.000 doses attribuées à la Ville de Paris pour une opération massive de vaccination ce week-end est "une gageure", a souligné à l'AFP l'adjointe (EELV) en charge de la santé publique, Anne Souyris. Les vaccins supplémentaires annoncés jeudi soir par le gouvernement sont en cours de distribution dans les 20 centres parisiens "à peu près au prorata de la démographie, en particulier des personnes âgées, mais en tenant aussi compte des comorbidités et des personnels disponibles", a expliqué l'adjointe de la maire PS Anne Hidalgo. 

Installés dans des mairies d'arrondissement, des centres médicaux ou des lieux culturels, les 20 centres compteront chacun au moins "3 médecins, 3 infirmiers et 4 ou 5 personnels administratifs", a précisé Mme Souyris.

250.000 FRANÇAIS VACCINÉS VENDREDI


"La vaccination accélère", s'est félicité Olivier Véran sur Twitter. Selon le ministre de la Santé, 250.000 personnes ont été vaccinées ce vendredi, soit une hausse de 30% par rapport à vendredi dernier, dont 185.000 pour une première injection, en hausse de 80%. "On continue ce week-end, avec des centaines de centres ouverts dans toute la France", a-t-il poursuivi, alors que la campagne doit s'intensifier dans les 23 départements placés "sous surveillance renforcée". Pour ce faire, quatre hôpitaux militaires doivent ouvrir des espaces dédiés à la vaccination.

PREMIER CONCERT EN ISRAËL


Plusieurs centaines de personnes vaccinées contre le Covid ont assisté ce vendredi à un concert en plein air organisé par la mairie de Tel-Aviv, premier du genre depuis le début de la pandémie. Dansant et portant des masques de protection, environ 500 spectateurs enthousiastes ont assisté dans les gradins clairsemés du stade de football Bloomfield à la performance du chanteur de pop israélien Ivri Lider. 

Pour pouvoir entrer dans le stade, les spectateurs ont dû présenter un certificat du ministère israélien de la Santé prouvant qu'ils avaient reçu les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech, qui approvisionne rapidement le pays en échange de données biomédicales sur l'effet du traitement. Israël, dont plus de la moitié de la population a reçu au moins une première dose du vaccin contre le coronavirus, est sorti progressivement de son troisième confinement début février.

VACCINATION


 À l'instar des tendances qui se dégagent actuellement à l'AP-HP concernant la vaccination contre le Covid-19, plusieurs études ont démontré que les médecins sont beaucoup plus enclins à se faire vacciner que les infirmières ou les aides-soignants. Quelles en sont les raisons ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

SONDAGE AMÉRICAIN SUR LES VACCINS 


Le nombre d'Américains déclarant vouloir se faire vacciner contre le Covid-19 est en hausse par rapport à il y a trois mois, notamment chez les Afro-Américains, selon une enquête de l'institut indépendant Pew Research Center publiée vendredi. Au total, 69% de la population adulte a déjà reçu ou prévoit de recevoir un des vaccins, contre 60% en novembre.

Parmi ces 69%, quelque 19% déclarent avoir déjà reçu au moins une des deux doses (lorsque l'étude a été réalisée à la mi-février, les deux vaccins autorisés étaient ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, qui nécessitent deux injections). 

Fait notable: le nombre de Noirs américains déclarant avoir reçu ou vouloir recevoir le vaccin a très fortement augmenté, passant de 42% en novembre à 61%. Cette donnée est importante car les Afro-Américains sont statistiquement plus touchés par la maladie.

Urgent

NOUVEAU CALENDRIER EN BELGIQUE


En Belgique, l'interdiction des voyages non essentiels a été prolongée jusqu'au 18 avril, a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo, à l'issue d'un nouveau comité de concertation sur la situation sanitaire. À cette occasion, un nouveau calendrier de déconfinement très progressif a été établi par l'exécutif. 

Dès le 8 mars, les rassemblements à l'extérieur pourront passer de 4 à 10 personnes. Dès le 15, les universités pourront accueillir 20% des étudiants en présentiel. Après les vacances de Pacques, les écoles, collèges et lycées pourront accueillir de nouveau l'intégralité de leurs élèves. Ce calendrier prévoir également une réouverture progressive des cafés-restaurants et des salles de spectacle à compter du mois de mai.

VACCINATION DES SOIGNANTS


La vaccination obligatoire des soignants se justifie par les infections nosocomiales à Covid-19 recensées dans les établissements de santé, estime une association de patients spécialiste de ce type d'infections. "Aujourd’hui, le refus vaccinal Covid-19 par des professionnels du soin relève d'un manquement à l'éthique et à leur obligation déontologique, qui est de ne pas exposer autrui à un risque qui peut être évité", note l'association Le Lien, dans un communiqué.

"La vaccination des personnels soignants contre la Covid-19 doit être rendue obligatoire", réclame cette association de défense des patients qui juge "inacceptable" la couverture vaccinale insuffisante des soignants. À ce jour, seulement 30% des soignants en ville et à l'hôpital ont été vaccinés depuis janvier, selon le ministère de la Santé.

SOUTIEN MILITAIRE


Quatre hôpitaux militaires vont ouvrir des espaces dédiés à la vaccination ce week-end, alors que la campagne doit s'intensifier dans les 23 départements sous surveillance, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly. "Quatre hôpitaux militaires vont participer à l’effort vaccinal de ce week-end.

Leur mission : contribuer à l’effort collectif pour augmenter le rythme de vaccination des Français contre la covid-19", a indiqué la ministre dans un tweet. Dans le détail, il s'agit des hôpitaux de Metz, de Saint-Mandé, de Villenave-d'Ornon et de Toulon. 

FUIRE LA VILLE


La pandémie du Covid-19 a poussé de nombreux urbains vers les zones rurales. Résultat, les acheteurs se font moins nombreux dans les grandes villes, ce qui fait baisser les prix. À Paris, ils ont par exemple reculé de 1,5% sur les trois derniers mois, rapporte ce vendredi un baromètre de Meilleurs Agents.

Le prix de l'immobilier en baisse dans les grandes villes : "Sans immunité, ça va continuer"

BILAN QUOTIDIEN FRANCE


23.507 nouveaux malades ont été diagnostiqués ces dernières 24h, selon Santé Publique France. Une légère baisse sur sept jours, puisque vendredi dernier, on comptabilisait 25.207 nouveaux cas positifs. 

24.765 personnes sont actuellement hospitalisées, soit 126 de moins depuis hier, dont 3680 admises en réanimation, soit 47 de moins. 239 décès ont été enregistrés à l'hôpital en 24h. Au total, 88.100 personnes sont mortes du Covid-19 en France depuis un an. 

VÉRAN AUX SOIGNANTS


Alors que les soignants sont peu à s'être faits vacciner et semblent méfiants à l'égard du vaccin AstraZeneca, le ministre de la Santé a divulgué sur son compte Twitter une lettre qui leur est adressée. "Votre vaccination est un gage de protection", écrit notamment Olivier Véran, qui en appelle à leur mobilisation dans la campagne : "Si vous n’êtes pas encore vaccinés, faites le rapidement. Il en va de notre sécurité collective, et de la capacité de notre système de santé à tenir". Lors de la conférence de presse tenue hier soir par Jean Castex, le ministre a indiqué qu'environ 40% des personnels des Ehpad et 30% des soignants avaient jusque-là été vaccinés.

BILAN SANTÉ PUBLIQUE FRANCE


Dans son dernier bulletin hebdomadaire, Santé Publique France (SPF) fait le point sur l'évolution de l'épidémie et confirme une augmentation du nombre quotidien de nouveaux malades du Covid la semaine dernière, avec 21.330 cas confirmés en moyenne chaque jour. Le taux d'incidence progresse de 7% par rapport à la semaine précédente et concerne toutes les classes d'âge, à l'exception des plus de 75 ans, chez qui la vaccination commence à produire ses effets. Le variant britannique, lui, devient majoritaire en France, confirme SPF après les propos de Jean Castex jeudi, puisqu'il représente plus de la moitié des tests PCR positifs (59,5%). 

À l'hôpital, la situation n'est pas bonne avec une augmentation de 3% des nouvelles hospitalisations, après deux semaines consécutives de baisse. Même chose pour les entrées en réanimation, en hausse de 4%. 

BORDEAUX


Il n'y a pas qu'à Paris que l'alcool est banni de l'espace public. À Bordeaux aussi, des mesures ont été prises pour limiter les rassemblements. Dans un tweet, la préfecture de la Nouvelle-Aquitaine a communiqué le détail des secteurs concernés.

MORTALITÉ EN RUSSIE


L'agence russe des statistiques a annoncé que quelque 28.500 personnes étaient mortes en lien avec le Covid-19 en janvier, un nombre élevé mais en baisse d'un tiers par rapport au mois précédent. En effet, ces 28.680 décès sont à comparer aux 44.435 recensés en décembre par Rosstat. Selon l'agence, 21.511 personnes ont directement perdu la vie du fait du Covid. Pour 7169 autres testées positives, le virus n'est pas la cause principale du décès.

DES CHIFFRES DISSIMULÉS À NEW-YORK


Le gouverneur de New-York, déjà soupçonné de harcèlement sexuel, fait face à de nouvelles accusations. Selon le New York Times, Andrew Cuomo aurait maquillé les chiffres de la mortalité liée à l'épidémie dans les maisons de retraite de l'État. Ce dernier aurait demandé à ses conseillers de réécrire un rapport à ce sujet, selon lui par crainte des poursuites de l'administration Trump sur sa gestion de la crise sanitaire. 

Au mois de juin, plus de 9000 résidents de maisons de retraites étaient morts du Covid-19 tandis que dans le rapport, le nombre de décès était deux fois moins élevé. Contrairement à d'autres États, New-York avait exclu du bilan officiel les résidents qui avaient été transférés dans des hôpitaux et qui y étaient décédés, masquant ainsi la réalité de la mortalité dans les maisons de retraite. 

TÉMOIGNAGES


Le Premier ministre et le ministre de la Santé ont appelé solennellement jeudi les personnels de santé à se faire vacciner contre le Covid-19, n'excluant pas d'en faire une obligation. Mais d'où vient cette défiance ?

Faible taux de vaccination des soignants : d'où vient leur malaise ?

Urgent

LE CANADA APPROUVE UN 4E VACCIN


Les autorités de santé canadiennes ont annoncé avoir autorisé un quatrième vaccin contre le Covid-19, celui du laboratoire américain Johnson & Johnson. Le Canada, qui a déjà autorisé les vaccins de Pfizer-BioNTech, de Moderna et d'AstraZeneca, a commandé jusqu'à 38 millions de doses du vaccin américain. Il devient ainsi le premier à dose unique à être homologué dans le pays.

SURMORTALITÉ EN JANVIER


Le nombre de décès, toutes causes confondues, enregistrés en France entre le 1er janvier et le 22 février était supérieur de 14% à celui enregistré sur la même période en 2020, selon les données de l'Insee. Depuis début janvier, la mortalité est relativement stable. En moyenne 2.140 personnes sont mortes chaque jour en janvier. Pour le mois de février, le nombre moyen de décès quotidiens "serait en légère diminution", autour de 2.000, selon des données encore provisoires. 

Comparé à la même période de 2019, la hausse n'est en revanche que de 5%, une différence qui s'explique par le fait que la grippe saisonnière a été plus meurtrière début 2019 que début 2020, précise l'institut des statistiques dans son bilan hebdomadaire des décès pendant l'épidémie de Covid-19. 

HAUTS-DE-FRANCE


La préfecture du Nord a fait le point sur la situation sanitaire et notamment dans les hôpitaux, encore fortement occupés par des malades du Covid. "Nous avons un appareil de soins critiques quasiment à son maximum, avec un taux d’occupation aux alentours de 90 %, avec une présence de patients covid autour de 60, 65 %", a avancé Benoit Vallet, directeur de l’ARS Hauts-de-France, rapporté par La Voix du Nord. La campagne de vaccination doit s'accélérer dans la région des Hauts-de-France avec 90 centres de vaccination ouverts ce week-end. Au total, ce sont 27.000 doses du vaccin Pfizer envoyées par l'État qui doivent être administrées.

TOULOUSE VS LYON


Petit rappel de la mairie de Toulouse, qui a décidé dès le week-end dernier de fermer l'accès aux berges de la Garonne, ainsi qu'à d'autres secteurs fréquentés de la ville, jusqu'au 8 mars prochain.  Ce n'est pas le cas à Lyon, où aucune zone ne sera restreinte ce week-end, a indiqué le préfet du Rhône. "Je pourrai être amené à interdire des manifestations si elles représentent un risque sanitaire. Mais aucune ne présente un risque pour celles déclarées ce week-end", a déclaré Pascal Mailhos, relayé par la presse locale.

PREMIER VACCINÉ AU NIGERIA 


Un médecin est devenu ce vendredi matin le premier Nigérian à recevoir le vaccin anti-Covid à Abuja, marquant le coup d'envoi de la campagne de vaccinations dans le pays le plus peuplé d'Afrique, qui prévoit de vacciner 70% de sa population d'ici deux ans. 

Le Nigeria a reçu mardi dernier près de 4 millions de doses de vaccins contre le Covid-19, financées par le dispositif Covax qui vise à en fournir aux pays à faible revenu. Il s'agit du premier lot des 16 millions de doses AstraZeneca/Oxford qui doivent arriver dans les prochains mois au Nigeria, où les soignants et les professions à risque seront les premiers vaccinés. 

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex débloque 60 millions d'euros pour les éleveurs en grande difficulté

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter