Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

CORONAVIRUS - Alors que les Etats comptent sur l'accélération des campagnes de vaccination pour contrer l'avancée des variants et éviter de nouveaux confinement, AstraZeneca a fait part de nouvelles difficultés de production.

Le géant pharmaceutique AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l'Union européenne. Le fabricant a indiqué mardi soir qu'il devrait avoir recours à des sites étrangers pour tenir ses promesses de livraison à l'Union européenne au deuxième semestre.

AstraZeneca "travaille à augmenter la productivité dans sa chaîne logistique dans l'UE", et va utiliser "sa capacité mondiale afin d'assurer la livraison de 180 millions de doses à l'UE au second semestre", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe britannico-suédois. "Environ la moitié du volume attendu doit provenir de la chaîne logistique dans l'UE", et le reste proviendra du réseau international de la firme, a précisé le porte-parole.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Cette annonce intervient après une controverse sur les livraisons du vaccin AstraZeneca-Oxford à l'Union européenne au premier trimestre 2021, qui a provoqué des tensions entre l'UE et le groupe pharmaceutique.

AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est voulue malgré tout optimiste dans une interview au quotidien régional allemand Augsburger Allgemeine. "Les fabricants de vaccins sont nos partenaires dans cette pandémie" et, si de nouvelles questions sont toujours à l'ordre du jour, "nous (les) résolvons généralement à l'amiable", a-t-elle déclaré.

Lire aussi

Elle s'est aussi dite convaincue que, malgré les difficultés des dernières semaines, la situation liée à la pandémie allait "s'améliorer sensiblement" en raison du nombre croissant de livraisons de vaccins.

Le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone", a assuré la semaine dernière le Pr Alain Fischer, le "monsieur vaccin" nommé par le gouvernement français, alors que ce vaccin a récemment provoqué des réactions parfois fortes chez les patients jeunes.

Retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans le fil ci-dessus.

Live

ASTRAZENECA


"Le vaccin a trouvé son public", estime le ministre. Ce dernier annonce que toutes les personnes de 50 ans et plus ayant des comorbidités peuvent se faire vacciner avec l'AstraZeneca auprès de leurs médecins traitants, à l'hôpital ou en pharmacie dans quelques jours.


Cette nouvelle règle concerne les 65-74 ans ayant des comorbidités, qui jusqu'à présent ne pouvaient pas se faire vacciner. Olivier Véran a en effet indiqué s'être appuyé sur la Haute autorité de santé pour autoriser les plus de 65 ans à accéder à l'AstraZeneca. En effet, jusqu'à ce jour, les plus de 65 ans se voyaient déconseiller ce vaccin.


"Les personnes déjà positives au Covid, disposant d'un test PCR récent par exemple, n'auront plus besoin d'avoir besoin de deux injection de vaccin Pfizer ou Moderna, une suffira", a également déclaré Olivier Véran.

PARIS


La maire de Paris Anne Hidalgo a tenu ce lundi une conférence de presse sur l'épidémie. L'occasion d'annoncer un certain nombre de mesures et de suggestions :  "Je propose aux enseignants de faire cours fenêtres ouvertes en profitant du retour des beaux jours. Je propose de faire classe en extérieur quand cela est possible. Nous mettrons à disposition les squares et jardins publics."


"Je propose d'ouvrir pour les étudiants des lieux supplémentaires de réviser au calme, en plus des bibliothèques déjà ouvertes. Je propose d'ouvrir les espaces dans les musées, théâtres, maisons de la vie associative et citoyenne et aussi les gymnases", annonce la maire.


"À compter d'aujourd'hui, j'ai décidé que les parcs et jardins seraient ouverts jusqu'à 18 heures, ce qui permettra aux Parisiennes et Parisiens de profiter des espaces aérés", poursuit Anne Hidalgo.

Urgent

ASTRAZENECA


"Le vaccin a trouvé son public", estime le ministre. Ce dernier annonce que toutes les personnes de 50 ans et plus ayant des comorbidités peuvent se faire vacciner avec l'AstraZeneca auprès de leurs médecins traitants, à l'hôpital ou en pharmacie dans quelques jours.


Cette nouvelle règle concerne les 65-74 ans ayant des comorbidités, qui jusqu'à présent ne pouvaient pas se faire vacciner. Olivier Véran a en effet indiqué s'être appuyé sur la Haute autorité de santé pour autoriser les plus de 65 ans à accéder à l'AstraZeneca. En effet, jusqu'à ce jour, les plus de 65 ans se voyaient déconseiller ce vaccin.


"Les personnes déjà positives au Covid, disposant d'un test PCR récent par exemple, n'auront plus besoin d'avoir besoin de deux injection de vaccin Pfizer ou Moderna, une suffira", a également déclaré Olivier Véran.

"ON TIENT COMPTE DE TOUT"


Olivier Véran précise la stratégie du gouvernement : "On tient compte de tout : l'impact sur la santé mentale des Français, sur la vie économique et sociale... Si on doit reconfiner, c'est que le drame serait inévitable à court terme. Or, les modèles dont nous disposons se sont décalés semaine après semaine, donnant raison au Président [qui n'a pas souhaité un reconfinement".


"Le confinement a été extrêmement bien respecté ce week-end à Nice et à Dunkerque. (...) Nous en mesurerons les effets prochainement. Quand on a mis en place le couvre-feu à 18 heures, beaucoup pensaient que ça ne marcherait jamais. Aujourd'hui, les scientifiques considèrent que cela a un très bel impact."

OLIVIER VERAN


Invité sur France 2, le ministre de la Santé s'est expliqué sur la décision de ne pas confiner : "Quand nous avons décidé de confiner le pays, c'est que nous étions dans une augmentation exponentielle. Là, il est vrai que ca augmente (…) mais nous sommes dans une situation hétérogène sur le territoire (…) par exemple sur la côte Atlantique."


"Si nous devions prononcer un confinement, c'est que le drame serait devenu inévitable à court terme."

VACCIN


Une étude menée en conditions réelles au Royaume-Uni chez les plus de 70 ans et publiée lundi montre que les vaccins Pfizer et AstraZeneca contre le coronavirus sont "hautement efficaces" après une première dose, particulièrement sur les hospitalisations.


Cette étude de l'organisme Public Health England (PHE), qui n'a pas encore été évaluée par un comité de lecture, conclut que ces deux vaccins présentent une efficacité de plus de 80% pour prévenir les hospitalisations chez les plus de 80 ans trois à quatre semaines après la première injection. Le vaccin de Pfizer permet même de réduire de 83% les décès dus à la maladie.


Chez les plus de 70 ans, la protection contre les formes symptomatiques de la maladie quatre semaines après une première dose se situe entre 57 et 61% avec le vaccin Pfizer et entre 60 et 73% pour le vaccin Oxford-AstraZeneca. 

DÉCRYPTAGE


Selon une étude du cabinet Kekst CNC publiée ce lundi, l'adhésion de la population aux vaccins contre le Covid-19 est en hausse dans plusieurs pays. La France demeure parmi les plus sceptiques.

Covid-19 : l'adhésion au vaccin progresse dans le monde, la France toujours mauvais élève

ESPAGNE


Avec 10.528 morts, le bilan du Covid-19 en Espagne en février a été le pire depuis avril, selon les données publiées lundi par le ministère de la Santé.


L'Espagne a recensé 467 morts depuis vendredi, ce qui porte le nombre de morts à 10.528 morts en février, et à 69.609 au total depuis le début de la pandémie.  


Comme dans d'autres pays, le bilan officiel de la pandémie est considéré comme nettement sous-évalué dans la mesure où nombre de victimes n'avaient pu être diagnostiquées au printemps, durant la première vague de l'épidémie, en raison de la saturation du système de santé et du manque de tests.

Urgent

BILAN QUOTIDIEN


Selon les chiffres communiqués par les autorités, 25.430 personnes sont hospitalisées ce lundi (+150 par rapport à dimanche) dont 3.544 en réanimation (+52). En outre, 379 décès ont été recensés en 24h.


Le nombre de cas, lui, est légèrement semaine à celui de la semaine dernière : + 4.703 cas en 24h (4.646 lundi dernier +1%).

CONFINEMENT EN ILE-DE-FRANCE ?


Tout faire pour éviter un confinement le weekend en Ile-de-France... mais s'y préparer. C'est, en substance, le message que Valérie Pécresse, la patronne de la région, a tenu ce lundi, selon nos informations.


Si la décision venait à être prise, Valérie Pécresse exigera plusieurs  clauses : maintien le week-end des marchés alimentaires , ouverture lieux de culte et compensations supplémentaires pour les commerces fermés. La présidente de région dit attendre la décision du conseil de défense de mercredi.

SPORT AMATEUR 


Les sportifs vont devoir s'armer de patience. Le sport amateur ne redémarrera pas "avant au moins un mois", a déclaré lundi la ministre des Sports Roxana Maracineanu, en écho aux propos d'Emmanuel Macron, qui a appelé à tenir "4 à 6 semaines" avant de pouvoir desserrer certaines contraintes liées au coronavirus.


"On a ce délai d'un mois pour préparer une reprise dans chacun de nos secteurs", a-t-elle dit après la présentation du baromètre 2020 des pratiques sportives des Français, mais "ce ne sera pas avant un mois".


"En fonction de l'évolution sanitaire, territoire par territoire, (...) on pourra revenir à une pratique pour tous en intérieur et en extérieur avec peut-être un passage comme en novembre où les mineurs étaient privilégiés par rapport aux adultes", a-t-elle détaillé. 

LA CORSE MAINTIENT LE TEST OBLIGATOIRE


La Corse joue les prolongations. L'obligation pour se rendre sur l'île d'avoir fait un test PCR dans les 72 heures avant le départ est à nouveau prolongée, sans date de fin, du fait de "la menace des nouveaux variants", a annoncé lundi la préfecture.


Les passagers de 11 ans ou plus se rendant en Corse doivent "présenter à l'embarquement" aux compagnies de transports une déclaration sur l'honneur stipulant avoir fait un test RT-PCR "moins de 72 heures" avant d'embarquer, n'avoir pas de symptômes du Covid-19 et ne pas être positif au Covid-19.


Ils devront aussi présenter "la preuve" de ce test, qui doit être négatif et de type RT-PCR, les tests antigéniques n'étant "plus acceptés", rappelle la préfecture. 

SLOVAQUIE


La Slovaquie, le pays au taux de mortalité au Covid-19 le plus élevé au monde, a reçu lundi son premier lot du vaccin russe Spoutnik V, a annoncé à la presse le Premier ministre slovaque.


"Vous pouvez voir derrière moi le premier envoi des deux millions de vaccins Spoutnik V que nous avons commandés", a déclaré le Premier ministre, Igor Matovic, depuis l'aéroport de Kosice où un avion-cargo a acheminé ce transport.

URUGUAY


L'Uruguay, dernier pays d'Amérique du Sud à recevoir des doses de vaccins contre le Covid-19, a débuté lundi l'immunisation des professeurs, militaires, policiers et pompiers avec le vaccin chinois CoronaVac, en attendant des doses du vaccin Pfizer-BioNTech pour le personnel de santé.


"Nous avons un outil fondamental pour affronter ce fléau (...) c'est de disposer des quantités nécessaires de vaccins", assurées grâce à divers accords avec des laboratoires, "pour parvenir à une immunité qui concernera toutes les personnes âgées de plus de 18 ans dans le pays", s'est félicité le ministre de la Santé, Daniel Salinas, en conférence de presse. 


Quelque 90 centres de vaccination ont ouvert lundi dans le pays de 3,4 millions d'habitants pour assurer la vaccination prioritaire d'environ 140.000 personnes, un peu moins d'une année après l'apparition de l'épidémie dans le pays, le 13 mars 2020.

"PAS CONFINEMENT DURANT TROIS SEMAINES"


Interrogée au cours de sa conférence de presse sur l'éventualité d'un confinement de la capitale durant trois semaines, la maire Anne Hidalgo s'est expliquée :  "Nous n'avons pas proposé de confinement stricte de trois semaines. Dans le débat public qui s'ouvre, cette question là est sur la table, il ne faut pas l'écarter. Nous aurions tort de considérer qu'il y a des sujets tabous."


"(…) Cela fait des mois que nous travaillons sur comment s'accommoder de la circulation du virus, aider l'hôpital à ne pas être submergé par une nouvelle vague et faire en sorte que les Parisiens et Parisiennes puissent vivre avec des mesures locales que nous sommes en mesure de mettre en œuvre."


Quid d'un confinement seulement le weekend à Paris ? "J'ai dit mon désaccord, je la trouve difficile, dure, voire même inhumaine".

PARIS


La maire de Paris Anne Hidalgo a tenu ce lundi une conférence de presse sur l'épidémie. L'occasion d'annoncer un certain nombre de mesures et de suggestions :  "Je propose aux enseignants de faire cours fenêtres ouvertes en profitant du retour des beaux jours. Je propose de faire classe en extérieur quand cela est possible. Nous mettrons à disposition les squares et jardins publics."


"Je propose d'ouvrir pour les étudiants des lieux supplémentaires de réviser au calme, en plus des bibliothèques déjà ouvertes. Je propose d'ouvrir les espaces dans les musées, théâtres, maisons de la vie associative et citoyenne et aussi les gymnases", annonce la maire.


"À compter d'aujourd'hui, j'ai décidé que les parcs et jardins seraient ouverts jusqu'à 18 heures, ce qui permettra aux Parisiennes et Parisiens de profiter des espaces aérés", poursuit Anne Hidalgo.

CONDITION PHYSIQUE


Le sport en chute libre : près de 40% des Français ont freiné leur pratique sportive pendant le confinement du printemps 2020 même si la pratique sportive de l'ensemble des Français est restée stable en 2020 par rapport à 2018, selon un baromètre de l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (Injep) et du Credoc publié lundi par le ministère des Sports.


Pendant les presque deux mois de confinement, 38% de l'ensemble des Français a réduit son activité. A contre-courant, 20% d'entre deux ont fait plus de sport pendant cette période. Ceux qui ont continué de pratiquer ont fait de la randonnée, de la marche, du footing et du fitness. 


Cette enquête a été réalisée du 11 juin au 3 juillet 2020, sur 4.000 personnes représentatives des personnes âgées de 15 ans et plus (méthode des quotas), soit avant les nouvelles restrictions de l'automne et les fermetures des salles de sport, des gymnases et des piscines.

ÉCLAIRAGE


Comme l'année dernière, l'Ouest du pays est relativement épargné par l'épidémie. La majorité des départements les plus contaminés se situent à l'Est. Comment expliquer cette France coupée en deux ?

Météo, densité, frontières : pourquoi le virus circule moins fortement dans l'Ouest

CAMPAGNE DE VACCINATION


Le Ghana et la Côte d'Ivoire ont été lundi les premiers à lancer une campagne de vaccination contre le Covid-19 grâce au dispositif Covax particulièrement destiné aux pays les moins riches.


A Accra, le président ghanéen Nana Akufo-Addo est devenu la première personne dans le monde à recevoir une injection du vaccin AstraZeneca/Oxford financé par Covax. "Il est important que je donne l'exemple et montre que ce vaccin est sûr en étant la première personne à le recevoir, afin que tout le monde au Ghana se sente à l'aise de se faire vacciner", a déclaré le chef de l'Etat.


Le système Covax vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20% de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à faible et moyen revenu d'avoir accès aux précieuses doses.

ALLEMAGNE


Les salons de coiffure, fermés depuis deux mois et demi en Allemagne en raison de la pandémie, ont rouvert lundi, première étape d’un assouplissement des restrictions de plus en plus attendu. 


Dans les salons, les protocoles ont été encore renforcés pour éviter toute contamination. Les clients doivent impérativement prendre rendez-vous à l'avance. Nombre de salons sont complets jusqu'à la fin de la semaine. Certains salons, dont un à Dortmund, ont ouvert dès les premières heures de la nuit. En Bavière, un salon a gagné 422 euros en vendant aux enchères son premier rendez-vous, ont rapporté les médias locaux.


Après la réouverture des salons de coiffure lundi et le retour partiel à l'école de certains élèves la semaine dernière, Angela Merkel et les dirigeants régionaux allemands se réuniront à nouveau mercredi pour discuter d'éventuels assouplissements supplémentaires. 

INDONESIE


L'île indonésienne de Bali a lancé une campagne de vaccination "drive through", c'est à dire sans quitter le volant sa voiture, visant les employés du secteur touristique afin de relancer ce secteur qui a beaucoup souffert depuis le début de la pandémie de coronavirus.


Décrite comme la première campagne de vaccination au volant d'Asie du Sud-Est, l'opération a commencé ce week-end. A la fin du mois, quelque 5.000 employés des hôtels et restaurants, ainsi que des conducteurs de VTC et de moto-taxi devraient avoir reçu leur première injection. 


L'île a enregistré quelque 923 décès dus au Covid-19, pour un peu plus de 34.000 cas détectés.

HANDBALL DAMES


L'équipe de Chine de handball féminin a renoncé à participer au tournoi de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo programmé du 19 au 21 mars, en raison des contraintes liées au coronavirus, a annoncé lundi la Fédération internationale de handball (IHF). En conséquence, la place laissée vacante par la Chine est attribuée au Kazakhstan qui sera opposé à la Russie, à la Serbie et à la Hongrie dans le tournoi 2 qui aura lieu en Hongrie.


Deux autres tournois sont au programme: le tournoi 1 opposera l'Espagne, la Suède, le Sénégal et l'Argentine en Espagne et le tournoi 3 n'opposera que trois équipes: la Norvège, le Monténégro et la Roumanie, au Monténégro. 

VARIANT "NEW-YORKAIS"


Des chercheurs new-yorkais ont fait état de l'émergence d'un nouveau variant du coronavirus, baptisé B.1.526. Une mutation qui serait plus contagieuse et résistante que la souche initiale.

Covid-19 : ce que l'on sait du nouveau variant détecté à New York

RENTREE REPORTEE A CHAMBOURCY


La rentrée scolaire été reportée d'une semaine à Chambourcy, dans les Yvelines, après la détection d'au moins 13 cas du variant sud-africain. Un dépistage de masse a été organisé pour identifier un maximum de cas.

Écoles fermées et dépistage massif : Chambourcy tente de juguler le variant sud-africain

"PASSEPORT VERT"


La Commission européenne présentera en mars un projet de "passeport vert" numérique attestant d'une vaccination contre le Covid ou de tests négatifs pour voyager plus librement, a annoncé sa présidente Ursula von der Leyen, alors que les droits associés à ce document divisent les Vingt-Sept.


"Nous présenterons ce mois-ci une proposition législative pour un 'Digital Green Pass'", avec l'objectif de "permettre graduellement aux Européens de se déplacer en sécurité au sein de l'UE ou en-dehors, pour le travail ou du tourisme", a indiqué sur Twitter Mme von der Leyen.

FINLANDE


La Finlande a activé lundi l'état d'urgence, étape nécessaire et attendue au durcissement des restrictions décidé la semaine dernière pour combattre la reprise de l'épidémie de Covid-19. "Le gouvernement en accord avec le président de la République a déclaré l'état d'urgence dans le pays", a déclaré la Première ministre Sanna Marin lors d'une conférence de presse. Cette décision était attendue après l'annonce jeudi par l'exécutif finlandais de nouvelles restrictions devant entrer en vigueur le 8 mars pour au moins trois semaines, dont la fermeture des bars et des restaurants.


La constitution finlandaise requiert l'activation de cet état d'urgence pour permettre cette mesure, qui a fait l'objet d'un texte transmis lundi au Parlement.

PRETS PARTICIPATIFS


Le gouvernement présentera jeudi le dispositif de prêts participatifs destiné à soutenir les fonds propres des entreprises pénalisées par la crise, a indiqué lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, affirmant avoir reçu le feu vert de Bruxelles.


"Nous avons obtenu l'accord définitif (de la Commission européenne). Je présenterai jeudi matin avec les représentants des banques" ce dispositif, a affirmé le ministre lors d'un point presse sur le plan de relance. Une porte-parole de l’exécutif européen a cependant démenti à la mi-journée qu'un accord avait été conclu avec Paris. "Les contacts sont en cours depuis un certain temps. On est dans les étapes finales du processus, mais il n'y a pas encore de décision prise sur le sujet", a-t-elle affirmé lors du point presse quotidien de la Commission.

ROYAUME-UNI


Les autorités britanniques ont lancé lundi un appel pour retrouver une personne ayant importé au Royaume-Uni le variant du coronavirus détecté au Brésil, susceptible de résister davantage aux vaccins. Le variant P.1 apparu à Manaus, dans le Nord du Brésil, a déjà été détecté chez trois personnes en Écosse et trois autres en Angleterre dont l'une ne peut être localisée parce qu'elle n'a pas indiqué ses coordonnées sur le formulaire lié à son test de dépistage.


"Nous travaillons pour essayer de la localiser", a indiqué sur la BBC le secrétaire d'Etat chargé des vaccins Nadhim Zahawi, demandant à toute personne ayant passé un test le 12 février et n'ayant pas reçu le résultat de se faire connaître.

TRACAGE PAR LES SERVICES DE SECURITE EN ISRAEL


La Cour suprême israélienne a jugé lundi que le gouvernement devait réduire le traçage des cas de coronavirus par les services de sécurité, estimant que cette surveillance "draconienne" était une atteinte à la démocratie. Le gouvernement a commencé à solliciter le service de sécurité intérieure, le Shin Beth, en mars 2020 pour collecter des données sur les citoyens et géolocaliser leur portable dans le cadre de la "guerre" contre la pandémie de Covid-19. 


La Cour suprême avait rapidement bloqué cette pratique, indiquant qu'elle devait être encadrée par une loi. En juillet, le Parlement avait adopté une loi autorisant le gouvernement à utiliser les technologies du Shin Beth. D'une durée initiale de trois semaines, cette loi a été continuellement renouvelée, suscitant des critiques sur la violation de la vie privée.

LA FINLANDE EN ÉTAT D'URGENCE


Globalement épargné par le virus en Europe, le pays nordique est confronté à une hausse des cas qui ont contraint le gouvernement a déclaré l'état d'urgence, ce 1er mars. Le gouvernement a soumis des propositions au Parlement comme la fermeture temporaire des restaurants et autres entreprises de services d'alimentation et de boissons pendant une durée de trois semaines. 

TESTS SALIVAIRE A L'ECOLE


Les tests salivaires déployés à l'école pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 seront réalisés par des "personnels de santé" et non par des enseignants, a assuré lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors d'un déplacement dans une école de Haute-Saône.


M. Blanquer a également affirmé que la France avait "tout à fait les moyens en termes de tests et de moyens logistiques" d'arriver "vers la mi-mars à l'objectif de 300.000 tests par semaine" pour l'ensemble de la France.


"Chacun est dans son métier, évidemment les tests sont réalisés par des personnels de santé", a déclaré le ministre de l'Education en marge de la visite de l'école de Lavoncourt, où "plus de 90 % des familles" étaient volontaires pour que leur enfant soit testé lundi.

VACCINATION AU VOLANT A BALI


L'île indonésienne de Bali a lancé une campagne de vaccination "drive through", c'est à dire sans quitter le volant sa voiture, visant les employés du secteur touristique afin de relancer ce secteur qui a beaucoup souffert depuis le début de la pandémie de coronavirus.


Décrite comme la première campagne de vaccination au volant d'Asie du Sud-Est, l'opération a commencé ce week-end. A la fin du mois, quelque 5.000 employés des hôtels et restaurants, ainsi que des conducteurs de VTC et de moto-taxi devraient avoir reçu leur première injection.  La campagne a été lancée dans le centre de congrès de Nusa Dua, près de la capitale balinaise Denpasar, en partenariat avec la plateforme VTC Grab.

TUNISIE


La Tunisie a indiqué lundi avoir reçu 1.000 doses de vaccins offertes par les Emirats arabes unis, ses premières alors que le pays n'a toujours pas débuté sa campagne de vaccination contre le Covid-19 contrairement à la plupart de ses voisins.


Ces lots ont été mis à la disposition de la "santé militaire", chargée de les analyser avant de les distribuer prioritairement aux personnels de santé, a indiqué à l'AFP la présidence de la République, évoquant "un cadeau" à son attention de la part des autorités émiraties. "Le chef de l'Etat Kais Saied a refusé de se faire vacciner", et "aucun membre de sa famille" ou aucun autre "fonctionnaire à la présidence" n'a bénéficié du vaccin, a fait valoir Rym Kacem, responsable de la communication au palais de Carthage.

L'ITALIE RELÂCHE LA PRESSION


Ce lundi, la Sardaigne passe en zone blanche, où la grande majorité des restrictions sont levées, sauf celles concernant le port du masque en toute circonstance et la distanciation sociale. L'île a enregistré pendant trois semaines de suite moins de 50 nouveaux cas de Covid-19 par 100.000 habitants, le principal critère retenu pour passer en zone blanche, où les restaurants sont ouverts également le soir jusqu'à 23h. Si la tendance baissière se poursuit la semaine prochaine, alors les salles de sport, les piscines, les cinémas et les théâtres pourront rouvrir, a indiqué le président de la Région, Christian Solinas. 

INDE : OBJECTIF 300 MILLIONS DE VACCINÉS D'ICI 3 MOIS


Le Premier ministre indien Narendra Modi a été vacciné contre le Covid-19 lundi, contrairement à des milliers de candidats à la vaccination qui avait pris rendez-vous dans les hôpitaux du pays par le biais d'une application défectueuse. 


L'Inde s'est fixée l'objectif ambitieux de vacciner 300 millions de personnes d'ici à la fin juin, mais n'en a immunisé jusqu'à présent que 14 millions, essentiellement des personnels de santé et des forces de sécurité.

"ENCORE QUELQUES SEMAINES À TENIR"


Lorsqu'Emmanuel Macron évoque, ce lundi en Seine-Saint-Denis, l'éventualité d'un allègement des restrictions sanitaires dans "quatre à six semaines", le chef de l'État mise notamment sur la montée en puissance de la vaccination et la clémence de la météo, deux facteurs qui devraient permettre de faire baisser la pression sur les établissements hospitaliers. 

"4 A 6 SEMAINES A TENIR"


Semblant fixer pour la première fois une échéance sur la fin des restrictions en vigueur, Emmanuel Macron, en déplacement à Stains, en Seine-Saint-Denis, a évoqué encore "quatre à six semaines à tenir", lors d'un échange avec un jeune qui lui suggérait un allégement du couvre-feu de 18h à 19h.

BRUNO LE MAIRE


L'épargne des ménages ne sera pas taxée, pour les inciter à consommer et contribuer ainsi à la relance de l'économie française, a assuré lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "J'écarte une nouvelle fois clairement et définitivement toute taxation de l'épargne des Français", a affirmé le ministre lors d'un point presse consacré au plan de relance.


L'an dernier, les ménages ont engrangé une épargne supplémentaire de 100 à 120 milliards d'euros, à la fois par crainte de l'avenir mais aussi du fait d'une consommation empêchée par les restrictions sanitaires, selon la Banque de France. Et elle pourrait atteindre les 200 milliards d'ici la fin 2021, selon les prévisions du gouvernement.

"EQUILIBRE PRECAIRE"


Chef du service d’immunologie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil, Jean-Daniel Lelièvre a affirmé ce lundi que la situation sanitaire française demeurait des plus fragiles. Il estime que de nouvelles restrictions vont être nécessaires et qu'elles vont calibrer les prochains mois.

Covid-19 : "Nous sommes dans un équilibre très précaire", alerte le Pr Jean-Daniel Lelièvre

RISQUE D'AUGMENTATION DE LA FAMINE


Plusieurs associations britanniques spécialisées dans l'aide internationale ont mis en garde lundi contre le risque d'une augmentation de la famine et de la crise humanitaire dans certains pays fragiles, comme le Yémen, en raison de la pandémie de Covid-19. Certaines parties du Yémen et du Soudan du Sud sont déjà au bord de la famine, qui menace aussi l'Afghanistan et la République démocratique du Congo, a indiqué dans son dernier rapport le Comité d'urgence des catastrophes (Disasters Emergency Committee, DEC), qui regroupe 14 associations britanniques dont la Croix-Rouge britannique, Oxfam et Save the childen. 


"Les personnes vivant dans des endroits dangereux en raison de conflits, de violences et de catastrophes climatiques font face à la pandémie de coronavirus du mieux qu'elles peuvent, mais le sort joue contre elles", a déclaré Saleh Saeed, le directeur général du DEC, lors d'une conférence virtuelle des Nations unies consacrée au Yémen. 

CONFINEMENT DE PARIS


Il faut prendre des "mesures plus fortes" contre le Covid-19 en Ile-de-France mais un confinement de Paris seul serait "inefficace", a estimé lundi l'adjoint EELV à la mairie de la capitale David Belliard, tout en plaidant pour rouvrir les lieux culturels. 


D'éventuelles nouvelles mesures restrictives à Paris et en Ile-de-France seront au coeur de réunions séparées lundi après-midi, la mairie de Paris et la Région rencontrant chacune de leur côté les autorités préfectorales et sanitaires.


Pour David Belliard, toute décision de confinement doit être "une décision du gouvernement" car c'est "une décision très grave qui mérite aussi beaucoup de concertation". "Ce n'est pas au gouvernement, à l'Etat de décider tout seul mais ce n'est pas non plus à Paris de décider seul", sans les élus franciliens, a-t-il estimé sur RFI.

GHANA


Le président ghanéen Nana Akufo-Addo est devenu lundi la première personne dans le monde à recevoir une injection du vaccin contre le covid-19 financé par Covax, le dispositif qui vise à permettre un accès à ces vaccins aux pays à faible revenu. 


Le président, âgé de 76 ans et dont le pays a reçu la première livraison mondiale de vaccins Covax mercredi dernier, a reçu une première injection de vaccin Oxford/AstraZeneca, selon les images diffusées en direct par la télévision nationale ghanéenne. 

PROFESSIONNELS DU SPECTACLE


Plusieurs organisations représentant les professionnels du spectacle (théâtre, musique, cinémas etc.) ont appelé lundi l'Etat à "changer de méthode" pour "déconfiner la culture", un an pile après les premières annonces de restrictions autour des spectacles à cause de l'épidémie de coronavirus.


Ces organisations, dont la Scam, le SNSP (syndicat des scènes publiques), le SMA (syndicat des musiques actuelles), le Syndicat national du théâtre privé, demandent la poursuite des négociations "pour la réouverture progressive des établissements culturels", afin de "donner une véritable visibilité aux professionnels sur le calendrier de reprise" pour qu'ils "puissent s'y préparer".


Elles réclament aussi "la mise en œuvre des aides prévues par le plan de relance" et "des mesures complémentaires", comme par exemple des financements pérennes pour l'équipement des salles dans le respect des contraintes sanitaires (ventilations etc.).

MACRON AU CENTRE DE VACCINATION DE BOBIGNY


Emmanuel Macron doit se rendre lundi au centre de vaccination ouvert mi-février à Bobigny et dédié aux séniors les plus précaires, a annoncé l'Elysée.


Il s'agit de la première visite du président dans un centre de vaccination depuis le lancement de la campagne en France il y a deux mois. Il sera accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran.

CLUSTER DU XV DE FRANCE


Fabien Galthié est sorti de la bulle sanitaire du XV de France afin d'assister à un match au stade Jean-Bouin, à Paris. Le sélectionneur du XV de France fait partie des seize membres de l'équipe de France à avoir contracté le Covid-19.

Cluster du XV de France : le sélectionneur, Fabien Galthié, était sorti de la bulle sanitaire

PREMIER JOUR DU MANDAT DE NGOZI OKONJO IWEALA


Ngozi Okonjo Iweala est arrivée lundi au siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), pour mieux connaître ses équipes et les représentants des pays membres, au premier jour d'un mandat historique à la tête d'une institution confrontée à d'énormes défis en pleine crise économique et sanitaire mondiale.


"J'arrive dans l'une des plus importantes institutions du monde et on a beaucoup de travail. Je me sens prête", a lancé la Dr Ngozi, à son arrivée, tôt lundi matin à l'élégant siège de l'OMC, le long des berges du lac Léman. La première femme et première Africaine à diriger l'OMC a placé la journée sous le signe de l'écoute. 

CONFINEMENT


"La seule solution est de confiner tout le pays pour une durée assez longue" a estimé ce lundi sur RMC Odile Launay, infectiologue et membre du comité vaccin Covid-19.

PIALOUX SUR LES "FRONTIERES REGIONALES"


"Les frontières régionales ne fonctionnent pas pour le virus" a indiqué ce lundi sur Franceinfo le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon à Paris. 


Et de poursuivre : "on ne peut pas vivre avec ce niveau là de virus. Il faut un débat parlementaire pour voir si nous voulons un zéro Covid ou zéro confinement".

EVENTUEL RECONFINEMENT 


"On s'engueule tout le temps pour trouver la meilleur solution", a déclaré ce lundi sur France Inter, le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Bichat, directeur d'études à l'Inserm, et membre du conseil scientifique. Et d'ajouter : "c'est quelque chose de banal, le problème actuel, c'est qu'ils viennent faire ça à la télé".


Au sujet d'un éventuel reconfinement, il a déclaré : "est-ce que ça serait suffisant pour faire baisser ? Je doute"

ESSAIS CLINIQUES DU VACCIN


En France, 1200 personnes participent aux essais cliniques du vaccin Johnson & Johnson, pas encore sur le marché. À quoi ressemble ce protocole ? Quelles sont leurs motivations ? Les équipes de TF1 les ont rencontrés.

"Participer à l'effort de guerre" : ces volontaires qui acceptent de tester les vaccins anti-Covid

INTERVIEW


"Je pense que cet été on devrait retrouver quelque chose d'un peu normalisé", a estimé ce lundi Jean-Daniel Lelièvre, chef du service immunologie de l'hôpital Henri Mondor sur LCI, ajoutant que "ce qui va être déterminant c'est comment on va sortir de cette période là."

ADHESION AU VACCIN EN HAUSSE


L'adhésion de la population au vaccin contre le Covid-19 est en hausse dans plusieurs pays comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou même la très sceptique France, selon une étude internationale publiée lundi par le cabinet Kekst CNC.  L'étude conduite dans six pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, Etats-Unis et Suède) montre partout une nette tendance à la hausse par rapport à fin 2020. 


Ainsi, en France, 59% des sondés se disent prêts à recevoir un vaccin ou l'ont déjà fait contre seulement 40% en décembre dernier.  La hausse est encore plus spectaculaire en Suède, avec 76% de réponses favorables à cette question contre 51% en septembre 2020. 

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : l'utilisation du vaccin AstraZeneca étendue aux plus de 65 ans "avec comorbidités", annonce Véran

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter