Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

CORONAVIRUS - Alors que les Etats comptent sur l'accélération des campagnes de vaccination pour contrer l'avancée des variants et éviter de nouveaux confinement, AstraZeneca a fait part de nouvelles difficultés de production.

Le géant pharmaceutique AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l'Union européenne. Le fabricant a indiqué mardi soir qu'il devrait avoir recours à des sites étrangers pour tenir ses promesses de livraison à l'Union européenne au deuxième semestre.

AstraZeneca "travaille à augmenter la productivité dans sa chaîne logistique dans l'UE", et va utiliser "sa capacité mondiale afin d'assurer la livraison de 180 millions de doses à l'UE au second semestre", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe britannico-suédois. "Environ la moitié du volume attendu doit provenir de la chaîne logistique dans l'UE", et le reste proviendra du réseau international de la firme, a précisé le porte-parole.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Cette annonce intervient après une controverse sur les livraisons du vaccin AstraZeneca-Oxford à l'Union européenne au premier trimestre 2021, qui a provoqué des tensions entre l'UE et le groupe pharmaceutique.

AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est voulue malgré tout optimiste dans une interview au quotidien régional allemand Augsburger Allgemeine. "Les fabricants de vaccins sont nos partenaires dans cette pandémie" et, si de nouvelles questions sont toujours à l'ordre du jour, "nous (les) résolvons généralement à l'amiable", a-t-elle déclaré.

Lire aussi

Elle s'est aussi dite convaincue que, malgré les difficultés des dernières semaines, la situation liée à la pandémie allait "s'améliorer sensiblement" en raison du nombre croissant de livraisons de vaccins.

Le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca "n'est pas un vaccin de seconde zone", a assuré la semaine dernière le Pr Alain Fischer, le "monsieur vaccin" nommé par le gouvernement français, alors que ce vaccin a récemment provoqué des réactions parfois fortes chez les patients jeunes.

Retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans le fil ci-dessus.

Live

BILAN QUOTIDIEN EN FRANCE 


Voici le bilan de ces dernières 24 heures en France : la pression hospitalière s'est accentuée avec 25.280 personnes actuellement hospitalisées, soit 291 patients de plus à l'hôpital, dont 3492 malades admis en réanimation, soit 39 de plus qu'hier. 122 décès liés au Covid-19 ont été enregistrés à l'hôpital en 24h.

19.952 nouveaux malades ont été diagnostiqués en 24h, selon Santé Publique France. Une baisse de 9% par rapport à dimanche dernier, où 22.046 nouveaux cas avaient été recensés. En revanche, la tendance est à la hausse sur la semaine écoulée avec 12% de cas en plus, selon les estimations de CovidTracker.

COMMERCES ESSENTIELS


Une bonne nouvelle pour les libraires de France, qui pourront ainsi rester ouvertes en cas de confinement le week-end.

Librairies : c'est officiel, elles sont essentielles

RESTRICTIONS LOCALES


Sur la Côte d'Azur, les mesures ont été renforcées face à la propagation du virus.

Alpes-Maritimes : un week-end à la limite du confinement

VOYAGES FRONTALIERS

Alors que les Mosellans ne pourront plus se déplacer comme ils le voudront en Allemagne, les habitants des Pyrénées occidentales et de l'Ariège souhaitant se rendre en Andorre n'auront plus besoin de présenter un test négatif pour traverser la frontière, pour les déplacements de moins de 24 heures. De la même façon, tout résidant andorran désirant se rendre en France en sera exempté, dans les mêmes circonstances.

SATISFACTION

La préfecture des Alpes-Maritimes a envoyé "un grand merci" aux habitants des villes du littoral des Alpes-Maritimes pour leur "esprit de solidarité", partageant des photos des bords de mer absolument vides, ce week-end.

AFRIQUE DU SUD

Le président Cyril Ramaphosa s'est félicité, dimanche soir, d'une "baisse spectaculaire" du nombre de contaminations, entrainant ainsi un allégement des mesures sanitaires. Le pays va ainsi passer d'un niveau d'alerte 3 au niveau 1, sur une échelle de 5. Cela signifie par exemple que le couvre-feu national sera raccourci entre minuit et 4h du matin. 

VARIANT BRÉSILIEN AU ROYAUME-UNI


Six cas de variant brésilien ont été découverts au Royaume-Uni, a fait savoir le département de la Santé : trois en Angleterre et trois en Écosse. Le secrétaire à l'Intérieur Nick Thomas-Symonds a qualifié la découverte de ce variant de "profondément préoccupante" et déclaré qu'"il est désormais vital que nous fassions tout notre possible pour le contenir". 

Urgent

BILAN QUOTIDIEN EN FRANCE 


Voici le bilan de ces dernières 24 heures en France : la pression hospitalière s'est accentuée avec 25.280 personnes actuellement hospitalisées, soit 291 patients de plus à l'hôpital, dont 3492 malades admis en réanimation, soit 39 de plus qu'hier. 122 décès liés au Covid-19 ont été enregistrés à l'hôpital en 24h.

19.952 nouveaux malades ont été diagnostiqués en 24h, selon Santé Publique France. Une baisse de 9% par rapport à dimanche dernier, où 22.046 nouveaux cas avaient été recensés. En revanche, la tendance est à la hausse sur la semaine écoulée avec 12% de cas en plus, selon les estimations de CovidTracker.

ERIC CIOTTI SUR LES ALPES-MARITIMES

ALPES-MARITIMES


Pour fuir ce premier week-end de confinement dans le département du Sud-Est de la France, nombre d'habitants de la baie des Anges ont décidé de prendre un bol d'air à la station de ski de Valberg.

Les Niçois ont fui le littoral et le confinement à la montagne

E. CIOTTI DOUTE DE L'EFFICACITÉ DU CONFINEMENT LOCAL


"On est toujours dans ce 'en même temps' sanitaire qui nous paralyse", juge Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, sur LCI. Le département est soumis à des mesures plus strictes depuis cette semaine, avec un confinement partiel mis en place ce week-end et le suivant, pour freiner la circulation du virus sur le territoire. "Est-ce que ce confinement local le week-end est suffisant ? J'en doute", avance l'élu, pour qui "le pari du président de la République de ne pas confiner est hasardeux". 

"Ce qui nous sortira de ce calvaire, c'est la stratégie zéro Covid", estime encore Eric Ciotti, en référence à la méthode instaurée dans plusieurs pays d'Asie et d'Occitanie comme la Nouvelle-Zélande. Celle-ci vise à réduire à zéro les contaminations à coups de confinements stricts et localisés et de dépistage massif. 

EN TOUTE FRANCHISE

Le généticien Axel Kahn, invité de LCI, juge que les mesures actuelles, particulièrement sévères pour permettre aux Français de souffler en dehors de leur période de travail, restent insuffisantes pour faire baisser le haut plateau de contaminations.

FRONTIÈRE FRANCO-ALLEMANDE


Après des négociations avec Paris au sujet des conditions d'entrée sur le territoire depuis la Moselle, le gouvernement allemand revoit ses positions. Finalement, la production d'un test PCR ou antigénique de moins de 48h sera suffisant dès mardi pour toute personne entrant en Allemagne depuis ce département au lieu de 24h comme souhaité par Berlin. C'est "un moindre mal", a réagi Clément Beaune sur Clubhouse. 

Selon les règles qui devaient entrer en vigueur lundi, la production d'un test de moins de 72h était exigé, mais le gouvernement allemand avait voulu renforcer les conditions d'accès en plaçant la Moselle, où le virus circule, au niveau d'alerte maximal. 

LES QUAIS DE SEINE ÉVACUÉS


Alors que les Parisiens sont de sortie en ce dimanche ensoleillé, les quais de Seine ont été évacués par les gendarmes. En parallèle, un message audio a été diffusé par haut-parleur depuis un bateau pour rappeler le respect des gestes barrières, selon les images diffusées par le journaliste indépendant Clément Lanot. Sur d'autres photos, on voit que les quais sont désormais vides pour le début du couvre-feu.  

FRONTIÈRE FRANCO-ALLEMANDE


Localisée à la frontière franco-allemande, la Moselle, en proie à une flambée épidémique, a été classée comme zone à "haut risque" par le voisin européen ce dimanche. Des mesures devraient être mises en place dès mardi pour limiter la propagation des variants du Covid-19.

Des tests négatifs de moins de 48 heures obligatoires à la frontière entre la Moselle et l'Allemagne

BILAN LE PLUS BAS AU ROYAUME-UNI


6035 nouveaux malades ont été recensés ces dernières 24h au Royaume-Uni, soit le bilan quotidien le plus bas depuis la fin du mois de septembre. En comparaison, 9834 nouveaux cas avaient été enregistrés dimanche dernier. La moyenne glissante sur sept jours montre que les cas sont en baisse de 21,2% par rapport à la semaine précédente. À noter que les chiffres du dimanche sont souvent inférieurs en raison des retards dans les transmissions des résultats au cours du week-end.

VERS UN "PASS SANITAIRE"


Après des discussions avec les pays européens cette semaine, la France envisage finalement de mettre en place un "pass sanitaire" permettant de circuler à nouveau. Interrogé là-dessus dans l'émission "Questions Politiques", le secrétaire d'État aux Affaires européennes Clément Beaune a précisé que ce pass pourrait contenir la preuve du vaccin réalisé, mais aussi la production d'un test négatif. ""La vaccination ne peut pas être le sésame unique de réouverture des activités sinon on crée une société à deux vitesses, très injuste", a-t-il avancé, alors que de nombreuses voix s'élèvent contre l'idée d'un passeport vaccinal.

Le gouvernement français réfléchit à l'instauration d'un "pass sanitaire", qui ne sera pas un passeport "vaccinal", en vue de la réouverture des lieux culturels et des restaurants fermés depuis le 30 octobre. "Il faudra peut-être une application où vous pourrez montrer que vous êtes soit vacciné et donc protégé, soit (un) test PCR négatif ou (un) test antigénique négatif fiable, comme cela vous n'êtes pas à risque non plus", a encore suggéré Clément Beaune. 

TÉMOIGNAGE


Celle qu'on surnomme "The Big Apple" a été gravement touchée par la propagation du Covid-19. Un an après, la Dr Sarah Knafo Rosanel décrit cet épisode difficile qu'elle a vécu en première ligne.

"Je rentrais dans ma voiture et je m'effondrais": une soignante de New York raconte un an d'épidémie

ISRAËL VA VACCINER DES PALESTINIENS 


Israël va vacciner des dizaines de milliers de Palestiniens ayant un permis pour travailler en territoire israélien ou dans les colonies en Cisjordanie occupée, ont confirmé les autorités israéliennes. "L'échelon politique a approuvé aujourd'hui (dimanche) la tenue d'une campagne de vaccination pour les travailleurs palestiniens ayant un permis de travail pour Israël et les communautés en Judée et Samarie (nom donné par l'Etat hébreu aux colonies en Cisjordanie)", a indiqué à la presse le Cogat, l'organe du ministère de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

ENQUÊTE DEMANDÉE AU XV DE FRANCE 


Florian Grill, chef de file de l'opposition à la Fédération française de rugby (FFR), a demandé l'ouverture "d'une enquête indépendante" pour faire la lumière sur le cluster du XV de France ayant entraîné le report du match France-Écosse. "Pour se rassurer et rassurer tout le monde, l'urgence c'est une enquête indépendante et pas une enquête interne par respect pour tout le rugby amateur qui, lui, a fait des sacrifices énormes", estime Grill, interrogé par l'AFP. Rival de Bernard Laporte lors de la dernière élection fédérale, il est membre du comité directeur de la FFR. Cette semaine, la ministre Roxana Maracineanu a confié à la FFR le soin d'ouvrir une enquête interne pour comprendre de quelle manière les contaminations ont été permises. 

60.000 MORTS EN IRAN


L'Iran, pays du Moyen-Orient le plus frappé par l'épidémie, a franchi officiellement dimanche la barre des 60.000 morts sur plus de 1,6 million de personnes contaminées. Et les autorités sanitaires s'inquiètent du variant britannique qui circule sur le territoire depuis janvier. "Malheureusement, 93 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19 au cours des dernières 24 heures", portant le bilan officiel de la maladie à 60.073 décès en Iran, a annoncé dimanche à la télévision d'État Sima Sadat Lari, la porte-parole du ministère de la Santé. 

Le nombre de décès par jour reste néanmoins officiellement inférieur à 100, niveau le plus bas depuis juin, et la campagne de vaccination a été lancée le 9 février, moins d'une semaine après la livraison du premier lot du vaccin russe Spoutnik V.

VACCINATION


Administré depuis jeudi par les médecins libéraux, le vaccin AstraZeneca connaît une très forte accélération. Il marque une nouvelle phase de la campagne vaccinale en permettant de relancer les primo-vaccinations.

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

20M DE VACCINÉS AU ROYAUME-UNI


Au Royaume-Uni, la campagne de vaccination bat son plein. Ce dimanche, le pays a passé la barre des 20 millions de personnes ayant reçu une première injection. Le ministre des vaccins a lui-même annoncé la bonne nouvelle sur son compte Twitter. "Quelle réussite pour février 2021. Quelle équipe! Fier d'être avec vous dans ce voyage", s'est réjoui Nadhim Zahawi. Au 26 février, le Royaume-Uni avait déjà vacciné 29% de sa population, selon la base de données Our world in data.

VACCIN CHINOIS AUX PHILIPPINES


Les Philippines viennent de recevoir 600.000 doses de vaccin contre le Covid-19 envoyées par la Chine et qui vont permettre le démarrage d'une campagne de vaccination malgré des inquiétudes sur l'efficacité du CoronaVac. De hauts responsables gouvernementaux et des personnels de santé seront lundi les premiers à recevoir le vaccin de Sinovac, une semaine après son autorisation en urgence par l'autorité philippine de réglementation des médicaments.

Quelque 525.000 doses du vaccin du groupe suédo-britannique AstraZeneca doivent également arriver lundi dans le cadre du programme Covax mis en place par l'Organisation mondiale de la santé, l'Alliance pour les vaccins (Gavi) et d'autres partenaires pour distribuer les vaccins anti-Covid aux pays défavorisés.

DROITS AU CHÔMAGE


Les chômeurs en fin de droits verront leur indemnisation à nouveau prolongée jusqu'à la fin du mois de mars, a annoncé la ministre du Travail Elisabeth Borne, sur BFM. "Depuis novembre, on a prolongé les droits de ceux qui sont arrivés en fin de droits et je vous confirme qu'on va prolonger à nouveau ces droits jusqu'à fin mars", a-t-elle indiqué. Jusqu'alors, ces droits concernaient les chômeurs arrivant en fin de droits entre le 30 octobre, début du deuxième confinement, et le 28 février.

VIKTOR ORBAN VACCINÉ


En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban a reçu ce dimanche une première injection du vaccin chinois Sinopharm. Une opération faite devant les caméras pour renforcer la confiance en ce vaccin, qui n'a pas été homologué au niveau européen. La Hongrie est le premier pays-membre de l'Union européenne à avoir approuvé le vaccin le 29 janvier dernier. Au total, 5 millions de doses ont été commandées par Budapest.

FRONTIÈRE FRANCO-ALLEMANDE


L'Allemagne a jugé la Moselle comme une zone à "haut risque" ce dimanche. Conséquence ? Les Français devront présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures pour passer la frontière franco-allemande. 

"C'est une décision brutale, a réagi Jean Rottner, président régional du conseil du Grand Est, sur TF1. Pour les 16.000 frontaliers, cela va être d'une difficulté extrême. Nous sommes en train d'y travailler pour simplifier la vie de tout le monde et pour faire prendre conscience à Berlin et à Paris que nous sommes dans un même espace de vie. C'est ensemble que nous arriverons à gagner contre cette maladie." 

LA MOSELLE, ZONE À HAUT RISQUE


L'Allemagne a classé dimanche en zone à haut risque la Moselle, un des départements français les plus touchés par l'épidémie de Covid-19, et va en conséquence renforcer ses contrôles dans la zone frontalière.

"Le département français de Moselle sera considéré à partir du 2 mars à minuit comme zone affectée par les variants" du virus du Covid-19, soit la catégorie la plus élevée dans l'échelle de risque en Allemagne pour le coronavirus, a indiqué le ministère de la Santé. En conséquence, à partir de cette date les personnes entrant sur le territoire allemand "devront présenter un test PCR ou antigène" négatif, a-t-il ajouté.

En revanche, l'Allemagne n'a pas l'intention d'introduire à sa frontière avec la Moselle des contrôles de douane systématiques, contrairement à ce qu'elle fait avec la République tchèque et la Tyrol autrichien.

Sur France Inter ce dimanche, Clément Beaune affirmait souhaiter "éviter les mesures pour les travailleurs mosellans qui passent la frontière chaque jour", estimant que ce classement équivaut à une "quasi-fermeture des frontières". Le secrétaire d'État aux Affaires européennes plaidait pour des tests "tous les deux ou trois jours, et pas tous les jours". 

JOHNSON & JOHNSON EN UE


Le vaccin anti-Covid Johnson & Johnson devrait être approuvé par l'Agence européenne du médicament début mars, et distribué à partir de fin mars ou début avril, a déclaré dimanche la ministre française déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

Ce feu vert de l'Union européenne sera accordé "début mars puisque l'agence du médicament européenne est en train de passer en revue toutes les informations que lui a communiquées Johnson & Johnson pour pouvoir mettre sur le marché ce vaccin", a affirmé Mme Pannier-Runacher sur la chaîne de télévision France 3.

ÎLE-DE-FRANCE

VIDÉO - Valérie Pécresse au Grand Jury : "Il faudra des mesures de restriction supplémentaires en Ile-de-France, c'est une évidence"

BILAN MONDIAL QUOTIDIEN


La pandémie de Covid-19 a fait au moins 2.526.075 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles ce dimanche.

Plus de 113.758.510 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont au moins 69.695.100 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Les États-Unis sont, en chiffres absolus, le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 511.998 décès pour 28.554.688 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 254.221 morts et 10.517.232 cas, le Mexique avec 185.257 morts (2.084.128 cas), l'Inde avec 157.051 morts (11.096.731 cas), et le Royaume-Uni avec 122.705 morts (4.170.519 cas).

IRAN


L'Iran, pays le plus touché par la pandémie de coronavirus au Proche et au Moyen-Orient, a franchi officiellement la barre des 60.000 morts, a annoncé dimanche le ministère de la Santé. "Malheureusement, 93 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19 au cours des dernières 24 heures", portant le bilan officiel de la maladie à 60.073 en Iran, a annoncé à la télévision d'Etat Sima Sadat Lari, la porte-parole du ministère de la Santé.

QUELLES MESURES EN MOSELLE ?


Les discussions se poursuivent entre la France et l'Allemagne au sujet des mesures à la frontière en Moselle, département touché une flambée de l'épidémie. Elles portent notamment sur les contrôles des tests PCR, que l'Allemagne veut encore durcir, y compris pour les travailleurs frontaliers, invoquant son classement en "zone à haut risque".

"Nous souhaitons éviter les mesures pour les travailleurs mosellans qui passent la frontière chaque jour", indique Clément Beaune dimanche sur France Inter, estimant que ce classement équivaut à une "quasi-fermeture des frontières". Le secrétaire d'État aux Affaires européennes plaide pour des tests "tous les deux ou trois jours, et pas tous les jours". 

"C'est en bonne voie", explique-t-il, ajoutant qu'il doit à nouveau s'entretenir dimanche avec son homologue allemand. 

MESURES EN ÎLE-DE-FRANCE


Valérie Pécresse adresse "trois demandes au gouvernement" :  qu'il pousse les entreprises à "revenir au télétravail", qu'il accélère la vaccination en région parisienne et que l'on teste "massivement les enfants dans les écoles".

"Si on veut éviter un reconfinement massif, il faut territorialiser et régionaliser les réponses. C'est ce que l'on a fait à Chambourcy."

CONFINEMENT


Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, est l'invitée du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro : "Il faut tout faire pour éviter un nouveau confinement, j'approuve la stratégie du gouvernement pour l'éviter. Maintenant, en Ile-de-France, il va falloir prendre des mesures complémentaires. Il faudra des mesures de restriction supplémentaires, c'est une évidence".

"Il faudra des mesures harmonisées pour toute l'Ile-de-France", avance-t-elle.

LES HÔPITAUX PRIVÉS AU SECOURS DE LA SANTÉ PUBLIQUE


"Le privé est là et le privé peut aider", assure ce dimanche la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) précisant que "s'il devait y avoir une nouvelle accélération de l'épidémie de Covid-19", le secteur "pourrait upgrader ses services de réanimation afin de disposer d'un plus grand nombre de lits". "On est aujourd'hui entre 1.500 et 2.000 lits de réanimation dédiés aux patients Covid et on peut monter à 4.000", a détaillé auprès de l'AFP Lamine Gharbi, président de la FHP.

REPRISE


"Nous demandons des expérimentations de façon à ce que sur la base des mesures sanitaires, on puisse reprendre cette activité", déclare sur LCI Agnès Le Brun, conseillère régionale SE en Bretagne.

Une quarantaine de députés demandent à Jean Castex la réouverture des restaurants le midi

L'INSTANT ÉCO 


Le montant de la dette Covid est désormais supérieur au PIB.

Dette Covid : comment la rembourser ?

FERMETURE DES BERGES À TOULOUSE


La préfecture de la Haute-Garonne a décidé de fermer à partir de dimanche certains lieux en bord de Garonne très prisés des toulousains après avoir constaté des manquements aux mesures "de distanciation physique et de port du masque".


"De nombreux rassemblements statiques sans respect de la distanciation physique, ni port du masque, ont été constatés ces derniers jours dans certains secteurs de Toulouse", indique la préfecture qui avait mis en place depuis le 27 février des contrôles renforcés des mesures sanitaires dans le centre-ville. "Cette situation est de nature à accélérer fortement la propagation du virus dans la ville de Toulouse alors que le taux d'incidence y est élevé puisqu'il dépasse le seuil d'alerte maximale -- 259 cas positifs pour 100.000 habitants--", ajoute le préfet de la Haute-Garonne.

L'APPEL À LA MESURE AVANT UN CONFINEMENT EN MOSELLE


"Territorialiser les décisions est quelque chose de tout à fait adapté", rapporte auprès de LCI ce dimanche Pierre Cuny, le maire de Thionville (Moselle). Celui-ci aimerait cependant qu'au-delà de l'incidence, le taux de positivité soit aussi pris en compte avant de décider d'un éventuel confinement local.


"En Moselle, on a un taux de positivité relativement faible : de 2 points inférieurs à la France, avec 5, 1% de positivité dans les tests réalisés", indique-t-il. "Ceci veut dire qu'en  Moselle, on dépiste énormément. Et plus on cherche, plus on trouve." Selon l'édile, il serait nécessaire d'associer le taux de positivité au taux d'incidence et à la pression en service de réanimation pour "parfaitement mesurer" la décision.

L'APPEL À LA MESURE AVANT UN CONFINEMENT EN MOSELLE


"Territorialiser les décisions est quelque chose de tout à fait adapté", rapporte auprès de LCI ce dimanche Pierre Cuny, le maire de Thionville (Moselle). Celui-ci aimerait cependant qu'au-delà de l'incidence, le taux de positivité soit aussi pris en compte avant de décider d'un éventuel confinement local.


"En Moselle, on a un taux de positivité relativement faible : de 2 points inférieurs à la France, avec 5, 1% de positivité dans les tests réalisés", indique-t-il. "Ceci veut dire qu'en  Moselle, on dépiste énormément. Et plus on cherche, plus on trouve." Selon l'édile, il serait nécessaire d'associer le taux de positivité au taux d'incidence et à la pression en service de réanimation pour "parfaitement mesurer" la décision.

STRATÉGIE 


Dans le JDD, Jérôme Salomon estime que les mesures mises en place par le gouvernement s'avèrent pour le moment efficaces.

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

ROXANA MARACINEANU SUR LE XV DE FRANCE


Invitée ce dimanche matin d'Europe 1, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu a estimé que la bulle sanitaire mise en place autour du XV de France n'avait pas été respectée, après la multiplication des cas. "De ce que j'ai entendu et lu dans différents journaux, il paraîtrait qu'il y a eu des manquements", déclare-t-elle.  Vendredi, elle a demandé une enquête interne à la Fédération française de rugby après l'identification de 17 cas parmi les joueurs et le staff. "On a besoin de comprendre ce qui s'est passé puisque le centre de crise du gouvernement a validé des protocoles sanitaires stricts", affirme-t-elle à la radio.

DANEMARK


Huit personnes ont été arrêtées en marge d'une manifestation anti-restrictions samedi soir à Copenhague qui a rassemblé jusqu'à 1.200 personnes, a annoncé la police dans la nuit.


Organisé par le mouvement radical des "Men in Black", qui a organisé plusieurs manifestations depuis décembre, il s'agissait de la première manifestation depuis la décision du gouvernement danois cette semaine de prolonger une grande partie des restrictions en vigueur contre le virus.

BENOÎT PAYAN SUR UN ÉVENTUEL CONFINEMENT À MARSEILLE


"Je ne peux pas me résoudre à un nouveau confinement pour Marseille", affirme dans les colonnes du JDD le nouveau maire de la ville, Benoît Payan "Ça fait trop de dégâts. Parce qu’il frappe plus durement les plus fragiles, ma ville ne pourrait pas s’en relever. Marseille n’a plus d’amortisseurs sociaux", ajoute-t-il alors que la situation épidémique s'envenime dans la cité phocéenne.

JÉRÔME SALOMON


Dans une interview donnée au Journal du Dimanche, Jérôme Salomon affirme que le variant anglais est désormais "majoritaire", représentant 53% des cas. L'infectiologue défend par ailleurs la stratégie nationale du gouvernement, estimant que "dans cette course de vitesse, nous avons gagné du temps". "Il y a toujours de l'espoir", ajoute-t-il.

POLÉMIQUE


Sur Twitter, des étudiants critiquent le choix du porte-parole du gouvernement d'avoir invité cinq influenceurs éloignés de leurs préoccupations pour discuter de leur situation, lors d'une émission diffusée mercredi soir sur Twitch.

"Étudiants, pas influenceurs" : le passage de Gabriel Attal sur Twitch éreinté par sa cible

TÉMOIGNAGE


Sarah Knafo Rosanel s'était déjà exprimée devant les caméras de TF1 il y a un an.

"Je rentrais dans ma voiture et je m'effondrais": une soignante de New York raconte un an d'épidémie

TRIBUNE POUR LA RÉOUVERTURE DES RESTAURANTS


Une quarantaine de députés de tous bords politiques demande au Premier ministre d'étudier la réouverture des restaurants "au déjeuner, pour ceux qui en font la demande", à partir du 30 mars et "avec les procédures sanitaires adéquates", dans une tribune publiée par le JDD.


"Alors que certains salariés peuvent déjeuner dans leurs restaurants d'entreprise, d'autres sont contraints de se restaurer dehors ou dans leurs bureaux : ces lieux ne sont pas adaptés et ne permettent pas à chaque salarié de prendre une pause convenable, d'avoir une coupure raisonnable dans leur journée de travail", argumentent les parlementaires, le député MoDem Richard Ramos en tête.

JOE BIDEN SUR LE VACCIN JOHNSON & JOHNSON


Réagissant à la validation par l'agence du médicament américaine, la Food and Drug administration, du vaccin de Johnson & Johnson, Joe Biden a déclaré qu'il s'agissait "d'une nouvelle formidable pour tous les Américains, et un pas encourageant dans nos efforts pour mettre fin à la crise". " "Mais nous ne pouvons pas baisser la garde ni tenir pour acquis que la victoire est inévitable", a-t-il ajouté dans un communiqué.

LE PRINCE WILLIAM AU SECOURS DE LA VACCINATION


Le prince William a mis en garde ses compatriotes britanniques contre les messages anti-vaccins sur les réseaux sociaux dans une vidéo publiée samedi soir, faisant suite à un appel similaire mardi de la reine Elizabeth II, sa grand-mère. "Les réseaux sociaux sont parfois inondés de rumeurs et de désinformation", a déclaré le Duc de Cambridge dans une vidéo diffusée par le Palais de Kensington.


Jusqu'à présent, l'utilisation des vaccins a été "géniale", a-t-il déclaré, estimant qu'il faut à présent convaincre les jeunes générations "qu'il est vraiment important pour eux de se faire vacciner".

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Lire et commenter