Enfant brûlé pendant une IRM : cet examen comporte-t-il des risques ?

Santé

DECRYPTAGE – Un garçon de 13 ans a perdu son pouce lors d'une IRM au sein du CHU d'Amiens. L'accident a été causé par un oubli du personnel hospitalier. Contacté par metronews, Tanguy Lagorsse, ingénieur en bio-médical, délivre les procédures et les risques de cet examen.

Un contrôle médical a viré au drame lundi 3 août. Un garçon de 13 ans a perdu son pouce, brûlé j usqu'à l'os, en passant une simple IRM au CHU d'Amiens. La faute à un capteur oublié sur le doigt du jeune adolescent qui a littéralement fondu lors de l'examen médical. Une erreur que déplore la maman, Fanny Barreiros, alors qu'aucun membre du personnel médical n'a vu ce qui se passait. Un examen de routine et pourtant sans risques comme le confirme Tanguy Lagorsse, ingénieur en bio-médical, pour metronews.

L'IRM demande-t-il des précautions nécessaires ?
En fonction des IRM, il y a différents protocoles. L'examen est prescrit par un médecin. Deux phases de vérification sont à réaliser : prendre connaissance du dossier du patient qui doit faire part de ses antécédents et vérifier s'il ne présente pas de contre-indications. Il faut toujours s'assurer si le patient est porteur d'un corps étranger, d'un pacemaker ou d'une valve cardiaque par exemple. Il faut être attentif également aux tatouages et piercing. Il convient d'enlever tout objet métallique ou bijou avant l'examen car les risques de brûlures sont effectivement possibles.

De quelle façon est encadrée une IRM ?
Ceux qui manipulent les IRM sont formés en conséquence. Il n'est pas nécessaire d'être endormi pour passer une IRM. L'examen dure de 10 à 30 minutes. En cas d'injection, un médecin est présent et un cadre de santé encadre l'examen sur le long terme pour suivre l'évolution de la procédure. Chaque cadre de santé a un plan à suivre. Chez les personnes allergiques à l'iode, un traitement est nécessaire 48 heures avant l'examen.

Quels sont les risques ?
Il n'y en a pas beaucoup, finalement. Je citerais déjà les risques psychologiques : les personnes qui souffrent de claustrophobie peuvent mal tolérer l'examen. C'est aussi le cas de celles qui sont très sensibles au bruit. Une IRM équivaut à 99 décibels. Des bouchons d'oreilles peuvent être utilisés au cours de l'examen. Il faut savoir qu'une IRM est beaucoup moins dangereux qu'un scanner. Il n'utilise pas de rayons X et ne délivre pas de radiation, contrairement à un scanner qui équivaut à 10 radios.

À LIRE AUSSI
>> Pouce d'un enfant brûlé en passant une IRM : la maman déplore un manque de vigilance

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter